Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lorsque couillonavirus copule ave le CO2, ça engendre de sales mouflets, mais au nom du « bien commun » !

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Ne soyez pas égoïstes, faites circuler l'information : si un article de ce blog vous a intéressé, interpellé, partagez-le par mail ou sur les réseaux sociaux. Quant à moi, toute peine méritant salaire, vous pouvez m’aider en achetant mes livres et en les faisant circuler autour de vous. D’avance merci !

On entend souvent parler d’apocalypse ces temps-ci ! Je ne regarde pas les infos sur nos merdias menteurs mais, ne serait-ce que pour écrire, je me tiens informer. Ensuite je fais le tri.

Apocalypse vient du latin apocalypsis (« révélation »), lui-même emprunté au grec ancien apokálupsis (« action de découvrir »). Et à moins d’être le roi des cons, ces derniers temps les informations en provenance de notre orange bleue sont une révélation pour qui sait lire entre les lignes mensongères d’une élite aux abois.

Il a été question de sécheresse, d’incendies de forêt, de violence dans les rues et de nouvelles vagues de cas de Covid-19 provoquées par des variants dont le fameux variant Delta.  L’actualité de notre époque a pris un ton résolument apocalyptique, et c’est un fait indéniable que nous vivons des instants fortement révélateurs de la connerie humaine : celle de l’homme déchu livré à lui-même.

Il y a même quelque chose de familier pour certains à propos de ce que nous voyons et entendons. C’est peut-être parce que le livre de l’Apocalypse déclare que la terre serait brûlée par une grande chaleur (Apocalypse 16 :8-9).  Jésus a averti qu’il y aurait famine et peste dans les jours précédant son retour (Matthieu 24 :7-8) et nous assistons maintenant à une sécheresse dévastatrice et à la « pandémie » de coronavirus qui serait plutôt une pandémie d’hommes devenus démoniaques.

Plus jeune, j’ai longtemps été frappé par l’idée que durant les derniers jours, la terre ressemblerait fortement aux jours de Noé (Luc 17 :26). En effet, d’après Genèse 6 :11, cette époque fut caractérisée par une violence généralisée.  Non seulement nous assistons à un monstrueux déferlement de violence partout à travers le monde, mais le comportement général de mes contemporains démontre que beaucoup ont oublié le concept de vivre en société et surtout celui du bien commun : pas celui des oligarques hypocrite, mais le bon, le vrai !

De plus, jouant là-dessus, en virtuoses de l'hypocrisie que sont nos dirigeants, l’hostilité créée de toute pièce s’intensifie envers ceux qui, plus réfléchis, ont choisi de ne pas recevoir les vaccins. Des rapports récents suggèrent que ceux qui continuent de les refuser seront contraints de vivre une vie de sous-homme. Ayant perdu la raison du cœur, beaucoup n’ayant désormais d’humain que le nom aimeraient un système dit « No Vax, No Service ».

Mais revenons pour l’instant aux maux de Gaïa. Je vais vous prêcher ici le chaud puis le froid.

Les incendies de forêt ont également été une préoccupation dans beaucoup d’endroits ainsi qu’aux États-Unis. Compte tenu du fait qu’une grande partie de la partie ouest de ce pays est confrontée à une sécheresse généralisée, ces incendies n’étaient pas difficiles à prévoir.  À ce titre, l’état d’urgence avait été décrété dans l’Oregon le 30 juin 2021. Le 6 juillet, le Bootleg Fire y éclatait, il s’agirait du troisième plus grand incendie de l’histoire de l’état depuis 1900.  Au niveau national, 82 grands incendies ont brûlé dans 13 états au 29 juillet 2021.  Depuis le début de l’année, il y a eu 37.218 incendies qui ont consumé près de 1 400 000 hectares.

À mesure que nous avançons, les incendies augmentent et continueront à le faire en gravité et en fréquence.  De grands incendies ont éclaté en Sibérie dans des endroits qui n’en ont généralement pas.  Des spécialistes sont unanimes à reconnaître que « la saison des incendies s’allonge ».  La Turquie a été aux prises avec des incendies de forêt sans précédent, près de soixante s’y sont déclarés en seulement une semaine.

Passons du feu à l’eau ! Alors qu’une grande partie du monde brûlait, y compris la France, d’autres régions ont subi des inondations historiques en juillet 2021.  L’Europe a été frappée par à partir du 13 juillet 2021.  Au moins 165 personnes ont péri en Allemagne, et 31 en Belgique. Les scientifiques ont été stupéfaits par les destructions en Europe et notamment en Allemagne.

Moins d’une semaine après l’Europe, la Chine a également connu des inondations historiques.  Le 16 juillet 2021, de fortes pluies ont commencé à tomber dans la province chinoise du Henan.  Les pluies torrentielles, qui se sont poursuivies, ont jusqu’à présent touché 13.912.800 personnes dans 1616 villages et villes. En Inde, la pluie a été incessante tout au long du mois de juillet.  Les précipitations ont été particulièrement abondantes dans l’État indien du Maharashtra, dans l’ouest du pays. 

Alors que certaines parties du monde (l’Europe, la Chine et l’Inde) ont reçu beaucoup plus de pluie qu’il n’en fallait en juillet, ailleurs c’était l’inverse avec l’ouest des États-Unis.  Près de 90 pour cent de l’Ouest américain est sec, et les scientifiques disent maintenant qu’il s’agit de la pire sécheresse que la région ait subie en 122 ans. 

Les journaux parlaient d’une « sécheresse aux proportions bibliques », qui empêcherait les agriculteurs de prélever de l’eau dans les rivières et les ruisseaux.  La sécheresse en Californie pourrait avoir un impact sur l’approvisionnement alimentaire du pays.  La sécheresse dans un état est déjà assez grave.  Cependant, étant donné que la majeure partie de l’ouest est asséchée, toutes les conséquences de la sécheresse historique de 2021 ne sont pas encore complètement comprises.

Bref, l’orange bleue souffre simultanément d’incendies de forêt historiques, de sécheresses historiques et d’inondations historiques.  Nous vivons à une époque HISTORIQUE qui ne ressemble à aucune autre, si ce n’est, peut-être l’époque prédiluvienne, pour le peu qui y croient encore. 

Outre le fait que la nature n’est que cycles et, qu’actuellement, elle se déchaine, le soleil étant entré en une phase de récession qui va durer, il ne fait aucun doute que certains salopards d’envergure cherchent à surfer sur cette vague. N’oubliez jamais mes avertissements, le piège que nous tend l’élite possède une mâchoire sanitaire (Covid-19 et vaccins) et une mâchoire climatique (les fameuses récessions dues à ce malheureux CO2).

Au beau milieu d’une situation sociale et économique plus que tendue, entre l’augmentation de la violence sur le territoire et que les Français doivent subir de plein fouet, les dettes abyssales dont on sait qu’elles s’abattront sans échappatoire sur le contribuable captif, la dépendance croissante du pays au reste du monde et à des créanciers encore pour l’instant « généreux », une inflation qui pointe déjà le bout de son nez, et enfin cette couillonade virale empêchant tout retour à une vie sinon « d’avant », absolument tout se ligue pour faire chier la gueusaille. Et à ce jeu-là, laissez moi vous dire que les « écolos » sont des champions. Ils vont en ajouter.

J’ai consacré un livre et de multiples articles à mentionner les consternantes âneries que ces leaders d’opérettes à la fibre écologique affichée nous débitent à la chaine, comme des saucisses, sur les plateaux télés et sur les réseaux sociaux.

Davos nous promet la ruine, mieux il l’orchestre, mais avec les écolos bobos cette ruine sera plus éco-compatible et syntonisée avec Gaïa. Néanmoins, trêve de bavardage, ces malthusiens collectivistes à la petite semaine sont là pour en rajouter à cette gabegie déjà déconcertante.

La tête commande tout, ne l’oubliez pas ! Et avec des individus anxiogènes au possible se gargarisant en permanence les amygdales des pamphlets catastrophistes du GIEC, on comprend qu’une nouvelle alerte sur "l’impérieuse nécessité à agir, pour éviter l’inévitable catastrophe", s’impose en plus des moult atteintes à nos libertés déjà subies.

Vous comprendrez alors facilement mon affirmation voulant que couillonavirus et écologie copulent allègrement sous nos yeux afin de nous faire des p’tits. Vous savez, ce genre de mouflet mal élevé en permanence la morve au nez que certaines familles groseilles savent pondre à la chaine pour faire chier les Français qui bossent pour un SMIC, en les empêchant de dormir, tout en vivant à  leurs crochets.

Avec tout ça, croyez-moi, nul besoin de virus ou de « vaccins » mortifères pour vous tuer, c’est votre tête qui le fera en ayant atomisé au préalable votre système immunitaire noyé par l’anxiété ambiante autant que croissante.

La liste des réjouissances voulues par ces écolos de mes d… est plus que réjouissante, de quoi vous rappeler bizarrement un dénommé covid-19 avec un arrière-gout métallique en bouche et une perte d’odorat tant vous vous serez pincés le nez faute d’autre chose face à autant de conneries.

La liste de leurs propositions est absolument réjouissante. Elle va du couvre-feu thermique, c’est-à-dire : interdiction des voitures autres qu’électriques, interdiction de tout vol aérien non justifié, forte diminution des consommations de chauffage et d’électricité, de l’eau, limitation à 1 kg de vêtements neufs par an et par personne. Attention les viandards, vous n’êtes pas oubliés avec : limitation de la consommation de viande, quotas sur nombre de biens importés (chocolat, café, etc.). Bref, avec ou sans couillonavirus, avec ces cons là l’avenir sera chouette, mais encore et toujours au nom du « bien commun ».

Tiens, ça me rappelle quelque chose ! Ah oui, c’est ça ! Faites-vous vacciner pour les autres, pour sauver l’humanité au nom du « bien commun ». Encore et toujours le même refrain qui fit dire à Dalida, s’adressant à Alain Delon : « Paroles et paroles et paroles et paroles et paroles Et encore des paroles que tu sèmes au vent. »

Or, ça tombe bien, avec ce vent sanitaire qui souffle actuellement et depuis plus de dix-huit mois, avec la multiplication des mesures d’urgence dont on ne sort jamais, avec la mise en place d’un pistage serré de tous les citoyens et une mise au pas de toutes les activités humaines et de toutes leurs interactions sociales, on dispose d’un beau prototype qu’il suffira d’étendre un peu pour couvrir le chapitre climatique avec rapidité… en un éclair cela permettra enfin aux gueux polluants de s’entasser dans des petits clapiers mal chauffés, mais pour la bonne cause

Tout comme avec une pandémie qui n’existe pas, surfant de plus belle sur la connerie humaine qui fait de plus en plus de vagues ; voire des tsunamis, les élites sont ainsi prêtent à mettre le paquet question changement climatique. Ainsi, à la question « accepteriez-vous de limiter vos libertés individuelles pour lutter contre la crise écologique et sauver les meubles ? », 84% ont répondu oui, 13% on répondu non, quand 3% ont déclaré « quelle crise écologique ? »

À SUIVRE SI ON ME LAISSE ENCORE ECRIRE.

« Victime de mon succès », je fais l’objet d’un déréférencement Sauvage de la part des GAFAM, si vous désirez m’aider, le minimum que vous puissiez faire, c’est de cliquer sur les liens si dessous afin de faire remonter mon référencement. D’avance merci.

Suite ici : https://vecteur-douceur.over-blog.com/2021/09/lorsque-couillonavirus-copule-ave-le-co2-ca-engendre-de-sales-mouflets-mais-au-nom-du-bien-commun-suite-et-fin.html

Olivier

Commenter cet article