Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

De Charybde en Scylla ou de Covid en CO2 (Partie une)

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

A une époque où le politiquement correct règne en maître, ma question va certainement me ranger d’emblée dans la catégorie des VIEUX FOSSILES. Elle a néanmoins le mérite d’être claire : Les éoliennes et les panneaux solaires peuvent-ils remplacer les combustibles fossiles ? En effet, tout comme ce qui concerne couillonavirus, beaucoup semblent encore y croire.

Il est pourtant facile de prouver que ce n’est pas le cas. J’y ai même consacré un livre (Tonton Malthus est revenu). Si les installations éoliennes et solaires étaient si lucratives, leurs promoteurs ne demanderaient pas de subventions gouvernementales. Au lieu de cela, les secteurs de l’énergie éolienne et solaire sont devenus de gigantesques éponges à subventions publiques.

Non seulement ils ont gaspillé de l’argent et des ressources naturelles, mais ils sont devenus un véritable casse-tête pour les gestionnaires de réseau, car ils ont réussi à faire passer en force des réglementations exigeant que les gestionnaires de réseau prennent toute l’électricité qu’ils produisent, quelle que soit la demande.

Cependant, il y a généralement peu de risques qu’ils produisent un jour trop d’électricité. Les parcs éoliens SONT EN BERNE tout comme les parcs solaires. Concrètement cela se résume à des milliards d’euros gaspillés en fonds publics, avec en parallèle d’énormes étendues de terre et de mer gâchées, et tout cela pour des tarifs d’électricité toujours plus élevés.

En fait comme pour le reste nous naviguons sur un océan de mensonges car les parcs éoliens et solaires ne sont pas seulement non rentables mais constituent bel et bien un gaspillage net d’énergie avec des coûts exorbitants infligés au reste du réseau électrique. Leur production est aléatoire au lieu de correspondre à la demande d’électricité en temps réel, obligeant les autres producteurs d’électricité à gaspiller du combustible à la hausse ou à la baisse afin de compenser. Les tarifs de l’énergie fluctuent alors de manière vertigineuse, tant pour le consommateur lambda que les entreprises.

De plus, le stockage de l’électricité n’existant pas, sauf pour quelques applications de détail, cela ne fait que rajouter au problème. Bref, il y a de « l’eau dans le gaz » concernant l’électricité. Et justement, avant d’en venir au gaz, parlons pétrole. Sainte Greta et toute la chiourme grotesque qu’elle charrie ont découragé Big Oil d’investir dans le développement et l’extraction.

Les compagnies pétrolières et gazières subissent des pressions pour réduire leur production, mais la soif mondiale en énergie ne fait que croître. Sans investissements importants et rapides, les demandes de pétrole et de gaz dépasseront bientôt l’offre. Les investissements dans de nouvelles sources d’approvisionnement sont très en retard sur la croissance de la demande mondiale de pétrole. Les banxters prévoient donc de fortes hausses pour 2022. Comparativement à début 2021, le prix du baril pourrait presque doubler à 100 dollars, si le froid s’installe durablement.

Nous y sommes donc ! Après le piège sanitaire, c’est le piège écolo qui montre son nez. Orchestré par les Verts qui ne veulent plus de charbon, de moins en moins de gaz, et plus de pétrole, nous allons nous le geler sans oublier tout le reste. C’est le cortège des plaies en tous genres qui va apparaître. Vous souvenez-vous de mon article ou j’évoquais le cas de la ministre du logement qui s’attaquait sans vergogne à nos maisons ?

Le 14 octobre dernier, le gouvernement français annonçait son intention d’éradiquer la maison individuelle en France. Je l’ai déjà mentionné, le ministre du logement Emmanuelle Wargon l’a qualifié de « non-sens écologique, économique et social ».

Chaque jour qui passe fortifie les thèses les plus folles des conspirationnistes d’entant. Ce qui nous valait l’anathème il y a encore peu est désormais à l’ordre du jour. Ce régime fasciste poussé par une oligarchie de malades se mêle de la vie quotidienne des citoyens. Alors qu’il néglige, et le terme est faible, ses quelques fonctions régaliennes, il détourne plus de 90% du budget public à des activités non étatiques. Il infantilise le Français tout en lui faisant en permanence la morale, lui qui se permet toutes les perversions.

Nous vivons en Absurdie pays des non-sens sanitaires autant qu’écologiques. Cette élite de malades qui a polluée et pillée la planète en s’enrichissant outrageusement est la même qui nous reproche d’être désormais de trop nombreux consommateurs pollueurs. Elle veut donc nous piquouzer afin de nous faire disparaître. « Fais ce que je dis, pas ce que je fais », constitue bien leur adage, eux, les vrais responsables de la consommation énergétique et du gaspillage qu’elle engendre.

Eux qui, par le biais d’un non-sens social habillé d’une hypocrisie crasse, ont fait disparaître des emplois dignes dans les pays développés en encourageant la multiplication de l’esclavage infantile (et autres abus) dans des pays socialement moins avancés.

Eux qui ont su créer des guerres à répétition contre divers pays (généralement amis) pour leur imposer des gouvernements ou des sécessions islamistes (Bosnie et Herzégovine, Serbie, Côte d’Ivoire, Syrie, demain Algérie) ou pour les punir de ne pas soutenir le dollar (Libye).

Eux qui ont forcé à la construction quasi-systématique d’immeubles d’appartements tout-électriques ou tout-gaz en ville, alors que les maisons individuelles sont obligées par loi de recourir à au moins une énergie renouvelable. Eux qui ont lancé la mode du gros 4x4. Eux qui ont poussé à l’implantation massive de populations sans aucune conscience écologique ou civique, venues de pays sous-peuplés. Tout ceci et j’en oublie ne constitue-t-il pas un MONSTRUEUX non-sens écologique, économique et social.

J’effleure juste un instant le nucléaire sur lequel je reviendrai en détail avec un autre non-sens écologique :  La fermeture injustifiée (et non compensée) d’une centrale nucléaire produisant plus de 2% de l’électricité consommée en France, et ayant encore deux décennies d’exploitation devant elle. La fourniture à bas prix, subventionnée par les foyers français, d’électricité aux pays voisins afin de leur éviter de s’interroger sur leurs modèles énergétiques respectifs, tous plus polluants que la matrice française, est un non-sens écologique et économique.

Faire venir des carottes de Tombouctou, ou prendre des congés loin de chez soi, sont un total non-sens écologique, et accessoirement économique puisqu’il s’agit d’activités de consommation, pas de production. Ils ont néanmoins servis à enrichir outrageusement les éternels acteurs de ce mondialisme débridé. Des crapules qui nous reprochent désormais ce qui a fait leur fortune.

L’élite a donc fait appel à une poignée de psychopathes afin de nous éradique, Pardon ! nous vacciner ! Couillonavirus étant passé par là, depuis l’année dernière il est officiel, et pas seulement en France, que les loisirs en général soient considérés par nos petits capos comme une activité non essentielle, que l’on peut autoriser, prohiber ou rationner à discrétion.

La concentration de populations en centre-ville est un non-sens sanitaire. Mais c’est sans doute pour cela que Big Pharma désire tous nous y parquer afin d’en retirer la substantifique moelle : un contrôle absolu comme en Chine. L’entassement de populations dans les villes où elles ne peuvent vivre que de la nourriture produite intensivement par les campagnes, et où elles dépendent de la distribution physique des produits agricoles, est un non-sens écologique. Si la Wagron désire faire du zèle qu’elle s’attaque donc au non-sens écologique que constituent la résidence secondaire de tous ces politiques corrompus y compris la sienne à 1,5 millions d’euros.

Mais au lieu de cela, nos « bien-pensants » viennent nous faire chier à propos de nos maisons avec le petit potager autour. Mais c’est normal et ne va que dans le sens de notre bien-être ! Sans omettre les questions de santé (et de lien social), cela participe notamment à la restauration d’une certaine autonomie familiale et d’une souveraineté alimentaire locale à faible coût énergétique.

Quelle horreur !  Il est évident que pour ces « individus qui s’autorisent à penser » comme dirait Coluche, le « modèle du pavillon avec jardin », c’est savoir contribuer à sa propre alimentation par l’intégration du potager et du logement avec en prime une réduction de l’empreinte carbone sur la planète (comme ils disent) ainsi que le bien-être et l’autonomie des populations, plutôt que la facilité du contrôle politique d’un entassement de cages à lapins.

Ce politiquement correct vient de changer de nom aux USA. Là-bas, il faut désormais être « woke » un néologisme dont les données qu’il cherche à englober semblent changer chaque semaine. Le danger le plus sérieux du phénomène « woke » et de sa « culture de l’annulation » est qu’elle touche même la science. Et concernant nos Verts réchauffistes c’est du gratiné !

Face à tant de connerie concentrée en si peu de têtes, comme je l’écrivais dans un autre article, les Russes sont effarés par la stupidité suicidaire de l’Occident.

Comment la science se ferait-elle si nous cessons d’utiliser le débat intellectuel et la rigueur ? Qui décidera de la véracité d’une théorie, de la justesse d’une formule ou de l’exactitude d’un fait scientifique ? La taille, la couleur ou le sexe de la personne qui l’énonce ? Les émotions de ceux qui en entendent ? Jusqu’où cela ira-t-il ?

Pendant qu’en France on s’interroge sur le bien-fondé de la petite maison individuelle si chère aux Gaulois, les grands de ce monde s’occupent de la suite : « notre bonheur ». La Conférence de Glasgow de 2021 sur les changements climatiques ou COP26 fut organisée par un nid de Francs-maçons : les Nations unies. Elle se déroula du 1ᵉʳ au 12 novembre 2021, en Écosse.

Accrochez-vous parce que question emprunte carbone comme ils disent, la COP26, ce fut deux aéroports remplis de jets privés. C’est un autre Davos, un endroit où les milliardaires et des politiciens viennent ouvertement comploter pour nous appauvrir, nous priver de chauffage, de travail, de nourriture, de déplacement... et d’exporter les emplois et flux financiers vers un modèle socio-économique qui fait bander le vieux Schwab (avec viagra) : la Chine.

Ils sont forts les « copains » parce que dans la suite logique de couillonavirus, ils nous annonce déjà que le changement climatique risque d’amener une nouvelle crise sanitaire majeure. Souvenez-vous de mon article sur les pouvoirs étendus qu’ont su donner 198 pays dont la France à l’OMS concernant les « dangers » qui nous guettent. Comme l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a été si impitoyable sur la question du Covid-19, on pourrait envisager que, peut-être, on lui confiera la gestion de la question du climat.

On prend donc les mêmes et on recommence ! Ces élites mondialistes soutenue pas le Forum économique mondial de Davos, les Nations unies et autres organisations du « wokisme » voient une belle occasion de créer la même hystérie et la même panique autour du changement climatique qu’autour du Covid-19.

Tout est lié ! Je m’explique. Souvenez- vous durant le premier confinement comment les merdias avaient su nous vendre le fait qu’en l’absence des pollueurs (nous) la nature et les p’tits oiseaux, les dauphins, etc., reprenaient tous leurs marques. Ne voyant pas le piège tendu à la gueusaille, c’est devenu l’une des sources d’inspiration de nombreux militants du climat.

Pour eux « bon sang mais c'est bien sûr » c’est une évidence, l’importante baisse des émissions de dioxyde de carbone (CO2) hautement salutaire à notre survie a eu lieu lorsque le confinement du Covid-19 a été mis en place.

Tous ces cons qui gagnent leur vie en tant qu’alarmistes du changement climatique considèrent les émissions de CO2 comme un événement apocalyptique qui est en passe de détruire le monde au cours de la prochaine décennie. Ainsi, ils se sentent justifiés de prendre toutes les mesures possibles pour contrôler ce changement.

Ils oublient le FAIT que, non contant de ne pas être responsable du réchauffement, ce CO2 est indispensable à la vie. Il y a plus de 1000 ans lorsque les Vikings accostèrent au Groenland (terre verte), il n’y avait pas d’industrie polluante sur terre. D’autre part, la raison de la baisse des émissions à la suite du confinement du Covid-19 provient de l’énorme dévastation causée par l’arrêt de l’économie.

Tonton Schwab et son Forum économique du Diable ont indiqué que le confinement avait entraîné une baisse des émissions mondiales estimée à 8 %.

Conclusion : c’est un petit pas, mais un bon, vers la réalisation des objectifs de l’accord de Paris sur le climat : « Nous devons réaliser une telle baisse chaque année au cours des 15 prochaines années pour atteindre l’objectif de 1,5 °C fixé par l’accord de Paris. »

Aujourd’hui, serrons les fesses parce que la COP26 a réuni 30 000 « philanthropes » venus du monde entier. Il est aussi intéressant de constater que les 30 000 personnes présentes à Glasgow furent exemptées des exigences prévues par le passeport vaccinal. Ces cons-là émettent d’énormes quantités de CO2 pour s’y rendre, mais c’est pour la bonne cause (la leur). Je peux déjà vous prédire ce qu’il en est ressorti : nous allons tous devoir nous serrer la ceinture et réduire considérablement notre utilisation de combustibles fossiles et notre consommation d’énergie.

Toutefois, vous devez savoir que les mesures prévues par l’accord de Paris ciblent surtout les pays occidentaux, tandis que la Chine, principal pollueur mondial, peut continuer d’accroître ses émissions et stimuler son développement en augmentant la production d’énergies fossiles bon marché jusqu’au moins 2030.

Il y a plus d’un an notre petit Jupiter nous avait annoncé pas moins de six fois que « nous sommes en guerre » et cette guerre va continuer. Contre qui ? Nous bien sûr ! Pourquoi ? Parce que ces organisations climatiques nous proposent des stratégies et des tactiques qu’elles comparent à celles des temps de guerre.

Et toutes les actions drastiques nécessaires pour la gagner seront envisagées.  Derrière, en embuscade, se sont toujours les mêmes qui se cachent sourire aux lèvres. Il y a pandémie ? Pas grave, Bill le coyote est déjà là avec son vaccin Moderna. Les moustiques sont gênants ? Bill est encore là avec ces moustiques OGM.

La viande est trop énergivore et les vaches font des pets et détruisent le monde. Bill est encore là avec ses viandes artificielles et ses insectes à manger. Vous n’y croyez pas ? Des mesures ont déjà été prises qui ont déjà fait grimper les prix des produits carnés dans certains pays.

Pour combattre le Covid-19, des lois accordant aux autorités des pouvoirs spéciaux similaires à ceux octroyés sous menace de guerre ont été mises en place dans de nombreux pays. Elles permettront aux bureaucrates et aux grandes sociétés de mettre en place des mesures et des contrôles similaires à ceux que nous avons vus par rapport au Covid-19.

Attendez-vous donc à des limitations de rassemblements et des voyages. Le télétravail fait partie des projets ainsi que les couvre-feux pour les voitures limitant les heures d’utilisation ou le nombre de kilomètres que vous pourrez parcourir chaque mois. Pour ceux qui ne font pas partie de la classe privilégiée, les voyages aériens internationaux seront également limités. Comme je le clame haut et fort depuis un moment, une version du passeport vaccinal sera entre leurs mains un nouvel outil dans la lutte contre le changement climatique.

Utilisé dans ce but, il permettra de suivre en temps réel votre consommation d’énergie. Et c’est là que le système chinois les excitent avec la création de monnaies numériques mondiales qui permettront de suivre vos transactions et de les mesurer en fonction de leur empreinte carbone.

MasterCard est déjà dans les starting block avec une carte de crédit spéciale autant que sociale, appelée DO Black. Elle permet de gérer vos dépenses en tenant compte de leur impact sur les émissions de carbone. Lorsque votre limite personnelle est atteinte, le crédit se ferme pour toute autre transaction. Entretemps, les élites ont créé l’hystérie de masse et on nous dit que tout cela va se terminer dans le feu apocalyptique du changement climatique…

Bien entendu soyez certains que ces mesures qui s’appliqueront à la gueusaille ne s’appliqueront pas à eux. Comme en 14-18, ce sera la guerre, mais les généraux resteront au chaud bien planqués et non piquouzés.

Voici don venir, et très vite, ce que nous prenions tous il y a peu pour du nazisme puissance mille : le crédit social à la chinoise ; un système de surveillance totale des citoyens qui leur attribue des notes continuellement mises à jour selon leur « conduite ». Un rapport de la Deutsche Bank a déjà suggéré qu’une « éco-dictature» devrait être nécessaire pour mettre en application les mesures à prendre.

Si nous ne réagissons pas, prochainement ce sont des lascars comme Gates, Schwab, ou Soros qui appliqueront ce contrôle sur nos vies devenues cauchemardesques. Alors choisi camarade : ou tu te sors les doigts du c ... ou tu fermes ta g … et deviens « woke ».

Pour l’instant avant que ces « élites » n’en rajoutent une pelleté, Chez-nous, 58 % des gens gagnant 1 000 € ou moins coupe déjà le chauffage même quand ils ont froid !

À SUIVRE SI ON ME LAISSE ENCORE ECRIRE.

« Victime de mon succès », je fais l’objet d’un déréférencement Sauvage de la part des GAFAM, si vous désirez m’aider, le minimum que vous puissiez faire, c’est de cliquer sur les liens si dessous afin de faire remonter mon référencement. D’avance merci.

Olivier

Suite ici : https://vecteur-douceur.over-blog.com/2021/12/de-charybde-en-scylla-ou-de-covid-en-co2-partie-deux.html

Commenter cet article