Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les prophètes du Diable. (Partie 26)

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Le Sionisme aux manettes du monde.

Retour à la première partie : https://vecteur-douceur.over-blog.com/2021/10/les-prophetes-du-diable.partie-1.html

Comprenez- le, le Sionisme est allé chercher la caution des antisémites eux-mêmes. Les sionistes proclamaient que les juifs étaient effectivement un peuple indiscipliné, subversif, dissident, qui méritait le mépris qu’on lui vouait.

Ils en appelaient sans honte à la haine raciste des juifs. La substantifique moelle consiste donc à bien intégrer que le secret du Sionisme c’est qu’il était menacé par les juifs eux-mêmes. Les défendre contre la persécution signifiait organiser la résistance contre les régimes qui les menaçaient. Mais ces régimes incarnaient l’ordre impérialiste, seule force capable d’imposer une colonisation au peuple palestinien. En conséquence, les Sionistes avaient besoin de la persécution des juifs pour les convaincre de devenir des colonisateurs dans un pays lointain. Les persécuteurs de juifs servaient ainsi à patronner leur entreprise.

Durant longtemps, le Sionisme était resté un mouvement marginal chez les juifs qui aspiraient à vivre dans le pays où ils étaient nés sans souffrir de discrimination, ou à échapper à la persécution en émigrant vers des démocraties perçues comme plus tolérantes. Ainsi, les juifs européens n’avaient jamais manifesté d’intérêt pour la colonisation de la Palestine. Le Sionisme ne répondait pas aux besoins ou aux aspirations des juifs. L’instant de vérité est arrivé lorsque la persécution fit place à l’extermination physique.

Les Sionistes non seulement se montrèrent incapables de diriger la résistance ou de défendre les juifs, mais ils sabotèrent même activement les efforts des juifs pour boycotter l’économie nazie. Ils cherchèrent, même à ce stade, le parrainage des auteurs du génocide, non seulement parce que le Troisième Reich semblait assez puissant pour imposer une colonie sioniste, mais parce que les pratiques nazies correspondaient aux convictions sionistes.

Le massacre des juifs donnait au Sionisme « une grande autorité morale ». Leur objectif n’était pas de sauver les juifs, mais d’enrôler par la force une « minorité élue ». Le reste (l’équivalent de la gueusaille) serait laissé à son triste destin. Le Sionisme recherchait des individus pour coloniser la Palestine et préférait des cadavres juifs par millions à tout sauvetage qui aurait pu amener les juifs à s’installer ailleurs.

Bien plus tard, on découvrirait que les dirigeants politiques et militaires d’Israël n’ont jamais cru à un danger arabe menaçant Israël. Ils ont cherché à manœuvrer pour forcer les Etats arabes à des confrontations militaires que les dirigeants sionistes étaient certains de gagner, permettant ainsi à Israël de réaliser ses objectifs de déstabilisation des régimes arabes et les occupations de nouveaux territoires prévues.

Les provocations militaires israéliennes serviraient à la liquidation de toutes les prétentions palestiniennes sur la Palestine. Les réfugiés palestiniens se verraient atomisés aux quatre coins du monde. Israël voulait démembrer le monde arabe, défaire le mouvement national arabe et créer des régimes fantoches sous domination régionale israélienne. Le but ultime serait de modifier radicalement l’équilibre du pouvoir dans la région, et transformer Israël en LA puissance dominante au Moyen-Orient.

Bien loin de constater AVEC STUPPEUR la nationalisation par Nasser du canal de Suez lors de la guerre d’octobre 1956, c’est bel et bien Israël qui l’avait préparée et l’avait programmée depuis l’automne 1953, un an avant l’arrivée de Nasser au pouvoir. Le but avoué était l’absorption de la bande de Gaza et du Sinaï.

Un plan de conquête avait été décidé au plus haut niveau. L’occupation de Gaza et de la Cisjordanie avait été préparée au début des années 50. En 1954, Ben Gourion et Moshe Dayan développèrent un plan détaillé pour provoquer des conflits intérieurs au Liban afin de le diviser. Cela eut lieu seize ans avant qu’une présence politique palestinienne organisée n’apparaisse au Liban comme conséquence des expulsions de Jordanie en 1970, lorsque le roi Hussein massacra les Palestiniens au cours de ce qu’on a appelé le « Septembre noir ».

Dès octobre 1953, Israël rêvait d’occuper le Sinaï espérant que les Egyptiens débutent une offensive pour occuper le reste d’Eretz Israël. Le 31 janvier 1954, Dayan développait ses plans de guerre. En mai 1954, Ben Gourion et Dayan formulèrent un plan militaire pour l’absorption du Liban. Douze jours plus tard, Dayan accélérera le mouvement vers l’invasion planifiée, l’occupation et le démembrement du Liban. Le scénario entier, donc, de la guerre de 1982 au Liban, était en place depuis vingt-huit ans, bien avant que l’OLP n’existe.

La CIA donna le « feu vert » à Israël pour attaquer l’Égypte. Assoiffés de sang et de massacres, Ben Gourion et Dayan proposèrent qu’Israël crée un prétexte pour s’emparer de la Bande de Gaza. Un an après, les troupes de Dayan occupaient cette Bande de Gaza, le Sinaï, les détroits de Tiran, et se déployaient le long du canal de Suez. Mais, sachez le bien, les plans exposés n’avaient pas été inventés par Ben Gourion et Moshe Dayan.

En 1904, c’est déjà Theodore Herzl qui décrivait le territoire réclamé par le mouvement sioniste comme incluant les terres « du Brook en Égypte à l’Euphrate ».

Ce territoire comprenait tout le Liban et la Jordanie, les deux tiers de la Syrie, la moitié de l’Irak, un partie de la Turquie, la moitié du Koweït, le tiers de l’Arabie Saoudite, le Sinaï et l’Égypte, y compris Port Saïd, Alexandrie et le Caire.

Voila pourquoi dans sa déposition devant la commission d’enquête spéciale de l’ONU qui préparait la partition de la Palestine (le 9 juillet 1947), Rabbi Fischmann, représentant officiel de l’Agence juive pour la Palestine, réitéra les prétentions de Herzl « La Terre promise s’étend de la rivière d’Égypte à l’Euphrate. Elle inclut une partie de la Syrie et du Liban. »

À SUIVRE SI ON ME LAISSE ENCORE ECRIRE.

« Victime de mon succès », je fais l’objet d’un déréférencement Sauvage de la part des GAFAM, si vous désirez m’aider, le minimum que vous puissiez faire, c’est de cliquer sur les liens si dessous afin de faire remonter mon référencement. D’avance merci.

Olivier

Suite et fin ici : https://vecteur-douceur.over-blog.com/2021/12/les-prophetes-du-diable.partie-27.html

Commenter cet article