Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La permanence du mal (Partie 1)

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

La meilleure façon d’aider ceux que vous aimez, c’est de les informer. Faite-donc circuler ces articles SVP. Quant à la meilleure façon de m’aider, c’est de faire connaître mes livres et les acheter.

Merci d’avance.

Jean-François Toussaint est un médecin français, professeur de physiologie de l’Université Paris-Descartes. Il est directeur de l’IRMES, Institut de recherche biomédicale et d’épidémiologie du sport à l’INSEP.

Pour lui : « Le Conseil scientifique sort totalement de son rôle ».

https://youtu.be/DVKv6uIaq24

Je partage tout à fait son point de vue puisque ce conseil grassement payé par Big Pharma est là, uniquement, pour entretenir la peur chez la gueusaille afin de masquer l'écroulement économique en cours. En effet, la globalisation est morte, et nous entrons dans l’Âge de pierre, celui du Désordre orchestré. Ce qui avait commencé en 1980 avec le couple Thatcher-Reagan se termine en 2020 avec couillonavirus.

Codiv19 n’est pas seulement catastrophique pour ses effets sur l’économie, il l’est surtout dès le début par la façon dont il démontre combien la globalisation accélère d’une façon décisive la diffusion des événements catastrophiques. La notion d’état d’urgence nous est familière. Elle fait partie de nos vies depuis le 11-Septembre 2001. Le patriot act de Bush Junior donnera alors, par ricochet, l’état d’urgence en France. Qu’il ait été déclaré comme en France ou qu’il résulte simplement d’une transformation constante du droit pénal détruisant, au nom de la « lutte contre le terrorisme », l’essentiel des libertés collectives et individuelles le résultat est le même. Ce processus, ayant pour objet la suppression de l’État de droit, a été nommé « état d’urgence permanent ».

Après le terrorisme fort utile à cette suppression nous sommes entrés de plein fouet dans la dernière étape de privation de nos droits. En Australie, les autorités de Melbourne, deuxième plus grande ville du pays, ont donné à la police le pouvoir d’entrer dans les maisons, sans mandat ni permission des propriétaires, afin d’effectuer des « contrôles ponctuels ». Tout ça s’effectue dans le cadre hystérique d’un nouveau régime de confinement.

L’Australie ainsi que la Nouvelle Zélande étant TOTALEMENT sous la coupe du Deep State, les politiciens aux ordres ont déclaré un nouvel « état d’urgence » pour « lutter » contre un péril inexistant : le Covid 19. La Nouvelle Zélande a pris le pas ainsi semble-t-il que le Québec.

Notre société est malade, ce n'est pas nouveau, c'est désespérant et maintenant ça porte un nom : le Covid-19. Car sous cette appellation, c'est tout un nouvel ordre social, pathologique, qui se met en place, un ordre social faisant des peurs, des fantasmes non dépassés, des comportements asociaux la nouvelle norme.

Imaginez-vous qu’on vous impose un couvre-feu complet pour un seul terroriste en cavale en France ! C’est ce que nous vivons avec Covid-19, un principe de précaution démultiplié à l’extrême, de l’ingénierie sociale jouant sur la peur des gens. Ainsi justifie-t-on une deuxième vague artificielle en utilisant des tests PCR non fiables parce que beaucoup trop sensibles. Imaginez donc votre système d’alarme se déclenchant dans la maison, en votre absence, parce qu’une plume est tombée sur le sol ! Les tests PCR, c’est pareil ! Certains scientifiques affirment que l’épidémie se termine, d’autres appellent à la prudence. Le professeur Jean-Daniel Chiche et l’épidémiologiste Laurent Toubiana avancent leurs arguments.

Pour les médecins spécialistes qui restent sensés et non inféodés à Big Pharma, l’ensemble des mesures sanitaires disproportionnées repose sur des faux positifs bien opportuns pour les gouvernements aux ordres de Big Pharma. Face à une épidémie devenue non létale avec 100 fois moins de décès, des non contagieux et non transmetteurs se retrouvent néanmoins à l’index de la société parce qu’ils ont rencontré un virus contre lequel leur système immunitaire a su faire le nécessaire. Ils possèdent encore tout simplement de légères traces virales. Seulement 10% des testés positifs possèdent réellement un virus encore actif et passablement dangereux pour autrui.

Ça n’est nullement du complotisme c’est une question d’hyper sensibilité et de bluff gouvernemental répondant à un agenda mondialiste. Dès que tu as été en contact avec un cas positif dont seulement 10% des testés sont réellement pathogènes, tu te mets à l’isolement, si tu es un bon citoyen. Beaucoup de vedettes se prêtent à ce jeu afin d’entretenir la peur du Covid-19. Même notre nouveau premier ministre Castex s’est livré à l’intox.

Magnifique opération de communication allant de pair avec un exécutif qui a demandé au Parlement de prolonger la loi du 9 juillet 2020 organisant la gestion de la crise sanitaire. Ce dispositif purement orwellien permet de limiter les rassemblements, les déplacements ou de fermer des établissements, initialement prévu jusqu'au 30 octobre, il sera reconduit jusqu'au 31 mars 2021.

Que nous propose-t-on aujourd'hui à part s'isoler ? Soit enfermé chez soi, soit enfermé en soi au milieu des autres mais, sans contact, ni physique, ni visuel : du Big Brother. Or, la poussée virale est terminée depuis longtemps, seuls les tests dont je vais reparler permettent d'identifier des personnes non-malades positives, des porteurs-sains, nécessaires par ailleurs à l'immunité collective, des personnes qui seraient également positifs à beaucoup d'autres maladies comme le pneumocoque ou le méningocoque par exemple, s'ils étaient testés. Mais ils ne le sont pas.

Seul le Covid est systématiquement testé, permettant d'entretenir la peur. La peur qui, elle, permet de manipuler les populations, et d'instaurer ces nouvelles règles qui détruisent petit à petit l'individualité et l'humanité en chacun d'entre nous si nous ne réagissons pas.

Ce n’est pas le masque le problème, il est juste là afin d’embrouiller les français, pour leur faire peur, c’est cette politique qui est une arnaque. La seule chose que le port du masque permet d’éviter, ce sont les amendes. Fort heureusement, nous ne sommes pas encore tous de zombies et des critiques virulentes commencent à sortir. Et je me dois ici d’apporter un rectificatif à ce que je pense habituellement de la sphère merdiatique. France Soir semble être un exemple au milieu des merdias habilement utilisés par l’élite qui les finance avec un seul but ; celui de la transformation de la société, en raison des nouvelles normes de comportement devant entraîner, une fois n'est pas coutume, l'homme nouveau, l'Homo Covid non erectus.

Pendant ce temps, des médecins intègres et soucieux de leur serment crient des vérités qui restent non entendues du peuple. Ainsi, le Dr Urso (American Frontline Doctor) soupçonne que l'Hydroxychloroquine serait efficace pour tous les virus aérien a ARN !

Certains médecins HURLENT que la poussée virale est terminée depuis longtemps et n'a pas été aussi virulente que médiatisée. Concernant la grave situation que nous vivons tous, un article SUPER IMPORTANT de France Soir est à lire. En voici quelques extraits :

« Ayant travaillé en mars, avril et mai dans un service où l'on entreposait les "malades" covid, j'ai pu me rendre compte que la majorité d'entre eux n'étaient pas infectés par le virus ! Je m'explique : tous les patients suspects devaient passer un test PCR et un scanner de thorax. La quasi-totalité avaient une PCR négative, mais par contre tous les radiologues concluaient de la même manière : Images compatibles avec une infection covid. Et zou, le patient était transféré dans le service des "covid". (...) Ces "fameux" radiologues voyaient de l'infection covid sur des scanners, normaux, prenaient des bulles d'emphysème pour du covid, prenaient des pneumonies bactériennes à pneumocoques pour du covid etc. Véridique. (...) J'estime que 80 % des diagnostics de covid sont faux, surtout sur les causes de décès. (...) Actuellement seules le taux de décès et éventuellement le taux d'admission en réanimation sont les seuls critères fiables de l'épidémie. Les décès et les admissions sont au plus bas. Voisins de zéro. Pourquoi parler d'épidémie sans malades ?????? Le gouvernement multiplie les "dépistages" et trouve beaucoup de porteurs sains. C'est parfait et c'est tant mieux. Les porteurs sains sont utiles et nécessaires car c'est par eux que la protection de masse va se faire. Il est criminel et assassin d'empêcher cette protection de masse par le port du masque. Nous sommes tous porteurs sains de milliards de germes pathogènes dans notre bouche surtout, mais aussi dans notre intestin. »

À suivre.

Olivier

Commenter cet article