Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pike ou pas Pike ?

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

La controverse Albert Pike

Chaque sujet développé sur ce blog l'est bien plus dans mes différents livres dont les liens se trouvent en bas de page.

Comme nombre de documents qui exposent la volonté de domination d’une minorité sur le reste du monde, la correspondance d’Albert Pike adressée à Mazzini est présentée comme fausse, principalement sur deux arguments : l’original ne serait pas détenue par le British Museum, et deuxièmement, certains anachronismes qu’elle semble recéler. En ce qui concerne la probité de ce musée, dois-je vous rappeler la falsification de l’homme de Piltdown une extraordinaire cabale scientifique ?

En 1948, trente-cinq ans après sa découverte, c'est Kenneth Oakley, qui va jeter le discrédit sur la réalité de l'homme de Piltdown. Les méthodes de datation géologique ont alors bien évolué. Un dentiste londonien, Alvan Marston, préhistorien à ses heures, est déjà plus que convaincu que la mâchoire appartenait à un grand singe et c'est ce que vont confirmer les quatre-vingts scientifiques qui seront mis à contribution après la découverte d'Oakley. Ils vont confirmer une incroyable mise en scène : une mâchoire d'orang-outan habilement limé pour imiter l'usure d'une dentition humaine.

Quant aux fragments crâniens du « plus vieil Anglais », ils proviennent tout au plus du Moyen Age ! L'enquête va également montrer que les fossiles animaux retrouvés dans la même couche que les ossements, bien que véritables, devaient provenir d'une des nombreuses boutiques qui fournissaient à l'époque les collectionneurs : une molaire d'hippopotame originaire de l'île de Malte, une dent d'éléphant ramassée en Tunisie. (...) Les outils de silex enfin avaient été également truqués avec une patine produite artificiellement.

L'Angleterre ne dévoilera l'affaire qu'en 1953 en usant de tout son flegme pour étouffer le scandale. Le Musée présentera alors une exposition à son avantage montrant comment avait été découverte la supercherie. Une génération de chercheurs avait passé. Quelques carrières furent brisées, on frôla le ridicule et l'australopithèque put reprendre sa place dans la généalogie humaine. Il demeurait pourtant des questions essentielles : à qui profitait le crime, quel génial et machiavélique fraudeur avait pu monter une telle mise en scène ? Et dans quel but ?

Commençons donc par l’instruction à charge de cette fameuse « fausse » lettre avec le lien wiki concerné : (Extrait de « La lettre de Pike à Mazzini, William Carr et Léo Taxil » sur la fiche Wikipédia d’Albert Pike) :

« En 1958, le Canadien William Guy Carr publia un livre nommé Pawns in the game (Des pions sur l’échiquier) dans lequel il affirme qu’au British Muséum de Londres est cataloguée une lettre de Pike à Giuseppe Mazzini, en date du 15 août 1871 et dans laquelle Pike aurait expliqué le but des trois guerres mondiales en des termes étonnants pour un écrit de 1871. Cet ouvrage reste aujourd’hui encore sujet de controverse (…) Dans « Des pions sur l’échiquier », William G. Carr affirmait que la lettre se trouve cataloguée au British Muséum, or ce qui est vraiment catalogué au British Muséum c’est la publication de « Le diable au XIXe siècle », du Dr Bataille, qui contient la prétendue lettre.

Un certain Terry Melanson a "montré" que la source exacte de la prétendue lettre se trouve dans « Le diable au XIXe siècle » (Tome 2 chap. 35 p. 594-606), du Docteur Bataille, pseudonyme du fameux mystificateur Léo Taxil.

En page 22 de « Satan : Prince de ce monde », Carr renvoie au Cardinal José María Caro Rodríguez du Chili « The Mysteries of Freemasonry Unveiled » p. 115-6. Le Cardinal lui-même renvoie à The Cause of World Unrest, p. 77, une compilation d’articles parus dans le London Morning Post en juillet 1920.

(Selon certains, ils ont peut-être été écrits par Ian Colvin, l’éditeur H. A. Gwynne et Nesta Webster). Tant le Cardinal Rodriguez, que l’auteur de The Cause of World Unrest, identifient « Le diable au XIXe siècle » comme étant la source de la lettre. Terry Melanson a aussi le mérite d’avoir montré que cette prétendue lettre de Pike à Mazzini ne présente pas la moindre référence à « trois guerres mondiales », ni même le mot « illuminati », « communiste », « sioniste », « fasciste », « nazisme » ou « islam ».

William Carr attribue à la lettre de Pike à Mazzini le passage suivant : « La deuxième guerre mondiale devra être fomentée en tirant parti des différences entre les fascistes et le sionisme politique. Cette guerre devra être conduite de telle sorte que le nazisme soit détruit et que le sionisme politique devienne suffisamment puissant pour créer un état souverain d’Israël en Palestine. Durant la seconde guerre mondiale, le communisme international devra devenir assez puissant pour contrebalancer le christianisme, qui sera alors maîtrisé et tenu en échec aussi longtemps que nous en aurons besoin avant le cataclysme social final. »

Une telle citation ne se trouve nulle part dans la lettre de Pike publiée dans Le diable au XIXe siècle. De plus, l’emploi des termes « Fascists » et « Nazism », qui n’existaient pas en 1871, démontre selon les historiens qu’il s’agit d’un faux. Cependant les tenants de la théorie du complot maintiennent que Pike devait les connaître, puisque ces mouvements, selon eux, auraient été inventés par les Illuminati.

Le seul extrait de la lettre de Pike (telle qu’on la retrouve dans « Le diable au XIXe siècle ») à être cité par Carr, le Cardinal Rodriguez et l’auteur de The Cause of World Unrest est celui-ci :« (…) nous déchaînerons les révolutionnaires nihilistes et athées, et nous provoquerons un formidable cataclysme social, qui montrera bien aux nations, et dans toute son horreur, l’effet de l’incroyance absolue, mère de la sauvagerie et du plus sanglant désordre. Alors, partout, les citoyens, obligés de se défendre contre la minorité folle des révoltés, extermineront ces destructeurs de la civilisation; et les innombrables désabusés de l’adonaïsme, dont l’âme déiste sera jusqu’à ce moment restée sans boussole, ayant soif d’idéal, mais ne sachant à quel dieu décerner leurs hommages, recevront la Vraie Lumière, par la manifestation universelle de la pure doctrine luciférienne, rendue enfin publique, manifestation qui surgira du mouvement général de réaction, à la suite de l’écrasement de l’athéisme et de l’adonaïsme [Christianisme], tous deux vers le même temps vaincus et exterminés. »

Fin de l’article concernant cette lettre de Pike sur la « très sainte inquisition wikipédienne ».

À suivre.

Olivier

Commenter cet article