Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Théorie du complot ???

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Chaque sujet développé sur ce blog l'est bien plus dans mes différents livres dont les liens se trouvent en bas de page.

Refuser de voir la réalité en face, c'est peut-être confortable, mais c'est précaire. C'est pourtant la position adoptée par les "mougeons", un savant mélange de moutons et de pigeons orchestré par l'élite. Pour ceux, peu hélas, qui désirent muer en humains libres de leurs pensées, voici venir un très gros dossier qui va nécessiter plusieurs articles tant le sujet et grave et, de FAIT, attaqué de toutes parts !

De fait, une grande partie de tout ce qui a été décrit par nos dirigeants ou présenté dans les pages de nos journaux les plus « respectables » des attentats du 11-Septembre 2001 pourrait être objectivement classée dans la catégorie « théorie du complot », mais ces mots ne seront jamais utilisés pour ce cas-là. Traduction : il existe de bonnes « théories du complot » et de mauvaises «théories du complot », les premières étant celles promues par les « élus », tous ces experts des émissions de télévision traditionnelles, et n’étant donc jamais définies comme telles.

En effet, puisqu’ils prétendent vraie la notion selon laquelle dix-neuf Arabes armés de cutters auraient détourné plusieurs avions de ligne, évité facilement les défenses aériennes du NORAD et réduit plusieurs bâtiments en poussière relèverait du gag le plus exécrable vite ridiculisée universellement comme « théorie du complot » des plus absurdes, sortant d’une BD et ayant contaminé des esprits malades, surpassant l’absurde théorie du « tireur solitaire » dans le meurtre de J.F.K, s’ils ne la cautionnaient pas.

Dans les premières semaines et mois suivant les attentats de 2001, tous les merdias américains et occidentaux ont été enrôlés pour dénoncer le vilain Oussama Ben Laden, le prétendu cerveau de l’islamisme, le plus grand ennemi international, avec son visage barbu apparaissant sans fin à la télévision et dans les journaux, devenant bientôt de fait l’un des plus reconnaissables au monde.

Mais alors que l’administration Bush et ses principaux alliés médiatiques préparaient une guerre contre l’Irak, les images des tours brûlantes ont alors été plutôt juxtaposées avec des photos du dictateur moustachu, Saddam Hussein, pourtant ennemi de Ben Laden. En conséquence, au moment où les USA attaquaient l’Irak en 2003, les sondages révélaient que 70% des américains croyaient que c’est Saddam Hussein qui était personnellement impliqué dans la destruction du World Trade Center. À cette date, quiconque eu dénoncé les « FAITS » aurait été vilipendé avec colère comme un « théoricien du complot un peu dingue ». Et quiconque aurait la témérité de suggérer que Saddam n’était pas impliqué dans le 11-Septembre 2001, se serait fait lyncher.

J’en parle dans mes livres et articles, la CIA était plus que probablement responsable de l’introduction généralisée du concept de « théorie du complot ». Conspiracy Theory in America est un livre écrit par le Professeur Lance de Haven-Smith, ancien président de la Florida Political Science Association. Ce livre explique que ce concept fut utilisé comme outil de manipulation politique, un moyen délibéré d’influencer l’opinion publique.

Dans les années 1960, on assista au scepticisme croissant du public américain face aux conclusions de la Commission Warren. Mais bien que la CIA ait manipulé l’opinion publique afin de transformer l’expression « théorie du complot » en arme de combat idéologique, le Prof. Lance décrit également comment le terrain nécessaire avait déjà été préparé quelques décennies plus tôt. À l’époque de la Seconde Guerre mondiale, un changement important a entraîné une énorme baisse de respectabilité de toute explication « complotiste » des événements historiques.

Jusque-là, les chercheurs n’avaient jamais prétendu que tous les événements historiques majeurs avaient des causes cachées, mais il était largement admis que c’était le cas pour certains d’entre eux et tenter d’enquêter sur ces possibilités sera, jusqu’à une certaine époque, considéré comme une entreprise parfaitement honorable.

Mais bientôt, tout adversaire de l’entrée américaine dans la Seconde Guerre mondiale a donc été marginalisé dans les années qui ont suivi. De nombreux jeunes intellectuels ont été discriminés et se sont vus refuser tout accès aux médias traditionnels.

Parallèlement, les perspectives totalement opposées de deux philosophes politiques européens, Karl Popper et Leo Strauss, progressèrent dans les milieux intellectuels américains et leurs idées y devinrent dominantes. Ces messieurs présentant des objections vastes et très théoriques à la possibilité même que des conspirations de haut niveau puissent exister, affirmaient qu’elles seraient difficiles à mettre en œuvre compte tenu de la faillibilité de l’humain. Plus important encore, Popper, l’un des deux, considérait les « croyances complotistes » comme une maladie sociale dangereuse, facteur majeur de la montée du nazisme et d’autres idéologies totalitaires mortelles. Idée se rapprochant de ce que nous vivons actuellement ou tout amoureux de son pays devient immanquablement un sale fasciste. La propre histoire de Popper, d’origine juive, et ayant fui l’Autriche en 1937, a sûrement contribué à la force de ses sentiments sur ces questions philosophiques.

À suivre.

Olivier

Commenter cet article