Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jeux, Tarot.

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Les corps de Nemrod et Osiris ont été découpés après avoir soi-disant été assassinés par des rivaux. Isis n'avait retrouvé que 13 parties du corps d'Osiris essaimés le long du Nil et le 14e, le pénis, fait l'objet d'un culte phallique avec les obélisques et les clochers d'églises surmontés d'un coq, (cock en argo Anglais désignant le pénis de l'homme).

Il suffit de comparer le Capitole et le Washington Monument dans la capitale US avec ceux du Vatican à Rome pour s'en convaincre. La fable des 14 stations de croix relève de cette tradition occulte. Les cultes égyptiens si chers à nos « frères la truelle » sont de filiation babylonienne. La Bible parle beaucoup de prostitution et par le terme, il faut aussi remonter aux rites de prostitution "sacrée" liés aux cultes des déesses antiques et autres « Reine des cieux ».

La religion à mystères intégrait les trois lettres « SSS » comme symbole secret de ralliement. Ce « S » répété est le stigma des Grecs et le phénomène des stigmates vécus par des saints selon la norme catholique n'est qu'une parodie parmi d'autres tentant de faire croire qu'un être humain pourrait revivre la passion du Christ !

Ces trois lettres reprises par les Egyptiens désignaient Isis, la déesse mère de la sexualité. Le culte impliquait l'existence d'une caste de prostituées sacrées qui, par leur commerce avec des adorateurs, permettait à ceux-ci d'entrer en communication avec la déesse par les trois orifices, vaginal, anal et oral.

C'est en partie ce que représente la statue de la Liberté dans le port New York. Le fameux point « » si cher aux FM et évoqué en matière de zone érogène n'est hélas pas fortuit. Sur la fin de sa vie, Salomon, en dépit de sa sagesse, avait un harem de plusieurs centaines d'épouses et de concubines qui adoraient leurs idoles, entraînant ainsi le rejet du Vrai DIEU et l'Apostasie.

Les hôtels de passe avaient une lanterne rouge, signe que l'on retrouve avec la lumière rouge sur les autels des églises et autres lieux du culte Catholique. Le rouge de la Chine Communiste est encore dans les mémoires avec pour fleuron le petit livre rouge d'un certain Mao. Tout cela nous ramène à la racine. Une racine qui a su donner un arbre, pas celui de VIE, mais celui de la mort spirituelle. Un culte qui s’adresse à des morts orchestrées par des « vivants » qui sont déjà des morts spirituels et qui finiront tous au même endroit.

Rien n’y échappe, chaque jour à chaque heure et chaque seconde de nos vies. Et si une journée s'affiche en général sur un cadran doté de 12 parties, c'est parce qu'il s'agit d'astrologie avec la représentation des 12 maisons du Zodiaque, correspondant aux douze mois de l'année qui elle-même est composée de 360 jours selon le mode de calcul biblique basé sur des mois de 30 jours ou 720 heures, toujours en vigueur dans le système bancaire.

36 constellations se partagent le Zodiaque : 15 au Sud et 21 au Nord. 36 étoiles représentent les dieux en charge de ces zones et ces « stars » émanent d'une étoile centrale à laquelle elles obéissent, le soleil des tristes héliocentristes.

Et ce ne sont pas les Hébreux, qui en déportation à Babylone, diront le contraire ! Ils avaient surnommée porte de l'enfer, l’endroit où ils devaient se prosterner plusieurs fois par jour. Cette porte d’Ishtar, avec ses 337 représentations de serpents/dragons, menait à la « tour de Babel » et les Hébreux en captivité y défilaient en signe d'hommage aux dieux de Babylone, dont Marduk, le Seigneur des anneaux remit au goût du jour par la saga de Tolkien et ses 3 films hollywoodiens.

Nos divertissements n’y font pas exception et la roulette des casinos comporte 36 (1+2+…36=666) cases auxquelles s'ajoute le « » correspondant aux 5 jours de l'année dite « normale » du calendrier « Judéo-chrétien » indexé sur Jésus-Christ, cinq jours de profit exclusif pour les banquiers.

Le Jour de Noël, fête de Tammuz/Lucifer/Satan « tombe », c’est le cas de le dire, le 360e jour d'une année bissextile. D'un point de vue occulte, il faut garder en mémoire que les Jeux Olympiques ont toujours lieu lors d'une année bissextile au cours de laquelle la « fête » de Noël tombe un 360e jour, en rapport direct avec le cercle Zodiacal. Tout est lié, et au centre le gueux se trouve empêtré.

Quant à ce qui tient ce monde occidental par les couilles, ce jeu de cartes bancaires, il sera tôt ou tard, remplacé par la puce et les implants biométriques. Certains jouent au Monopoly pendant que d’autres, des oligarques très sérieux, jouent en bourse à un jeu de MONOPOLY dangereux qui nous amène rapidement vers un nouveau monde à la MAD Max. Ce sera un jour ou l'autre un krach monté de toutes pièces pour précipiter l'accomplissement de certaines séquences de leur Almanach eschatologique et la fin des pièces et des billets.

À la place, vous aurez de l’argent virtuel, sur un compte virtuel, géré par un opérateur qui le sera tout autant. Les menaces qui pèseront alors sur vos vies ne seront alors pas virtuelles mais bien réelles. D’un simple clic, exécuté par le biais de cette technologie que nos connards d’ados trouvent « d’enfer », on pourra vous y envoyer, car en l’espace d’une fraction de seconde, vous n’existerez plus, vous aurez disparu de la MATRICE.

Une année est composée de 52 semaines, temps de gestation d'une ânesse, et le jeu de 52 cartes, outre les 36 cartes numérotées, comporte 4 couleurs correspondant aux quatre saisons.  Peu le savent, mais les quatre figures sont parodiques du Jeudi saint avec la dernière coupe du Seigneur, les deniers de la trahison de Judas Iscariot, les épées et les bâtons des soldats venus l'arrêter.

On « coupe » un jeu de cartes. Les Bâtons se sont transformés en Carreaux, les Coupes en Cœurs, les Epées en Piques et les Deniers en Trèfles dans les jeux de cartes ordinaires. Les jeux de cartes traditionnels, composés à partir de 2 couleurs, de nombres et de figures classées en quatre catégories sont bien moins innocents qu'on ne pourrait le supposer. En effet, « l'AS » cache le Diable, « le roi » son serviteur, « la dame » est la « Vierge Isis » et le rôle du « valet » est dévolu à... Jésus-Christ, « né » de leur union !

Quant au fou, il fallait s’en douter, il est parodique de "la folie de la croix". Quelques noms de cartes comme le pape, la papesse, le pendu, le diable, la maison Dieu, le jugement, le monde sont assez éloquents pour ne pas devoir insister. L'Apocalypse de Jean est composée de 22 chapitres. Le Bateleur (la première carte du tarot), est cause et point de départ de tout ce qui existe, et correspond à la kabbale et la Couronne Séphirotique. Alliée à la « sagesse », elle donne par addition de leurs valeurs alphanumériques Hébraïques d'origine : 500 + 166 = 666.

Le tarot de Marseille évoque à lui seul la rébellion puisque Marseille est située dans les Bouches du Rhône dans le (département) 13. La somme des 12 premiers nombres donne 78 et il y avait 12 apôtres. 

Lisez ce que disait Esaïe des occultistes, ce prophète qui arbore son propos sur les 65 autres livres bibliques, car chacun des 66 livres est en correspondance avec les 66 chapitres du Livre d'Esaïe : "Tu t'es fatiguée à force de consulter: Qu'ils se lèvent donc et qu'ils te sauvent, Ceux qui connaissent le ciel, qui observent les astres, qui annoncent, d'après les nouvelles lunes, ce qui doit t'arriver !" (Esaïe 47 :13).

Les "voyants", lisent l'avenir dans les cartes, les 22 lames ou arcanes du Tarot n'étant que le miroir parodique inversé des 22 lettres de l'ALPHA-BET ALPHA-NUMERIQUE Hébraïque qui ont permis d'écrire la Torah. L'arcane n° XVI est celle de la Maison Dieu ou de La Tour. On retrouve bien sûr le nombre 13 dissimulé dans le jeu de 52 cartes car 13 x 4 = 52.

À suivre.

Olivier

Commenter cet article