Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les « intouchables » (partie 7)

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

 

Retour au premier article de la série : http://vecteur-douceur.over-blog.com/2021/01/les-intouchables.html

 

L’élite mondialiste voulue par le pantin Thomas Woodrow Wilson, vingt-huitième président des États-Unis, élu pour deux mandats consécutifs ou le pseudo-colonel Mandel House s’est constituée en 1945.  Elle est arrivée à maturité à la fin des années soixante : ce sont les années Rockefeller, Giscard et Trilatérale. Cette élite totalement déracinée est  gnostique. Elle est élevée par des écrans dans des Babel de verre, comme du reste son troupeau innombrable. En Europe on a pu voir l’émergence de cette élite, en partie nazie d’ailleurs, dès les années soixante.

L’immigration, la société de consommation et la liquidation des enseignements allait créer une nouvelle population technophile, nomade et soumise.

Et puis Gorbatchev est arrivé. Tout est allé depuis en s’amplifiant et en s’accélérant, la bêtise et la lâcheté de la masse ne faisaient rien pour écouter les "théoriciens du complot". Le contrôle des élites asiatiques ou russes est allé de pair, quoiqu’en pensent certains naïfs préoccupés par modèle chinois. Modèle chinois qui exige vaccination, contrôle biométrique et gestion informatique de sa ruche de plus d’un milliard d’habitants. Ici encore, à un échelon bien supérieur à celui divisant le colleur d’affiches lambda, les oligarques du capitalisme et du communisme se seront merveilleusement tendu la main. Kissinger et Nixon ont voulu ce rapprochement avec la Chine de Mao.

Ces spécialistes du diviser pour mieux régner, ces experts dans la fracturation des races et des peuples veulent désormais nous atomiser, nous éradiquer sauce vaccinale au nom d’une écologie de bazar. Ce sont ces mêmes libéraux qui ont ouvert les frontières des pays occidentaux à l’immigration-invasion. De quoi liquéfier les pays de race blanche. De plus, ces libéraux leur disent que les Blancs sont leurs oppresseurs. En Occident, tout est fait pour brider la liberté d’expression et d’association des Blancs.

Bien entendu, tous ces immigrés ne sont pas haineux, mais d’autres voient l’avantage politique du statut de victime et en profitent. Cette gauche progressiste, mais vers le chaos, a ainsi détruit l’unité avec « la politique de l’identité ». Elle a fait passer la classe ouvrière du statut de victime à celui d’oppresseur. La bête noire n’est plus le gros capitaliste qui exploite. Non. Désormais, pour eux, la bête noire diabolisée, c’est « la classe ouvrière blanche raciste et sexiste ».

Les calculs ne sont pas fait et on ne doit pas en parler, mais les prétendues « minorités raciales » sont, en réalité, des majorités massives. Les Blancs constituent un faible pourcentage des habitants de la Terre. Tant aux USA qu’en France, pour en arriver à agresser des inconnus, à piller et brûler les commerces des Blancs et menacer leurs quartiers, leur audace vient au fait qu’ils savent que la confiance du Blanc en lui-même a été affaiblie par des années de diabolisation et qu’en conséquence, il pourra être malmené impunément.

C’est toujours le même scénario. Big Brother a toujours besoin d’un ennemi du peuple, de même le libéral/la gauche a besoin de son martien envahisseur. Il en a forgé un, mais il n’est plus vert comme dans la SF des années 50. Désormais, le monstre hideux et tentaculaire est : « le suprémacisme blanc ».

Dans ce combat inégal, les Blancs n’ont pas de défense. Toute défense de leur part est tenue comme la preuve même de leur racisme. Le piège est idéologique, une idéologie sur laquelle, les sionistes ont abondamment surfé avec dextérité.

Le processus visant à l’éradication du blanc « raciste » a donc déjà commencé, et depuis un bon moment.

Ajouter à tout ceci une bonne dose d’infantilisation d’une société, et ce cocktail rend les citoyens faciles à dominer. Beaucoup cherchent à s’intégrer, même s’ils sont fondamentalement en désaccord. L’oligarchie use alors de l’ingénierie sociale comme un orfèvre. Elle n’a qu’à fabriquer l’impression que la « majorité» de la population est d’accord avec les mesures oppressives.  Tout se situe ainsi dans la « gestion de la perception » plus que de la force directe. Et avec couillonavirus, depuis un an, nous sommes à bonne école !

Le pouvoir n’étant qu’une une illusion, l’élite, par le biais de ses capos, doit donc amener le peuple à se laisser réduire en esclavage et à s’asservir les uns les autres en un énorme flicage. L’intention des médias aux ordres est plus que jamais de ralentir l’hémorragie de la vraie info. Arrivent alors à la rescousse, non pas la cavalerie, mais les GAFAM ; des sites comme Twitter et Facebook. Mais, ils n’ont pas réussi à museler les « complotistes » en une pensée unique salutaire à leur PLAN. Aujourd’hui, les conservateurs et les modérés quittent Twitter et Facebook en masse parce qu’ils sont régulièrement censurés ou suspendus de ces sites.

Et c’est là que nous en arrivons au saint Graal, fondement même du contrôle de la pensée, la notion que certains propos, pensées et idées sont « dangereuses » et que le simple fait de pouvoir en parler dans un blog où sur un forum ouvert pourrait perturber la société dans son ensemble. Ce que veulent la gauche et l’establishment, c’est une société termitière dans laquelle tous les citoyens font partie d’un seul et même esprit ruche, dans lequel seuls les idéaux collectivistes autant que favorables aux psychopathes au pouvoir sont acceptables.

Les régimes communistes, collectivistes, marxistes, gauchistes, peu importe leurs noms, veulent la soumission plus que tout. Ils veulent le contrôle de la pensée. Ils veulent que vous fassiez partie de cet esprit ruche, et si vous ne le faites pas, vous devez être puni ou rééduqué.

Ainsi, ne vous croyiez pas à l’abri d’une Europe doucereuse. Pour ceux qui dormiraient encore, nous pataugeons désormais au milieu d’une pandémie délibérément survendue, d’un confinement national strict, de troubles civils, d’émeutes, de cette menace technologique agressive que je vous ai dépeint. Nos droits s’envolent au gré d’un virus qi ne tue que les plus fragiles et d’une censure gouvernementale voulue intrusive.

En plus de tout cela, et implicitement voulu, le grand reset est là, bien là, sous nos portes. Il va s’accompagner d’une colère des éléments soigneusement cachée par les élites de Davos.

http://vecteur-douceur.over-blog.com/2021/01/ce-froid-qui-vous-a-laisse-froid.html

L’endettement sans précédent dont se sont gavés les oligarques va provoquer l’explosion de la bulle des bulles. Pourtant, de nombreux citoyens croient encore que la situation va s’arranger sans aucun effort ni aucun sacrifice de leur part, où avec une petite piquouze dans le cul.

Alors qu’il est historiquement prouvé que les gouvernements ont tendance à créer les problèmes au lieu de les résoudre, certains s’illusionnent encore perdu au milieu d’un brouillard élyséen.

Pourquoi ? Parce que les représentants politiques vont et viennent, mais les élites de l’ombre, les sombres marionnettistes ne partent jamais.

Le déclin de notre société vers la tyrannie ne s’arrêtera pas tant que le peuple n’aura pas identifié CLAIREMENT l’ennemi. Il ne sera pas soulagé tant que cette structure de pouvoir et les personnes qui la sous-tendent ne seront pas éliminées, éradiqués.

Ces élites ne sont qu’une collection de psychopathes et de parasites, pour la plupart faibles et fébriles. Il y a très peu de choses qui sont cachées à propos de ces personnes. Mais, tant que la majorité continuera à croire aveuglément que le système se corrigera de lui-même, par l’opération du « saint esprit », elle n’agira pas. L’élite agit donc ouvertement en toute impunité parce qu’elle sait que les gueux sont plus susceptibles de demander de l’aide au système que de régler un problème par eux-mêmes. Si quelqu’un devait mettre fin à ce simple et unique fantasme de masse, les élites disparaîtraient demain.

De plus, lorsque les gens croient que leurs pairs et leurs voisins ont accepté un certain niveau de tyrannie, ils l’acceptent souvent eux aussi afin de ne pas se faire remarquer ou d’attirer l’attention sur eux comme étant « anormaux ». Les personnes qui cherchent à obtenir le pouvoir n’ont qu’à créer l’illusion d’un consentement de masse. Le contrôle est généralement obtenu de manière passive, sans recours à la force. Parfois, vous n’avez même pas besoin de la menace de la force ; parfois, il suffit d’inspirer la peur de se démarquer de la foule.

La pandémie de couillonavirus a été utilisée au cours des six derniers mois comme un outil pour créer un tel récit. Le fait que, dans de nombreux endroits, les masques soient exigés à l’extérieur malgré les preuves scientifiques sans fin montrant que les rayons UV et l’air tuent les micro-organismes, y compris les virus, montre que la réaction des autorités avec le confinement n’a rien à voir avec la science ou le fait de sauver des vies. C’est une question de contrôle.

Les masques ne servent à rien. Mais si les élites de l’establishment peuvent, par le biais de la propagande, vous convaincre de porter un masque tous les jours. Cela leur ouvre la porte pour dicter de nombreux autres aspects de votre vie. Les masques ne sont qu’une porte d’entrée vers des obligations plus destructrices.

Les prédateurs ne cherchent pas des cibles difficiles, ils cherchent des cibles faibles. Lorsque les prédateurs sont touchés, ils ont l’habitude de s’enfuir. Mais pour cela, il faut des gens qui acceptent de sortir de leur zone de confort et acceptent de se battre pour quelque chose de plus grand qu’eux. Il ne s’agit pas toujours de sa propre survie, parfois il s’agit de la survie des générations futures ou de la survie d’un ensemble de principes.

Bien que l’élite cherche à vous persuader du contraire, la Bible le dit, une grande partie des êtres humains fonctionne sur la base d’un certain ensemble de morales et de principes inhérents qui sont universellement partagés ; ils n’ont pas besoin qu’on leur enseigne ces principes, ils sont nés avec. Si ces règles n’étaient pas ancrées dans notre psychisme, notre espèce se serait autodétruite il y a des milliers d’années.

Des valeurs telles que la liberté existent même dans les environnements les plus oppressants, et les gens la recherchent même lorsque le risque est écrasant. L’empathie est également inhérente à la plupart d’entre nous, mais un certain pourcentage de personnes naissent sans en avoir la capacité. Les tyrans psychopathes veulent désespérément prouver que toutes les autres personnes sont aussi dépourvus d’humanité qu’eux. Ils veulent prouver que la voix de la conscience qui nous guide est un masque que nous portons. Le contrôle vient de l’idée que la morale est relative, et que les principes sont des constructions sociales.

Le totalitarisme ultime est le pouvoir de faire oublier aux gens leur propre voix intérieure. L’outil ultime contre le mal est d’entendre cette voix et de ne pas avoir peur des conséquences supposées. Ils ne sont d’aucune utilité pour l’humanité, ils ne servent à rien de valable. Ils cherchent seulement à se nourrir des masses comme des vampires et à réaliser leurs fantasmes de conquête. Tôt ou tard, il faudra s’occuper d’eux et le plus tôt sera le mieux.

Oui. Car le seul argumentaire des petits capos du système et de leur populace de téléphages est l’insulte tempérée par la menace. Quoiqu’on dise on est accusé de théorie de la conspiration qui rimera un jour avec camp de concentration pour les contrevenants. Circulez-donc braves gens, car tout comme l’a fait sans vergogne le NYT, si l’on évoque les pontes de Davos, tonton Gates, le mondialisme, l’ARNm, l’ADN ou autres, on est accusé de complotisme par des pantins qui s’agitent au sein d’une désertification intellectuelle bien globalisée.

La cabale mondialiste n’existant pas, ne peut exister qu’une méchante volonté de tout inventer pour mieux accuser. Il faut donc sanctionner et insulter les "félons" avant de pouvoir les enfermer.

Pour quelqu’un qui n’a pas envie de réfléchir ou de discuter, l’accusation de théorie de la conspiration est bienvenue. Tout le monde peut l’appliquer, en particulier les journalistes ignares opposant les pédants aux savants. Alors on fait rentrer les bouffons sur les plateaux télé, bouffons qui sont là pour ajouter plus de fausseté à l’esprit de ce monde. Car lorsque l’on se rend compte que l’adversaire nous est supérieur et nous ôte toute raison, il faut alors devenir personnel, insultant, malpoli.

Tout cela marche parce la bêtise s’est répandue industriellement et ce grâce aux médias. Car leur monde moderne est le monde des gogos, des consommateurs, des guerres mondiales, du totalitarisme à répétition. Et il veut finir glorieusement par un Reset et une extermination.

FIN

À BIENTOT, SI ON ME LAISSE ENCORE ECRIRE.

Olivier

Commenter cet article