Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les prophètes du Diable. (Partie 8)

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Le Sionisme aux manettes du monde.

Retour à la première partie : https://vecteur-douceur.over-blog.com/2021/10/les-prophetes-du-diable.partie-1.html

Il faut donc être aveugle pour ne pas voir que le juif et franc-maçon Macron affiche clairement ses appartenances. Comme Sarkozy l’est, Emmanuel Macron est aussi un homme des Américain.

N’oublions jamais que le Forum économique mondial de Davos l’avait désigné Young Global Leader (YGL), jeune leader mondial dans sa promotion 2016. Une de ces fournées qui, chaque année, sont censées donner au monde américano-sioniste ces hommes et ces femmes de moins de 40 ans, scientifiques, chefs de gouvernement, futurs chefs d'entreprise, activistes sociaux qui façonnent la politique, la société et le monde qui les entourent à la convenance de leurs maîtres.

Mais ce n’est pas tout. The Young Leaders China est également un programme destiné « aux hauts potentiels français et chinois ». Edouard Philippe en fait partie. Mais il y a encore plus prestigieux : Macron lui-même, recruté bien avant son élection, est membre de ce club ! On ne s’étonnera donc pas qu’ensuite nos dirigeants s’extasient littéralement devant le programme de contrôle chinois faisant de ses ressortissants des esclaves d’une société dystopique.

Joel Magardi, un Italien franc-maçon de haut grade, dirigeant du 30e degré, spécialiste de l’hermétisme et de la kabbale juive avait un jour sur une radio italienne confirmé l’appartenance maçonnique de Macron en ces termes : « Emmanuel Macron est dans la parfaite continuité de Hollande... Déjà banquier des Rothschild, il a été consultant puis ministre du même Hollande. De plus, il est le chouchou du franc-maçon Jacques Attali...

Macron en personne se vante de son appartenance maçonnique dans l’Ur-lodge (super-loge) « Fraternité verte » où l’a amené Hollande, et dans la super-loge « Atlantis Aletheia » ... Son mentor Attali ? Un raffiné franc-maçon, un intellectuel d’envergure qui a travaillé pour le centre-gauche et a participé à la construction de cette Europe technocratique et oligarchique, ...opération cosmétique qui a porté Macron à l’Élysée. »

Le journaliste Juif et franc-maçon Serge Moati confirmait de même l’appartenance maçonnique de Macron à Ouest France, le 8 mai 2017 en ces termes : « il est devenu président en marchant vers la Lumière. » Cette « Lumière » qu’Anders Breivik, le terroriste norvégien, évoquait afin de commettre son massacre est la même Lumière à laquelle notre président se réfère lorsqu’il évoque la création de cette commission censée réprimer la mauvaise parole des « complotistes ».

Dès lors, comment s’étonner qu’en 2018, Macron avait reçu les francs-maçons à l’Élysée. Le président de la République avait reçu les représentants des grands courants de la franc-maçonnerie française. Il avait notamment été question de la laïcité pour les autres quant eux vénèrent leur « » Grand architecte.

Toutes les mises en scènes d'Emmanuel Macron reflètent fidèlement le modèle de l'oncle Sam. Ce fut FLAGRANT lors de sa fameuse « Messe maçonnique » tenue dans la cour du musée du Louvre, pas loin de la fameuse pyramide aux 666 facettes.

Gesticulades puériles au sujet desquelles le même Serge Moati déclarait « c’est un rite maçonnique indispensable ! » Jupiter s’y est effectivement appliqué saluant la foule avec le geste du symbole à l’ordre maçonnique au son de L’hymne à la joie du maçon Ludwig van Beethoven. Il avait alors dit : « Ce soir c’est l’Europe, le monde qui nous regarde, ils attendent que nous défendions les Lumières ! »

Et ce sont effectivement ses LUMIERES qui nous éclairent, ou plutôt qui assombrissent nos vies chaque jour un peu plus. Matériellement, elles nous assombrissent également comme jamais avec le bradage de notre patrimoine industriel aux étrangers, celui de nos territoires d’outre-mer, etc. Quant au plan moral et sociétal « ses Lumières » culminent dans la continuité des Sarkozy- Hollande avec : avortement, gestation pour autrui, poursuite de l’enseignement de la théorie du genre, mouvement LGBT au sein de l’enseignement aux plus petits, etc. etc.

Durant la campagne, le candidat d'En marche ! élu à 66.06%, n'avait cessé d'être attaqué à propos de son passage chez les Rothschild, où il avait travaillé de septembre 2008 à mai 2012.

Durant sa campagne présidentielle, en 2017, on pouvait lire en Suisse : « A l'époque banquier chez Rothschild & Cie, le candidat à l'élection présidentielle avait conseillé Nestlé pour le rachat de la division nutrition de Pfizer. Une opération réalisée grâce à ses liens avec l'ex-patron du groupe suisse Peter Brabeck. » Ainsi de Jacquot on arrive à Hollande, puis Sarko, puis Jupiter qui tend la mains aux empoisonneurs tels Pfizer et leur graphène 666 (ceux qui n'ont pas lu mes articles concernant ce graphène comprendront plus loin).

Et preuve que tout est lié, j’apporte encore ici un p’tit morceau à ce puzzle mondialiste. Macron est conseillé par le groupe américain McKinsey. J’ai d’ailleurs consacré deux articles à ce cabinet conseil qui, chaque mois, coûte beaucoup d’argent au contribuable français pour forcer à son empoisonnement vaccinal : https://vecteur-douceur.over-blog.com/2021/09/ces-conseilleurs-qui-ne-sont-surtout-pas-les-payeurs.html

Le 26 août dernier, Pfizer l’empoisonneur annonçait la nomination d'un nouveau vice-président exécutif : Aamir Malik. Aamir Malik travaillait chez McKinsey depuis 1997, cabinet bien connu en France pour accompagner Macron dans la campagne de vaccination.

Depuis la loi de 1973, dite « loi Rothschild », du nom de la banque dont était issu l’ancien président de la République, Georges Pompidou, l’État français, comme beaucoup d’autres, est obligé de passer par le système des banques privées pour financer son endettement. En clair, l’État est condamné à se financer par des emprunts, contre intérêts, auprès de banques privées, au lieu de continuer à emprunter sans intérêt auprès de la Banque de France.

En 1973, après de 30 années de création monétaire, l’économie française était remise à flot. Dans l’esprit de Georges Pompidou, et des hauts fonctionnaires qui l’entouraient à l’époque, la France était désormais reconstruite suite aux destructions de la deuxième guerre mondiale. L’heure semblait donc venue de se débarrasser des mécanismes qui s’étaient avérés bénéfiques pour le financement de dépenses d’investissements structurels, d’autant plus que ces mécanismes de création monétaire avaient été souvent utilisés pour financer le fonctionnement courant de l’État.

Il s’agissait avant tout d’instituer un garde-fou afin de préserver le pays de l’inflation et des dévaluations de la monnaie en s’imposant une discipline budgétaire. Il apparut souhaitable à la fois d’encadrer les dérives potentielles de l’État et de sortir d’une ère d’économie administrée en établissant un autre système de financement. Mais le problème, c’est que ces bonnes intentions finirent par faire le jeu du monde de la finance qui a vite vu l’intérêt qu’il pouvait retirer d’un système par lequel l’État devait obligatoirement passer pour emprunter.

De ce point de vue, la loi de 1973 fut également le fruit d’un habile lobbying bancaire visant à neutraliser tous ceux qui étaient favorables au système en vigueur jusqu’ici. Cette loi a été abrogée en 1994 mais après avoir été étendue et confortée au niveau de l’Union Européenne par les traités de Maastricht (à compter du 1er novembre 1993, article 104) et Lisbonne (à compter du 1er décembre 2009, article 123) que la France appliquer à la lettre depuis cette date. Sarko était hélas passé par là !

Contrairement à ce qu’escomptaient les initiateurs de la loi de 1973, l’endettement public non seulement s’est poursuivi mais a augmenté considérablement, l’État étant progressivement devenu l’otage d’un système financier privé. On le voit aujourd’hui en France mais aussi en Grèce, en Irlande, au Portugal, en Espagne, en Italie, ce ne sont plus les États qui gouvernent mais la « troïka » (Union Européenne, Fond Monétaire International et Banque Centrale Européenne) qui resserre toujours davantage son emprise, notamment sur le Sud de l’Europe.

À SUIVRE SI ON ME LAISSE ENCORE ECRIRE.

« Victime de mon succès », je fais l’objet d’un déréférencement Sauvage de la part des GAFAM, si vous désirez m’aider, le minimum que vous puissiez faire, c’est de cliquer sur les liens si dessous afin de faire remonter mon référencement. D’avance merci.

Olivier

Suite ici : https://vecteur-douceur.over-blog.com/2021/10/les-prophetes-du-diable.partie-9.html

Commenter cet article