Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

les adorateurs du soleil noir (suite)

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

https://www.thebookedition.com/fr/tonton-malthus-est-revenu--p-371412.html

Afin de sortir des conneries d’Al Gore, il existe un tout autre point de vue concernant les gueux réchauffeurs de la planète et les vaches qui pêtent. Des scientifiques plus actuels parlent d'une imminente ère glaciaire. Des champs magnétiques du Soleil indiquent une « réduction énorme de l'activité solaire pendant plusieurs dizaines d’années, et ce à partir de 2020, provoquant une diminution radicale des températures mondiales ». Cela ne ressemble en rien aux scénarii d’un Al Gore et de ces potes argentés.

Ce ne sera certainement pas des vagues de chaleur incessantes et des villes côtières inondées par la fonte totale des calottes glaciaires. On pourrait penser que n'importe qui d'assez bête pour avoir mis en jeu toute sa réputation sur la prédiction de tels évènements serait aujourd'hui honteux, mais non !  Tout comme avec la crise qui est maintenant « derrière nous », alors que les délocalisations et les licenciements s’accélèrent, les tenants d’un «réchauffement climatique » n’en démordent pas alors qu’on gèle de plus en plus souvent.

Al Gore, comme tous les gens bien entraînés à mentir, estime que le « Fini la neige » qu’il affirmait dans sa version 2009, peut être stoïquement remplacé par « Beaucoup plus de neige » dans ces discours de Juda, en 2018. Selon ce « lanceur d'alerte climatique » en plein essor, les tempêtes de neige massives sont « exactement ce à quoi l'on devrait s'attendre » du réchauffement climatique anthropique. Les menteurs et les vantards sont facilement identifiables quand ils ne peuvent avoir tort quoi qu'ils disent.

Le but est d'effacer délibérément l'histoire du climat alors que des études sur le refroidissement global sont publiées depuis des décennies. Alors que le concept de retour rapide à une ère glaciaire gagne du terrain, ses potentielles conséquences dévastatrices sont atténuées. Des rapports apaisants nous rassurent sur le fait qu'une période glaciaire « ne sera pas mortelle pour l'humanité » car nous avons la technologie du chauffage !

Certes, nos aïeux n'avaient pas de chauffage électrique, mais les cultures modernes non plus. Les récoltes aux États-Unis viennent de geler sur pied ce qui a entraîné une perte de plus d'un milliard de dollars et la Chine a connu des pertes massives de récoltes de fruits et légumes. Notre période, l'Holocène, est relativement chaude, mais cela ne veut pas dire qu'elle restera ainsi, elle date à peine 10 000 ans.  Dans leur historique habituel la majeure partie de l'histoire de la Terre a été consacrée aux conditions glaciaires par les géologues et autres glaciologues. Anticiper un réchauffement du climat mondial en raison d'une augmentation des « gaz à effet de serre », qui n'est même pas un des principaux moteurs de la température, est désormais intenable.

Déjà en 1972, les géologues George Kukla et Robert Matthews, alarmés par le refroidissement des températures plus tôt dans le siècle, avaient envoyé une lettre au président Nixon pour l'avertir. Cette même année, l'American Association for the Advancement of Science s'était demandé quand la période interglaciaire actuelle prendrait fin ? Peu de temps après, le mouvement promulguant le réchauffement climatique a véritablement commencé, nous laissant là où nous sommes aujourd'hui avec de grands prêtres du réchauffement climatique qui s'attaquent vigoureusement à toute science qui dénie le réchauffement.

Vers la fin des années 70, ces alarmistes climatiques ont commencé à détourner des sommes massives vers des modèles informatiques ne servant qu'à valider leurs hypothèses folles. L'idée que le changement climatique pourrait être contenu par un soutien du public aux programmes gouvernementaux visant à « résoudre » le «problème » était au cœur de leurs « constatations ». C'est pourquoi l'idée que le climat puisse changer soudainement et de façon chaotique, et que rien de ce que l'on pourra faire n'y changera quoique ce soit, devait être mise sous le tapis.

Et depuis lors, la science est figée. Il y a presque 100 % de consensus, l’argent, toujours entre les mains des mêmes : l’élite, les universitaires sont avides de financements pour leurs recherches, et de fait, les chercheurs sont tenus par les couilles. Il n'y a pas de théorie alternative cohérente et cohésive au «réchauffement climatique anthropique. » Malheureusement pour eux, il y en a une qui explique beaucoup plus le froid actuel : l'interaction entre le soleil et la Terre.

Et nulle part elle n'est expliquée plus succinctement que dans les récents changements terrestres.

À suivre

Olivier

 

 

Commenter cet article