Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les prophètes du Diable. (Partie 4)

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Le Sionisme aux manettes du monde.

Retour à la première partie : https://vecteur-douceur.over-blog.com/2021/10/les-prophetes-du-diable.partie-1.html

J’y ai déjà consacré un article, les nouvelles en provenance d’Australie ne valent guère mieux ! On y parle répression des plus brutale de la part de ce que l’on ne peut même plus appeler « police » mais plutôt milice fasciste. Quarantaine, camps de concentration, techniques pénitentiaires voilà les relents peu ragoutants en provenance de ces contrées lointaines. Bref autant d’avertissements à propos de cette tyrannie médico-sociale qui cherche à mettre fin à notre humanité comme moult scénarios en actions et autant de déclarations l’atteste.

En Australie, des camps de quarantaine obligatoires ressemblent étrangement à des camps de concentration. Il existe également la quarantaine à domicile pendant laquelle et grâce à une application qui combine reconnaissance faciale et géolocalisation, ils peuvent et veulent avoir un suivi ainsi qu’un contrôle total des résidents « positifs ». Au moindre mail, et dans les quinze minutes, vous êtes tenus de vous prendre en photo afin de montrer si oui ou non vous êtes bel et bien calfeutrés chez vous !

Les autorités au service du Deep State y font preuve d’une gestion extrêmement dictatoriale de la population sous prétexte de pandémie sans que ça n’émeuve beaucoup les autres pays mis à part la Pologne. Et c’est cela le plus grave !!!

Voici des carte des camps de « quarantaine » à travers le monde, pour les personnes soi-disant atteintes du Covid19.

Les mêmes structures sont déjà existantes au Canada, en Hongrie, en Chine et ailleurs. On est alors en droit de se demander « À quand le retour des camps de concentration en Europe ? » On peut alors se pencher sur les infos de Ricardo, le journaliste vedette de https://www.launetv.com/  qui nous avertissait déjà cet été de la présence d’un tel camps, chez nous, en France.

Bien entendu tout ceci est resté lettre morte dans nos merdias main Stream et la casserole d’eau continue à bouillir sans trop gêner l’essentiel de nos froggies nationales hélas trop préoccupées pour beaucoup à se faire picouser afin de ne pas perdre leur « liberté ». Mais c’est pour votre santé et votre sécurité Mesdames et Messieurs bien entendu !!!

Il n’est qu’à écouter la Chef de « la santé publique » australienne pour s’en convaincre lorsqu’elle déclarait récemment : « Nous examinerons à quoi ressemble le traçage des contacts dans le NOUVEL ORDRE MONDIAL ». N.O.M., un terme qui, il y a encore peu, faisait rire tous les cons. Ils déclaraient alors en se moquant des éveilleurs : « vous êtes fous, il n’y a aucun complot, sinon ça se saurait ! » Désormais, à moins d’être aveugle, sourd, mais surtout trépané, ça se sait !

En Australie, on ne parle pas de « camp Covid », mais de « centres de résilience nationale » … Des « foyers » comme celui d’Howard Springs sont nommés foyer temporaire pour des centaines de voyageurs nationaux et internationaux contraints d’attendre assez longtemps pour prouver qu’ils sont exempts d’une maladie qui tue moins qu’une grippe : le Covid.

L’Australie a presque été la seule à parier sur l’infrastructure de quarantaine comme réponse à long terme à la pandémie. Désormais, on connaît les résultats désastreux sur sa population. Deux autres camps, d’une capacité d’environ 2 000 personnes chacun, existent à l’extérieur de Brisbane et de Melbourne, les villes de Sydney et Perth ne sont peut-être pas loin derrière.

Vous connaissait le zéro carbone, et bien là, ces sites sont l’incarnation de l’engagement fou de l’Australie en faveur de ce non-sens dénommé Covid zéro. D’ailleurs sanitaire et écologie sont les deux mamelles par le biais desquelles l’élite veut nous traire.

Les autorités affirment que ces camps, qui sont principalement destinés aux voyageurs mais peuvent également être utilisés pour isoler les personnes contagieuses, sont nécessaires car la quarantaine dans les hôtels a laissé à plusieurs reprises le Covid s’infiltrer dans la communauté. Les décisions prises par les gouvernements pour déterminer qui représente un risque sont rarement exemptes de considérations politiques et dépassent souvent le cadre de la médecine pour susciter des craintes liées aux émotions et aux préjugés.

Quelque fois un FAIT justifie à lui-seul l’ensemble de votre travail. Corroborant à lui seul l’écriture de mon livre Tonton Malthus est revenu, les propos de Lord Adair Turner, chef des finances du Royaume-Uni sont de cet acabit. Ils ont de quoi secouer la pulpe du fond lui qui confesse : « Notre objectif est de réduire la population de la Terre. »

Expliquant sans doute beaucoup de choses, il convient de savoir qu'il n’est autre que l’ancien président de la Commission britannique sur les transitions énergétiques. Il a reconnu que l’élite souhaite que la population de la Terre diminue dans les années à venir. Dans un rapport de Population Matters nommé Smaller Families and Ageing Populations, Turner a fait valoir que le déclin des populations autochtones renforcera la prospérité. Il poursuit en disant : « La plus grande raison de saluer ce changement démographique est qu’il résulte du libre choix de personnes habilitées, et en particulier des femmes ».

Et il a raison, dans Tonton Malthus je relate le cas de ces femmes qui refusent désormais de faire des enfants pour ne pas polluer la planète, ou des fous qui déclarent qu’on devrait manger nos morts ! Ou encore une de ces femmes qui, lors d’une réunion de la députée de New York Alexandria Ocasio-Cortez déclarait radicalement qu’il fallait manger les enfants.

Pour ceux qui ne comprennent pas encore ce que nous vivons et qui va nous arriver, tout est histoire d’ingénierie sociale savamment distillée. Dans le cadre des horreurs que nous constatons, l’Australie est le pays pilote concernant la répression aveugle contre le peuple là où Israël sert de maître étalon concernant l’injection thérapeutique d’essai et ses effets délétères.

Benyamin Netanyahou déclarait tout de go que les vaccins étaient prévus et déjà acheté jusqu’à la sixième dose. Dans l’esprit de nos psychopathes aux commandes, le premier pays (l’Australie) permet de cerner jusqu’où un peuple peut aller dans la soumission à un système de répression follement dystopique, comme celles promues par le PCC Chinois. Jusqu’où peut aller le citoyen lambda face à la connerie du variant delta (et autres) avant qu’il ne craque ou se révolte.

Selon l’adage « l’essayer c’est l’adopter ! », chaque phase passée est définitivement adoptée. Concernant Israël, c’est plus biologique que psychologique : ils étudient les phases tests des injections thérapeutiques tout en comptabilisant le nombre de morts ou de complications graves suite aux injections (c’est prévu dans le contrat signé avec Pfizer). Le but est de rendre stériles les populations tout en éradiquant les plus faibles.

C’est : tous dépendants à Big Pharma en préparant la dépopulation et en générant des flux financiers jamais égalés. Pendant ce temps, la France et le reste du monde observent afin de mettre en place progressivement l’un et l’autre selon le principe de la casserole qui mijote tranquillement ave les froggies dedans, jusqu’à la barre fatidique où le nombre de moutons injectés sera supérieur à leurs prévisions, ils adopteront alors la violence totale comme en Australie, afin de finir le travail.

Car là-bas, tout se passe comme si les autorités australiennes avaient mesuré les réactions des populations concernées pour aller toujours plus loin dans la mise en coupe réglée de leur société.

Moins les populations réagissent, plus les politiciens et les administrations derrière eux, toujours avides de pouvoir, se servent et réduisent les libertés de ceux qui les ont pourtant placés là. En pratique, l’Australie n’a maintenant plus grand chose à envier à la Chine. Et s’il y a une différence entre la surveillance permanente et totale exercée par Pékin sur le citoyen chinois et cette même surveillance mise en place à la suite de cette crise sanitaire en Australie, elle n’est que de degré et pas de nature. Ceux qui croient encore que ces mesures sont aussi exceptionnelles et temporaires que ciblées se trompent lourdement.

Ils ont déjà oublié Facebook et ces restrictions qui tombèrent en début d’année sur les malheureux qui avaient le malheur de sortir des clous en dénonçant tous ces comportements inhumains.  Le réseau social transformé en relais officiel des opinions politiques correctement sanctionnées permettait alors à une flicaille nazie de débarquer chez les malheureux pour les rappeler sévèrement à l’ordre concernant des post remontant à des semaines voire des mois.

La liberté d’expression en temps d’hystérie sanitaire n’est plus nécessaire ! Pourquoi ? parce qu’on vous le dit ! Plus la crise sanitaire se mue en crise des libertés, plus il apparaît clair que ces parangons ostentatoires de tout le tralala habituel étaient mûrs pour mettre en esclavage leur propre population, avec hélas l’assentiment d’une forte partie de celle-ci.

Difficile aussi de ne pas noter que ces pays ont soigneusement désarmés leurs citoyens avant de les mettre en cage. Il n’y a pas de hasard. Quant à l’étape suivante, elle est évidente et déjà en route. Une fois l’hystérie sanitaire « apaisée », on va ressortir Grata la folle du tiroir et l’hystérie climatique pourra reprendre, comme jamais. Google y travaille déjà, les médias aussi : tout le tralala du « pass environnemental » se met doucement en place. Réjouissez-vous : la prochaine dictature, en plus d’être sanitaire, sera résolument verte, et vous l’aurez votée.

Le terme que j’emploie fréquemment pour évoquer ce danger vert est la seconde mâchoire du piège destiné à nous broyer. Pour l’élite il se justifie donc pour le simple arrêt d’une croissance démographique qu’ils trouvent sans fin. Il permettra également de réduire la pression future de l’humanité sur l’environnement naturel, d’atténuer le défi que représente la fourniture de logements adéquats et de faciliter leur idée folle : opération zéro carbone. C’est zéro, la tête à Toto, tout en soutenant la croissance de la prospérité dans les pays en développement.

Et puisque j’évoquais plus haut un Lord, dans son bon pays d’Albion, un rapport indique que la Grande-Bretagne pourrait réduire ses émissions de carbone de plus de 35 millions de tonnes d’ici 2035 si elle connaît une baisse de population similaire à celle du Japon (10%). Ce que le rapport oublie de mentionner, c’est que le Royaume-Uni devrait connaître une augmentation de sa population de 5 % au cours de la même période, pour atteindre 71 millions d’habitants, en grande partie grâce ou à cause d’une migration massive.

Mais revenons à cette maladie « mortelle » !

« Victime de mon succès », je fais l’objet d’un déréférencement Sauvage de la part des GAFAM, si vous désirez m’aider, le minimum que vous puissiez faire, c’est de cliquer sur les liens si dessous afin de faire remonter mon référencement. D’avance merci.

Olivier.

Suite ici : https://vecteur-douceur.over-blog.com/2021/10/les-prophetes-du-diable.partie-5-0.html

Commenter cet article