Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mais qui es-tu tonton, d’où venez-vous, toi et tes idées ? (Partie 12)

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Retour au premier article : https://vecteur-douceur.over-blog.com/2022/05/mais-qui-es-tu-tonton-d-ou-venez-vous-toi-et-tes-idees-partie-1.html

Pour réussir à pirater les humains, il faut deux choses : une bonne compréhension de la biologie et une grande puissance de calcul. L’Inquisition et le KGB n’avaient pas ces connaissances et cette puissance. Mais bientôt, les entreprises et les gouvernements pourraient avoir les deux, et une fois qu’ils pourront vous pirater, ils pourront non seulement prédire vos choix, mais aussi réorganiser vos sentiments.

Pour ce faire, les entreprises et les gouvernements n’auront pas besoin de vous connaître parfaitement. C’est impossible. Ils devront simplement vous connaître un peu mieux que vous ne vous connaissez vous-même. Et ce n’est pas impossible, car la plupart des gens ne se connaissent pas très bien (d’où l’intérêt de l’ingénierie sociale comme expliqué plus haut).

Le libéralisme a développé un arsenal impressionnant d’arguments et d’institutions pour défendre les libertés individuelles contre les attaques extérieures de gouvernements oppressifs et de religions fanatiques, mais il n’est pas préparé à une situation où la liberté individuelle est subvertie de l’intérieur, et où les concepts mêmes d'”individu” et de “liberté” n’ont plus beaucoup de sens.

Pour survivre et prospérer au 21e siècle, nous devons abandonner la vision naïve de l’homme en tant qu’individu libre ; une vision héritée de la théologie chrétienne autant que des Lumières modernes, et accepter ce que l’homme est réellement : un animal piratable. Nous devons mieux nous connaître.

Il est particulièrement important d’apprendre à connaître ses faiblesses. Elles sont les principaux outils de ceux qui tentent de vous pirater. Les ordinateurs sont piratés par des lignes de code défectueuses préexistantes. Les humains sont piratés par des peurs, des haines, des préjugés et des envies préexistants. Les pirates informatiques ne peuvent pas créer la peur ou la haine à partir de rien. Mais lorsqu’ils découvrent ce que les gens craignent et détestent déjà, il est facile d’appuyer sur les boutons émotionnels appropriés et de provoquer une fureur encore plus grande.

Si les gens ne peuvent pas apprendre à se connaître par leurs propres moyens, la technologie utilisée par les pirates peut peut-être être détournée et servir à nous protéger. De même que votre ordinateur est doté d’un programme antivirus qui détecte les logiciels malveillants, nous avons peut-être besoin d’un antivirus pour le cerveau. Votre compagnon IA apprendra par expérience que vous avez une faiblesse particulière – que ce soit pour les vidéos de chats amusantes ou pour les histoires exaspérantes sur Trump – et les bloquera en votre nom. »

Vous avez là, prononcée, tout cette diatribe, pure ingénierie de bas étage envers laquelle je cherche à vous mettre en garde sur ce blog et dans mes livres. Négation de la liberté, négation de la démocratie moderne puisqu’il sera impossible de résister à la manipulation des data par les gouvernements et les entreprises transnationales. Mais aussi la proposition de confier notre cerveau et nos émotions à une élite éclairée et des techniciens de la manipulation des individus mais, pour "notre bien".

Il y a deux ans lorsque j’ai fait paraître « De Mammon à Corona : comment en est-on arrivé là », j’y expliquais comment la technologie était bien plus avancé qu’on ne le croit. Aux Etats-Unis, des chercheurs testent des électrodes destinées à réguler nos sentiments et des fous travaille même, comme indiqué plus haut, sur un vaccin destiné à faire disparaître toute trace de spiritualité, de croyance en Dieu. Le but est pour eux de pouvoir mieux lutter contre certaines « pathologies mentales ».

Dieu a fait l’homme à son image et ces salopards veulent reformater l’homme à leur usage. Je veux parler des survivants à cette « vaccination » mortifère, car les médecins du monde entier rapportent maintenant qu’ils constatent une augmentation choquante du nombre de patients atteints du SIDA qui ont reçu des doubles et triples doses.

Beaucoup de médecins à travers le monde constatent qu’en fait la protéine spike est composé du VIH et du SIDA ainsi que du SRAS et du MERS. De plus, parce que le système immunitaire est amenuisé à chaque injection, il finit épuisé et de nombreux types de maladies, comme le cancer, peuvent se propager comme une traînée de poudre. Un médecin, le Dr Ryan Cole, dit qu’il voit une augmentation des cancers jusqu’à 2000%, à cause des vaccins.

La démence planifiée du couillonavirus et les mandats de vaccination obligatoire qui en ont découlés se sont révélés être de la pure propagande mensongère, et les médias grand public ont été grassement rétribués afin de promouvoir la vaccination.

Par contre, la démence, la vraie, devient une réalité, car le Covid-19 a de graves conséquences sur le cerveau. C’est ce qu’il ressort d’une étude menée par des chercheurs de l’Université de Cambridge, au Royaume-Uni. Ils ont constaté que six mois après avoir contracté la maladie, le déclin cognitif chez les vaccinés X fois était similaire à 20 ans de vieillissement et correspondait à une perte de 10 points de QI.

D’après eux, certains patients pourraient ne jamais retrouver leurs capacités. Mais retenez que, dès le départ, les laboratoires criminels savaient tout cela. Pfizer voulait garder ses documents confidentiels durant 75 ans. Hélas pour eux, un juge du Texas a exigé qu’ils soient dévoilés illico presto. Résultat, la Food and Drug Administration étasunienne a été contrainte de les publier par ordonnance du tribunal.

Elle admet même à regret ce que des chiropracteurs dénoncent depuis les début de cette vaccinations étant dans l’incapacité de préparer convenablement les corps en les vidant de leur sang à cause de caillaux monstrueux qui obstruent veines et artères. La Food and Drug Administration (FDA) américaine a modifié ses recommandations concernant le « vaccin » contre le coronavirus de Wuhan (Covid-19). L’agence fédérale admet désormais qu’il provoque des caillots sanguins.

La FDA tentait bel et bien de retarder de 75 ans la publication des données de sécurité de Pfizer, bien qu’elle ait approuvé l’injection après seulement 108 jours d’examen de sécurité le 11 décembre 2020. Et c’est début janvier 2022, que le juge fédéral Mark Pittman leur a ordonné de publier 55 000 pages par mois.

Ils en ont publié 12 000 pages fin janvier. Que ceux qui pensent encore que je délire se procurent le dernier livre du médecin chercheur en épidémiologie Laurent Toubiana. Dans un essai digne d’une bombe à retardement, « Covid 19. Une autre vision de l’épidémie », ce chercheur ne fait qu’apporter un crédit scientifique à mon blog. Il explique en effet pourquoi et comment la bande à Macrouille a, selon lui, menti aux Français pour leur faire accepter l’inacceptable piqure mortelle.

À la lecture de ces milliers de pages, le résumé des constatations est DRAMATIQUE : Le programme de Pfizer n’incluait pas de tests complets de tous les composants du produit final approuvé. La toxicité du principe actif ARNm du vaccin Covid 19 n’a jamais été étudiée ! Pfizer admet l’absence de potentiel d'amélioration de la maladie induite par le vaccin.

Les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC pour Centers for Disease Control and Prevention) forment ensemble la principale agence fédérale des États-Unis en matière de protection de la santé publique. Le CDC, la FDA et Pfizer ont menti en affirmant que le « vaccin reste localisé au point d’injection ». Cela indique une fraude intentionnelle et une collusion entre Pfizer et les régulateurs pour introduire sur le marché ce produit dangereux non testé.

Tout confirme que Pfizer et la FDA savaient que l’aggravation de la maladie par le vaccin était une conséquence possible des injections ARNm. La lecture révèle que les personnes entièrement vaccinées ont jusqu’à deux fois plus de risques d’être hospitalisées à cause du Covid-19, et deux à trois fois plus de risques d’en mourir.

Ces vaccins préparent bel et bien le système immunitaire à une réaction excessive contre lui-même et de fait potentiellement mortelle. L’étude confirme également pourquoi les nouveaux nés, tous allaités par des mères vaccinés, sont victimes d’hépatites sévères.

Globalement, une infection peut se trouver facilité par les anticorps de plusieurs manières différentes, dont la plus connue est « le cheval de Troie ». Elle agit lorsque des anticorps non neutralisants générés par une infection ou une vaccination antérieure ne parviennent plus à éliminer l’agent pathogène lors d’une nouvelle exposition. Au lieu de faire leur travail d’éradication, ils agissent alors comme une porte permettant au virus d’entrer et de se répliquer dans des cellules immunitaires, comme les macrophages.

Cela peut entraîner une plus grande diffusion de la maladie et des réactions immunitaires excessives à l’origine de maladies plus graves.

Résultat, parmi plus de 1000 études et/ou rapports scientifiques sur les dangers associés aux injections Covid-19 liés à la coagulation du sang, la myocardite, la péricardite, la thrombose, la thrombocytopénie, l’anaphylaxie, la paralysie de Bell, Guillain-Barré, les décès, etc., de nouvelles portant sur des dizaines de millions d’Européens ont été effectuées par des chercheurs des agences sanitaires de Finlande, du Danemark, de Suède et de Norvège.

Il en ressort que les inflammations cardiaques nécessitant des soins hospitaliers sont plus fréquentes chez les personnes ayant reçu le vaccin que chez celles qui ne l’avaient pas reçu.

Et ce n’est là qu’un tout petit morceau de l’énorme iceberg qui concerne moult données mortifères. Mais qu’on se rassure ! Pendant ce temps-là, notre hyène qui tient les rênes de la gouvernance européenne supranationale s’active. La Commission Européenne a largement communiqué sur son projet d'espace commun de données de santé, afin d'européaniser sournoisement en un joli Gloubi Boulga les données de santé des Etats-membres.

À SUIVRE SI ON ME LAISSE ENCORE ECRIRE.

« Victime de mon succès », je fais l’objet d’un déréférencement Sauvage de la part des GAFAM, si vous désirez m’aider, le minimum que vous puissiez faire, c’est de cliquer sur les liens si dessous afin de faire remonter mon référencement. D’avance merci.

Olivier

Suite ici : https://vecteur-douceur.over-blog.com/2022/06/mais-qui-es-tu-tonton-d-ou-venez-vous-toi-et-tes-idees-partie-13.html

Commenter cet article