Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mais qui es-tu tonton, d’où venez-vous, toi et tes idées ? (Partie 9)

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Retour au premier article : https://vecteur-douceur.over-blog.com/2022/05/mais-qui-es-tu-tonton-d-ou-venez-vous-toi-et-tes-idees-partie-1.html

La mise en place d'une dictature numérique est désormais un impératif pour cette caste qui se sent de plus en plus assiégée au tempo de ses méfaits.

Entre perte de libertés, d’idées, le tout avec un ventre vide, nous pouvons nous faire du mouron car chaque nouveau train de mesures décidé par le G7 contre la Russie devrait enrichir un peu plus les Etats-Unis et appauvrir un peu plus l’Europe.

Des sanctions qui soit dit en passant devaient mettre Poutine en déroute, voire conduire les Russes à un coup d’Etat rapide, alors que lui et son pays se portent comme un charme plus bodybuildés que jamais. En revanche, tout le monde s’attend à une récession forte en Occident. Mais Ordo ab Chaos aidant, le G7, qui regroupe l’Occident (dont le Japon) sans la Chine, a décidé d’une mesure suicidaire : l’embargo sur le pétrole russe.

Et c’est là que le Vert Horus entre en lice, celui qui veut coute que coute nous voir régresser, ne plus consommer et retourner dans les cavernes de nos ancêtres. Nous devons tous être des décroissants. Vous savez tous ces cons aveuglés par sainte Greta et qui prônent de fait la réduction de notre dépendance globale vis-à-vis des combustibles fossiles et notre transition vers une énergie propre conformément à nos objectifs climatiques. C'est-à-dire tous ces intellos qui ne savent pas que sans ces énergies : pas de tracteur donc plus de production agricole, plus de transport de ces productions, plus d’engrais, plus de chauffage, d’électricité, etc.

Bref, de quoi vous prouver que ce mouvement écologiste n’est qu’une construction fort utile à Davos et son reset.

De plus, tous ces technocrates de mes deux, grassement payés par les lobbys et surtout non élus, ne comprennent pas que leurs mesures toutes destinées à renforcer l’isolement de la Russie dans tous les secteurs de son économie, ne font que la pousser dans les bras d’un autre bodybuilder hyper dopé. Ou alors, une fois encore, ils obéissent tous à Davos et respectent scrupuleusement son agenda de dépopulation programmé. Car à trop emmerder l’ours russe on va immanquablement vers un conflit mondial souhaité par l’OTAN, bras armé autant que malade du Deep State.

D’autre part, ces sanctions seront longues parce que la guerre sera longue. Et pour ce faire, les Occidentaux annoncent, sans vraiment le dire, qu’ils vont remplacer le pétrole russe par du pétrole américain. Tout ce qu’il faut afin d’affaiblir davantage une Europe déjà sous perfusion et prête à imploser, de quoi cimenter l’alliance occidentale contre l’axe sino-russe, en faisant payer l’impôt révolutionnaire qui va enrichir les Américains.

Le Deep State voit le temps passer, et son autorité sur les peuples s’amenuiser. Se faisant il tire sur la corde chaque jour un peu plus. Il doit prendre le plus d’initiatives possibles pour reprendre le contrôle de la situation, notamment face à un axe sino-russe qui finira par envahir Taïwan et tourner la page de l’ordre tel qu’il a été fixé par la suprématie nucléaire américaine en 1945.

Et une corde, ça peut casser, voilà pourquoi Klaus Schwab s’est mué en prophète des temps nouveaux. Il a formulé l’agenda du Grand Reset. Où a-t-il bien pu aller chercher ses idées rocambolesques ? pour en avoir une petite idée revenons un instant sur ce sinistre individu avant que d’évoquer à nouveau son émule, Yuval Noah Harari.

Beaucoup ont facilement le terme « fascisme » à la bouche. Ils ne comprennent pas que ce mal se dissimule facilement sous divers aspects. Le fascisme du 21e siècle a trouvé différentes formes politiques à travers lesquelles il peut poursuivre son projet consistant à remodeler l’humanité en fonction du capitalisme par des moyens ouvertement autoritaires.

Sa nouvelle version est aujourd’hui mise en avant sous le couvert de la « gouvernance mondiale », de la « biosécurité », de la «nouvelle normalité », du « New Deal pour la nature » et de la «quatrième révolution industrielle » de Schwab.

Et justement, concernant ce sinistre personnage aux intentions qui le sont tout autant, il convient d’ajouter quelques faits tant cet octogénaire, fondateur et président exécutif du Forum économique mondial, est au centre de cette matrice comme une araignée sur une toile géante. Le projet fasciste initial, en Italie et en Allemagne, consistait en une fusion de l’État et des entreprises.

Alors que le communisme envisage la prise de contrôle des entreprises et de l’industrie par le gouvernement sensé agir dans l’intérêt du peuple (une bonne blague), le fascisme se sert de l’État pour protéger et promouvoir les intérêts de l’élite fortunée.

Et nous allons voir qu’au beau milieu de tout ce fatras idéologique, Schwab n’a fait que poursuivre cette approche dans un contexte d’après-guerre dénazifié, lorsqu’il a fondé en 1971 son « European Management Forum », à Davos en Suisse.

Né à Ravensburg en 1938, il est un enfant de l’Allemagne d’Adolf Hitler, un régime policier fondé sur la peur et la violence, sur le lavage de cerveau et le contrôle, sur la propagande et le mensonge, sur l’industrie et l’eugénisme, sur la déshumanisation et la « désinfection », sur une vision effrayante d’un « nouvel ordre » qui durerait mille ans. Schwab semble avoir consacré sa vie à réinventer ce cauchemar et à essayer de le transformer en réalité mais pour le monde entier.

Il n’est bien sûr pas un nazi au sens classique du terme. Il n’est ni nationaliste ni antisémite, comme en témoigne le prix Dan David qui lui a été décerné par Israël en 2004, du moins c’est ce qu’on tente de nous faire croire car, étrangement, en octobre 2021, toute référence à Schwab semble avoir été retirée du site Web du prix Dan David ? La lecture du Centième Gueux vous convaincrait plutôt qu’il est un sioniste.

Ces parents sont Eugen Wilhelm Schwab (1899-1982) et la Suisse d’origine juive Emma Gisela Tekelius Schwab (née Kilian), mariés à Karlsruhe en Allemagne le 2 octobre 1926. Son arbre généalogique a été publié dans la « Crimeline & Evidence Library » gérée et développée par les enquêteurs du site « Americans for Innovation ». Klaus Schwab a d’ailleurs remercié son père Eugen Wilhelm et sa belle-mère Erika en mentionnant leurs noms dans son livre récemment publié.

Eugen Schwab, son père, suivra les traces du sien et deviendra ingénieur. L’usine où il forgera sa carrière sera la branche allemande de l’entreprise suisse nommée Escher Wyss qui, au début du 20e siècle, ayant mis de côté le tissage du ruban commencera à se concentrer sur la production de grandes turbines industrielles et la construction de centrales hydroélectriques.

En 1920, Escher-Wyss se trouve aux prises avec de sérieuses difficultés financières, mais sera sauvée. Après que la Grande Dépression du début des années 1930, la société passera encore entre les mailles du filet grâce à une suspension de faillite. Au milieu des années 1930, elle se retrouve à nouveau en difficulté financière. Afin de la sauver, un consortium sera cette fois mobilisé pour la firme d’ingénierie en difficulté. Peu de temps après le déclenchement de la guerre en 1939, Escher-Wyss et sa nouvelle direction profitent de la guerre. Ils ouvrent alors la voie à une très large coopération avec le régime nazi. Ils œuvrent de bon cœur et deviennent un important sous-traitant militaire nazi.

Mais dès les années d’avant-guerre, l’usine Escher-Wyss de Ravensburg, désormais gérée directement par le père de Klaus Schwab, Eugen Schwab, est déjà le plus gros employeur de Ravensburg. Mieux, le parti nazi d’Hitler décernera à la succursale Escher-Wyss de Ravensburg le titre de « Société modèle national-socialiste » alors que Schwab père est à la barre. Les nazis courtisaient ainsi la société suisse pour la coopération dans la guerre à venir, et dès 1939, l’usine s’y lancera à cœur joie.

Curieusement, Ravensburg ne sera jamais cible de frappes aériennes alliées. La présence de la Croix-Rouge et la rumeur d’un accord avec diverses sociétés, dont Escher-Wyss, verront les forces alliées accepter publiquement de ne pas cibler la ville du sud de l’Allemagne, alors que des choses beaucoup plus sombres se préparaient déjà à Ravensburg une fois la guerre commencée.

Durant le conflit, Eugen Schwab va continuer à gérer la « Société modèle national-socialiste » pour Escher-Wyss, et la société suisse aiderait la Wehrmacht nazie à produire des armes de guerre importantes ainsi que des armements plus basiques. La société Escher-Wyss était un leader dans la technologie des grandes turbines pour les barrages hydroélectriques et les centrales électriques, mais elle fabriquera également des pièces pour les avions de chasse allemands. Ils étaient également intimement impliqués dans des projets beaucoup plus sinistres se déroulant dans les coulisses qui, s’ils étaient achevés, auraient pu changer l’issue de la Seconde Guerre mondiale.

Le renseignement militaire occidental était déjà au courant de la complicité et de la collaboration d’Escher-Wyss avec les nazis. Leader dans un domaine florissant en particulier, la création d’une nouvelle technologie de turbine, la société en avait conçu une pour la centrale hydroélectrique stratégiquement importante de l’installation industrielle Norsk Hydro à Vemork, près de Rjukan en Norvège. L’usine, en partie alimentée par Escher Wyss, était la seule sous contrôle nazi capable de produire l’eau lourde, essentiel à la fabrication de plutonium pour le programme de bombe atomique nazi.

À SUIVRE SI ON ME LAISSE ENCORE ECRIRE.

« Victime de mon succès », je fais l’objet d’un déréférencement Sauvage de la part des GAFAM, si vous désirez m’aider, le minimum que vous puissiez faire, c’est de cliquer sur les liens si dessous afin de faire remonter mon référencement. D’avance merci.

Olivier

Suite ici : https://vecteur-douceur.over-blog.com/2022/06/mais-qui-es-tu-tonton-d-ou-venez-vous-toi-et-tes-idees-partie-10.html

Commenter cet article