Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Soixante années d’histoire pour en arriver à ça ? Non merci les mondialistes ! (Partie 1)

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Je ne vais pas jouer les Macron, notre petit roitelet jupitérien qui, lors d’une allocution télévisée, nous l’avait répété six fois, mais oui, nous sommes en guerre. C’est une guerre, la dernière, celle des 99,999 % contre les 0,001 %. Arrivée à son paroxysme, elle sera la plus dévastatrice que l'humanité ait jamais connue. C’est celle des Peuples contre les 0,001 %, une élite assoiffée de pouvoir et ses administrateurs et « scientifiques » achetés.

Elle fera l’objet de cette série d’articles. Je vous invite vraiment à la diffuser à tous ceux que vous aimez. Faite-le, il y a le FEU ! Elle constitue une clé de compréhension de ce marasme actuel.

Cette guerre a déjà commencé, depuis longtemps, mais de manière larvée. C’est d’ailleurs leur marque de fabrique : la lâcheté et l’hypocrisie. Elle a déjà ravagé notre société, la divisant jusque dans les familles et les amis. Et elle va bientôt finir de la ravager en instillant un clivage mortel : celui des vaccinés contre les non vaccinés. L’élite mise sur le fait qu'une fois qu'une civilisation a perdu sa structure fondamentale : la famille, cellule de base et tissu social qui maintient une civilisation ensemble, elle est brisée. Ils ont alors gagné la bataille. Mais certainement pas cette guerre.

Ils misent donc sur les travers humains. Sur le fait que très prochainement, quiconque ne sera pas enthousiasmé à l'idée d'ingérer une soupe infâme, une expérience à l’échelle planétaire dont les fabricants ont été indemnisés de toute poursuite judiciaire, sera considéré comme l’ennemi numéro UN : celui de l'État, et même de ses proches (amis, famille). Il sera séparé de ses enfants ou retiré de son domicile en raison d'un risque pour la santé pourtant pratiquement inexistant. Les voisins le dénonceront avec joie pour un malheureux pot de Nutella supplémentaire. Tout comme en 39-45, même l’individu le plus pleutre et servile pourra se retrouver dans des « camps de quarantaine » pour avoir contrarié la mauvaise personne lèche cul aux ordres de l’élite.

Vous pensez que je suis fou ? Lisez-donc cet article issu du seul journal encore digne de ce nom en Gaule : https://www.francesoir.fr/politique-monde/lallemagne-va-emprisonner-ceux-qui-ne-respectent-par-leur-quarantaine  

Nous sommes en guerre. Non pas contre un virus invisible, mais bel et bien contre un système mondialiste élitiste toujours plus tyrannique, régi par un petit groupe de multimilliardaires, qui a prévu, il y a déjà des décennies, de prendre le pouvoir sur les peuples, de les contrôler, de les réduire à ce que ces 0,001% croit être un « nombre adéquat » pour habiter la Terre et de numériser et robotiser le reste des survivants, POUR LES SERVIR. Nous en arrivons à l’apologie du « 1984 » de George Orwell et du « Brave New World » d'Aldous Huxley. Si nous ne réagissons pas rapidement face à ces psychopathes, cela dépassera même les rêves les plus fous de ces deux écrivains amateurs de dystopie.

Bienvenue dans l'ère du transhumanisme si chère au frère d’Huxley. Voilà pourquoi il convient de tous nous vacciner à vitesse grand V, afin de nous injecter des substances transgéniques qui peuvent modifier notre ADN, de peur qu'une masse critique ne devienne consciente de ces FAITS, et ne change la donne.

La guerre est réelle et plus vite les moutons masqués et distanciés prendront conscience des comportement inhumains que nous avons permis à nos dirigeants aux ordres de nous imposer, plus nous aurons de chances de reprendre notre souveraineté.

Aujourd'hui, ce sont l’illégalité et l’oppression qui règnent en maîtres sur notre pays, toutes imposées sous prétexte de «protection de la santé ». La non-obéissance est punie par d'énormes amendes imposés par des Dark Vador surarmés et aux ordres.

Le port du masque, la distanciation sociale, le maintien dans un périmètre imposé, la mise en quarantaine, l'éloignement de nos amis et de nos familles, constituent autant d’atteintes à nos libertés qu’à notre dignité humaine. Face à ces Kapos qui n’en possèdent aucune, seule doit primer la solidarité. Nous devons redevenir rapidement des êtres à la pensée indépendante et sûrs d'eux, un attribut que nous avons perdu progressivement au cours des dernières décennies, à coups de conditionnement et d’ingénierie sociale. Tout ceci devant déboucher sur le politiquement correct : la pensée unique.

La chose s’est accentuée durant l'assaut néolibéral des années 1980 et son apothéose du 9 novembre 1989, date à laquelle, le Mur de Berlin cessera d'être une frontière étanche. Dès lors, morceau par morceau, les droits de l'homme ont été coupés, achetés sous des prétextes fallacieux et de la propagande de « sécurité ». La PEUR, cette même peur toujours distillée aujourd’hui grâce au « danger » du couillonavirus, a fait que nous avons supplié pour plus de sécurité. Ils nous ont donc rajouté toujours plus de barreaux devant notre liberté et nos droits.

Dès lors que le nombre de personnes qui se réveillent augmente, l’oligarchie de l’ombre est de plus en plus nerveuse et n'épargne aucun effort pour contraindre tous les contradicteurs afin de défendre et promouvoir le récit officiel. Les opinions progressistes de leurs larbins achetés se tournent soudainement vers le récit officiel, défendant les mensonges du gouvernement et de Big pharma.

Qu’ont donc à gagner ces putes vendues à part argent et postes enviables ? Peut-être un certificat de vaccination sans avoir reçu la moindre de ces injections toxiques qu’ils nous réservent pourtant ? Ou un placebo leur ouvrant un quota de CO2 open bar afin de parcourir le monde et bénéficier d’activités agréables comme « avant ».

Si nous ne nous mobilisons pas, cette guerre se poursuivra pour préparer nos enfants et petits-enfants, les générations futures, à s'abstenir de toute convivialité (bar, cinéma, restaurant, concerts, etc.). Ils les endoctrinent déjà à s'éloigner de leurs amis, de leurs collègues d'école, de leurs pairs et à ne pas jouer en groupe les uns avec les autres. Pourquoi ? Afin d’en faire la nouvelle normalité.

Ils veulent une termitière animée par une reine (IA) contrôlant une petite population d'esclaves robotisés, qui ne se déplacent que lorsqu'on leur dit (les nomades de Jacques Attali), ne possèdent rien (les floués de Davos) et reçoivent un revenu universel numérique, en fonction de leur comportement et leur obéissance.

Voilà pourquoi je déclare que : « le glissement feutré des pantoufles, ça va bien ; ça suffit !!! » pourquoi ? Parce que notre esclavage n’a fait que progresser depuis trois siècles. Il a été hallucinatoire (politique) et technique. Il n’existe rien de pire que les batailles qu’on a perdu sans les avoir livrées. « Il faut toujours dire ce que l'on voit : surtout il faut toujours, ce qui est plus difficile, voir ce que l'on voit. » C’est Charles Péguy qui écrivit cela dans Notre jeunesse (1910). Alors, ayons le courage de voir ce que l’on voit, comme il le disait.

J’ai 60 ans, 14 bouquins et quelques centaines d’articles à mon actif. Ecrivant régulièrement sur ces sujets afin de prévenir mes contemporains, j’attends depuis longtemps, et sans joie aucune, l’avènement du Nouvel Ordre Mondial. Je dois néanmoins l’avouer, couillonavirus m’a surpris. Pourquoi ? Parce qu’il a su agir en révélateur des travers humains, et ce, bien au-delà du pensable, de l’imaginable, et très certainement des espoirs des salopards qui l’ont créé.

Le plus grand roman de SF restait à écrire, une horreur bien dégelasse. Je n’ai pas vécu soixante ans pour voir ça, mais c’est, hélas, désormais chose faite, le réel ayant atomisé tout rêve d’écriture d’une dystopie bien plus crasse que celle au sein de laquelle nous évoluons désormais. Bill le coyote en est le réalisateur, Klaus Schwab, l’un des financiers, avec les Soros, les GAFAM, et toute la bande des 0,001 % de psychopathes multimilliardaires.

De l’autre côté du mur, leurs petits capos aux ordres rivalisent d’un zèle à la Joseph Goebbels. Les Véran, Buzyn, Lévy, Salomon, Castex, Macron, et tant d’autres faisant partie de la sarabande de sous-fifres, nous donnent la nausée tant ils semblent s’activer à leur sabbat des sorciers, afin d’y attirer leur maître, un dénommé «Satan ».  C’est tout l’aéropage LREM, La République en marche, qui nous jouent du pipo en permanence avec l’assurance de celui qui se croit investi d’une « noble » cause : celle du fric et du pouvoir qui corrompt tout.

En un paradoxe digne de cette époque de dingues, En Marche, après avoir phagocyté tous les partis, est celui qui incite le plus les Français à l’immobilité en restant cloitrés chez eux à coups de 135€. Ceux-là même qui sont à l’origine de cette distanciation sociale castratrice des sentiments humains, ne font qu’appliquer ce qu’ils sont intérieurement et depuis longtemps, des sans âme, loin, très loin du peuple, n’ayant aucune idée des sentiments qui l’anime autre que leur idéologie progressiste de malheur. Placés loin, sous l’œil de Big Brother, ils ignorent tout de cette base qui sous-tend et soutien cette pyramide luciférienne, la nourrissant, l’enrichissant pourtant, et depuis longtemps. Cette crise du Covid aura su révéler toutes leurs malversations intellectuelles.

Le journaliste Ivan Rioufol a écrit dans son livre « La guerre civile qui vient » ces mots que j’adore : « En France nous avons des démocrates qui n’aiment pas le peuple, des humanistes qui n’aiment pas les gens, des journalistes qui n’aiment pas les faits, des antiracistes qui n’aiment pas les blancs, des progressistes qui aiment tellement les pauvres, qu’ils en font venir toujours davantage. »

J’y ajouterai simplement que nous avons également un petit roitelet qui aime les minets mais déteste son pays et ses habitants qu’il qualifie même de sans culture. Après avoir été des Gaulois réfractaires puis analphabètes et incapables de traverser la rue pour trouver du travail, Jupiter trouve que le peuple n’est pas assez bien pour lui ... Il aurait dû démissionner et refuser de continuer d’être le président de tous ces procureurs qui le jugent pour ce qu’il est : un vendu à l’oligarchie introduit au gouvernement par Rothschild and Co !  Son histoire et son comportement ne sont qu’un copier-coller de ce que je vais ici tenter de démontrer.

Fin de première partie.

Olivier

Suite ici : http://vecteur-douceur.over-blog.com/2021/02/soixante-annees-d-histoire-pour-en-arriver-a-ca-non-merci-les-mondialistes-partie-2.html

Commenter cet article