Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le doigt, la lune ou le fist-fucking ?

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Lorsque le sage montre la lune, le gueux regarde le doigt corona ! Tout comme j’ai hélas raison sur le FAIT que nous allons tous vers un flicage/puçage/vaccinale salutaire à une oligarchie sataniste, je l’ai tout autant concernant le climat et l’enfumage CO2 faisant de nous tous des cons finis, et « finés » payeurs autant que pollueurs. Voilà pourquoi j’ai écrit Tonton Malthus est revenu !

https://www.thebookedition.com/fr/tonton-malthus-est-revenu--p-371412.html

De la neige est tombée en mai au Royaume-Uni et une vague de froid intense est prévue durant l'été.

Le 11 mais, une partie de l'Écosse s’est réveillée avec des chutes de neige, alors qu'une forte et intense masse d'air arctique fonce anormalement loin vers le sud à la faveur d'un courant-jet méridional qui joue à l’ourobouros (serpent). En Albion, ils vivent en milieu de semaine 20, moment où j’écris, des températures en dessous de 0°C. Le sud de l'Angleterre connaîtra également des températures très basses.

Les prévisionnistes annoncent une « masse froide » de plus de 2 200 km de large. Elle va couvrir l'Atlantique et une grande partie de l'Europe. Ils prédisent une température moyenne inférieur à 15°C pour l'été au Royaume-Uni, ce qui serait l'été le plus froid depuis 2015. Mais soyez en sûrs, ils sont optimistes car tout comme tonton Gates et sa clique veillent à nous embrouiller les méninges afin de nous vacciner de force, Al Gore et ses clowns du GIEC serrent les fesses obligeant le sérail à l’optimisme concernant le degrés centigrades. D’ici à ce qu’on nous ressorte la sainte hystérique autant qu’asperger des cartons, il n’y a pas loin. Georges Soros a intérêt à être sur les deux fronts anxiogènes du NOM: les virus et le CO2. Il n’hésitera pas à financer n’importe quel vendu au système afin de nous faire avaler la couleuvre devenue boa.

Chez mois dans le nord de la France, ainsi qu’au Royaume-Uni nous avons connu un mois d'avril relativement doux cette année. Remember mon ami : généralement après un mois d'avril chaud (2007-2011), l'été suivant connaît des températures maximales très basses.

Mais pour toutes ces putains du système, ni le soleil, ni les courants-jets, ni  les nuages ne sont les moteurs du climat de Gaïa, la divinité des réchauffistes de malheur, pour eux : ce sont les émissions de CO2.

Je le répète après l’avoir écrit plusieurs fois dans mon livre consacré au climat et aux magouilles du système : la NASA a déclaré que le prochain cycle solaire (25) serait « le plus faible depuis 200 ans ». La NASA a établi une corrélation entre les arrêts solaires précédents et les périodes prolongées de refroidissement global.

Croyez-moi ou pas les amis, gueux du monde entier, faites des réserves de bois et nourriture, et mort aux cons (ça va faire du monde !).

Lisez également

http://vecteur-douceur.over-blog.com/2020/05/alors-ces-changements-climatiques-info-ou-intox-suite-4.html

Olivier

 

Voir les commentaires

De Charles de Gaulle à Macron (suite et fin)

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Lors des émeutes du 9 au 14 mai, les gens criaient : « À bas De Gaulle, serviteur de la juiverie, à bas Churchill et les Juifs », et les musulmans seront traités « d’hitlériens » !! Pour les musulmans, et cela explique énormément de choses, la France était devenue un occupant au service de la communauté juive.

En 1870, la répression avait été aux mains du gouvernement Thiers tenu par les Rothschild, et en 1945 on récidivait comme si l’on avait voulu créer l’irréparable avec la communauté musulmane, pour la dresser contre la France. La suite sera une énième trahison de De Gaulle rappelé en «sauveur » par les Français d’Algérie, l’armée française, et applaudi par les « nationaux » d’alors. Pour comprendre leur naïveté, il faut rappeler comment De Gaulle s’est vanté dans ses Mémoires d’Espoir, de les avoir trompés : « Si de but en blanc j’affichais mes intentions, une vague de stupeur(s) et de fureur(s) eut fait chavirer le navire. Sans jamais changer de cap, il me faudrait donc manœuvrer », p.60-61.

https://www.thebookedition.com/fr/le-centieme-gueux-tome-1-le-poison-p-373835.html

https://www.thebookedition.com/fr/le-centieme-gueux-tome-2-antidote-p-373998.html

Ayant réussi à amener l’armée à capituler, l’autre ignominie, avec le mitraillage des Français par le général Katz aux origines juives, sera de livrer les harkis. Le télégramme secret du 16.5.1962, N° 125/IGAA, ordonnait : « Le ministre d’État Louis Joxe demande au Haut-commissariat de rappeler que toutes les initiatives individuelles tendant à l’installation (en) Métropole (de) Français musulmans sont strictement interdites. »

Une nouvelle directive de Joxe, du 15 juin 1962, enjoignait : « Vous voudrez bien rechercher, tant dans l’armée que dans l’administration, les promoteurs et les complices de ces entreprises de rapatriement et de faire prendre des sanctions appropriées. Les supplétifs débarqués en Métropole seront renvoyés en Algérie. Je n’ignore pas que ce renvoi peut être interprété comme un refus d’assurer l’avenir de ceux qui sont restés fidèles, il conviendra donc d’éviter de donner la moindre publicité à cette mesure. »

Dès le mois de juillet 1961, l’armée française commencera à désarmer les harkis chose promise au FLN par les autorités Françaises. Ils seront exécutés avec leurs femmes et leurs enfants. Ces massacres varient selon les sources, de 30 000 à 150 000, les harkis et leurs familles ont été victimes d’atrocités en tous genres, avant même la proclamation de l’indépendance, sans que les autorités françaises interviennent.

Ainsi, les Musulmans comme les Français ont été victimes du même complot mondialiste cosmopolite. Toute la politique française actuelle découle des conséquences de cette politique gaulliste aux ordres du mondialisme. Notre « général » modèle de résistance aura tels ces maîtres opéré une triangulation allant de 1916 chez les Allemands jusqu’à Londres, en 1940, aux ordres des Anglo-américains, pour en finir à Baden-Baden, en mai 68, sous la protection du général Massu. Chacune de ses désertions, explique l’homme et son action contre la France.

De Gaulle, c'était donc ça : la proposition de fusion de la France et de l'Angleterre le 16 Juin 1940, le pacte avec l'idéologie communiste pour conquérir le pouvoir en Juin 1944, la couverture des massacres de l'épuration, le rétablissement du décret Crémieux, le rétablissement de la franc-maçonnerie (dissoute par Pétain en Août 1940), l'abandon des harkis algériens, la validation du traité de Rome (lire Jean Monnet pour comprendre de quoi il était question), l'encouragement de la déchristianisation de la France par la validation de l'application du Concile Vatican II, la validation de la loi sur la contraception en 1967 du franc-maçon Lucien Neuwirth, provoquant un effondrement de la natalité, l'incapacité (ou non volonté ?) d'anticiper et d'empêcher la révolution trotskiste de Mai 68, le choix de Pompidou comme 1er ministre puis comme successeur, ancien directeur de la banque Rothschild.

Tout cela me fait dire que De Gaulle n'est pas le restaurateur de la France mais plutôt le fossoyeur et que Macron n’est en fait qu’en train de remuer les dernières pelletées. En même temps, restaurer à la fois la République et la France ce n’est pas vraiment compatible.

Fin

 

Voir les commentaires

Alors ces changements climatiques, info ou intox ? (suite 4)

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Le GIEC est donc une émanation de l’ONU. Insoupçonnable en apparence, elle est mise au service d’une lutte contre un phénomène « aux conséquences déjà visibles. » Voilà donc réunis en un beau film hollywoodien tous les ingrédients propres à réaliser un merveilleux consensus scientifique et économique, couronné par un prix Nobel. La messe était dite ! Néanmoins, dès sa publication, la fameuse courbe sera tirée à boulets rouges par certains scientifiques honnêtes. De sorte que le GIEC finira par la retirer du circuit sans bien sûr revenir sur les conclusions qu’il en avait tirées. Il va dès lors la remplacer par une autre réalisée depuis 1950 jusqu’à nos jours où l’on constate alors une pause climatique depuis 1998 jusqu’à nos jours.

Mais les médias s’étant depuis longtemps emparé du sujet, chaque année, nous avons droit à des déclarations tonitruantes du style : « D’après la NASA, 2014 aurait été plus chaude que l’année 2010 d’environ un centième de degré … »

https://www.thebookedition.com/fr/tonton-malthus-est-revenu--p-371412.html ​​​​​​​

On parle de centième de degré alors que le GIEC lui-même reconnait des incertitudes dans ces mesures de l’ordre du dixième de degré, ce qui est déjà très optimiste ! Et on nous parle toujours du volume de glace qui fond en Arctique en oubliant de préciser que, dans le même temps, il se renforce en Antarctique. C’est globalement, la teneur en glace de la planète qui va déterminer son albédo.

C'est-à-dire, quel pourcentage du rayonnement solaire arrivé sur terre est ensuite réfléchi dans l’espace. Traduction : si on remplace de la glace qui réfléchit par des forêts qui absorbent ça va se réchauffer encore plus vite, au secours ! Or, la glace n’a jamais fondu car lorsqu’elle disparait au pôle nord, elle est compensée au pôle sud. Si vous ne me croyez pas, allez sur Google Earth.

Tous les modèles prédictifs d’il y a 10 ou 20 ans en arrière sont actuellement dans les choux, l’augmentation de chaleur n’étant pas au RDV. Alors comment faire confiance à des modèles prédictifs du GIEC sur 100 ou 200 ans !? On nous demande de croire ainsi en des modèles qui n’ont pas marché ces dix dernières années. On est actuellement, comme dans le registre Création contre évolution à la Darwin, bourré de tabous inavouables. Les tenants d’un réchauffement entropiques vouent ainsi à l’anathème tous ceux, qui, comme moi, contestent cette folie intellectuelle à deux balles. Il n’est pas bon de ne pas croire à ce « réchauffement » entropique.

Chez nous, l’ancien ministre Claude Allègre, en a fait les frais, quant au responsable météo de France 2, Philippe Verdier, il prouve à lui seul qu’il n’est pas bon de soulever le fonctionnement ni l’ « objectivité » du GIEC. Dans son livre Climat Investigation, il avait osé dire et écrire que « Le climat est aujourd’hui une guerre, une religion », il a été licencié dans la semaine qui a suivi la publication de son livre. Ce qui formate l’opinion publique des gens qui ne lisent plus, c’est le GROS TITRE. Malicieusement, il dira trop souvent le contraire de l’article en lui-même.

Tout réside dans l’accroche médiatique !  Additionné à un bon montage Photoshop, on arrive ainsi à affoler tout le monde avec un malheureux ours blanc dérivant sur un m2 de banquise, ce même morceau de glace que l’on retrouvera ensuite comme moyen de transport d’une bande de manchots de terre Adélie.

Mais il y a mieux encore dans l’accroche mortifère, du style « La fonte du glacier Thwaites, le plus massif de l’Antarctique occidental, large de 120 km, fera monter les océans de 60 cm ! » Au secours, je ne sais pas nager !!! La fonte de glaciers de l'Ouest de l'Antarctique « a atteint un point de non-retour. » « Deux études affirment que la fonte des grands glaciers de la région, qui contiennent assez d'eau pour faire monter les océans d'un mètre, s'accélère », explique Eric Rignot, un glaciologue de l'université de Californie à Irvine, principal auteur de cette recherche à paraître dans la revue Geophysical Research Letters

Selon lui, cette situation, nécessite de réviser à la hausse les projections du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), selon qui les océans pourraient s'élever de 90 centimètres d'ici la fin de ce siècle sans mesures pour réduire les émissions de gaz à effets de serre, affectant des dizaines de millions de personnes vivant dans des régions côtières. « Ces glaciers seront un contributeur majeur à la montée des océans au cours des décennies et des siècles à venir », insiste-t-il. 

Le Monde avec AFP.  Publié le 13 mai 2014 à 06h11 - Mis à jour le 13 mai 2014 à 11h34.

La plupart des gens ne lisant que ces gros titres, il y a de quoi s’affoler. Cependant lorsque l’on se plonge dans ce genre d’article chiant on se rend compte que « au plus tôt dans 200 ans et au plus tard dans un millénaire … Mais le scénario le plus probable se situe entre 200 et 500 ans, … fera monter les océans de moins d’un millimètre par an durant 200 ans avant de commencer à se désintégrer et disparaitre. »

À suivre

Olivier

Voir les commentaires

De Charles de Gaulle à Macron (partie 4)

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

L’auteur Manuel gommez stipule qu’il lui fut impossible de trouver l’ordre de nomination au titre de général de De Gaulle, même après la guerre. Son dossier militaire avait même disparu du ministère de la guerre après la libération.

Tout cela nous donne une légende bien creuse et que dire de tout ceux nombreux qui se réclamèrent ensuite du gaullisme et s’en réclament encore !? « N'avouez jamais que l'armistice ne pouvait être évité », aurait déclaré De Gaulle au général Odic, le 15 décembre 1941. Propos normaux de sa part, car  c’était reconnaitre que devant la débâcle, Pétain ne pouvait faire autrement que d’accepter les termes. Car c’est grâce à Pétain, qu’Hitler tenait en estime, que les conditions de la capitulation ne furent pas pires.

https://www.thebookedition.com/fr/le-centieme-gueux-tome-1-le-poison-p-373835.html

https://www.thebookedition.com/fr/le-centieme-gueux-tome-2-antidote-p-373998.html

La libération épuration sera pour le général le moyen et l’occasion de se créer sa légende de grand patriote alors qu’il n’était déjà qu’un pion aux ordres des Anglais et des lobbys. Il fallait ainsi que Pétain soit un traitre pour que lui est ses alliés ne le soient pas. Le comportement loyal qu’aura su avoir Pétain ne lui sera d’aucun secours lorsqu’à la libération le peu loyal De Gaulle le conduira devant les Tribunaux sans qu’à aucun moment aucun allié ne lève le petit doigt face au comportement peu fairplay du général revanchard.

Comme en 1793, des horreurs eurent lieu, c’est la barbarie la plus infâme qui fut à l’œuvre. À la libération les crimes de la résistance gallo-communiste furent dénoncés comme régime d’abattoir. Les patriotes FFI et FTP et autres milices s’en donnèrent à cœur joie. Tel le supplice du constructeur automobile Louis Renault. La mort troublante, à 67 ans, de Louis Renault, un mois après son incarcération à Fresnes, n’a cessé d’alimenter la controverse sur les conditions de sa détention et le climat anarchique des premiers temps de la Libération. Il en sera de même concernant le martyr de l’Amiral Platon chargé de veiller à la non-reformation des sociétés secrètes interdites par Vichy. Pierre Laval, à l’insu de Pétain, renverra Platon chez lui ou il y sera torturé par un groupe de résistants espagnols qui vont après son supplice le mettre à mort en l’écartelant avec des tracteurs. Ce que raconte André Figueras dans son livre Onze amiraux dans l’ouragan ISBN : 2905432008. 1991.

Le « grand général » laissera faire et c’est l’homme auquel Fred Zeller, ancien Grand Maître du Grand Orient, rendait hommage dans Europe Parlement en rappelant les termes du général à la Libération : « Je vais redonner la République à la France, il n’y a aucune raison pour que je ne lui redonne pas aussi les francs-maçons. » et Zeller concluait : « Il nous a redonné force et vigueur. » Dès son arrivée au pouvoir à Alger, de Gaulle rétablissait, le décret Crémieux abrogé par Vichy. Ce décret redonnait la nationalité française aux seuls Juifs, alors que comme je l’ai indiqué dans mes livres, en 1870 les musulmans venaient de se battre pour la France.

Résultat, le 1er mai 1945, des manifestants à Alger, Oran, criaient « À bas la France, à bas les Juifs », tandis que la police tirait sur eux. Quelques jours après, le 8 mai 1945, le régime colonial s’adonnera à une démonstration de sauvagerie à l’encontre de manifestants algériens réclamant l’indépendance de leur pays, massacrant 45 000 personnes, à Sétif, Guelma, Kherrata, Béjaïa, et d’autres agglomérations.

À suivre

Olivier

Voir les commentaires

Alors ces changements climatiques, info ou intox ? (suite 3)

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Vous pouvez refaire mes calculs si vous voulez, mais je crois bien que tout ce battage médiatique qui nous prend en otage depuis plus de 20 ans et qui tend à vider nos portefeuilles, c’est pour 20ppm dans l’atmosphère !

https://www.thebookedition.com/fr/tonton-malthus-est-revenu--p-371412.html

Malgré sa petitesse, ce CO2 est néanmoins jugé, grâce à tout ce battage médiatique, comme étant l’ennemi public n°1 bon à être éradiqué ! Alors qu’en réalité il est essentiel à tout le développement de notre biomasse. Sans lui, pas de vie, on a donc besoin du C02, alors !?

Un pourcentage supérieur de ce CO2 va même doper la croissance végétale. Il n’est pas toxique lorsqu’on le respire et il est juste un peu plus lourd que l’air et s’il y a accumulation, il n’y a plus d’air là où il est. Contrairement au CO des poils à charbon qui, lui, est toxique.

Mais bizarrement, c’est à une époque où les pays émergeants (Inde, Chine, etc.) commencèrent à arborer une croissance annuelle à deux chiffres qu’on va voir arriver une courbe affolante. Une courbe en crosse de hockey publiée en 1998 par Michal E. Mann, propre à vouloir reconstituer la t° moyenne du globe depuis 1000 ans. On y constate une t° constante jusqu’aux années 2000 où là, on assiste graphiquement à une envolée de la température adroitement mise en corrélation avec une augmentation concomitante du CO2. L’évidence était prouvée, c’était le CO2 produit par l’homme qui était à l’origine de l’envol de la t° exponentielle.

Bien que rapidement contesté, c’est cette courbe qui a permis à tout un mouvement puissant de se saisir de l’opportunité. Le mal était fait ! Al Gore va alors prédire la disparition des glaces aux pôles en 2013 et venir formater l’opinion publique mondiale grâce à un film à grand spectacle « Une vérité qui dérange ». En plus d’une bonne paie, il recevra le prix Nobel de la paix.

Et comme tout est planifié en amont dans les loges et Bilderberg, en 1988, nous avions eu droit à la création du GIEC. En 1992, nous aurions droit au sommet de Rio, en 1997, aux protocoles de Kyoto, etc. Puis de 1998 à 2015, nous allions nous taper toutes les conventions internationales. Elles vont se succéder jusqu’à celle de Paris, la 21e d’où son nom : COP21. En 2002, à Johannesburg, Chirac dira : « notre maison brûle et nous regardons ailleurs. » Et en 2015, c’est Fabius qui déclarera lors de la COP21 : « C’est la vie même sur notre planète qui est en cause, l’urgence est absolue. »

IL FAUT FAIRE VITE, TRES VITE !!

À suivre

Olivier

Voir les commentaires

De Charles de Gaulle à Macron (partie 3)

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Les Anglais et les lobbys avaient néanmoins besoin d’un gradé à opposer au prestige du Maréchal Pétain et le carriériste de Gaulle allait trouver là l’opportunité de se venger de ses pairs qui le détestaient. C’est Edward Spears de l’Intelligence service qui est envoyé en juin 1940, afin de récupérer un de Gaulle vexé de n’avoir pas été pris dans le gouvernement Pétain.

Spears est alors colonel avec rang de général de division, et représentant personnel en France de Winston Churchill, dont il est un ami personnel depuis 1915. Il est aussi officier de liaison entre les gouvernements français et britannique, mais aussi chef du MI6 en France. Après l’avoir débauché, il repart avec le général de Gaulle à Londres le 17 juin 1940 puis devient le représentant du gouvernement britannique à ses côtés. Va alors débuter la saga d’un « général » résistant qui n’a pourtant jamais été nommé général.

Et c’est le président de la 3e république, Albert Lebrun, qui signera le 23 juin 1940 le décret sa mise à pied pour cause de désertion. Il est primordial ici de savoir que ce n’est même pas Pétain ou son entourage qui n’étaient pas favorable à de Gaulle, mais bel et bien les membres de cette 3e république déjà pas très avouables au sens maçonnique du terme !

https://www.thebookedition.com/fr/le-centieme-gueux-tome-1-le-poison-p-373835.html

https://www.thebookedition.com/fr/le-centieme-gueux-tome-2-antidote-p-373998.html

Et c’est donc dépité de n’avoir pu trouver n’importe quel poste dans le 1e gouvernement Pétain le 16 juin, que de Gaulle désabusé regagne Londres le 17, en compagnie de Spears. Le très patriote « général » partira non s’en s’assurer au préalable qu’il y touchera une solde de général anglais et la citoyenneté britannique si d’aventure la guerre devait se terminer par une victoire allemande. Accords qu’il passa avec le gouvernement anglais le 7 août 1940. De Gaulle ne sera pour les Anglais qu’un second choix.

Le 16 juin, l’armistice n’était pas encore signé et de fait, la France était toujours en guerre. Des dizaines de soldats furent fusillés pour désertion, mais pas de Gaulle.

Le 27 juin 1940, le général allait encore faire preuve de son patriotisme. L'attaque de Mers el-Kébir s'inscrit dans le cadre de l'opération Catapult. Il ne s'agissait pas d'une bataille dans la mesure où à ce moment, les deux puissances n'étaient pas en guerre mais considérées comme étant toujours alliées. Cette attaque a été précédée d'un ultimatum que l’amiral Somerville adressa au vice-amiral d'escadre Marcel Gensoul de livrer tous ses navires ou de les saborder ou de les éloigner, avec un délai de six heures pour commencer à s'exécuter.

Et nos chers « alliés » anglais allaient tirer courageusement sur des navires désarmés et des marins impuissants. L'attaque britannique fit 1 295 morts chez les marins français. Les pertes les plus terribles étant celles du cuirassé Bretagne, qui chavire et coule lors de l'attaque du 3 juillet, avec 997 morts.

Soit sur une semaine plus de marins français tués que durant toute la guerre par la marine allemande. L’Angleterre en profitant pour se débarrasser jalousement d’une flotte qui lui faisait ombrage depuis un moment déjà. Et le 8 juillet à l’antenne de la BBC de Gaulle n’aura aucun mot de compassion envers ces morts français. C’est d’ailleurs là qu’il allait se faire remarquer par sa servilité envers ses nouveaux maîtres.

À suivre

Olivier

Voir les commentaires

Alors ces changements climatiques, info ou intox ? (suite 2)

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Pour qu’il y ait effet de serre, il faut que l’infrarouge lointain puisse être absorbé par l’atmosphère et pour qu’un gaz puisse absorber ces infrarouges, nous savons qu’il faut qu’il soit composé de trois atomes dans sa molécule voire plus. Ou deux atomes s’ils sont différents, ce qui est le cas du CO2.

Le qualitatif est donc là avec le CO2 et tous les gaz correspondant à l’énoncé, mais en quantitatif, tout cela représente quoi ? À la base, le soleil nous envoie environ 1360 W /m2, ce que l’on nomme irradiation solaire totale.

C'est la puissance reçue par unité de surface qui serait perpendiculaire aux rayonnements juste au-dessus de l'atmosphère terrestre. Avec les différents facteurs que sont : orientation, jour/nuit, etc., la valeur moyenne reçue sera ; en tenant compte de l’albédo (la partie réfléchie par la terre), de 240 W/m2, presque six fois moins. Et nous avons vu que depuis la Révolution industrielle l’augmentation du CO2 dans notre atmosphère avait été d’environ 50%, ce qui peut sembler énorme (400-280=120ppm). Mais attendez !

Après calcul, cela va correspondre, en tenant compte des autres gaz à effet de serre, à une augmentation de 3W/m2 (de forçage radiatif). Mais certaines études réalisées par le GIEC indiquent que la puissance émise par notre soleil varie selon des cycles (tâches solaires) de 1360W/m2 avec plus ou moins 0,5W/m2 selon les périodes de 11 ans. Chose qui, tenant compte des différents facteurs évalués, va résulter en une différence d’environ 0,1 W/m2 ressenti au niveau du sol.

https://www.thebookedition.com/fr/tonton-malthus-est-revenu--p-371412.html

Bref, c’est un pet de lapin dans la Blogosphère ! On constate alors que ces scientifiques vendus au système créent des modèles liés à des incertitudes qui vont en engendrer d’autres. Ils parlent de boucles de rétroaction positives qui peuvent être néanmoins compensées par des boucles rétroactives négatives, le tout en un grand flou artistique d’où semble exclue la moindre touche d’humilité devant la complexité de notre univers. Bref ! ce qui résulte de ma réflexion c’est que : le 1er gaz à effet de serre est de loin les nuages, la vapeur d’eau !

Concernant le CO2 entropique, celui qui vient soi-disant du pollueur payeur, si l’on écoute les merdias serviles, nous sommes les grands coupables pourvoyeurs du fléau. Alors que plus de 95% du CO2 (c'est-à-dire de ces 400ppm) dans l’atmosphère est produit naturellement (la végétation, les micro-organismes divers, vous et moi et les animaux qui respirent), la décomposition de la végétation, les volcans, etc. La part liée à l’homme se situe entre 3 et 5% de ces 0,04% de CO2 présent dans l’atmosphère. Ce qui dans la fourchette haute nous donne : 0,04x5%=0,002%, soit 20ppm : 20 particules par million.

À suivre

Olivier

Voir les commentaires

De Charles de Gaulle à Macron (partie 2)

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Le faux patriotisme gaulliste et la destruction de la France.

François Delpla, est un historien, normalien et agrégé d'histoire français. Il a notamment travaillé sur une biographie d'Adolf Hitler et sur le nazisme. On lui doit l’INFO que l’appel du 18 juin 1940 était un faux, la phrase sera rajouté le 22 dans le but de faire croire aux français que De Gaulle avait volontairement fuit à Londres en vue d’organiser la résistance.

https://www.thebookedition.com/fr/le-centieme-gueux-tome-1-le-poison-p-373835.html

https://www.thebookedition.com/fr/le-centieme-gueux-tome-2-antidote-p-373998.html

La version de ce discours, que l'on peut encore écouter de nos jours, est celle de l'appel du 22 juin 1940 puisque celui du 18 n'avait pas été enregistré. La vérité est que les Anglais ne le laissaient pas repartir, fait confirmée par l’historien François Delpla, qui constate qu’il n’existe aucun enregistrement de l’appel du 18 juin ni à l’UNESCO ni dans les archives de la BBC. Du 18 au 22, les Anglais avaient privé de Gaulle d’antenne parce qu’ils ne voulaient pas froisser Pétain. Aucun politique, aucun diplomate et aucun militaire n’avait répondu à cet appel.

En 1916, de Gaulle se rendant dès le lendemain de son arrivée au front est un fait caché, alors que ses collègues s’étaient jusque-là battus avec acharnement. Les Allemands, chez qui il était prisonnier, ne lui rendirent d’ailleurs pas son épée d’officier sous prétexte qu’il s’était rendu sans combattre. Cette histoire sera à l’époque bien connue dans l’armée française. Yves Amiot l’explique dans son livre La Capture - De Gaulle à Douaumont 2 mars 1916.Date de parution : 1998-10-01 Editeur : ULYSSE (EDITIONS) ISBN : 9782865580491.

Cela ne va pas empêcher les lobbys antinationaux d’en faire un héros. Et sans Pétain, parrain de son jeune fils Philippe, la carrière du général se serait arrêtée là. C’est bientôt son ambition qui va l’amener à s’approprier un travail qui n’est pas le sien. Il va accaparer un mémoire d’Etat major sur les blindés, et publier sous son unique nom ce qui était un travail commun. Il s’en fera blâmer par Pétain, d’où sa haine contre le futur Maréchal.

Dès le début de la seconde guerre mondiale, de Gaulle fera preuve du même comportement à la bataille de Mont cornet à 70 km de Sedan, qui s'est déroulé le 17 mai 1940 dans l'Aisne entre la Wehrmacht et l'Armée française. Considérée comme une des rares contre-attaques de l'armée française lors de la bataille de France, elle est en réalité le lieu où le colonel Charles de Gaulle donnera plusieurs fois l’ordre de reculer à la 4e division cuirassée placée sous ses ordres. Elle se solde par une victoire allemande, à la suite de la retraite sur ordre des forces françaises qui manquent de renforts et de soutien aérien.

À suivre

Olivier

Voir les commentaires

Alors ces changements climatiques, info ou intox ? (suite 1)

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

1ppm cela signifie un par million, c’est 1/1000000ième. Or nous venons de voir qu’actuellement, le taux de CO2 dans l’atmosphère est aux alentours de 400ppm, soit 0.04%. On peut remonter dans le temps et voir qu’en l’an mille, la concentration de CO2 dans l’air était de 280 ppm soit, 0,028%. Et néanmoins avec 50% de CO2 en moins, le Groenland était vert, il y faisait plus chaud !

https://www.thebookedition.com/fr/tonton-malthus-est-revenu--p-371412.html

Cette concentration est restée ainsi jusqu’en 1800 avec quelques menues fluctuations à la hausse comme à la baisse. Puis à partir de 1850, nous allons connaître la Révolution industrielle et les choses vont « s’aggraver » pour monter jusqu’à nos fameux 400ppm, c’est incontestable ! Notre terre tire presque exclusivement toute sa chaleur du soleil qui a une t° extérieure de 5500°C. Il nous envoie de la lumière visible, de l’ultraviolet et nos fameux infrarouges proches.

La terre va en réfléchir à peu près 30% et absorber le reste. Elle va réémettre une partie de ce rayonnement sous forme d’infrarouges lointains : ceux qui sont visibles avec des lunettes de vision nocturne. Et si nous n’avions pas d’atmosphère, c’est tout le rayonnement qui serait renvoyé dans l’espace et nous gèlerions en surface.

Chez nos « voisins », ce qui est paradoxal, c’est que Vénus (460°C), plus loin du soleil est néanmoins plus chaude que Mercure (170°C) relativement proche du soleil. Pourquoi ? « Parce que l’atmosphère de Vénus est composée de 96% de CO2.  C’est cela qui crée un effet de serre énorme, dirait le GIEC, alors que sur Mercure, il n’y a pas d’atmosphère. » Mais, minute papillon ! c’est oublier un peu vite les lois de la thermodynamique et le rôle joué par la pression atmosphérique. Concernant ma remarque sur la température au sol due à la pression, sur terre, il s'agit de la pression dû essentiellement à l'azote et l'oxygène, le CO2 ne représentant que 0,04% du poids de notre atmosphère !

D’autre part, faits qu’il serait trop long à développer ici, Vénus n’a pas toujours été une planète. Il y a seulement quelques milliers d’années, elle entra en contact avec la terre y causant de grands cataclysmes et garda une grande chaleur interne longtemps après qu’elle se soit fort heureusement stabilisée.

À suivre

Olivier

Voir les commentaires

De Charles de Gaulle à Macron (partie 1)

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Lors de l'intronisation de Jupiter-macron, les services de communications de l’Elysée avaient transmis les titres de la "sainte" lecture devant servir à sa postérité photographique. Les bouquins de la Pléiade de Gallimard ont la particularité de faire un p'tit bruit lorsqu'ils sont neufs. Ils font crac ! Ce qui est hautement révélateur du sens littéraire de Présipède. Quoi qu’il en soit sur son bureau trois livres sont là, POUR LA GRANDE PHOTO, dont un, ouvert : il s'agit des Mémoires du Général de Gaulle. La presse dit qu’il s’agit des Mémoires de guerre !? Seulement, si c’était vraiment le cas, il s’agit d’un pavé littéraire en trois tomes.

Chacun correspond à une étape précise de la Seconde Guerre mondiale. Écrites au cours de sa traversée du désert, entre sa démission du gouvernement le 20 janvier 1946 et son rappel en 1958. Elles vont lui permettre de préciser « les faits historiques » associés au combat pour la libération de la France. Là aussi avec ce que nous savons de la véritable histoire, vous verrez au long de cette série d'articles qu’il y aurait beaucoup à dire. Quant aux Mémoires d'espoir elles sont ses mémoires inachevés, faisant suite aux Mémoires de guerre et parus en 1970. Elles couvrent la période de sa présidence de la République.

https://www.thebookedition.com/fr/le-centieme-gueux-tome-1-le-poison-p-373835.html

https://www.thebookedition.com/fr/le-centieme-gueux-tome-2-antidote-p-373998.html

Cela dit, sur un plan littéraire, notons que les Mémoires de De Gaulle sont les seuls écrits d'un politique entrés dans La Pléiade de Gallimard, ce qui n'est pas donné à tout le monde...

Pour les deux autres, empilés devant l'horloge à sa gauche, il s'agit d'un exemplaire du livre d'André Gide (1869-1951), Les Nourritures terrestres, et du fameux roman de Stendhal (1783-1842), Le Rouge et le Noir. Si la filiation est faite entre ces deux derniers ouvrages dans la manière dont elle décrit le pouvoir, on repassera pour la modernité.

Les préoccupations de Gide marquées par l'homosexualité assumée et le désir de bousculer les tabous sont à l'origine de textes personnels évoquant le désir et l'éveil des sens. Ce qui se révèle pleinement dans le Les Nourritures terrestres chez celui qui aimait entre autres aller tripoter les p’tits garçons en Afrique du nord. Nous avons là sans doute une littérature somme toute révélatrice !?

En effet, dans Le Rouge et le Noir de Stendhal, le héros du roman, Julien Sorel, sera toute sa vie dominée par l’hypocrisie. Il est fils d'un charpentier de Verrières. Remarqué par le prêtre de la commune, il devra beaucoup à l'abbé Chélan. Un temps précepteur chez Monsieur de Rênal, il devient l'amant de Mme. Il vit ensuite dans un séminaire avant de devenir secrétaire chez le Marquis de la Mole. Au fur et à mesure du roman, sa personnalité se révèle : jeune homme ambitieux, il n'hésite pas à user d'hypocrisie et de manipulations pour satisfaire son rêve d'ascension sociale. Il rêve de devenir une sorte de nouveau Napoléon Bonaparte.

Quand bien même Emmanuel Macron aurait-il lu Mémoires d'espoir de Charles De Gaulles, elles sont ses mémoires inachevées, faisant suite aux Mémoires de guerre et parus en 1970. Des mémoires inachevées pour un mandat qui le sera tout autant seront certainement le parallèle entre ces deux responsables français. Des « responsables mais pas coupables» d’avoir trahi un si beau pays : la France, pour un De Gaulle et un p’tit Jupiter qui se réclame de quoi en fait ? Car, comme vous le constaterez prochainement, s’il se réclame du Gaullisme, le sac est lourd à porter.

À suivre.

 

Voir les commentaires

1 2 > >>