Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recyclage à tous les étages et rififi à l’Union Européenne !

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Récemment, plusieurs entreprises pharmaceutiques ont été critiquées pour s’être livrées à des activités illégales, telles que le versement de pots-de-vin, l’envoi en toute connaissance de cause de médicaments frelatés ou contaminés à des pharmacies et la commercialisation de médicaments pour des usages non autorisés. Le laboratoire dont je vais vous parler est de cette veine, c'est-à-dire de ceux qui ne reculent devant rien pour leur dieu : Mammon.

La course au pognon étant l’activité des multinationales, l’un de leurs lobbys, celui de Big Pharma n’y fait pas exception. 35 multinationales parmi les plus importantes du secteur ont, entre 2000 et 2018, engrangé, grâce à un taux de profit deux fois supérieur à celui des géants des autres domaines d’activité des sommes proprement faramineuses. À lui seul, ce secteur a accumulé plus de 7 500 milliards d’euros de bénéfices sur seulement 18 ans. Mais, Covid-19 aidant, l'avidité reste de mise chez beaucoup de multinationales du médicament en ces temps de pandémie. Passé maître dans tous les coups fourrés sur la classification des médicaments, dumping sur le prix des traitements, refus de partager les savoirs… cette industrie du Diable prend le train en marche de la lutte contre le coronavirus, mais ne renonce à rien.

La preuve ? Alors que l’OMS dénonce ce médicament comme étant non efficace contre le Covid-19, et que l’hydroxychloroquine sur le marché depuis près de 70 ans la démontre partout dans le monde sauf en France où la mère Buzyn l’a même classé vénéneuse, la Commission européenne a signé, mardi 28 juillet 2020, son premier contrat d'approvisionnement contre le Covid-19 et c'est le remdésivir qui l'emporte haut la main pour 63 millions d'euros de commande. Le remdésivir, des laboratoires Gilead, est le seul traitement homologué depuis un mois contre le Covid-19 au niveau européen depuis juillet dernier. L'hydroxychloroquine, privilégiée par Didier Raoult, n'a pas été homologuée à ce stade.

Les « péquenaud-crates » non élus de l’UE achètent donc, avec l’argent des peuples européens, pour des millions d’euros de Remdésivir puis viennent ensuite nous dire qu’il est sans effet. L’OMS dit qu’il n’est pas opérationnel et jugé inefficace contre le Covid-19. Ce vieil antiviral avait été développé initialement contre le Sida, puis Ebola et à chaque fois jugé inefficace. En chine, la péritonite infectieuse féline (PIF) étant une maladie infectieuse due à un Coronavirus, on l’utilise pour soigner les chats atteints d’une péritonite à coronavirus.

Les laboratoires Gilead ayant beaucoup investi dans cette molécule essaient donc coute que coute de lui trouver des débouchés. Et dans ce cas, quoi de mieux qu’un bon forcing à l’UE à grands coups de pots de vin, et par le biais de leurs lobbyistes. Comprenez bien qu’ici l’affaire est juteuse puisque son coût est 400 fois supérieur à celui de l'hydroxychloroquine (2000 euros contre 5 euros pour un traitement de 10 jours).

Il ne peut pas être administré à grande échelle à un stade précoce de la maladie, puisqu’il est injectable (10 injections), ce qui rend son administration difficile. De plus, il présente une forte toxicité rénale qui empêche son utilisation précoce puisque la majorité des cas de COVID 19 évoluent spontanément de façon favorable.

Avant de nous quitter, jetez donc SVP un œil à cette vidéo de 15 mn : https://youtu.be/GZDzAKj-_5A

Qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse du fric ?

A suivre.

Olivier

Commenter cet article