Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dernier regard sur un monde corrompu, tome 2, 482 pages.

Publié par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Du Rédempteur à la moisson finale.
Du Rédempteur à la moisson finale.

Du Rédempteur à la moisson finale.

Dernier regard sur un monde corrompu

Tome 2

Olivier Cape, octobre 2016

 

Préface

L'individu est handicapé en se retrouvant face à face avec une conspiration si monstrueuse qu'il ne peut croire qu'elle existe. J. Edgar Hoover

 

Retour à la case de l’Oncle Tom.

Il y a deux ans, Sylvie et moi recevions pour l’apéritif un couple qu’elle connaissait. Les présentations étant faites et les banalités d’usage énoncées, la discussion prit alors différents thèmes conviviaux. Tout se passait merveilleusement bien jusqu’au moment où l’homme intervint en lançant une boutade qu’il voulait humoristique, à l’encontre des lanceurs d’alertes, les fameux et sulfureux conspirationnistes.

Bien que je déteste ce terme « conspirationniste » péjoratif à l’excès, quelle ne fut pas sa surprise lorsque tout de go, je lui répondais sans sourciller qu’il avait l’honneur d’en avoir un GROS devant lui. Un de ceux qui passe des heures à chercher et à écrire sur le sujet : les pires !

J’avais lancé un froid car tout le monde le sait bien, il n’y a jamais eu de complot, et il n’y en aura jamais !!! Pourtant, rien que le fait pour Microsoft de vouloir nous offrir Windows 10 en est déjà un énorme. Joseph Goebbels, le propagandiste à la solde de tonton Adolf avait l’habitude de dire : un mensonge répété dix fois reste un mensonge. Répété mille fois, il devient une vérité inébranlable. Vous me direz alors : oui mais la guerre est finie et la propagande aussi. Le pensez-vous vraiment ô candides que vous êtes ? Laissez-moi prendre un seul exemple afin de vous éclairer : le pétrole. Pas la lampe à pétrole, non ! J’ai bien dit : le pétrole.

Chaque jour sur cette planète, non pas pour qu’elle tourne mais pour que l’économie elle, le fasse, il nous faut 90 millions de barils de brut. Sachant qu’un baril c’est 159 litres, il nous faut journellement  plus de 14 milliards de litres de pétrole pour une économie moribonde, mais ça c’est un autre problème. Ça fait aussi 45 pétroliers géants de 2 millions de barils. À titre comparatif, au sortir de la seconde guerre mondiale, la consommation était seulement de 6 millions de barils par jour. De 1946 à 2016, en 70 ans, nous avons multiplié la consommation par 15. Vous imaginez, je pense, tout l’argent et les investissements en cause ?

Au vu des enjeux, et au niveau géopolitique, sur les 200 pays constituant la petite orange bleue, chacun va vouloir récupérer sa part du gâteau. C’est qu’il est malin l’humain lorsqu’il s’agit de mentir, tricher, voler et tuer, tout cela par pur profit. Les Chinois en sont à bâtir des îles artificielles en mer de Chine pour ensuite pouvoir revendiquer le pétrole se trouvant dans son riche sous-sol. Les Russes ne sont pas en reste puisqu’ils vont, ni vu ni connu, planter des drapeaux très profondément sous la banquise (4 km) du pôle Nord afin de pouvoir ensuite s’accaparer les lieux. Les Canadiens, « plus sages », se replient sur les sables bitumeux d’Alberta, laissant derrière eux un paysage lunaire tant le désastre écologique est monstrueux, afin de récolter chaque jour quelques millions de litres. Quant à l’occident et nos anglo-saxons, je ne vous en parle même pas. Oh et puis si, je vais vous en parler !

La logique, lorsqu’on parle de pétrole, c’est de ne jamais prononcer le mot, il faut plutôt parler DICTATEUR, c’est mieux pour convaincre la ménagère de plus de 50 ans et la faire pleurer devant ses fourneaux. Pensez-y ! Si un pays est capable de contrôler l’approvisionnement énergétique (gaz et pétrole), il contrôle sa propre consommation et celle des autres, et ça, c’est génialissime !

Il y a peu, un ministre allemand disait : la pompe à essence du monde, c’est le golfe persique. Ah bon ! Et c’est où ça le Golfe machin ? En plein territoire musulman, là où depuis maintenant 15 ans, et surtout le 11-Septembre, on nous fait comprendre qu’il y a beaucoup de gens dangereux pour nous, les pauvres occidentaux vieillissants aux capitaux et à la libido en berne.

Le 18 février 1944, Lord Halifax, homme politique britannique du Parti conservateur, vice-roi des Indes de 1926 à 1931,  recevait une lettre de la part de Roosevelt disant ceci : Le pétrole iranien est à vous. Le pétrole irakien et koweïtien, nous le partageons. Le pétrole saoudien est à nous. Vous l’ignorez peut-être, mais les Saoudiens financent le Djihad contre lequel les USA sont censés se battre. Petit bémol, les Saoudiens produisent également chaque jour la moitié de la consommation journalière des États-Unis soit 10 millions de barils. Les AmériCaïns, les Français et les Saoudiens essaient de virer le gouvernement de Bachar « le sanguinaire », en Syrie, ce depuis plusieurs années. À nouveau, vous allez me dire : pourquoi ?

On pense souvent et à tort que l’Islam est un bloc monolithique. Tout comme le catholicisme accoucha un jour du protestantisme avec forceps, les Musulmans possèdent différents courants dans leur croyance, notamment les Chiites (Iran) et les Sunnites (Arabie Saoudite). En 1908, les Chiites, en Perse (actuel Iran) seront les premiers à découvrir de l’or noir au Proche Orient. En 1950, ils décident de s’émanciper des grandes puissances coloniales afin d’exploiter leurs richesses intérieures pour leur propre compte. Que nenni, en août 1953, les forces agissantes pour la démoncratie sont à l’œuvre. La CIA et le MI6 organisent un coup d’état en Iran, il sera fatal au premier ministre Mossadegh.

À notre époque, les prétextes ont changé, les pourfendeurs de la démocratie favorable à la veuve et l’orphelin possèdent une botte secrète : les méchants terroristes. Et quoi qu’en disent les béotiens, les candides devant les évidences pourtant aveuglantes : la propagande est toujours là telle un poison. Elle est d’autant plus efficace et virulente qu’elle est désormais relayée par des médias bodybuildés. Internet, chaînes de TV, tablette et i Phone sont autant de porte-voix favorables à l’émancipation exponentielle des mensonges en tous genres.

C’est bien connu, les historiens ont toujours une longueur de retard puisque leur rôle est de relater des faits déjà survenus. Dans le cas qui nous intéresse, les faits relevés sont troublants autant qu’abjects. Je vais vous parler de couveuses pour bébés.

L’affaire des couveuses du Koweït ne vous rappelle rien ? Elle désigne pourtant le scandale du faux témoignage fait le 14 octobre 1990, lors de l'invasion du Koweït par les forces armées irakiennes de Saddam Hussein. On parlait alors d'atrocités commises sur des nouveau-nés koweïtiens. Tel Pearl Harbour, le mensonge  servit à favoriser l'entrée en guerre des Occidentaux. Le 14 octobre 1990, une jeune koweïtienne, appelée par les médias l'infirmière Nayirah, témoigne, les larmes aux yeux, devant une commission du Congrès des États-Unis. L'événement sera retransmis par les télévisions du monde entier : Monsieur le président, messieurs les membres de ce comité, je m'appelle Nayirah et je reviens du Koweït. Ma mère et moi étions au Koweït le 2 août pour passer de paisibles vacances. Ma sœur aînée avait accouché le 29 juillet et nous voulions passer quelques temps au Koweït auprès d'elle… Pendant que j'étais là, j'ai vu les soldats irakiens entrer dans l'hôpital avec leurs armes. Ils ont tiré sur les bébés des couveuses, ils ont pris les couveuses et ont laissé mourir les bébés sur le sol froid. J'étais horrifiée. Je ne pouvais rien faire et je pensais à mon neveu qui était né prématuré et aurait pu mourir ce jour-là lui aussi…

Ce témoignage, avec d'autres conçus par l'agence de communication Rendon Group en charge de superviser la communication de la CIA et du Pentagone, a beaucoup ému l'opinion publique internationale et a contribué à ce qu'elle soutienne l'action des puissances occidentales contre les armées de Saddam Hussein lors de la guerre du Golfe. En fait, tout était entièrement faux. La jeune fille, coachée par Michael Deaver, ancien conseiller en communication de Ronald Reagan, s'appelait Al-Ṣabaḥ. C’était la fille de l'ambassadeur du Koweït à Washington : Saud bin Nasir Al-Sabah. La machination a convaincu les députés que l'identité n'avait pas été révélée pour protéger la famille de la jeune femme.

En 2003, c’est Colin Powell qui vient à la charge avec sa fiole de pisse, il parle alors d’armes de destruction massive. En mars 2003, c’est le vise président américain Dick Cheney qui déclare : Nous avons des raisons de penser que Saddam Hussein possède des armes de destruction massives. Après la mort de Saddam, les Américains vont mettre en place en Irak un gouvernement chiite alors que Saddam et les siens étaient sunnites. Que pensez-vous qu’une telle situation allait créer ? Les sunnites se sont révoltés formant l’armée islamique et l’État islamique. Résultat : un million de morts !

Les Européens ne seront pas en reste qu’on se rassure. Le 24 septembre 2002, Tony Blair le premier ministre anglais déclarait : L’Irak possède des armes chimiques et biologiques. Leurs missiles sont opérationnels en 45 minutes. Évidement, 45 minutes, ça ne laisse pas beaucoup de temps pour réfléchir. C’est intelligent de leur part. Dire à la population que des missiles pourraient un jour frapper notre pays, ou dire dans 45 minutes, ça ne provoque pas le même effet. Résultat, tout le monde est parti en guerre contre l’Irak et les méchants soldats de Saddam. C’était la lutte du Bien contre le MAL. Nous pouvions être fiers.

Le Times du 2 septembre 2006 titrait que dans un sondage réalisé alors, 85% des soldats américains en Irak ont expliqué que leur rôle dans le pays était de punir Saddam pour les attentats du 11 septembre 2001.

En 2005, Colin Powell, ancien ministre des affaires étrangères US, s’est excusé d’avoir présenté un programme d’armes de destruction massive qui n’existait pas.

Ainsi, les bonnes questions à se poser sont : qu’est-ce que le terrorisme et qui sont-ils en réalité ? Lorsque l’OTAN arme et finance des opposants favorables à sa cause, il les appelle des rebelles. Lorsqu’ils ne défendent pas la doxa imposée par l’axe de la terreur, l’OTAN les appelle alors des terroristes.

Heureusement, tous les Américains ne sont pas des obtus rangés à l’opinion des oligarques. Robert F. Kennedy Jr., fils du Sénateur Robert Kennedy assassiné le 6 juin 1968 à Los Angeles, déclarait le 23 février 2016 : Soyons honnêtes, ce que nous appelons la guerre contre le terrorisme est juste une autre pour le pétrole. La guerre en Syrie est une autre guerre par procuration pour des pipelines et géopolitique.

Cette guerre a débuté lorsque le Qatar a proposé de construire un pipeline de 1500 km pour 10 milliards de dollars à travers l’Arabie Saoudite, la Jordanie, la Syrie et la Turquie. Le Qatar et l’Iran possèdent des points de divergences sur ce sujet et Bachar, le président syrien, était pour une coopération tenant compte des intérêts de ses alliés iraniens, d’où l’intérêt pour l’axe américano-sioniste de virer le régime syrien en place.

Dans cette guerre des nerfs, les psychologues sont d’un grand intérêt afin de manier au mieux les opinions de la ménagère. Lorsqu’on vient peser sur un trauma collectif, la date anniversaire est un point d’acupuncture hautement sensible. Voilà pourquoi le 11 septembre 2014, Obama tint ces propos : Ils ont tué (Isis) brutalement deux journalistes américains. L’état islamique est une menace pour les gens en Irak et en Syrie et le monde entier. Dans notre guerre contre l’état islamique, nous ne pouvons pas faire confiance à Assad qui terrorise son peuple. Ce régime a perdu toute légitimité.

Ainsi, en septembre 2014, les USA ont commencé à bombarder la Syrie dans l’indifférence la plus totale. Imaginez un peu que l’inverse se produise, que diriez-vous ?

Alors actuellement que se passe-t-il ? Pourquoi les évêques et le Pape font-ils les yeux doux à l’Islam alors qu’ils savent ce qu’il se passe avec les Chrétiens dans le monde ? Pourquoi nos dirigeants nous imposent-ils l’immigration alors qu’on ne sait pas quoi faire de ces gens, qu’il faut les nourrir, loger, vêtir et même prévoir leurs pulsions sexuelles. Pourquoi détruit-on notre enseignement ? C’est la consternation tous azimuts ! On ne comprend pas et pourtant c’est écrit en toutes lettres, noir sur blanc…

Il y a (au moins) deux Pères Fondateurs de notre « Union » Européenne dont le grand public ne connaît même pas le nom mais qui ont tracé le plan que, docilement, nous sommes en train d’exécuter aujourd’hui. Walter Hallstein, en tant que collaborateur d’Hitler a rédigé le plan de Das Neue Europa  et ensuite il est devenu le premier président de la Commission Européenne.

Richard Nikolaus de Coudenhove-Kalergi a rédigé lui, le plan du génocide européen. En 1922, il fonde à Vienne le mouvement « Paneuropéen », qui vise l’instauration d’un Nouvel Ordre Mondial basé sur une Fédération de Nations dirigée par les États-Unis. Dans son livre Praktischer Idealismus, il déclare que les habitants des futurs Etats-Unis d’Europe ne seront plus les peuples originaires du Vieux Continent, mais plutôt une sorte de sous-humanité bestiale issue de mélanges raciaux facile à dominer pour les élites au pouvoir.

Si nous regardons autour de nous, le Plan Kalergi semble s’être pleinement réalisé. Il s’agit donc de la destruction programmée de la vieille Europe, mais en même temps, par ricochet, des pays du Tiers-Monde et même de l’Islam. Les boat people (qui ne sont pas vraiment des migrants), en venant en Europe perdent leur identité. Les Musulmans, confrontés à la laïcité, à l’athéisme et même tentés par un certain christianisme, forment une brèche dans le bloc que constituait leur milliard de croyants. Arrivés en Occident, ils répercutent leurs découvertes vers leurs pays d’origine et les déstabilisent à leur tour. C’est un bouleversement mondial dans lequel le monde tel que nous le connaissons va disparaître emportant avec lui non seulement les civilisations mais aussi les religions. Cerise sur le gâteau : les variations climatiques (non imputables à l’homme) qui risquent d’exaspérer la surpopulation, famines, épidémies, etc.

Nos dirigeants nous y conduisent-ils docilement pour exécuter les Plans Hallstein et Kalergi ? En sont-ils conscients ? Le font-ils sciemment ? Les boat people sont-ils inconsciemment des instruments de réalisation de ces plans ? À la lecture de ces FAITS, on comprend combien il est important que notre jeunesse ne s’intéresse qu’à son Smartphone, n’apprenne pas à raisonner en étudiant le latin, s’étourdisse avec des écouteurs dans les oreilles, ne connaisse pas l’Histoire et surtout ne sache ni lire, ni réfléchir. Quelle catastrophe si tout d’un coup tout le monde allait lire le Plan Kalergi, en saisissait sa portée et en tirait les conclusions.

Cependant, avec de plus en plus de lanceurs d’alerte, personne ne pourra dire qu’il ne savait pas. Alors on me dit : Mais « ces plans », ces « théories de complot » c’est de la politique-fiction…  Ah bon ? L’UE c’est de la fiction ? Elle existe ou pas l’UE ? Et les bateaux des boat people, c’est de la fiction, ils existent ou pas ? Sur quoi on me répond : Tais-toi Olivier, tu n’as pas le droit de nous faire peur… Nous on veut vivre et en profiter.