Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le déclin de la secte des réchauffistes.

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

La meilleure façon d’aider ceux que vous aimez, c’est de les informer. Faite-donc circuler ces articles SVP. Quant à la meilleure façon de m’aider, c’est de faire connaître mes livres et les acheter.

Merci d’avance.

Tout comme Big Pharma use de tous ses pantins largement achetés afin de prolonger la pantomime Couillonavirus, il devient de plus en plus difficile pour les réchauffistes d’étouffer leurs sales mensonges.

Je reviens vers mes lecteurs après trois semaines d’absence. J’avais un besoin irrésistible d’aller chercher la lumière et surtout de me couper des ordures journalistiques. Cette histoire de Covid-19 ne frise pas l’hystérie mais la dépasse allègrement ! D’où un besoin irrésistible de me couper de cette orgie de mensonges tous plus obscènes les uns que les autres.

À peine repris le cour d’une info toujours plus anxiogène, j’apprends que cinq personnes sont décédées et plus de 100.000 ont été forcées d'évacuer leur domicile dans le nord de la Californie à cause d'importants incendies qui comme chaque année détruisent des hectares. Ceux de 2020 ont déjà détruit 230.000 hectares. Les épaisses fumées ont entraîné des alertes à la pollution de l'air notamment dans la baie de San Francisco. De quoi réjouir en apparence les réchauffistes majoritaires, puisque selon une étude publiée fin juillet dans la revue Nature, la hausse exceptionnelle de température observée actuellement dans l'Arctique n'a de précédent qu'une augmentation similaire lors du dernier âge de glace.

En Arctique, la banquise "fond" plus vite que les modélisations actuelles le prédisent, ont averti  des chercheurs de l'Université de Copenhague et Jens Hesselbjerg Christensen, professeur de climatologie, dans un communiqué de l'Université.

D'autres scientifiques estiment que la fonte de la calotte glaciaire du Groenland est irrémédiable. Selon eux, elle continuerait à rétrécir « même si le réchauffement climatique s'arrêtait aujourd'hui » car les chutes de neige ne compensent plus les pertes de glace, et pourtant … même si mes nombreux articles sur le sujet et mon bouquin concernant la Vérité climatique font réagir certains connards du style de celui-ci :

goebbels (site | email) le mardi 25 août 2020 à 16 :56 suite à mon article Au secours, v’la le CO2

« dis donc toi t'es un sacré débile!

quand 99,9% des scientifiques te disent que le climat se dérègle du fait des industries fossiles notamment, toi tu nies?

tu aurais probablement bien au ta place au 3ème reich! »

On appréciera le niveau intellectuel de l’individu masqué ! Mais ce n’est pas grave car la vérité qui nous pend au nez est toute autre. Début septembre, et après d’autres éléments significatifs ayant « égaillés » la planète, au Colorado, en 24  h, la température a chuté de 30°c !

A Denver, la température avoisinait les 33°C lundi 7 en début d'après-midi. Mardi matin 8 septembre, elle était tombée autour de 2°C.

Nous avons également connu une saison des ouragans « super active ». En effet, La Nina est un phénomène climatique ayant pour origine une anomalie thermique des eaux équatoriales de surface de l'océan Pacifique centre et Est. Elle se caractérise par une température anormalement basse de ces eaux. Comme le décrit Bloomberg,  elle « déclenche une réaction atmosphérique en chaîne qui risque de faire basculer le temps dans le monde entier, transformant l’ouest des États-Unis en un véritable poudrière, alimentant des ouragans plus puissants dans l’Atlantique et inondant certaines parties de l’Australie et de l’Amérique du Sud ».

Mais qu’on se rassure, l’Atlantique n’est pas en reste. Voila à quoi ressemblait hier jeudi 10 septembre le point culminant de la saison des ouragans (7 systèmes dans l’Atlantique). Deux de ces perturbations sont appelées tempêtes, Paulette et René, elles traversent toutes deux le centre de l’océan Atlantique en direction de l’ouest-nord-ouest.

Les cinq autres n’étaient pas encore devenues des tempêtes le 10 septembre, mais elles doivent être surveillées attentivement au cours des cinq prochains jours. Ainsi allons-nous nous retrouver avec des saisons tardives plus actives. Certains comparent déjà La Nina 2020 à « La Nina de l’enfer ».

C’est pourquoi j’adresse ce petit message à certains petits crétins qui m’insultent « courageusement » derrière un pseudo : à une époque ancienne les températures en Europe ; exemple pour l’Italie et l’Espagne était comparable à celle du Canada. Cela signifie de 15 à 25 degrés de moins ! Même la NASA semble d'accord, si vous lisez entre les lignes, avec leurs prévisions pour ce cycle solaire  (25). L’agence le considère comme « le plus faible des 200 dernières années ».

J’ai déjà consacré plusieurs articles à la scientifique intègre Valentina Zharkova, ainsi que plusieurs pages dans mon livre consacré au climat : Tonton Malthus est revenu.

https://www.thebookedition.com/fr/tonton-malthus-est-revenu--p-371412.html 

Elle vient de rédiger un papier important allant dans le sens de mon propos, il est intitulé : « Le grand minimum solaire moderne mène au refroidissement terrestre ». Elle l’a Publiée le 4 août 2020. Sa dernière analyse nous informe que le 8 juin 2020 était, pour elle, la date à laquelle nous sommes entrés dans le Grand Minimum Solaire Moderne.

Voici un résumé de ses propos.

« Dans cet éditorial, je démontrerai avec le champ magnétique lié à l'activité solaire, nouvellement découvert, que le Soleil est entré dans le Grand Minimum Solaire moderne (2020–2053), qui conduira à une réduction significative du champ magnétique solaire et de l'activité solaire, comme pendant le minimum de Maunder. Nous allons donc vers une réduction notable des températures terrestres. » (…) « Actuellement, le Soleil a terminé le cycle 24, le cycle le plus faible des 100 dernières années, et en 2020 a commencé le cycle 25. Pendant les périodes de faible activité solaire, comme le grand minimum solaire moderne, le Soleil sera souvent dépourvu de taches solaires. C'est ce que l'on observe maintenant au début de ce minimum, car en 2020, le Soleil a connu au total 115 jours sans tache (soit 78%), ce qui signifie que 2020 est en bonne voie pour dépasser le record de 281 jours sans tache (ou 77%) observé en 2019. Cependant, le démarrage du cycle 25 est encore lent dans les régions actives, donc avec chaque jour / semaine / mois qui passe, la valeur nulle de l'activité solaire est prolongée, marquant un début de grand minimum solaire. »

Elle continue avec les conséquences pour la Terre. Les connards qui croient au réchauffement tout comme au Covid-19, aux masques et au vaccin qui va tous nous sauver vont pleurer.  

« De 1645 à 1710, les températures, dans une grande partie de l'hémisphère nord ont plongé lorsque le Soleil est entré dans une phase de calme, appelée le minimum de Maunder. Cela s'est probablement produit parce que l'irradiance solaire totale a été réduite de 0,22% ». (…) « La température de surface de la Terre a été réduite partout dans le monde, en particulier dans les pays de l'hémisphère nord. L'Europe et l'Amérique du Nord ont plongé dans un gel profond : les glaciers alpins s'étendaient sur les terres agricoles des vallées ; la glace de mer s'est propagée au sud de l'Arctique ; les rivières Dunab et Tamise ont gelé régulièrement pendant ces années, ainsi que les célèbres canaux des Pays-Bas. »

Elle suggère qu'un refroidissement global (style minimum de Maunder), se déroulera à travers les cycles solaires 25-27 (2020-2053).

Elle poursuit : « De la même manière que pour le minimum de Maunder, la réduction du champ magnétique solaire entraînera une diminution de l'irradiance solaire d'environ 0,22% pendant une durée de trois cycles solaires (25-27). »

Dans d’autres articles, j’ai déjà parlé de l’importance du champ magnétique solaire pour nous, sur terre.  Son affaiblissement actuel laisse passer plus de rayons cosmiques nucléant les nuages et entraînant une baisse de la température terrestre jusqu'à 1,0°C par rapport au températures actuelles. Et c’est ce qu’elle suggère pendant les trois cycles suivants (25-27).

La réduction de la température terrestre, au cours des 30 prochaines années, peut avoir des implications importantes sur la croissance de la végétation, l'agriculture, les approvisionnements alimentaires et les besoins de chauffage dans les hémisphères nord et sud. Un réveil brutal pour tous ceux qui ont conservé foi dans les sciences du climat modernes. Alors que nous sommes tous dans une course chaotique VERS DES MENSONGES TOUJOURS PLUS GROS à l’égard des zombies masqués, il sera « amusant » d’observer les visages suffisants et bien-pensants des réchauffistes de tous bois, alors que tombera leur religion orchestrée de toute pièce par Al Gore et sa bande de dégénérés du Deep State.

À suivre.

Olivier

Commenter cet article