Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

5G, fibre optique, nanoparticules, etc. : « toutes ces technologies qui ne nous veulent que du bien ». Partie 3

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Retour à la première partie : https://vecteur-douceur.over-blog.com/2022/08/5g-fibre-optique-nanoparticules-etc.toutes-ces-technologies-qui-ne-nous-veulent-que-du-bien.partie-1.html

Le sang humain convertit efficacement les ondes radio, micro-ondes et millimétriques en chaleur, induisant des courants dans les systèmes nerveux qui agissent finalement comme conducteurs.

L’anxiété, l’insomnie, la dépression et le TDAH (le Trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité) sont, comme nous l’avons vu en première partie, autant de répercussions neurologiques potentielles. La perturbation des signaux nerveux par des ondes radios peut également provoquer le syndrome du côlon irritable ainsi que toute la panoplie de « nouvelles maladies » qui ont émergé avec les progrès récents…

La 5G se propage dans la bouche et les narines, en poursuivant son voyage dans votre gorge et dans les poumons, sans oublier les canaux auditifs, les excitant intérieurement par le biais des nerfs et de la région du cerveau qui est à proximité de l’oreille interne.

Beaucoup de chaleur est générée dans ce processus grâce au sang qui peut facilement convertir les champs de micro-onde en chaleur. En d’autres termes, la 5G attaque les cinq sens. Non seulement cette technologie suit le chemin des systèmes organiques, mais elle cherche à les remplacer et, éventuellement, les détruire…

Bon nombre des déploiements 5G utilisent la technologie Phased Array (réseau phasé). Cela implique une concentration dans un domaine très limité, qui peut être orienté afin de suivre une personne. Il peut également « suivre » un certain nombre de personnes simultanément.

Deux sources d’énergie micro-ondes sont impliquées dans cette configuration : l’émetteur de la tour cellulaire et votre smartphone. Pensez que ces technologies tendent à remplacer notre biologie organique, l’instinct et d’autres mécanismes entrelacés qui unissaient l’individu en symbiose avec la nature environnante. Les animaux (oiseaux, insectes, abeilles) étant restés plus proche de mère nature, on comprend aisément les dégâts qu’ils puissent subir.

Notre biologie est prise au sein d’un maelstrom composé de chemtrails, d’aliments OGM, de géo-ingénierie, HAARP, de Big Pharma et ses antibiotiques toxiques, ses « vaccins » qui n’en sont pas et toutes ces technologies « intelligentes » associées sous diverses formes, ainsi qu’une foule d’autres dérivés synthétiques, qui nous bombardent sans arrêt 24 heures sur 24, chaque jour que Dieu fait.

Collectivement, ces remplacements synthétiques ont conduit l’humanité à perdre de vue sa vraie nature, son histoire, ses origines. L’homme est devenu un outil du système qui finalement veut l’effacer dans le but ultime : le Transhumanisme, cette conversion de l’Homme en automate. 

Une étude concernant la 5G, ou plus exactement la mettant en cause, a été réalisée par le NCBI (National Center for Biotechnology Information) prouvant la façon dont elle contribue directement aux symptômes communément associés au covid-19 (et ses variants). Un article antérieur publié en mai 2020 montrait déjà une « corrélation significative entre l’intensité du rayonnement 5G ambiant et la mortalité due au SRAS-CoV-2 dans 31 pays à travers le monde ». Et c’est en se basant sur cet article de 2020, que deux chercheurs : Beverly Rubik et Robert R. Brown ont élaboré la leur.

Puis ils ont repris une étude américaine montrant que les zones du pays où la 5G était déjà opérante présentaient des taux bien plus élevés de maladies graves et de décès (attribués au covid), cela indépendamment de la densité de population, de la qualité de l’air et de la latitude.

À court terme on attribue au covid des agglutinations du sang (caillots) et à long terme une forte baisse de l’hémoglobine qui transporte l’oxygène aux organes aboutissant à une asphyxie progressive, un stress oxydatif accéléré avec lésions dans les tissus et les organes, une perturbation grave du système immunitaire, y compris une suppression des lymphocytes et une augmentation des marqueurs inflammatoires, une augmentation du calcium intracellulaire, qui facilite l’entrée et la réplication du virus et de la protéine spike, d’importantes arythmies cardiaques.

Rubik et Brown ont utilisé les résultats de ces deux études pour établir une comparaison entre les effets du rayonnement des communications 4 et 5G, et les symptômes ci-dessus décrits. Ce qui ressort de particulièrement inquiétant dans l’étude de Rubik et Brown est la diminution observable du glutathion, le « maître antioxydant » de l’organisme, lors de l’exposition à la 5G et même 4G, WI FI, etc. De plus, au moins deux autres études ont confirmé cette conclusion corrélée aux symptômes de la « grippe » de Fauci ou « grippe » de Wuhan : le fameux couillonavirus.

De là à penser que depuis plus de 2 ans, le covid-19 a été un faux drapeau à Wuhan, et l’est toujours pour détourner l’attention de la 5G, le vrai coupable qu’il ne fallait surtout pas suspecter, il n’y a qu’un pas facile à franchir ! L’oxyde de graphène est aussi largement présent dans les « vaccins » ARNm, mais aussi dans de nombreux produits alimentaires industriels de la grande distribution et même dans les épandages chemtrails et certaines eaux.

Pour la QUINTA COLUMNA espagnole qui effectue un travail remarquable et que j’ai déjà cité à de nombreuses reprises, et afin de ne pas quitter le registre ondulatoire, Omicron n’est pas un variant mais une onde millimétrique numérisée.

La QUINTA prétend que nous sommes bombardés de ces ondes et surtout la nuit. Ils ont en effet observé qu’en mesurant les rayonnements la nuit, les valeurs peuvent augmenter jusqu’à être 15 fois supérieures à la limite légale. Le créneau le plus performant pour la 5G est entre 2 et 4 heures du matin. C’est le moment où le trafic internet est nettement plus faible, car les gens dorment.

Omicron ne serait donc pas un agent pathogène, mais un programme numérisé envoyé la nuit par la 5G. Ces fréquences 5G ont besoin d’un agent de réception dans les organismes pour pouvoir injecter leurs programmes, et cet agent supraconducteur électromagnétique, c’est évidemment l’oxyde de graphène faisant de tout vacciné une parfaite antenne qui permet de télécommander ou altérer vos fonctionnements métaboliques, voire modifier à souhait votre génome ADN.

Chez le vacciné, Omicron pourra ainsi s’installer dans tout le corps provoquant d’abord des nausées et des diarrhées, suivies de fièvre, de troubles visuels, de maux de tête, de désorientation, d’amnésie.

Les gens touchés et infectés toussent parce que leur corps essaie de se débarrasser de l’oxyde de graphène et le fait par les poumons.

Ils peuvent ressentir une gêne à la lumière, et avoir des acouphènes… surtout près de tours de télécom. Omicron ne constituant pas une contagion, mais une IRRADIATION, l’épiderme peut centraliser également des réactions.

Et c’est le cas chez beaucoup de vaccinés qui « contractent » Omicron avec des rougeurs, des démangeaisons, des brûlures, de l’herpès, du psoriasis, des tremblements à certains endroits et même des vibrations dans la peau.

À la réflexion lorsque les merdias nous indiquent qu’un variant sera là à telle date, comment peuvent-ils prévoir une date   précise ? En appuyant sur un bouton peut-être ?

Maintenant, j’aimerais m’adresser aux nombreux sceptiques qui permettent que toutes ces horreurs s’installent parce qu’ils ne connaissent pas les dernières avancées de la science, mais parlent à tort et à travers. Une fréquence numérisée peut EFFECTIVEMENT vous rendre malade.

Jacques Benveniste (1935-2004) chercheur et immunologue s’était fait « souffler dans les bronches » par le système, lui qui critiquait le la recherche française, en particulier dans les domaines de la biologie et de la physique.

Au même titre que Luc Montagnier, il était trop en avance sur son temps et disait des choses qu’il fallait mieux taire à l’oreille des gueux. Benveniste, ce médecin et immunologiste français, avait publié en 1979 un article fondateur sur le Facteur d'Activation des Plaquettes et sa relation avec l'histamine.

Orienté vers l'immunologie, l'allergie et l'inflammation, en 1988, il avait publié des travaux de recherche sur « la mémoire de l'eau », chose qui, à l’époque, dérangea beaucoup les gardiens de la doxa. Il s’était déjà fait beaucoup « d’amis » en mettant en évidence les échecs d'éradication de maladies telles que le sida, le paludisme... et le manque de thérapies viables malgré les moyens mis en œuvre.

Mais ce qui nous ramène surtout à mon sujet central, c’est que pour son plus grand malheur et malgré son apport à la Vraie science, son nom reste attaché à ses expériences réalisées dès 1984, alors qu'il était sous contrat avec les laboratoires d'homéopathie Boiron sur ce qui a été appelé la « mémoire de l'eau » : un sujet tabou !

Tout comme on sait passer les éveilleurs à la moulinette, un prix parodique du prix Nobel est décerné chaque année à dix recherches scientifiques qui paraissent loufoques ou anodines, mais qui amènent ensuite à réfléchir.

Et en 1991 et 1998, Benveniste en fera les frais, le prix parodique Ig Nobel de chimie lui étant attribué pour son affirmation que l'eau a une mémoire et que ses propriétés pouvaient être transmises par des vecteurs ondulatoires appropriés et notamment via le téléphone et Internet.

Fort heureusement, ses enfants publieront, en 2005, son livre posthume « Ma vérité sur la "mémoire de l'eau" », aux éditions Albin Michel.  Ce livre sera préfacé par le prix Nobel de physique britannique Brian David Josephson. Cette littérature nous éclaire sur la « biologie numérique ». Après sa mort, ses assistants poursuivront ses travaux, surtout avec le professeur Luc Montagnier, prix Nobel de médecine en 2008, lui-même condamné par 44 autres prix Nobel de médecine et de chimie pour avoir créé ou propagé des théories gênantes pour la pseudo science.

Benveniste avait déjà bel et bien effectué des transferts informatiques de produits numérisés entre Paris et New York, ce qui lui a valu toute la haine de Big Pharma et de ses sbires ces travaux pouvant ruiner des parts entiers du marché juteux de la mauvaise santé entretenue.

Le 27 octobre 2007, lors d'une conférence à Lugano en Suisse, Luc Montagnier déclara publiquement avoir constaté, lors de ses travaux sur le VIH, des phénomènes décrits par Jacques Benveniste.

À SUIVRE SI ON ME LAISSE ENCORE ECRIRE

« Victime de mon succès », je fais l’objet d’un déréférencement Sauvage de la part des GAFAM, si vous désirez m’aider, le minimum que vous puissiez faire, c’est de cliquer sur les liens si dessous afin de faire remonter mon référencement. D’avance merci.

Olivier

Suite ici : https://vecteur-douceur.over-blog.com/2022/08/5g-fibre-optique-nanoparticules-etc.toutes-ces-technologies-qui-ne-nous-veulent-que-du-bien.partie-4-suite-et-fin.html

Commenter cet article