Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Souviens-toi mon ami (e) ! (Partie 4 et fin)

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

L’administration Biden a surtout arrêté l’économie à cause d’un gros rhume de cerveau à la mode inventé par Fauci et des chauves-souris folles. Pour compenser, Biden a commencé à distribuer de l’argent à gauche et à droite. Ainsi, nous avions plus d’argent et moins de produits puisque tout était à l’arrêt, ce qui a provoqué une hausse des prix.

En ce moment, avant que de rebrancher la photocopieuse, la Réserve fédérale expérimente l’augmentation des taux d’intérêt afin de contrôler l’inflation. Cela entraînera la faillite de nombreuses entreprises occidentales surendettées, l’arrêt de la production et le licenciement de leurs employés, il faudra alors davantage de papier cul, ce qui fera augmenter l’inflation puisque nous appartenons tous, l’occident, à cette chaine.

Voyez-vous comme le système est infiniment perfide ; comme ses maîtres. La Fed ramènera alors les taux d’intérêt à zéro. Il est possible de répéter l’opération aussi souvent qu’on le souhaite. C’est une espèce de respiration planétaire pour les riches. Sa fonction en est d’étouffer les pauvres.

Mais ce n’est hélas pas tout ! Le deuxième type d’inflation est plus difficile à expliquer. Supposons que vous possédiez une entreprise qui fabrique justement ce papier cul et l’expédie chez Joe Biden.

Dans un contexte de faible inflation, vous n’avez aucun intérêt à le stocker et d’attendre que les prix augmentent. Vous perdriez des revenus, et vos concurrents pourraient profiter de cette ouverture pour réduire votre part de marché. En revanche, lorsque l’inflation est élevée, elle fait plus que compenser le coût du stockage des invendus, ce qui lui confère une valeur supérieure à celle de l’argent, et il est parfaitement logique de laisser un navire rempli de papier toilette rester à quai ou en mer pendant quelques semaines au lieu de le décharger.

Imaginez maintenant que tout le monde fasse alors pareil et repensez-donc un instant à toutes ces vidéo montrant tous ces cargos restés au mouillage juste à côté de Los Angeles. Encore une fois, c’est du réchauffé, du rincé et du répété, mais du concret.

Au fil du temps, paradoxe des paradoxes, avec leur système d’argent-dette, une quantité infinie d’argent permet d’acheter zéro produit et tous les soi-disant économistes seront soit « mourus », soit retournés à faire du jardin. Quoi qu’il en soit, et c’est pour cela que j’insiste autant auprès de mes lecteurs, sachez-le bien : l’ère de la rareté des ressources est arrivée. Nous allons droit vers une telle défaillance du marché, que les produits essentiels deviendront totalement indisponibles pour n’importe quelle somme d’argent.

Pourquoi ? Les produits continueront d’exister, l’argent aussi, et il y en aura probablement BEAUCOUP. Ce qui sera transformé, c’est l’argent lui-même victime de sa mauvaise renommée et de plus en plus inutile. De quoi en perturber plus d’un ! Ce sera le crépuscule du dieu Mammon. Mais avant de mourir, il aura lâché une horde de démons sur nos vies de pauvres : une hyperinflation possédant, tout comme couillonavirus, moult variants dont on ignore encore pour l’instant l’extrême virulence, tant ils seront imprévisibles.

Aucun vaccin n’y fera, la connerie humaine ayant donné à beaucoup trop une immunité soi-disant collective contre tout bon sens. Psychologiquement, il convient de vous habituer à la disparition de ce monde déjà pervers où il y a toujours eu un peu de pression excessive sur les salaires, ce qui entraînait une inflation des salaires et, à son tour, un peu trop d’argent dans l’économie par rapport aux produits qui pouvaient l’absorber, ce qui a produit une inflation des prix.

Un peu d’inflation des salaires et des prix autour de 2 %, c’est ce que les économistes appelaient « taux d’inflation optimal ». Dans ce « joli monde », les banques les utilisaient pour fixer les taux d’intérêt sur les prêts et les dépôts. Il existait également un « taux de chômage optimal ». Il permettait d’atteindre presque le plein emploi tout en maintenant les travailleurs suffisamment effrayés pour qu’ils ne demandent pas de salaires plus élevés.

C’était une gentille dystopie où régnait déjà une bande de capitalistes impitoyables et leurs esclavagistes qui, pendant un certain temps, ont trouvé opportun de soudoyer la classe ouvrière juste assez pour l’empêcher de se transformer en communiste et de les pendre. Ces esclavagistes capitalistes sont même allés jusqu’à permettre à une classe moyenne de se développer pendant un certain temps.

Puis, au cours des 30 années qui ont suivi la disparition de l’URSS et la disparition du fantôme du communisme, la classe moyenne a été systématiquement démantelée parce qu’il n’y a plus de nécessité politique pour elle. L’opération Covid-19 était chargée de l’éradiquer définitivement selon le souhait de Klaus Schwab et afin d’instaurer son 4e Reich où « vous ne posséderez rien mais serez heureux ».

Je vous parle là d’une économie boîte noire qui fonctionne avec de l’argent. Le flux d’argent est contrôlé à l’aide de quelques boutons, dont la manipulation correcte produit la croissance économique, une faible inflation et le plein emploi. Si la croissance stagne ou si l’inflation devient trop faible, des mesures de stimulation sous forme de baisse des taux d’intérêt permettent de la relancer. Si la croissance est bonne, mais que le chômage est trop faible et l’inflation trop élevée, on dit que l’économie est en surchauffe et on augmente les taux d’intérêt pour y remédier.

Si cela ne fonctionne pas, il est temps de remplacer le président de la Réserve fédérale par une nouvelle marionnette. Et si cela ne fonctionne pas non plus, alors quoi ? Que faire si la croissance reste faible et que le chômage reste élevé malgré de nombreuses années de taux d’intérêt pratiquement nuls, alors que l’inflation bat tous les records ? Et si le moindre geste dans le sens d’une hausse des taux d’intérêt pour lutter contre l’inflation fait s’évanouir toute l’économie faisant tomber les entreprises comme des mouches, il est peut-être temps de se procurer une nouvelle boîte noire, car celle-ci est clairement cassée.

C’est celle du Great Reset déjà annoncé en 2014 par la grande Cricri Lagarde à Davos et repris en cœur depuis, par toute la clique des Young Global Leaders sodomites de Schwab.

Nos économistes occidentaux sont, pour la plupart, des constipés du cerveau, leur culte les oblige à respecter un dogme : une économie de marché libérale fondée sur des droits de propriété privée absolus et l’utilisation sans entrave du capital privé dans un régime économique mondialisé sans frontières ni intérêts nationaux est le seul choix possible. Tout le reste n’est traité que de socialiste, communiste, antidémocratique, autoritaire, et doit être détruit à l’aide de sanctions économiques ou de campagnes de bombardement.

Et si les sanctions économiques ne fonctionnent pas et qu’une campagne de bombardement serait suicidaire (comme c’est le cas avec la Russie ou la Chine), alors quoi ?

C’est alors qu’ils se trouvent confrontés aux non-sens idéologiques des valeurs occidentales qu’ils vantent : droits de l’homme, caractère sacré de la propriété privée, libre circulation des capitaux et démocratie. Car elles sont loin d’être universelles ;  elles sont réservées aux membres d’un club imposant des sanctions économiques ou des bombardements à quiconque ne lui plaît pas.

Tous ceux qui ne sont pas membres du club des démocraties libérales peuvent ainsi crever, leurs vies ne comptent pas. Quant aux propres ouailles de ces prêtres, il est parfaitement acceptable de les obliger à subsister dans une pauvreté extrême tout en étant étroitement contrôlés par un État policier autoritaire.

Ainsi, qu’on aime ou pas Poutine et les Russes, on peut leur dire merci d’avoir bombardé ce club de pourris, de l’avoir fait concrètement en Ukraine sur les laboratoires P4 et les rampes de missiles que les USA, et depuis longtemps, avaient tranquillement installés au nez et à la barbe de Poutine en ne respectant aucun des accords pourtant signés.

Une arme biologique, je le répète, agit au gré du vent, et le vent tourne, même si, au préalable, il soufflait en direction de Moscou. Pensez-y avant d’envoyer de l’argent et des armes à des bataillons de nazis ukrainiens (je ne parle pas ici du peuple qui lui souffre).

Poutine a mis un grand coup de pied dans le club des Soros, Gates, Attali, Macron, Zelensky, Trudeau et tant d’autres qui n’aiment pas les pauvres

Pour eux, cette gueusaille de bas étage n’est même pas autorisée à subvenir à ses propres besoins, parce que les pauvres ne comptent pas non plus.

On en revient alors au souhait d’une élite désireuse de 500 millions d’esclaves (https://vecteur-douceur.over-blog.com/2020/01/tout-est-prevu-et-depuis-longtemps.html ) mais pas plus car les commodités de la civilisation ne sont destinées qu’aux riches et à quelques-uns de leurs fidèles serviteurs. Le reste n’est que menu fretin, une énième ressource pour l’utilisation du capital privé.

Fin.

À SUIVRE SI ON ME LAISSE ENCORE ECRIRE.

« Victime de mon succès », je fais l’objet d’un déréférencement Sauvage de la part des GAFAM, si vous désirez m’aider, le minimum que vous puissiez faire, c’est de cliquer sur les liens si dessous afin de faire remonter mon référencement. D’avance merci.

Olivier

Commenter cet article