Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mais qui es-tu tonton, d’où venez-vous, toi et tes idées ? (Partie 8)

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Retour au premier article : https://vecteur-douceur.over-blog.com/2022/05/mais-qui-es-tu-tonton-d-ou-venez-vous-toi-et-tes-idees-partie-1.html

Pour s’en sortir, il faut expressément se faire sa propre idée, refuser le politiquement correct et les dogmes préconçus. Comment ? En s’éloignant des merdias vendus, en refusant le politique, et en cherchant soi-même auprès des vrais qui divulguent une information gratuitement en risquant pour cela beaucoup.

J’estime en faire partie à mon humble niveau avec plus de 650 articles parus sur mon blog et 14 ouvrages dénonçant le PLAN à mon actif.

Apprenez-donc à vous connaître avant d’espérer sortir de la matrice. Car peur, ignorance, et acceptation sont les trois mamelles de cette escroquerie en bande organisée que constitue l’ingénierie sociale. Il convient tout d’abord de distraire à souhait la gueusaille (séries, cinéma, jeux vidéo, pornographie, sport, etc.) tout ce qui sera capable de nous faire entrer dans cet état d’hypnose où nous allons mettre de côté notre cortex préfrontal, celui qui nous permet de réfléchir. Car ils savent à merveille détourner l’action du public (surtout les jeunes) de tout ce qui est important pour nos vies grâce à un déluge continu de distraction et d’information.

Comprenez bien qu’ils excellent aussi à créer un problème tout en offrant la solution selon l’axiome simpliste : action-réaction-solution de quoi créer une société de plus en plus contrôlée, et qui va se jeter dans les bras de son sauveur (bourreau convient bien mieux).

Repensez un instant au discours lénifiant qui a perduré durant le covid, les confinements et surtout les incitations vaccinales faisant de l’être averti, un traire, un égoïste non soucieux de ses proches et du bien commun. Il convient d’infantiliser les masses par le biais d’un discours, d’arguments, ou de personnages, le tout saupoudré d’un ton particulièrement infantilisant, comme si nous étions toutes et tous en maternelle. Le principe même de la suggestibilité voulant que si je vous parle comme si vous étiez un gosse, vous me répondrez comme un gosse, le tour est joué et tous se ruent au vaccinodrome avec tétine et hochet.

Ils vont s’adresser à l’émotionnel plutôt qu’à la réflexion. Dangerosité, morts et contaminations sont alors les outils propres à instaurer une peur grandissante, un stress perpétuel qui court-circuite tout esprit critique. L’humain réagissant bien plus à ses émotions qu’à sa réflexion, on fait alors fuir à grands pas tout sens critique. Ce registre émotionnel constituant une porte, un cheval de Troie vers l’inconscient, on peut alors y implanter facilement des désirs, des normes et surtout des peurs viscérales.

« Celui qui contrôle la peur des gens devient le maître de leurs âmes. », Machiavel.

Maintenir le public dans la bêtise et l’ignorance passe par l’histoire et notre éducation judéo-maçonnique. Notre Histoire est soit fausse soit volontairement incomplète, tout ce qu’il faut afin d’éviter la prise de conscience des peuples vis-à-vis de ceux qui, toujours les mêmes, fomentent les guerres et les révolutions, et surtout en financent tous les acteurs afin de toujours plus s’enrichir.

Ne pas vous donner les vraies clés de votre passé, de nos origines, permet à l’élite de tous nous maintenir dans l’ignorance de notre VERITABLE présent.

Expliquant pourquoi nous n’avons plus de Michel Ange et autre Léonard, jamais l’école ne va œuvrer à te donner cette approche pluridisciplinaire pourtant indispensable à entrevoir la cage dans laquelle nous évoluons tous. Noam CHOMSKY l’explique fort bien dans « La Fabrication du consentement », lorsqu’il écrit « L’éducation est un système d’ignorance imposé. Des centaines de milliards de dollars sont dépensés chaque année pour contrôler l’opinion publique. ». J’y ajoute une autre de ses phrases : « La population en général ne sait pas ce qui est en train de se passer. Et elle ne sait même pas qu’elle ne le sait pas. »

Ajoutez-y un volume d’informations trop élevé et unitives diffusées par moult médias, et vous obtenez une soupe indigeste qui alimente notre ignorance et la bêtise du peuple jusqu’à sa culmination. Voilà comment, certains, victimes du mythe du « réchauffement entropique », arrivent à décider ne plus vouloir d’enfants pour ne pas polluer Gaïa, et bien plus encore (voir Tonton Malthus).

L’élite arrive même à cette « fulgurance de l’esprit » qui consiste à faire remplacer la révolte par la culpabilité. Comment ? En faisant culpabiliser le gueux pour son triste sort par manque d’efforts, comme un Macron qui déclare que « pour trouver un emploi, il suffit de traverser la rue. »

C’est son manque de capacités intellectuelles et physiques qui rend alors le gueux responsable de tous ses malheurs. Non port du masque, refus de confinements absurdes, refus vaccinal, sont autant de facteurs qui vont faire de lui un égoïste, un mauvais citoyen qui va contaminer les autres. De quoi faire douter les déviants qui culpabilisent et se ruent en masse se faire vacciner.

Nous en arrivons ainsi à une stratégie de la dégradation qui consiste à introduire quelque chose de désagréable, mais à doses homéopathiques et sur assez longtemps pour que l’esprit révolté en première instance finisse par y donner son accord tacite.

C’est, pas de masque, puis des masques, puis masque obligatoire, puis des restaurants qui ferment un temps, puis longtemps, puis tout le temps. Pour en arriver à un couvre feux à 18h et des autorisations de sortie que tu te signe toi-même en acceptant tacitement de t’éloigner de tous les lieux de plaisir et de convivialité devenus DANGEREUX.

Si tout ceci fonctionne c’est parce que comme je l’explique dans le tome 2 du Centième Gueux et sur un chapitre complet, l’humain possède une mémoire de poisson rouge et oublie bien vite comment était sa vie. C’était comment avant ? Quoi penser, comment penser, quoi croire, et surtout quoi dire, constituent au final les gammes sur lesquelles pianote l’élite en véritable virtuose du vice. Mais ce qui est triste par-dessus tout, c’est que malgré ces FAITS pourtant indéniables, beaucoup se pensent encore libres de leurs choix, de leurs mouvements, bref, de leurs vies. Preuve que l’ingénierie, ça marche ! Nous sommes bel et bien au beau milieu d’une guerre de l’information entre riches et pauvres.

C’est donc un question de survie tant pour l’élite que pour nous. Le Deep State, ce pouvoir non élu, joue sa survie partout à travers le monde. Il suffit pour s’en convaincre d’analyser les grosses ficelles de l’OTAN, outil de l’Etat profond, à l’égard de la Russie. Et c’est bien pourquoi le Great Reset est dangereux, c’est l’arme d’un animal malade qui se sent traqué à cause « du réveil » des peuples.

Il lui faut désormais une bonne guerre, d’autres pandémies, des pénuries orchestrées et un effondrement chaotique afin de passer en force.

Les partisans de cette réinitialisation sont partout à travers le monde ceux du non vivant. Et chez nous, en France, l'Ordre indépendant du B'nai B'rith, la loge des loges qui fait levier au travers du CRIF, s’est empressée de faire réélire son cheval de Troie, celui qui va définitivement phagocyter la France, la dissoudre au sein d’un golem internationalisé.

Ceux qui voudront s’en convaincre plus encore pourront consulter ma série en 27 épisodes : Les prophètes du Diable ; https://vecteur-douceur.over-blog.com/2021/10/les-prophetes-du-diable.partie-1.html 

Ils veulent tous remplacer le vivant, l’organique conçu par Dieu, parce qu’il est viable est non consensuel envers leur idéaux satanistes. Il veulent y opposer quelque chose de non naturel, un ersatz, une sélection technoscientifique des formes de vie qui, précisément, ne bénéficie pas de ces lois naturelles qui nous dépassent, et de loin. Jamais l’humain déchu ne pourra créer quelque chose de viable à long terme, c’est de l’utopie et ça tombe bien puisque c’est leur domaine de prédilection.

L’erreur est intrinsèque à l’évolution scientifique, elle ne se comporte pas comme la nature qui corrige les siennes. Plus un système est complexe et moins il est viable et fiable. Bref, plus on s’éloigne de la nature, tel ces fous, et plus la marge d’erreur augmente et avec elle les risques d’apocalypse transgénique.

L’homme imite ce qu’il voit dans la nature (biomimétisme) et la science a une fâcheuse tendance à s’éloigner toujours plus de ce moule mimétique, occasionnant au passage des erreurs qui vont s’accroitre de manière exponentielle au même titre que les moustiques OGM de Bill Gates ou encore de ses tristes épandages dans nos cieux afin de faire de nous les dindons d’un « réchauffement climatique » créé de toute pièce, et toujours par les mêmes salauds.

On est en train de passer d’un mode de contrôle par la parole, c’est à dire le mode d’élocution du sujet parlant, à un mode de contrôle social automatisé avec pour tous en ligne de mire, la prévisibilité du comportement d’autrui. On cherche à rendre le contrôle du groupe prévisible par la parole (l’agora) à un contrôle par le biais d’un système qui ne nécessite plus la parole (IA).

Elle sera alors laissée seulement à des groupes de contrôle (politiques, journalistes). C’est pour cela que la rhétorique n’est plus à la mode, et que l’enseignement se trouve réduit à sa partie congrue et que le texto avec dix fautes à la ligne est à la mode avec le verlan. Ce sont les gens du marketing, du management, qui prennent des cours pour mieux nous manipuler tel un Macron managé par Mc Kinsey.

L’organisation d’une pensée, son articulation adaptée à la vie collective, tout cela est passé de mode et remplacé par la promotion d’un égo qui, à la manière d’un influenceur, en fait un individu vautré dans son orgueil baleinesque. C’est un monde de baisse du niveau intellectuel où la parole se trouve réservée à une élite de capos bien intentionnés, hautement rémunérés, mais surtout aux ordres d’un Bill le coyote, avec par exemple le journal « Le Monde » qui bénéficie de 405 millions d’euros sur 5 ans. Mais le réveil d’un certain pourcentage face aux malversations de l’élite devenant trop évident, celle-ci active ses petits capos afin d’étouffer toute tentative de rébellion dans l’œuf kabbaliste.

Voilà pourquoi, ces derniers jours (vendredi 6 mai 2022), la caste des petits capos mondialistes a montré sa fébrilité face aux résistances populistes et complotistes en annonçant une accélération de son agenda du chaos. Il leur faut des pénuries, nous geler le cul afin de nous faire oublier l’essentiel : qu’ils sont une pourriture sur pattes. L’hyène en tête, le G7 annonce donc un harakiri certain pour l’UE. Celui de l'embargo prochain sur le pétrole russe. Concernant cette « hyène », je vous conseille l’article que je lui consacre : https://vecteur-douceur.over-blog.com/2022/04/la-hyene.html

Mieux encore, afin de faire taire toute dissidence à ce projet (style votre serviteur) ou encore à d’autres qui sont à venir et tout autant débiles, Macron, main dans la main avec cette traitresse allemande, désire une modification des traités pour mettre fin à la règle de l'unanimité dans l'Union. Vous voyez ici combien l’élite apeurée accélère dangereusement le pas. On comprend la logique de l’exercice : il s’agit de passer outre la résistance de certains Etats souverains dans l’adoption de mesures scélérates.

Progressivement, pour survivre, l’Union Européenne doit fouler au pied le respect des peuples qui la composent.

À SUIVRE SI ON ME LAISSE ENCORE ECRIRE.

« Victime de mon succès », je fais l’objet d’un déréférencement Sauvage de la part des GAFAM, si vous désirez m’aider, le minimum que vous puissiez faire, c’est de cliquer sur les liens si dessous afin de faire remonter mon référencement. D’avance merci.

Olivier

Suite ici : https://vecteur-douceur.over-blog.com/2022/05/mais-qui-es-tu-tonton-d-ou-venez-vous-toi-et-tes-idees-partie-9.html

Commenter cet article