Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Arbre de Vie et Arbre de la Connaissance ou arbre de mort !?

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Il y a métaphoriquement deux arbres dans le jardin d'Éden qui symbolisent le bonheur auquel l'humain est appelé : l'Arbre de vie, et l'Arbre de la Connaissance du bien et du mal. Avant d’en préciser la fonction, il importe de bien comprendre la signification symbolique de l'arbre. Le symbole s'attachera à son aspect spatial.

Le tronc fait fonction de lien entre la terre où il a ses racines et le ciel où il est dirigé. L'arbre est donc un symbole de la communion entre deux mondes : celui d'en haut, la Divinité, et celui d'en bas où habitent les humains.

Le premier arbre, l'Arbre de vie, se rencontre dans beaucoup de mythes des peuples de l'Orient ancien, comme la célèbre épopée de Gilgamesh. On y raconte comment le héros entend parler d'un arbre qui peut donner la vie éternelle (Dieu), but de sa longue quête. Il en vient à trouver cet arbre, mais il lui est volé par un serpent (égo), qui change de peau après en avoir mangé.

Le serpent, parce qu'il change de peau , a toujours été interprété dans les anciennes mythologies, comme un symbole de vie éternelle, de résurrection. Si le jardin d'Éden symbolise le bonheur humain, un des aspects de ce bonheur est la vie éternelle qui est un don de la Divinité.

Quant à l'Arbre de la Connaissance du bien et du mal, c’est l’homme qui, en bon adolescent fort de ses illusions désire prendre ses distances d’avec Dieu : l’ESPRIT premier. Cette connaissance, c’est la chute, l’homme prenant à bras le corps un pseudo libre arbitre qui, je le rappelle, est illusoire.

Cet arbre est, je le reconnais, beaucoup trop sujet à des interprétations erronées. Il symbolise le désir de pouvoir absolu qui sommeillait en l’homme et se trouve éveillé par la chute. En Hébreu, comme dans les autres langues sémitiques, on indique une totalité par ses deux extrêmes. Ainsi, « le ciel et la terre » signifient l'univers. De cette manière, « le bien et le mal » ne signifieraient pas l'une ou l'autre de ces deux réalités, mais les deux, « tout ». Le mot « Connaissance » n'y a donc pas le sens abstrait que nous lui donnons dans nos langues.

Dans les langues sémitiques, il implique une connaissance profonde, une intimité, un pouvoir. Quand on connaît, on crée des liens intimes et puissants avec le connu. L'Arbre de la Connaissance du bien et du mal symbolise donc un désir profond de l'humain : celui d'être en mesure de connaître tout et d'utiliser ce pouvoir de façon absolue. C’est-à-dire d’être comme un dieu, ne plus être limité par la condition humaine.

C'est bien là une tentation universelle pour tout humain à toutes les époques ! On voit donc que l’Arbre de vie est en opposition à l’Arbre de la Connaissance ! Dans la Bible, il y a une description de l’Arbre de la Connaissance (création de Satan : l’égo) mais aussi celle de l’Arbre de Vie (la réalité originelle du lien entre l’homme et Dieu d’esprit à ESPRIT). Mais il n’y a aucune compatibilité entre les deux !

Et l’homme dans sa folle cabale contre son Créateur désire compenser ce manque. Il se crée des paradigmes et des boucs émissaires (un pseudo Satan tentateur) face à ses responsabilités. Et pour se créer des paradigmes et des moyens d’y parvenir, il lui faut des outils. La Kabbale et Les Tables d’Emeraude en font partie.

À suivre.

Olivier

 

Commenter cet article