Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Retour sur Tonton Bill Gates et sa bande de « philanthropes » de bazar.

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

La meilleure façon d’aider ceux que vous aimez, c’est de les informer. Faite-donc circuler ces articles SVP. Quant à la meilleure façon de m’aider, c’est de faire connaître mes livres et les acheter.

Merci d’avance.

Vandana Shiva, née le 5 novembre 1952, est une écologiste, écrivaine et militante  indienne. Pour elle : « Avec le coronavirus, Bill Gates met en place son agenda sur la santé ». Après mes nombreux articles, vous comprendrez sans peine que je suis en parfaite adéquation avec son propos.

Cette figure de la lutte contre les OGM et Monsanto, est très critique du « philanthrocapitalisme » à la tonton Gates, et incarné par sa fondation. Pour elle, cette générosité « désintéressée » cache une stratégie de domination bien rodée.

Ce philanthropisme relève du profit, du contrôle et de l’accaparement. Il s’agit bel et bien du plus écœurant et hypocrite modèle économique qui soit. Et, il faut bien être un sataniste pour y penser.  En effet, mode FMI, nous avons bien là affaire à un nœud coulant à destination des plus démunis, un modèle politique de contrôle qui étouffe la diversité, la démocratie et les solutions alternatives. Il est machiavéliquement basé sur des aides financières permettant ensuite d’exercer une domination sur la main qui reçoit, voir la couper. C’est ce comportement abject qui permet ensuite à ces multimilliardaires de se prélasser sur des super yacht toujours plus longs et plus coûteux.

Bill Gates, monstrueusement riche, utilise sa Fondation Bill et Melinda Gates, comme principal instrument pour les donations. Il est très actif en Inde, d’où le propos justifié de cette dame. Sa visibilité médiatique face à la crise actuelle, et les millions qu’il investit dans la recherche d’un vaccin, en fait à juste titre une cible privilégiée des « théories du complot ».

Des individus comme lui, Jeff Bezos (Amazon, 1ère fortune mondiale), Mark Zuckerberg (Facebook, 7ème fortune mondiale) ou, en France, Bernard Arnault (LVMH, 3ème fortune mondiale) sont tous les tenants d’un nouveau pouvoir, celui des GAFAM, loin de relever d’une générosité désintéressée.

Covid-19, constitue pour eux une arme de collapsologie contre la gueusaille trop nombreuse. Elle permettra de réduire drastiquement les moyens de subsistance, conséquences d’un modèle économique néolibéral, basé sur le profit, l’avidité de cette caste de nantis pour qui la mondialisation est devenue le golem de leurs multinationales. Cette crise sanitaire en préfigure d’autres : écologiques, économiques et sociétales avec l’apparition d’une nouvelle classe qui sera constituée de la classe moyenne bientôt laminée et des déjà « laissés pour compte ». Ceux qui, depuis longtemps déjà, sont exploités par le néolibéralisme à la Gates et l’émergence de la dictature numérique des GAFAM.

Cette économie est dominée par des joujoux qui font la joie de tous les boutonneux du monde ainsi que de leurs parents. Ces jouets ne sont que le fils d’Ariane (GAFAM) longtemps tricoté par les 0,1% Dépositaires de plus de 50% des richesses mondiales et destiné bientôt à pomper le reste. Cette économie-là n’est certainement pas au service du peuple et de la nature.

La crise voulue du coronavirus est donc destinée à renforcer le pouvoir de ces « 0,1% ». Bill en parlait et en rêvait depuis longtemps, ainsi que nombre de ses coreligionnaires, dont Jacques Attali en France.

Bill Gates met ainsi en place son agenda pour la santé, l’agriculture, l’éducation et même et SURTOUT la surveillance. Tout ceci est désormais en phase finale. Pourquoi ? Durant 25 ans de néolibéralisme, l’État s’était mué en État-entreprise. Que constate-t-on actuellement (revoir mon précédent article)? L’Etat s’est mué en Big Brother, un État surveillance soutenu par cette philanthropie de bas étage, un philanthro-capitalisme.

Ces 0,1% considèrent les 99,9% de gueusaille comme inutiles : leur futur, c’est l’intelligence artificielle (IA). Une robotique destinée à une agriculture numérique sans paysans, des services d’ordres sans cœur, puisque sans flics humains, avec des usines totalement automatisées sans travailleurs.

Leurs investissements à destination des plus démunis leur permettent d’acquérir tout à vil prix, même l’eau et bientôt l’air. À quoi croyez-vous que sert la dette impossible à rembourser ? Covid-19 aura servi uniquement à la rendre toujours plus non remboursable. Vient alors le FMI comme un sauveur. Il prête encore aux Etats déjà sous perfusion comme la Grèce, moyennant les îles, les monuments, les richesses du pays. Et après ? Après ce sont les huissiers qui raflent tout et définitivement puisque, c’était sûr, l’Etat ne pourrait plus payer.  

D’où croyez-vous que viennent les 100 milliards du plan de relance du tonton Lemaire, dans une France déjà endettée à plus de 100% ? La France est morte. Elle est déjà vendue en morceaux depuis longtemps qu’elle est dirigée par des apatrides tous tenants de leur Ordo Ab Chaos avec pour capitale  Jérusalem.

Bill Gates donne quelques millions mais finit par prendre le contrôle d’institutions ou de secteurs qui valent plusieurs milliards ! On le voit bien dans l’information (le Monde à reçu des millions pour l’encenser), la santé (OMS) ou l’éducation, qu’il contribue à privatiser et à transformer en véritables entreprises. C’est aussi le cas dans l’agriculture, où il utilise les technologies digitales comme nouveau moyen pour faire entrer les brevets.

La première génération d’OGM, censée contrôler les nuisibles et les mauvaises herbes, n’a pas tenu ses promesses, mais Bill  a continué comme si la RÉALISATION DU CRÉATEUR lui appartenait. Il finance ainsi l’édition du génome  sans pudeur, sans arrière-pensée, puisque pour lui, virus aidant, la vie n’est qu’un copier-coller, comme sur Word. Il joue ainsi à l’antéchrist et pousse le vice jusqu’à créer une entreprise spécialement pour ça, Editas. Bill Gates veut jouer à être un dieu. Il veut imposer une seule agriculture, une seule science, une seule monoculture, un seul monopole. Et comme je l’explique dans De Mammon à Corona, il s’attaque même au problème du changement climatique.

https://www.thebookedition.com/fr/de-mammon-a-corona-p-375958.html  

Il fait mumuse à modifier intentionnellement les conditions météorologiques et du climat. Comment ? Il s’en prend tout simplement à la lumière solaire pour produire mécaniquement un « refroidissement planétaire ». Mais à part cela, les Chemtrails, n’existent pas !  

Mais outre chercher à contrôler l’approvisionnement énergétique et alimentaire, Bill est aussi est surtout un eugéniste fou désireux de contrôler à distance la fertilité des femmes dans le tiers du monde et bientôt partout.

Comment ? Toujours à l’aide de sa satanée science, la micro-puce, les nanotechnologies qui, injectées au travers de vaccins permettront de faire de chacun de nous un portable ambulant.

À suivre.

Olivier

Commenter cet article