Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les prophètes du Diable. (Partie 25)

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Le Sionisme aux manettes du monde.

Retour à la première partie : https://vecteur-douceur.over-blog.com/2021/10/les-prophetes-du-diable.partie-1.html

C’est le même Rabbi Wise qui en 1938, en tant que dirigeant du Congrès juif américain, avait écrit une lettre dans laquelle il s’opposait à toute modification des lois sur l’immigration américaine visant à permettre aux juifs de trouver un asile. Il expliquait « Cela vous intéressera peut-être de savoir qu’il y a quelques semaines les représentants de toutes les principales organisations juives se sont réunies en conférence... Il a été décidé qu’aucune organisation juive ne soutiendrait, pour l’instant, une loi qui modifierait d’une quelconque façon les lois sur l’immigration»

Yitzhak Gruenbaum, président du comité mis en place par les sionistes, théoriquement pour enquêter sur la situation des juifs européens, déclarait « Lorsqu’on vient nous voir avec deux plans - sauver la masse des juifs d’Europe ou la rédemption de notre terre - je vote sans hésiter pour la rédemption de la terre. Plus on parlera sur le massacre de notre peuple, plus l’on minimisera nos efforts pour renforcer et promouvoir l’hébraïsassions de notre terre (…) ».

En juillet 1944, Rabbi Dov Michael Weissmandel, un dirigeant juif slovaque, proposa dans une lettre aux responsables sionistes chargés de ces « organisations de secours », une série de mesures pour sauver les juifs promis à la liquidation. Il fournit des cartes exactes des trains et réclama d’urgence le bombardement des voies sur lesquelles les juifs hongrois étaient transportés vers les fours. Il appela au bombardement des fours crématoires d’Auschwitz, au parachutage de munitions aux 80 000 prisonniers, au parachutage de saboteurs pour faire sauter tous les moyens d’annihilation et ainsi mettre fin à l’extermination de 13 000 juifs par jour.

Si les alliés refusaient, Weissmandel proposait que les sionistes, qui avaient des fonds et une organisation, se procurent des avions, recrutent des volontaires juifs et réalisent ce sabotage. Loin d’être le seul, tout au long de la guerre, des porte-parole juifs en Europe avaient ainsi crié à l’aide, réclamant de l’aide en tous genres pour forcer la main des gouvernements alliés. Ils rencontrèrent tous le silence assourdissant des sionistes assorti de plus d’un sabotage actif des maigres efforts proposés ou préparés en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis.

Weissmandel écrivit aux sionistes en juillet 1944, leur expliquant en détails les horreurs misent en œuvre par les nazis. Il leur reprocha de rester silencieux, pendant que par milliers et par milliers, des juifs étaient assassinés. Il leur jeta leur cruauté à la face déclarant : « Vous êtes des brutes et vous êtes des assassins vous aussi, par ce silence plein de sang-froid avec lequel vous restez spectateurs, à rester les bras croisés et ne rien faire, alors que vous pourriez arrêter ou retarder le meurtre des juifs en ce moment même. Vous, nos frères, fils d’Israël, êtes-vous devenus fous ? Ne connaissez-vous pas l’enfer qui nous entoure ? Pour qui épargnez-vous votre argent ? Assassins ! Insensés ! Qui fait œuvre de charité : vous qui de l’abri sûr de vos maisons lancez quelques sous, ou nous qui versons notre sang dans les profondeurs de l’enfer ? »

Aucun dirigeant sioniste ne soutint sa requête, pas plus que les régimes capitalistes occidentaux ne bombardèrent un seul camp de concentration.

On est loin de connaître l’ampleur de la trahison sioniste à l’égard des juifs lambda que je n’hésite pas ici à comparer à nos vaccinés actuels. Le point culminant de cette trahison fut le sacrifice des juifs hongrois rendu public pour la première fois en 1953. En effet, en 1944, le Dr Rudolf Kastner du Comité de sauvetage de l’Agence juive à Budapest signa un pacte secret avec Adolf Eichmann pour « régler la question juive » en Hongrie (800 000 malheureux).

Kastner agissait sous les ordres des dirigeants sionistes à l’étranger lorsqu’il passa cet accord avec Eichmann. L’accord prévoyait que soient sauvées 600 personnalités juives à condition que le silence soit fait sur le sort des juifs hongrois. Lorsqu’un survivant, Malchiel Greenwald, dénonça Kastner et ses monstrueuses magouilles comme un collaborateur nazi dont « les actes avaient coûté la vie à des centaines de milliers de juifs », Greenwald fut poursuivi en justice par le gouvernement israélien, dont les dirigeants avaient rédigé les termes du pacte Kastner.

La cour israélienne aboutit à la conclusion suivante «  Le sacrifice d’une majorité de juifs, pour sauver les plus éminents, était l’élément de base de l’accord entre Kastner et les nazis. Cet accord fixé, la division de la nation entre deux camps inégaux, une petite fraction de personnes éminentes, que les nazis promirent à Kastner de sauver d’une part, et la grande majorité des juifs hongrois que les nazis avaient condamnés à mort de l’autre. »

La cour déclara que la condition impérative de ce pacte était que ni Kastner ni les dirigeants sionistes n’interfèrent dans l’action des nazis contre les juifs. Ces dirigeants entreprirent non seulement d’éviter les interférences, mais tombèrent d’accord pour ne pas, selon les termes de la cour israélienne, « les gêner dans leur œuvre d’extermination ».

Kastner intervint même pour sauver des SS plutôt que des juifs. Il sauva ainsi le général SS Kurt Becher, l’un des principaux négociateurs du pacte avec les sionistes en 1944, et qui devait être jugé pour crimes de guerre. Becher s’était distingué comme boucher des juifs en Pologne et en Russie. Il fut nommé commissaire de tous les camps de concentration nazis par Heinrich Himmler. Ce « brave » homme finira en tant que président de plusieurs sociétés et dirigera la vente du blé à Israël.

Le 11 janvier 1941, Yitzhak Shamir (ancien Premier ministre d’Israël) proposa un pacte militaire (Texte d’Ankara) en bonne et due forme entre l’Irgoun sioniste, et le Troisième Reich nazi.

Découvert après la guerre dans les archives de l’ambassade allemande en Turquie, en voici un court extrait, établissait que : « L’évacuation des masses juives d’Europe est une condition préalable à la solution de la question juive, mais cela ne peut être rendu possible et accompli totalement que par l’établissement de ces masses dans le pays des juifs, la Palestine, et par l’établissement d’un Etat juif au sein de ses frontières historiques... »

S’offrant à participer activement à la guerre aux côtés des Allemands, ce texte puant d’une hypocrisie crasse exhortait à une coopération entre l’Allemagne nouvelle et le renouveau de l’Hébraïsme national. Brossant les nazis dans le sens du poil arien, il déclarait que ce mariage indécent pourrait être possible. Mieux ! L’établissement d’un Etat juif historique sur une base nationale et totalitaire, lié par traité au Reich allemand, serait dans l’intérêt du maintien et du renforcement d’une position de force allemande future au Moyen-Orient.

La perfidie sioniste est ainsi établie et l’holocauste constituera le point culminant de leur tentative d’identifier les intérêts des juifs à ceux de l’ordre établi. Aujourd’hui, les sionistes associent leur Etat au bras armé d’un impérialisme US moribond.

Il est loin le temps des Escadrons de la mort en Amérique latine, toutes ces opérations clandestines de la CIA sur les quatre continents menées en sous-main par un Deep State dont vous connaissez désormais les sombres acteurs. L’homme étant déchu, il ne faut toutefois pas négliger la Perfidie Islamiste dans tout cela, comme je l’ai mentionné dans un chapitre précédent.

Les pères fondateurs du Sionisme ont délibérément choisi de prendre l’antisémitisme par le « mauvais bout ».  Ils ont rejeté la possibilité de le surmonter par le biais de la lutte populaire. Moses Hess, Theodor Herzl et Chaim Weizmann ont choisi d’être du mauvais côté : celui du pouvoir étatique, de la domination de classe et des règles de l’exploitation. Ils étaient parfaitement conscients de ce que la culture de l’antisémitisme et la persécution des juifs étaient l’œuvre de cette même classe dominante à la Rothschild  dont ils courtisaient les faveurs.

À SUIVRE SI ON ME LAISSE ENCORE ECRIRE.

« Victime de mon succès », je fais l’objet d’un déréférencement Sauvage de la part des GAFAM, si vous désirez m’aider, le minimum que vous puissiez faire, c’est de cliquer sur les liens si dessous afin de faire remonter mon référencement. D’avance merci.

Olivier

Suite ici : https://vecteur-douceur.over-blog.com/2021/12/les-prophetes-du-diable.partie-26.html

Voir les commentaires

Les prophètes du Diable. (Partie 24)

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Le Sionisme aux manettes du monde.

Retour à la première partie : https://vecteur-douceur.over-blog.com/2021/10/les-prophetes-du-diable.partie-1.html

En mai 1935, Reinhardt Heydrich, chef du Service de Sécurité S.S., écrivit un article dans lequel il séparait les juifs en « deux catégories ». Les juifs qu’il aimait étaient les sionistes « Nos bons vœux et notre bonne volonté leurs sont acquis ».

En 1937, la milice ouvrière « socialiste » sioniste, la Haganah (fondée par Jabotinsky) envoya un agent (Feivel Polkes) à Berlin, offrant d’espionner pour le compte des S.S. Pourquoi ? Toujours pour le fric : en échange du déblocage de richesses juives pour la colonisation sioniste.

Concernant notre « bon » Jabotinsky, j’allais en oublier « une bien bonne » ! Cette anecdote puante de machiavélisme prouve à elle seule cette stratégie typique d’enrôlement des ennemis virulents des juifs en Europe, et d’alignement sur les mouvements et régimes les plus pervers pour patronner financièrement et militairement une colonie sioniste en Palestine.

Simon Petilura était un fasciste ukrainien qui dirigea personnellement près de 900 pogroms particuliers qui aboutirent à la mort de 28 000 juifs. Jabotinsky négocia une alliance avec lui, proposant qu’une force de police juive accompagne les forces de Petilura dans le combat contre-révolutionnaire contre l’Armée rouge et la révolution bolchevique - ce qui signifiait assassiner les paysans, les ouvriers et les intellectuels partisans de la révolution.

Et pour en revenir aux relations avec les nazis, Adolf Eichmann fut invité en Palestine par les soins de la Haganah. Feivel Polkes, l’espion sioniste délégué à la SS informa Eichmann que « Les cercles nationalistes juifs sont très satisfaits de la politique radicale de l’Allemagne, car la population juive en Palestine sera de ce fait tellement accrue que dans un futur proche les juifs pourraient compter sur une supériorité numérique face aux Arabes. »

Trahissant de manière éhonté les juifs d’Europe, la liste des actes de collaboration des sionistes avec les nazis est donc longue. Qu’est-ce qui peut l’expliquer ? La rhétorique sioniste justifiant l’État d’Israël était qu’il avait été conçu comme un refuge pour les juifs persécutés. Ces malheureux devaient venir chercher refuge au sein de la Bête. Plus les juifs d’Europe seraient malmenés, et plus leur cause s’en trouverait boostée.

Comprenez le bien, tout effort pour les sauver serait une menace pour leur mouvement tout entier. Si les juifs d’Europe étaient sauvés, ils voudraient aller ailleurs et l’opération de secours n’aurait rien à voir avec le projet sioniste de conquête de la Palestine.

Bien entendu, à cette époque, il n’y a pas que les Sionistes qui brossaient les nazis dans le sens du poil. Les Islamistes avaient eux-aussi des relations secrètes avec eux. Le Grand Mufti de Jérusalem entretenait des liens étroits avec le régime nazi parce qu’il avait des liens de parenté directe avec de nombreux leaders importants du monde palestinien, en commençant par Yasser Arafat, dont il était l’oncle, et Fayçal Huseyni, dont il était l’aïeul.

Cette parenté n’est pas sans effet, puisqu’elle sera plus tard revendiquée par Arafat, comme par la famille Huseyni. Ainsi, la figure  du Mufti est encore aujourd’hui revendiquée par l’idéologie palestinienne comme celle d’un héros dont le modèle perdure en dépit ou en raison de son engagement pronazi. Il faut donc rappeler l’idéologie et les actions entreprises par le Mufti pour appréhender ce qu’un tel modèle implique comme programme.

Pendant la seconde guerre mondiale, Hitler eut plusieurs projets de « réserve de Juifs », un territoire où ils seraient « parqués », surveillés comme des animaux dans une réserve naturelle, avec l’interdiction de quitter ce pays. Goebbels tenta même de convaincre Hitler de renoncer à la solution finale et d’appliquer le plan « de l’Afrique du Nord », qui prévoyait la mise en place de ce projet vraisemblablement au Maroc. La seconde solution concernait Israël.

Les exigences nazies comportaient aussi le paiement d’une rançon par juif, qui rendit le départ massif de Juifs vers Israël virtuellement impossible. Cependant, ce furent les Arabes et non les Sionistes qui amenèrent les Nazis à revoir leur position « pro sioniste ». Entre 1933 et 1936, plus de 164 000 immigrants juifs arrivèrent en Palestine. La minorité juive se développa jusqu’à passer d’une proportion de 18% de la population en 1931, à 29,9% en décembre 1935, de sorte que les Sionistes purent envisager qu’ils constitueraient la majorité de la population dans un futur assez proche. Les Arabes réagirent très vite face à ces statistiques.

Il n’avaient jamais accepté le mandat britannique sur la Palestine et son but déclaré d’y créer un foyer juif. La politique des Arabes de Palestine suivait une logique de clan. Le clan le plus nationaliste était celui des Husaynis, sous l’égide du Mufti de Jérusalem, al-Hajj Amin al-Husayni. Il se méfiait de toute réforme sociale qui pourrait mobiliser la masse paysanne illettrée des paysans Arabes palestiniens. Il se mit donc en quête d’un soutien extérieur pour contenir des soulèvements internes. Son choix se porta sur l’Italie.

Cependant, le projet allemand pour créer une réserve de Juifs, ainsi que la présence de troupes allemandes en Égypte, favorisèrent la prise de contact des nazis avec le grand Mufti  pendant la guerre ! Le Mufti avait, quant à lui, ses propres visés sur les possibilités offertes par sa collaboration avec le régime nazi.

Le 21 juillet 1937, il décida de resserrer ses liens avec l’Allemagne en rendant une visite officielle au Consul général allemand en Palestine. Bien que les Allemands aient officiellement refusé de changer leur politique, ils décidèrent de porter plus d’attention à la Palestine. La révolte arabe de 1936-1939 avait déjà bénéficié de l'appui direct, financier et militaire, de l'Allemagne et de l'Italie.

Le 20 novembre 1941, le ministre allemand des affaires étrangères, Ribbentrop, reçut le Mufti à Berlin. Leur conversation fut un préalable à la conversation du Mufti avec Hitler.  Sponsorisé par l’Allemagne nazie, il étendit alors ses velléités vers le Moyen Orient mais aussi vers les autres zones géographiques juives. Allant de la propagande radio, à l’espionnage, ses activités visaient à organiser des Musulmans en unités militaires dans les pays occupés par les forces de l’Axe.

Sa plus grande réussite fut le recrutement de dizaines de milliers de Musulmans en Bosnie-Herzégovine et en Albanie pour les Waffen SS. Ses légions arabes participèrent plus tard au massacre de dizaines de milliers de Serbes, de Juifs et de bohémiens. En 1943, il y avait 20 000 musulmans sous les drapeaux allemands et sa «division » de Waffen SS, les Handshar. Mais l’aventure des Balkans ne constituait qu’une partie de l’activité du Mufti, dont les préoccupations étaient centrées sur les Juifs de toute la planète.

A Berlin, en 1943, dans le grand hall de la Luftwaffe, le Mufti s’attaqua à « la conspiration anglo-saxonne et juive », et déclara que le traité de Versailles était un désastre à la fois pour les Allemands et les Arabes. Mais les Allemands, dit-il, savaient se débarrasser des Juifs. Le 1er mars 1944, il ajouta à la radio : «Arabes, soulevez-vous et battez-vous pour vos droits sacrés. Tuez les Juifs là où vous les trouverez. Cela est agréable à Dieu, à l’Histoire, et à la religion. Cela sauve votre honneur. » Le Mufti participait déjà à la solution finale. Il rendit même visite à Auschwitz où il encouragea les gardes en leur enjoignant de travailler encore plus.

Les conséquences de ces actes de collaboration avec les nazis au cours des années 30 furent que lorsqu’on envisagea une modification des lois sur l’immigration aux États-Unis et en Europe occidentale pour fournir un refuge aux juifs persécutés, ce furent les sionistes qui organisèrent activement l’arrêt de ces efforts.

Ben Gourion s’adressant à un rassemblement sioniste  de Grande-Bretagne en 1938 déclara : « Si je savais possible de sauver tous les enfants actuellement en Allemagne en les faisant venir en Angleterre et seulement la moitié d’entre eux en les transportant en Israël, eh bien j’opterais pour la seconde solution ».

Cette obsession de la colonisation de la Palestine et de l’écrasement des Arabes conduisit le mouvement sioniste à s’opposer à toute tentative de sauver les juifs face à l’extermination, parce que les possibilités de détourner vers la Palestine une main-d’œuvre sélectionnée en auraient été entravées. De 1933 à 1935, on comprend dès lors la motivation de l’Organisation sioniste mondiale qui refusa donc les deux tiers des juifs allemands qui sollicitèrent un certificat d’immigration.

A la place de ces juifs confrontés à l’extermination, elle fit venir en Palestine 6 000 jeunes sionistes entraînés en provenance des USA, d’Angleterre ou autres pays sans danger. Pire, non seulement elle ne chercha aucune alternative pour les juifs confrontés à l’holocauste, mais encore les dirigeants sionistes s’opposèrent-ils de façon belliqueuse à tous les efforts pour fournir un refuge aux juifs en fuite.

En 1943 encore, alors que les juifs d’Europe étaient exterminés, le Congrès US proposait de constituer une commission pour « étudier » le problème. Rabbi Stephen Wise, qui était le principal porte-parole américain du Sionisme, vint à Washington pour déposer contre cette loi de sauvetage des juifs parce qu’elle détournerait l’attention de la colonisation de la Palestine.

À SUIVRE SI ON ME LAISSE ENCORE ECRIRE.

« Victime de mon succès », je fais l’objet d’un déréférencement Sauvage de la part des GAFAM, si vous désirez m’aider, le minimum que vous puissiez faire, c’est de cliquer sur les liens si dessous afin de faire remonter mon référencement. D’avance merci.

Olivier

Suite ici : https://vecteur-douceur.over-blog.com/2021/11/les-prophetes-du-diable.partie-25.html

Voir les commentaires

Les prophètes du Diable. (Partie 23)

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Le Sionisme aux manettes du monde.

Retour à la première partie : https://vecteur-douceur.over-blog.com/2021/10/les-prophetes-du-diable.partie-1.html

La mise en œuvre de ce programme fut réalisée en partie par Menachem Begin et par son futur successeur comme Premier ministre, Yitzhak Shamir, comme commandants militaires des Combattants pour la liberté d’Israël. Dans les territoires désormais passés sous l’occupation de Sion après la partition, il y avait approximativement 950 000 Palestiniens vivant dans environ 500 villages et les grandes villes. Six mois plus tard, il ne restait que 138 000 personnes.

Pourquoi ?  Les Sionistes s’étaient comportés comme d’horribles bouchers. Les habitants de Jérusalem furent forcés de traverser la ville à pied dans leurs vêtements maculés de leur sang et devant les passants ricanant. La grande majorité des Palestiniens furent tués dans des conditions atroces, mutilés, violés, expulsés de force ou s’enfuirent de panique devant les bandes de tueurs des unités militaires israéliennes.

La valeur du vol bientôt réalisé représenterait des centaines de milliards de dollars de l’époque. L’État d’Israël mérite donc bel et bien le nom de La Bête, puisque son élévation résulte de la piraterie et du pillage. Ayant ainsi éliminé la plupart des habitants, le gouvernement israélien entreprit la destruction systématique de leurs habitations et possessions. Près de 400 villages et cités furent totalement rasés en 1948 et 1949.

D’autres suivirent dans les années 50. Chose facile, avec l’expulsion de ces malheureux et la destruction de leurs villes et villages, une grande quantité de propriétés furent confisquées sous motif « Loi sur les propriétaires absents » (1950).

Début des années 60, c’est le Fonds national juif (FNJ) qui va entrer en action. Il va machiavéliquement en arriver au résultat escompté : nul terre ne pouvait être louée à un non-juif, ni être sous-louée, vendue, hypothéquée, donnée ou léguée à un non-juif.

Les non-juifs ne pouvaient être employés pour la culture ou pour tout travail relié à l’agriculture. Si ces conditions n’étaient pas respectées, la suppression du bail sans compensation s’ensuivait assortie de monstrueuses amendes. En Israël, ces terres d’État sont placées dans la catégorie « terre nationale ». Cela signifie « juive », et non israélienne. L’embauche de non-juifs est considérée comme illégale et punie pour infraction à la loi. Du fait du manque de fermiers juifs, et comme les Palestiniens recevaient un salaire inférieur à celui des travailleurs juifs, certains fermiers juifs (comme Ariel Sharon) employaient des Arabes.

Ce que tout cela révèle, c’est que l’État d’Israël est uniquement raciste. Les « gens » signifient seulement les juifs. Un « immigrant » ou un « colon » ne peut être qu’un juif. Une concession signifie une concession pour les juifs seulement. La terre nationale des Rothschild signifie la terre juive - non la terre israélienne.

La définition d’un juif étant entièrement fondée sur le diktat religieux orthodoxe, avoir « des générations de descendance maternelle juive » est la condition préalable pour bénéficier légalement du droit à la propriété, à l’emploi ou à une protection.

Lorsque vous sortez des clous : c'est-à-dire de la pensée imposée, on vous taxe de suite de raciste, fasciste et antisémite ; la soupe habituelle. Mais, comme je vous l’expose ici, Il n’existe pas d’exemple plus   clair, plus démonstratif, de lois et de procédures racistes.

En utilisant ces mêmes critères « judicieux », plus de 55% des terres et 70% de l’eau en Cisjordanie (territoire occupé en 1967) ont été confisqués aux malheureux tout ceci au bénéfice de 6% de la population. Ce sont environ 40 000 colons qui vont lamentablement se gaver au regard des 800 000 Palestiniens brimés à l’extrême. A Gaza (territoire occupé en 1967), 2 200 colons vont ainsi se voir octroyer plus de 40% des terres face à 500 000 Palestiniens confinés dans des camps surpeuplés et des bidonvilles dignes de ceux qu’on prépare actuellement pour les non-vaccinés.

Car c’est hélas la même chose qui nous attend prochainement après les piquouzes, les pénuries, et finalement l’effondrement économique définitif autant que voulu par les tenants de la Bête immonde amplement dénoncée dans l’apocalypse de Jean.

Ainsi, ces pratiques universellement condamnées dans les territoires occupés après 1967 ne sont que le prolongement du processus même par lequel la Bête a été établie. L’utilisation de la force, la confiscation des terres assortie d’une cruauté sans pareille constituent son apanage et sa marque de fabrique.

Covid-19 y contribuant depuis deux ans, elle mène à l’exclusion des gueux relégués au rang d’esclaves.  Ces travailleurs non juifs entièrement vaccinés et pucés, ramollis du cerveau, sont au centre des théories et des pratiques sionistes devant mener définitivement à leur NOM.

En un écho lointain avec ce que nous vivons et allons prochainement tous subir, Theodore Herzl, en grand initiateur de la chose, avait promulgué ce programme le 12 juin 1895 en des termes « gracieux » : « Nous ferons disparaître comme par enchantement (...) la population sans le sou de l’autre côté de la frontière (...) tout en lui refusant tout emploi dans notre pays. »

Ainsi va ce monde fou aux valeurs inversées, on vous y traite facilement de raciste ou d’antisémite au moindre fait pouvant relever du pur et simple nationalisme sincère alors qu’aujourd’hui, environ 93% de la terre qu’on appelle l’État d’Israël, et dont une grande partie appartient aux Rothschild, est administrée par le Fonds national juif avec les règles ci-dessus décrites.

Pour avoir le droit d'y vivre, de louer une terre, ou d’y travailler, il vous faut prouver que vous avez au moins trois générations de descendance maternelle juive.

Il fut un temps où, dans la mouvance post soixante-huitarde déjà orchestrée par qui vous savez, il était de bon ton, cool, de penser « kibboutz », un prétendu exemple de coopération socialiste. Alors qu’en fait c’est l’organisation israélienne qui pratique le plus haut degré d’exclusion raciste. Le kibboutzim existe essentiellement sur des terres palestiniennes confisquées.

Les non-juifs ne peuvent en être membres. Si des « travailleurs temporaires » chrétiens ont des relations avec des femmes juives, ils sont forcés de se convertir au judaïsme pour pouvoir être membres d’un kibboutz. Les candidats chrétiens à l’intégration par leur conversion dans un kibboutz doivent promettre de cracher dorénavant lorsqu’ils passeront devant une église ou une croix.

Si la colonisation de la Palestine a été caractérisée par une série de déprédations, il nous faut prendre le temps d’examiner l’attitude du mouvement sioniste non seulement envers ses victimes palestiniennes (sur laquelle nous reviendrons), mais envers les juifs eux-mêmes.

Je le mentionne déjà dans mon second ouvrage, Herzl lui-même écrivait sur les juifs de la façon suivante : « J’ai réussi à atteindre une attitude plus libre envers l’antisémitisme, que je commence maintenant à comprendre historiquement et à pardonner. Par-dessus tout, je suis conscient de la vanité et la futilité de vouloir "combattre" l’antisémitisme. »

Les fondateurs du Sionisme considéraient les antisémites eux-mêmes comme des alliés, parce qu’ils partageaient avec eux le même désir de faire quitter aux juifs les pays où ils vivaient. Ils ont toujours joué sur tous les tableaux et mangé à tous les râteliers.

Herzl et Weismann allèrent même jusqu’à offrir d’aider à garantir les intérêts tsaristes en Palestine et à débarrasser l’Europe de l’Est et la Russie de ces « juifs anarcho-bolcheviques nocifs et subversifs ». Souvenez-vous de l’appel lancé par les sionistes à l’adresse du sultan de Turquie, du Kaiser allemand, de l’impérialisme français et de l’Empire britannique.

Alors oui, cette lecture est peut-être dérangeante, mais elle a la vertu de mettre la Vérité en lumière, c’est d’ailleurs le but de mon blog, car l’histoire du Sionisme en grande partie dissimulée est proprement sordide.

Mussolini fournit aux escadrons du mouvement de jeunesse des sionistes révisionnistes, le Betar, des chemises noires pour rivaliser avec ses propres bandes fascistes. Lorsque Menachem Begin devint le dirigeant du Betar, il préféra les chemises brunes des bandes d’Hitler, un uniforme que Begin et les membres du Betar portaient dans tous leurs meetings et rassemblements. Des regroupements au cours desquels, ils s’accueillaient, ouvraient et clôturaient leurs réunions par le salut fasciste.

C’est ainsi qu’afin de brosser l’animal nazi dans le sens du poil, la Fédération sioniste d’Allemagne envoya un mémorandum de soutien au parti nazi le 21 juin 1933. Loin de dénoncer cette politique, le congrès de l’Organisation sioniste mondiale en 1933 repoussa une résolution appelant à l’action contre Hitler, par un vote de 240 contre 43.

Au moment même où se tenait ce congrès, Hitler annonçait la conclusion d’un accord commercial avec la Banque Anglo-palestinienne de l’Organisation sioniste mondiale, qui rompait ainsi le boycott du régime nazi par les juifs à une époque où l’économie allemande était extrêmement vulnérable.

On était en plein cœur de la grande dépression et les gens poussaient des brouettes de deutschemarks sans valeur. L’Organisation sioniste mondiale rompit le boycott juif et devint l’un des principaux distributeurs des marchandises nazies dans tout le Moyen-Orient et en Europe du Nord.

Ils établirent le Ha’avara,  une banque en Palestine ayant pour but de recevoir l’argent de la bourgeoisie juive allemande, avec lequel les marchandises nazies étaient achetées en quantité substantielle.

Par la suite, les sionistes firent venir en Palestine le baron von Mildenstein du Service de Sécurité S.S. pour une visite de six mois de soutien au Sionisme. Cette visite aboutit à un long rapport de Joseph Goebbels, ministre de la Propagande de Hitler, dans Der Angriff (L’Assaut) en 1934, rapport louangeur pour le Sionisme. Goebbels commanda un médaillon frappé d’un côté avec la swastika et de l’autre avec l’étoile de David sioniste.

À SUIVRE SI ON ME LAISSE ENCORE ECRIRE.

« Victime de mon succès », je fais l’objet d’un déréférencement Sauvage de la part des GAFAM, si vous désirez m’aider, le minimum que vous puissiez faire, c’est de cliquer sur les liens si dessous afin de faire remonter mon référencement. D’avance merci.

Olivier

Suite ici : https://vecteur-douceur.over-blog.com/2021/11/les-prophetes-du-diable.partie-24.html

Voir les commentaires

Drôles de marins que ces Français qui s’échouent de peur d'échouer !

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Un nouveau monde nait toujours sur les cendres de l’ancien, et le nouveau ne sera pas beau du tout ! Un pays qui ne produit pas de richesses manufacturières, et où l’on a pas d’avenir professionnel, est un pays qui ne peut que disparaître sous la prédation.

Ingénierie sociale aidant, notre petit Jupiter et sa chiourme ont découvert que la peur d’un ennemi cruel, insaisissable et imprévisible (terrorisme, virus et bientôt climat) permet un asservissement bien plus puissant que la peur de la violence.

Tel le Word Trade Center dont on avait volontairement miné les soutènements le 11-Septembre 2001, la France va prochainement imploser, entrainant avec elle l’Union européenne, dernière marche vers le N.O.M. de l’élite. C’est tout l’Occident oxydé qui s’apprête à couler. Les mondialistes ont voulus construire des entités internationales et détruire les nations pour qu’il ne reste que des entités mondiales. Le résultat est un dynamitage des fondations de la civilisation occidentale, et l’édifice va nous tomber dessus.

Selon le souhait des davosiens, le couillonavirus n’aura constitué qu’un prétexte à leurs vilénies. En politique, et tendant la main à l’élite luciférienne, l’opposition n’existe plus. Elle s’est tue pour laisser la parole à l’enfant roi qui s’est octroyé tous les pouvoirs entouré qu’il est par ses mignons. Il gouverne désormais par le mépris et la violence, n’hésitant même pas à traiter d’assassins ceux qui n’acceptent pas l’injection mortifère autant qu’expérimentale.

Face à cette situation, et comme en 39-45, n’en déplaise, une grande partie des Français collabore encore avec ces dirigeants et n’a pas encore conscience de la situation.

En Allemagne, durant les années 20-30, plus de la moitié des médecins avaient rejoint le parti Nazi. La profession médicale était la plus représentée au sein du parti. Le fantôme de Pasteur en étant une preuve flagrante, l’esprit de conformité est presque absolue dans cette profession. Il explique donc en partie ce fait.

Mais le couvercle de la marmite ne va pas sauter. Le gaz va s’arrêter, et la bouffe, ou ce qu’il en restera, sera à manger froid. Et là, tous les bobos de service à la cervelle javellisée par les LREM vont enfin comprendre, mais trop tard, que ce pass SS de guignol n’était que l’antichambre de bien pire. Car on peut vous tuer et vous déconnecter socialement d’un claquement de doigt.

D’un côté, les ultra riches voient actuellement leur patrimoine s’envoler là où l’espoir des autres se trouve cloué au sol par une chape de plomb LREM. Privilège et argent aidants, cette classe richissime fait et fera tout pour asseoir définitivement son emprise sur les survivants à cette thérapie génique. Voilà pourquoi un gigantesque outil de surveillance se voit mis en place sous couvert de pandémie. Le QR code pour les loisirs, n’est qu’une porte d’entrée vers une surveillance perpétuelle. Tout ça sent très mauvais le crédit social à la chinoise.

L’Elite, après avoir corrompu le système politique, va maintenant lâcher la foule en colère dans le but de détruire les états nations et d’instaurer leur N.O.M. satanique. Il n’existe pas de révolution réfléchie, déjà 1789 en fut la preuve. Mais là, il va s’agir d’émeutes et de violences considérables propices à ce qui viendra derrière et qu’ils ont préparé de longue date…

Seul un petit groupe de croyants véritables, de lucides, de sages et d’insoumis choisira la déconnexion de cette technocratie mondiale… « Sortez de Babylone mon peuple… »

Les vaccinés obéissants, se croyant sauvés, comprendront alors TARDIVEMENT qu’ils sont considérés comme des morceaux de barbaque dont on a soigneusement prévu la traçabilité.

Le pass sanitaire SS n’a rien de sanitaire puisque les vaccinés se contaminent entre eux. Non, il a pour objet de « forcer » à la vaccination, de « pourrir la vie des non vaccinés ». Même s’ils décidaient de ne plus l’imposer, il serait tout simplement rebaptisé « vaccinal » ou « social » ou « environnemental » (le plus probable). Mais, comprenez-le, il sera maintenu coûte que coûte.

Comprenez aussi que le pass SS n’a pas pour but de pousser à la vaccination, c’est la vaccination qui sert de prétexte au pass SS. Celui qui restera au final, c’est le pass du bétail, pas le vaxx. Pourquoi ? C’est dans la logique, ou plutôt c’est le rêve de tonton Schwab : celui d'esclaves connectés au réseau de l’économie 4.0. J’en veux pour preuve une histoire de « science-fiction ».

Les GSM et les objets connectés ne renvoient que rarement le type de code dont je vais maintenant vous parler. Ils renvoient plutôt des noms d'appareils ou des références constructeurs. Néanmoins, je l’ai déjà évoqué dans mes articles, depuis quelques temps l’info circule sur des vidéos et des captures d’écran. Beaucoup de vaccinés possèdent désormais un code alphanumérique spécifique, comme les objets connectés.

En leur présence, une adresse Bluetooth unique apparaît à l’écran lorsque le Bluetooth est activé en mode recherche de périphériques. Les adresses ont toutes le même format alphanumérique normalisé (adresse MAC), douze chiffres et lettres, séparés par deux points. Je vous invite à l’essayer vous-même, car le fait que les codes changent dans la rue avec le nombre de passants que vous croisez n’a de sens que s’ils en sont eux-mêmes porteurs.

Ces codes ne sont visibles qu'avec certains smartphones, Samsung, Asus et autres. Les smartphones plus anciens sont curieusement plus sensibles et sont capables de détecter ces codes alphanumériques uniques sur plusieurs mètres (jusqu’à 20). L'expérience répétée de nombreuses fois montre que des vaccinés avec Pfizer et Moderna, renvoient tous un code, à de rares exceptions près, comme si tous ces « vaccinés » étaient pucés.

Interrogeons sur ce thème un de nos bienfaiteurs de l'Humanité : Jacquot Attali. Ecoutez le, c'était en 2008 : https://twitter.com/i/status/1464828106871607296

La technologie des micro-puces permet d’en réaliser de tailles infimes. Leur injection à travers une aiguille ne pose donc aucun problème. Seul bémol, on le sait, les flacons servant à la vaccination contiennent, la plupart du temps, plusieurs doses. Tout porte donc à croire qu’une puce unique soit probablement placée à l’intérieur des seringues ou des aiguilles fournies spécifiquement pour la vaccination.

Tant que la micro-puce reste dans la seringue, elle est inactive, mais dès son contact avec le liquide injectable, il se produit une activation radioélectrique. Intervient là le graphène présent dans les vaccins, ses propriétés électriques justifiant alors sa présence. Au contact du graphène, la puce s'active électriquement et émet son signal Bluetooth, générant son code de marquage.

On comprend dès lors l’intérêt des rappels. L'élimination progressive du graphène, par les mécanismes naturels du corps, nécessiterait des injections régulières, afin de maintenir la puce active. Lors d'injections multiples, plusieurs puces se retrouvent donc dans un même corps, et la première injectée doit donc désactiver les suivantes, tout en mémorisant le nombre d'injections, afin de ne générer qu'un seul code par sujet inoculé.

Nous en arrivons donc à ce que j’évoque depuis plus de dix ans dans mes livres et sur ce blog : le Contrôle TOTAL des populations. Afin de le mettre en place, l'identité numérique est indispensable. Chaque humain, au moins dans les pays occidentaux, doit posséder une identité numérique. Et si nos dirigeants insistent tant, faisant des non-vaccinés des parias de la société, c’est que lorsque la totalité du bétail humain (goym) sera vaccinée : c'est-à-dire pucée, l'ensemble de la pieuvre sera activée.

L’intelligence artificielle (IA) de tonton Gates sera activée, à travers des lecteurs de puces discrets, placés dans tous les lieux publics, des objets connectés et tout autre système permettant de les détecter (Smartphones, tv, PC, tablettes, électroménager connecté, etc.). Votre présence sera détectable partout où vous vous rendrez, y compris chez vous. Une quantité incalculable de collabos mouchards seront alors à l’œuvre afin de vous fliquer le plus finement possible.

Là-dessus, n’oublions surtout pas que les opposants au Pass Nazitaire sont vus comme des égoïstes, des anti vaxx, des meurtriers, des assassins, des inconscients, … j’en passe et des meilleurs ! Autant de critère litigieux faisant d’eux de « dangereux ennemis » qu’il est indispensable de traquer puis d’éradiquer tout au moins socialement : c'est-à-dire numériquement !

C’est pourquoi, ils ont pensé à tout et même à l’énergie nécessaire à cette tâche détestable. Pourquoi ? Un suivi GPS est un système relativement gourmand en énergie. Il nécessite une antenne conséquente. Là, votre traçage sera réalisé indirectement, au moyen des informations communiquées par la multitude de mouchards électroniques qui cernent désormais nos vies.

Arrive alors la 5G telle la cavalerie ! Tel un radar, ses antennes ont la capacité de balayer une zone, et d'identifier simultanément tous les propriétaires des GSM présents dans son champs.  De quoi vous localiser avec certitude et précision, et déclencher une alerte si vous êtes un « dangereux complotiste », comme moi. Ils auront alors la capacité technologique et surtout le POUVOIR de vous faire disparaître en un claquement de doigt.

Cette petite poussière numérique qu’ils auront réussi à faire de vous, disparaîtra avec vos comptes en banque, votre permis de conduire, votre carte vitale, etc.

Tout contrevenant aux lois iniques que leurs cerveaux malades de psychopathes auront édictés se verra éliminé, éradiqué. Toute personne ayant voulu échapper à la énième dose mortifère sera facilement traquée. Comment ? Toute puce invalide, ou en fonctionnement, se verra comme le nez au milieu du visage.

Elle sera facilement localisée grâce à la 5G et les détecteurs locaux. Vous serez donc considérés comme asocial : en Australie, un malheureux cas positif s’est vu traqué comme un animal par les forces de l’ordre.

De même, tout contrevenant sera ainsi arrêté afin d'être piquouzé de force, après un séjour de rééducation dans un centre « citoyen ». Sachez-le, la chasse aux non-vaccinés est déjà lancée. La technologie est disponible et va rapidement être effective, avant deux ans, les gens découvriront qu'ils se sont faits pucer sans s'en rendre compte

Comme expliqué dans mon précèdent article, l'avenir de l’humanité est donc entre les mains des sang pur, les non-vaccinés. Seul Dieu qui leur offre et conforte leur détermination peut encore stopper cette folie de l'oligarchie, ces malades congénitaux.  Au moment ou je rédige, nous sommes environ 16 millions de non vaccinés dans ce pays.

A cela viennent s’ajouter des dizaines de non vaccinés en puissance puisqu’à chaque injection obligatoire pour recharger le pass SS, ceux qui, par leur éveil tardif ne le feront pas et viendront grossir les rangs des parias chaque jour plus nombreux.

Vous me pensez fou ? Donnant elle-même le bâton pour se faire battre, l ’OMS annonce la production en masse d’une technologie permettant de détecter les personnes non vaccinées. Ce faisant, elle ne fait qu’apporter crédit à mon article.

Ils vont vous tester pour s’assurer que vous avez bien été injectés ! Vous allez être traqués jusqu’à la fin de vos jours pour savoir si vous avez reçu la énième dose. La technologie de contrôle est donc en place, car une micro-puce Bluetooth est bel et bien déjà injectée à chaque vacciné !

De plus, un avocat connu, Maître Brusa, confirme également mon propos. Il a fait constater  la présence de code alphanumérique Bluetooth chez les vaccinés par un huissier.

À SUIVRE SI ON ME LAISSE ENCORE ECRIRE.

« Victime de mon succès », je fais l’objet d’un déréférencement Sauvage de la part des GAFAM, si vous désirez m’aider, le minimum que vous puissiez faire, c’est de cliquer sur les liens si dessous afin de faire remonter mon référencement. D’avance merci.

Olivier

Suite ici : https://vecteur-douceur.over-blog.com/2021/11/les-prophetes-du-diable.partie-23.html

Voir les commentaires

Qu’importe !

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Après tout ça, vous reprendrez bien une bonne dose d’héroïne numérique ?

Alors que la dystopie s’installe chaque jour davantage sur cette planète, il convient d’aseptiser la chose afin d’endormir les derniers récalcitrants. Et pour se faire : le métaverse du zombi mondialiste Zuckerberg ne sera pas de trop.

En effet, j’apprends que les autorités chinoises ont commencé à promouvoir un discours qui menace de « peine de mort » les personnes qui refusent de coopérer en se faisant injecter ce bouillon de culture immonde qu’ils osent appeler vaccin.

Qu’importe donc si ces thérapies géniques en cours d’essai tuent et causent moult pathologies toutes plus graves les unes que les autres, il faut VACCINER. Qu’importe donc si certains se sentent merdeux au point d’en arriver à financer les obsèques des « cas litigieux », puisque j’apprends que l’Etat canadien prend à sa charge les frais d’obsèques des gens tués par un vaccin approuvé à concurrence de 2500 dollars.

Qu’importe donc si 41 % de tous les décès signalés au VAERS (Le Vaccine Adverse Event Reporting System ou programme américain pour la sécurité des vaccins), à la suite d'injections du Covid-19 sont survenus dans les 5 jours suivant une injection vaccinale, dont 25 % en une seule journée.

Qu’importe donc si l’évolution des signalements de myocardites et péricardites dans l'Union européenne monte au crescendo des piquouzes. En outre, en plus des autres hécatombes, une mystérieuse série de crises cardiaques touche, toutes spécialités confondues, tous les jeunes sportifs. Le nombre signalé chaque semaine augmente régulièrement, au point qu'on peut se demander, entre autres, à quel moment Pfizer finira par être considéré comme aussi mortifère que Moderna. Pfizer qui, machiavéliquement n’en étant pas à une malversation près, avoue qu’il faut « 5 ans » pour étudier les risques de myocardites et péricardites chez les enfants.

Qu’importe donc si, à Berlin, le 24 octobre dernier, le Sommet mondial de la santé s’est penché sur l'accès au vaccin comme bien public : rien que ça ! Et si lors de ce sommet, Stefan Oelrich membre du Conseil d'Administration du groupe Bayer a déclaré : «Les « vaccins » à ARNm sont un exemple de thérapie génique cellulaire. Et la crise du Covid a été un accélérateur sans pareil. … /… » https://twitter.com/i/status/1456896111977848835

Qu’importe donc qu’après avoir organisé l’Event 201, une simulation de pandémie à coronavirus en octobre 2019, et qu’ensuite, nous ayons connu, comme par hasard, le Covid-19, et que dès lors notre « saint protecteur » Bill Gates, récidive et avertisse les gouvernements de se préparer aux attaques terroristes contre la variole et aux futures pandémies en investissant des milliards dans la recherche et le développement.

Qu’importe donc si dans la foulée on apprenne que le FBI et les Centers for Disease Control and Prevention enquêtent sur des «fioles douteuses » étiquetées « variole » et trouvées dans un congélateur dernièrement dans une installation de Merck à l'extérieur de Philadelphie.

Qu’importe donc si la variole, une maladie causée par le virus variolique, soit considérée comme si mortelle que seuls deux laboratoires dans le monde sont autorisés à stocker des échantillons du virus. Les scientifiques débattent depuis des années de l'opportunité de détruire ou garder les échantillons restants. Curieux donc, qu’une partie d’entre-eux : les partisans de la conservation des échantillons ont fait valoir qu'ils étaient nécessaires pour développer de nouveaux vaccins en réponse à une nouvelle épidémie concernant une maladie désormais éradiquée. https://news.yahoo.com/vials-labeled-small-pox-found-in-lab-near-philadelphia-003127682.html?guccounter=2

Cerise sur ce gâteau empoisonné : l'Agence technique de l'information sur l'hospitalisation (ATIH) est un établissement public français, créé en 2000 comme un « pôle d’expertise sur les quatre champs de l’activité hospitalière ...

Qu’importe donc si, revenant sur le bilan de l'année 2020 à l'hôpital, cet organisme écrit que les admissions des quelque 218000 patients Covid dans les établissements de santé français ont représenté seulement 2 % des hospitalisations sur l'année. Dans ce rapport, on peut lire que, 84 à 92% des morts du Covid-19, avaient des co-morbités. (...).

Qu’importe donc si, depuis 2 ans, petit à petit on a instillé une PEUR factice en faisant croire aux peuples, aussi bien par la propagande, par le port du masque et par un certain nombre de comportements (qui modifient, à leur insu, la perception qu'ont les gens de la situation), on ait par le biais d’une ingénierie sociale du Diable, modifié à outrance la pensée du gueux. On lui a instillé la peur jusqu’à la surdose OBCESSIONNELLE.

Résultat ? La déraison règne désormais en maîtresse au sein d’une dystopie à ciel ouvert. Au point que beaucoup sont prêts à accepter ce qui leur aurait paru absolument inacceptable, voire ignoble, il n’y a même pas deux ans.

Qu’importe donc qu’après nous avoir menti à tous sur l’efficacité de ces « vaccins », Fauci, l’éminence noire, le bras droit de Bill le Coyote à la Maison Blanche, avoue de concert avec lui que ces thérapies géniques tuent nos défenses immunitaires et ne protègent donc en rien ; bien au contraire !

Qu’importe donc de savoir que la finalité de toute cette pantomime grotesque soit tout sauf sanitaire et que ce Passe Sanitaire SS ne soit que l’antichambre d’un flicage-zombifiage mondial et à outrance sauce chinoise. Qu’importe donc de savoir que toutes ces doses de rappel ne sont là que pour booster les pupuces injectées avec leurs simagrées à ARMm.  Big Brother veille désormais à booster votre Transhumanisation définitive et pour la maintenir vous injecte une énième dose.

Ainsi, après tous ces « qu’importe », si vous n'êtes pas vacciné, sachez-le, soyez-en CONVAINCU : vous avez survécu à la plus grande opération psychologique de l'Histoire... Un plan diabolique élaboré pendant des années qui n’empêche certainement pas la contamination. Bien au contraire ! Les « vaccins » sont là afin de la transmettre et éradiquer, suivant le souhait de Bill Gates, la majorité des plus faibles et inutiles (version Attali).

Qu’importe si cette thérapie expérimentale disloque à la hache votre génome, c’est le but. Ils veulent des esclaves corvéables à souhait. Le but secret, c’est le traçage numérique et le contrôle total de la population selon la formule chimique si chère à ces psychopathes ; Orwell + Google+ ARNm = N.O.M.

Vous rendez-vous compte comme tout ceci a du faire transpirer le vieux Schwab et tous les « Achille Savata » lucifériens qui l’entourent. Le temps étant de l’argent, il y ont mis des ressources insoupçonnées en pensées négatives et argent volé aux peuples.

Ils ont étudié toutes les méthodes possibles pour asservir votre esprit et vous faire prendre le vaccin. Ils ont essayé de vous démoraliser en corrompant AVEC SUCCES la société par tous les moyens. Oscillant en permanence entre carotte et bâton, ils ont phagocyté votre bon sens. Ingénierie sociale aidant, ils ont réussi à vous faire douter de votre propre réalité : de votre bon sens.

Toutes le vraies valeurs, tout ce qui fait de nous un humain digne de ce nom, toutes les valeurs morales et éthiques, ils les ont, et les font plus que jamais voler en éclats, faisant de l’Allemagne nazie et ses méfaits, des enfantillages de cours de récréation.

Ils ont assassiné nos vieux en les traitant et les maltraitants de diverses façons, et dont la plus cruelle reste la SOLITUDE. Mieux ! Ils ont même réussi à retourner vos proches contre vous en constituant deux camps opposés en une débilité crasse : vax contre antivax. Merdias, petits capos du pouvoir, médecins corrompus se torchant le cul avec leur serment d’hypocrite : presque tous s'y sont mis.

Mais pas toi ! Toi mon frère de sang, « mon camarade de combat au sang pur », devrais-je plutôt dire ! Tu es là, droit dans tes bottes de fils de Dieu, un de ses enfants qui refuse que l’on touche à Sa mécanique divine. Oui ! Tu es là, avec moi, et tu réalises juste combien de conneries tu as déjà vu, entendu, vécu, traversé et surmonté depuis ces deux années « couillonavirales ».

Bravo ! Ne change rien, car Celui qui Était, qui Est, et qui Sera, va très prochainement s’occuper de tous ces Mengele de bas étages. Pour ton plus Grand bonheur, il ne t’oubliera pas non plus !

 

À SUIVRE SI ON ME LAISSE ENCORE ECRIRE.

« Victime de mon succès », je fais l’objet d’un déréférencement Sauvage de la part des GAFAM, si vous désirez m’aider, le minimum que vous puissiez faire, c’est de cliquer sur les liens si dessous afin de faire remonter mon référencement. D’avance merci.

Olivier

Suite ici :

Olivier

Voir les commentaires

Les prophètes du Diable. (Partie 22)

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Le Sionisme aux manettes du monde.

Retour à la première partie : https://vecteur-douceur.over-blog.com/2021/10/les-prophetes-du-diable.partie-1.html

Face à ce constat, il était évident que le gouvernement turc pourrait se sentir obligé de défendre vigoureusement son règne en Palestine et en Syrie. Il était donc urgent pour le Sionisme de convaincre la Turquie qu’il serait important pour elle d’avoir en Palestine et en Syrie un bras armé bien organisé qui résisterait à toute attaque contre l’autorité du sultan.

Côté allemand, le kaiser entreprenait de forger une alliance avec la Turquie dans le cadre de son conflit avec la France et la Grande-Bretagne au sujet du contrôle du Moyen-Orient, le mouvement sioniste se comporta de la même manière auprès de l’Allemagne impériale qui traina à prendre une décision oscillant entre sionisme et sultanat.

Mangeant à tous les râteliers arriva néanmoins 1914.

Le Sionisme était déjà engagé très loin dans son offre parallèle pour enrôler l’Empire britannique dans une entreprise de démolition de l’Empire ottoman avec son aide. Chaim Weizmann, qui devait devenir président de l’Organisation sioniste mondiale, obtint enfin des Anglais ce qu’ils souhaitaient tous. Le 2 novembre 1917, la déclaration Balfour était publiée.

Navigant entre cynisme et contradictions habituelles, les Sionistes éludaient leur véritable intention : l’expulsion total des « non-juifs » de leur « terre ancestrale ». Sur ce point, Britanniques et Sionistes purent se donner la main tant leur comportement fut similaire dans leurs plans pour la population palestinienne.

A l’époque de la déclaration Balfour, l’Empire britannique occupait la majeure partie de l’Empire ottoman au Moyen-Orient. Les Britanniques avaient réussi à enrôler les dirigeants arabes contre les Turcs sous leur direction en échange de promesses sur « l’auto-détermination ». Usant des mêmes stratagèmes, les Anglais avaient aussi réussi à utiliser les sionistes pour obtenir leur soutien contre l’Allemagne impériale.

Un jeu auquel les plus gros capitalistes et banquiers juifs aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne avaient tous répondu présent. Avec Weizmann, ils se préparaient à utiliser la colonisation sioniste de la Palestine comme l’instrument de leur contrôle politique sur la population palestinienne.

La relation méconnue entre le mouvement sioniste et les colons sud-africains constituait un facteur particulier à cet accord secret entre Balfour et la direction sioniste pour bafouer les Palestiniens. Weizmann allait également y jouer un rôle certain par l’intermédiaire de son ami intime et futur Premier ministre de l’Afrique du Sud, le général Jan Smuts.

A la fin du 19e siècle, une importante population juive, venue en particulier de Lithuanie, s’était installée en Afrique du Sud. Le sionisme considérait cette population comme particulièrement sensible aux idées sionistes du fait de son statut déjà établi de colons en Afrique du Sud. En identifiant le Sionisme avec l’idéologie des colons sud-africains, Weizmann était dans la lignée de l’admiration exprimée auparavant par Théodor Herzl pour celui dont j’ai déjà beaucoup évoqué le nom dans mes livres : Cecil Rhodes. Un grand ami des Rothschild de l’époque qui représentait pour Herzl la quintessence de l’idéologie coloniale.

Avec les Britanniques, les Sionistes recevaient à présent un soutien sur la base de leur conquête du pays. En 1917 il y avait plus de 50000 juifs en Palestine et 650 000 Palestiniens arabes. En 1922, il y avait plus de 80 000 juifs pour 660 000 Arabes. En 1931, il y avait 175 000 juifs et 750 000 Arabes. Néanmoins, bien qu’une grande partie des capitaux juifs étaient alloués aux zones rurales, et malgré la présence des militaires anglais et, comme en France actuellement, l’immense pression exercée par la machine administrative en faveur du sionisme, il n’obtinrent que des résultats minimes en ce qui concerne la spoliation des terres.

De fait, ils asphyxièrent sérieusement les paysans autochtones en dégradant le statut de la population rurale arabe. L’acquisition sioniste de terres agricoles ou urbaines passa de 30 000 hectares en 1929 à plus de 110 000 hectares en 1930. Ces pourcentages achetés étaient insignifiants mais ciblés, car l’expropriation de presque un tiers de la terre arable conduisit à un appauvrissement sévère des paysans arabes et des bédouins. En 1931, 20 000 familles paysannes avaient été évincées par les sionistes.

Les Britannique encourageaient la déstabilisation économique de l’économie palestinienne grâce à un statut privilégié des capitaux juifs, leur accordant 90 % des concessions en Palestine. De quoi en arriver rapidement à phagocyter toute l’infrastructure économique du pays. Comment réalisèrent-ils cela ?

Les importations pour l’industrie sioniste étaient exemptées de taxes. Et le tout était assorti d’un Code du travail discriminatoire pure émanation de l’apartheid sud-africaine à l’encontre des arabes. Le résultat en serait un chômage à large échelle et des conditions inférieures au niveau de vie moyen pour les arabes. Arriva donc ce qui devait arriver comme chez nous très prochainement (C’est d’ailleurs ce qu’ils veulent).

Un vaste soulèvement palestinien commença et dura de 1936 à 1939. Les paysans quittèrent leurs villages pour rejoindre le maquis qui se formait dans les montagnes. Les nationalistes arabes de Syrie et de Jordanie participèrent bientôt à la bataille. La réaction britannique fut immédiate et extrêmement brutale, une vaste répression se déchaîna.

Quiconque était suspecté d’organiser ou de sympathiser avec la grève générale ou tout autre acte de résistance était emprisonné. On fit sauter les maisons dans toute la Palestine. Une grande partie de la ville de Jaffa fut détruite le 18 juin 1936 par la perfide Albion, laissant 6 000 personnes sans abri. Les habitations dans les communautés environnantes furent également détruites.

A la fin de l’année 1937 et au début 1938, cependant, et comme pour l’oncle Sam en Afghanistan, les forces britanniques étaient en passe de perdre le contrôle de la révolte populaire armée. C’est à ce moment-là que les Britanniques commencèrent à s’appuyer sur les sionistes déjà plus qu’exécrables contre la population indigène. Ils jouèrent alors un rôle plus important dans l’escalade de la répression qui devait inclure des arrestations massives, des assassinats et des exécutions.

Les sionistes étaient intégrées aux services secrets britanniques et devinrent une sorte de milice SS, l’organe de police d’une répression britannique draconienne. Une « Force » fut établie pour fournir une couverture à la présence armée sioniste encouragée par les Britanniques. En été 1937, elle fut baptisée Force de défense des colonies juives, puis, plus tard, Police de la colonie.

Ben Gourion la considérait alors comme un « cadre » idéal pour l’entraînement de la Haganah. Quant à l’Irgoun, elle serait une organisation armée de la droite sioniste en Palestine mandataire, née en 1931 d’une scission de la Haganah, et dirigée à partir de 1943 par Menahem Begin. C’est un officier britannique du nom de Charles Onde Wingate, qui en avait la responsabilité, et fut en fait le fondateur de l’armée israélienne. Il entraîna des personnages comme Moshe Dayan pour le terrorisme et l’assassinat.

En 1947, il y avait 630 000 juifs et 1 300 000 Palestiniens arabes. Ainsi, à l’époque de la partition de la Palestine par les Nations Unies en 1947, les juifs représentaient déjà plus de 30 % de la population. C’est cette décision de partition de la Palestine qui allait (bibliquement) redonner vie à la Bête. Elle fut mise en avant par les grandes puissances impérialistes et Staline, donnant près de 55 % des terres cultivables au sionisme.

Bien avant que l’Etat d’Israël ne soit établi, l’Irgoun et la Haganah s’étaient déjà emparés des 3/4 des terres et avaient expulsé tous ses habitants dans des conditions atroces. En 1948, il y avait 475 villes et villages palestiniens. 385 d’entre eux furent entièrement démolis. 90 ont continué à exister, mais privés de leurs terres. Dès cette époque, le « rapport Koenig » exprimait très limpidement cette politique de terre brulée avec brutalité « Nous devons utiliser la terreur, l’assassinat, l’intimidation, la confiscation des terres et la suppression de tous les services sociaux pour débarrasser la Galilée de sa population arabe. »

Plus tard, dans les années soixante, les propos se firent encore plus explicites. Raphaél Eitan, chef d’état-major des Forces armées israéliennes, proclamait ainsi : « Nous déclarons ouvertement que les Arabes n’ont aucun droit à s’établir ne serait-ce que sur un centimètre d’Eretz Israël. Vous autres bonnes âmes et modérés devriez savoir que les chambres à gaz d’Adolf Hitler seraient pour eux un palais de récréation... La force est la seule chose qu’ils comprennent et qu’ils comprendront jamais. Nous utiliserons la force extrême jusqu’à ce que les Palestiniens viennent nos pieds en rampant. »

Ce « brave homme » précisa même au Comité de la Knesset pour les Affaires étrangères et la Défense : « Lorsque nous aurons pacifié le pays, tout ce que les Arabes pourront faire ce sera de tourner en rond comme des cafards drogués dans une bouteille. »

Mais revenons à des faits plus « serins ». Ben Gourion est le fondateur de l'État d'Israël, dont il proclamera l’indépendance le 14 mai 1948. Il en sera Premier ministre de 1948 à 1954 et de 1955 à 1963. Il sera le deuxième Premier ministre, après Benyamin Netanyahou, à être resté le plus longtemps en fonction.

Ce « brave homme » ne tardait pas d’éloge concernant son rôle. C’est donc lui  qui formula très clairement la stratégie sioniste: « Après être devenus une force importante grâce à la création de l’Etat, nous abolirons la partition et nous nous étendrons à toute la Palestine. L’Etat ne sera qu’une étape dans la réalisation du Sionisme et sa tâche est de préparer le terrain à l’expansion. L‘Etat devra préserver l’ordre - non par le prêché mais par les mitrailleuses. »  

Et c’est en mai 1948 qu’il présenta toutes ses « joyeusetés » à l’état-major suprême : « Nous devrions nous préparer à lancer l’offensive. Notre but c’est d’écraser le Liban, la Cisjordanie et la Syrie. Le point faible c’est le Liban, car le régime musulman y est artificiel et il nous sera facile de le miner. Nous y établirons un Etat chrétien, puis nous écraserons la Légion arabe, éliminerons la Cisjordanie ; la Syrie tombera dans nos mains. Nous bombarderons alors et a avancerons pour prendre Port-Saïd, Alexandrie et le Sinaï. »

Les Palestiniens seront effectivement chassés. Entre le 29 novembre 1947, lorsqu’un repère de francs-maçons nommé les Nations Unies divisa la Palestine, et le 15 mai 1948, lorsque l’Etat fut formellement proclamé, sionistes et milices s’étaient déjà emparés de 75 % de la Palestine, en chassant 780 000 pauvres Palestiniens. Ce fut un carnage trop souvent éludé : une succession de massacres permanents au fur et à mesure que les villages étaient balayés l’un après l’autre. La tuerie avait pour but de susciter l’effroi et pousser la population à fuir pour sauver sa vie. Le commandant de la Haganah, Zvi Ankoni, décrira la « chose » : « J’ai vu des parties génitales tranchées et des femmes éventrées... C’étaient des meurtres purs et simples. »

À SUIVRE SI ON ME LAISSE ENCORE ECRIRE.

« Victime de mon succès », je fais l’objet d’un déréférencement Sauvage de la part des GAFAM, si vous désirez m’aider, le minimum que vous puissiez faire, c’est de cliquer sur les liens si dessous afin de faire remonter mon référencement. D’avance merci.

Olivier

Suite ici : https://vecteur-douceur.over-blog.com/2021/11/les-prophetes-du-diable.partie-23.html

Voir les commentaires

Les prophètes du Diable. (Partie 21)

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Le Sionisme aux manettes du monde.

Retour à la première partie : https://vecteur-douceur.over-blog.com/2021/10/les-prophetes-du-diable.partie-1.html

Depuis la vaccination qui y fait des ravages, de plus en plus d’Israéliens se rendent compte que le Sionisme ressemble à s’y méprendre à ce fascisme de l’Allemagne Nazie. N’oublions jamais qu’Hitler a été porté au pouvoir par la finance Anglo-Américaine, un événement historique parmi tant d’autres propre à nous amener vers leur Nouvel Ordre Mondial. Les Juifs d’Europe ont été déracinés, volés et massacrés dans le but de construire la capitale du gouvernement mondial des Rothschild, en Israël.

Depuis, les Américains, le Grand Satan, sont utilisés comme le bras armé propre à éradiquer l’Islam et nous faire embrasser le gouvernement mondial « socialiste » du Messianisme Juif sioniste.

Savoir qu’en réalité Hitler aurait été « le principal sponsor économique de l’État d’Israël » réclame déjà d’avoir su secouer la pulpe du fond d’un enseignement judéo-maçonnique dont on abreuve des générations depuis 1945. Néanmoins selon l’auteur juif de « Le Contrat de Transfert » (The Transfer Agreement), un pacte secret aurait été conclu en Août 1933 entre l’État nazi et les Juifs sionistes allemands et internationaux pour rendre possible le transfert de capitaux, de Juifs et de produits industriels, en Palestine britannique entre 1933 et 1939.

Que nombre de juifs se soient fait endoctriner avec un certain Messianisme n’est pas si étrange. Ce Messianisme-là s'est laïcisé. Depuis plus d’un siècle on leur a dit que le Messie ne sera pas un homme, mais un concept moral et social au service duquel le peuple d'Israël se place. Les Juifs croyants eux-mêmes acceptent cette idée. Pour certains rabbins, et c’est là que les Athéniens s’atteignirent, le Messie c'est le triomphe de la justice, le régime de la Fraternité et de la Liberté, commencé avec la Révolution française qui devait constituer un phare dans la nuit pour toutes les autres à venir.

Cet Israël-là croit que sa tâche est d'apporter au monde une organisation nouvelle : « les Protocoles des Sages de Sion » ; compte rendu du Congrès Sioniste de Bâle en 1897. Le caractère dominant de ce peuple sioniste n'est pas la Foi, mais un esprit qui l'incline presque irrésistiblement vers la subversion de tout et surtout du Christianisme. Mais, ce ne sont pas tous les Juifs qui chérissent ce dessein ; ce sont plutôt les dirigeants politiques et juridiques et leurs adhérents, ainsi que certains de leurs chefs religieux et membres de sociétés secrètes comme cette Maçonnerie conçue de toute pièce par la kabbale juive.

Nombre de penseurs juifs ont reconnu qu’une élite hébraïque s’était mise à rêver dangereusement d’un régime de matérialisme collectiviste à la communiste. Et c’est bien entendu celui que, numérisation à outrance, on désire tous nous imposer.

Ils reconnaissent honnêtement avoir été dupés concernant les événements de Palestine. Pour certains d’entre-eux, chose extraordinaire à lire ou entendre, le Sionisme est une nouvelle forme de Nazisme : « Le Sionisme est spirituellement inspiré par l'idée de vengeance, vieille de 2 000 ans, contre le christianisme. » Comme je l’ai écrit plus haut, le Sionisme remonte à bien longtemps. Seule la bible est à même de nous faire comprendre son émergence révélé comme étant « la Bête ». Celle qui est si chère à notre petit Jupiter.

Le Sionisme, c'est cet esprit mystique et subversif qui a su laisser des traces à travers l'histoire. Il est déjà à l'œuvre chez le roi Hérode et les Pharisiens pour faire mourir Jésus, et parmi les intrigues qui se déroulent durant l'histoire de la Diaspora.

La vie et le développement du Sionisme sont intrinsèquement mêlée à l’histoire européenne mais surtout à celle de la France. C’est vers 1860 qu’un mouvement qui porte le nom « d 'Alliance Israélite » va se faire sentir universellement.

M. Crémieux, « Le Juif Talmudiste », est alors le président de cette Alliance Israélite lorsqu’il déclare : « Un nouveau règne messianique, un nouveau Jérusalem doit prendre la place des empereurs et des papes ». Et c’est peu après, qu’une organisation va prendre en charge ce rapatriement proposé par l'Alliance Israélite. En 1880, « les Amants de Sion » verra le jour.

Il s’agit d’une société fondée en Russie et en Pologne avec pour but de préparer l'implantation de colonies agricoles juives en Palestine, les Kibboutz. Dix-sept ans plus tard, c’est le premier Congrès Sioniste qui se réunira.

Tout comme le font depuis longtemps nos dirigeants de l’ombre en respectant un agenda, le Hongrois Théodore Herzl (1860-1904), sera le fondateur de ce Mouvement Sioniste, mais à un moment précis : le 4 juin 1897, soit précisément 70 ans avant que Jérusalem ne soit reprise début juillet 1967. Comme je l’écrivais dans mon troisième ouvrage paru en 2014, ce « 70 » est une valeur importante.

Preuve que tout est savamment calculé et préparé dans les cryptes, ce « 70 » est relié d'une manière énigmatique à la déportation à Babylone, quand les Juifs en revinrent sous Néhémie pour rebâtir Jérusalem. Ainsi l'émergence de la Bête, le nouvel État d'Israël en 1948, la reprise de Jérusalem et son statut international, etc., tout ceci fut préparé et calculé (kabbale) longtemps à l'avance.

Je rabâche souvent qu’ils sont fous de chiffres et de nombres récurrents. Les dates et les jours de certains événements cruciaux sont ainsi choisis avec soin par Sion. Herzl fut le premier à considérer le retour à Sion comme un problème essentiellement politique qui serait résolu en créant des institutions qui allaient progressivement légitimer la volonté national du peuple Juif. Toute cette lourde machinerie procède ainsi du Congrès Sioniste. Il désigne les dirigeants des principales instances du mouvement : l'Organisation Sioniste Mondiale et, depuis 1929, l'Agence Juive.

Nous y retrouvons de vieilles connaissances, puisque ce Sionisme est depuis longtemps soutenu financièrement par les Rothschild.

Des débuts du Bolchevisme jusqu’à l’apparition d’un curieux fascicule qui allait faire couler beaucoup d’encre et inspirer un certain Adolphe Hitler : « les Protocoles des Sages de Sion », on retrouve toujours et encore la pâte maléfique de cette engeance de banxters apatrides : les Rothschild et leurs capos aux ordres.

Ces protocoles qui, rappelons-le, n’existent pas ! révélaient bel et bien le projet apocryphe d'un vaste complot international de domination Juive mondiale. Il faut détruire et faire disparaître toute trace du Christianisme dans les cœurs des populations ; constituait et constitue toujours un des buts primordiaux des « Protocoles des Sages de Sion ». Communisme et Sionisme fusionnent alors à merveille vers un même but : la destruction du Christianisme et des autres religions propice à l’instauration de leur N.O.M. satanique.

Ceci doit constituer pour nous un point focal majeur quant aux turpitudes qu’on nous fait vivre actuellement. Le Rêve de nos dirigeants, ce qui les fait saliver, c’est ce crédit social à la chinoise avec son PCC qui, comme l’URSS d’un Staline « adore » les religions et surtout les chrétiens qu’ils massacrèrent en masse tout comme les Musulmans et bien d’autres malheureux encore.

Bref il faut être aveugle pour ne pas voir l’extrême convergence idéologique entre le Capitalisme de nos nations dites démocratiques et ce communisme qui, tout deux, maintiennent les mêmes aspirations, là où l’occident semble s’évertuer à vouloir l’appliquer d'une manière plus subtile ou plutôt d’une façon plus hypocrite.

La conclusion est alors simple, claire comme de l’eau de roche : tout comme la Russie de Stars le fut pour son plus grand malheur, nos gouvernements sont AUSSI infiltrés par des agents sionistes pour parachever leur PLAN. Mais leur Messie constituant « l'Antichrist des Évangiles » ; c’est en fait le règne mondial du Sionisme et de son pape Juif qu’ils veulent imposer au monde entier par le biais de leur N.O.M. avec Jérusalem pour capitale.

Fait curieux, constituant en partie cette fameuse apostasie des temps de la fin, ce Sionisme révolutionnaire avec sa fraude, ses mensonges, ses vols, ses meurtres, et moult intrigues politiques et religieuses, est salué par certains chrétiens comme le sauveur divin.

Ils n’y voient qu’un peuple réprouvé qu'ils considèrent être le peuple élu de Dieu. Ils sont remplis d'admiration voire d’adoration pour cette nation diabolique avec sa Jérusalem prostituée comme l’indique les prophètes. Ainsi, plus de la moitié des richesses mondiales et bien plus encore depuis leur covid-19, appartiennent à une poignée de banquiers Juifs talmudistes.

Ils appartiennent tous à la loge des loges : le Bnai-Brith au travers de laquelle ils règnent en maîtres sur la Franc-maçonnerie mondiale, à laquelle tout comme nous le rappelait un ex-président français du nom de Hollande tout politicien carriériste (pléonasme) se doit d’appartenir.

Comprenez-vous alors pourquoi voter ne sert à rien, pourquoi attendre celui qui va vous aider est un leurre maçonnique blackboulant la vérité et chargé de vous hypnotiser et vous rendre inactif. Toutes les directives viennent du sommet de la pyramide talmudiste. Elle veille à ce que nos petits capos machiavéliquement élus mènent bel et bien la politique des États vers la réalisation des préceptes du Talmud.

Nul n’y échappe et surtout pas cette prostituée des derniers jours : le Vatican qui, comme nous l’avons vu dans les chapitres précédents, phagocyté de l’intérieur par Vatican II, entretient des relations financières avec la Banque Internationale Juive de la maison de Rothschild en Angleterre, en France et en Amérique.

Mais le plus extraordinaire dans tout ceci, et alors que le mouvement sioniste a lui-même été en étroite collusion avec le nazisme dès sa conception (vous lisez bien !), c’est qu’il a réussi à s’introniser légataire moral des victimes de l’holocauste.

Ils ont réussi à se draper dans le linceul collectif de six millions de juifs victimes des assassinats de masse des nazis. Comprenez-le, les faits historiques ont été falsifiés, selon une procédure amorcée durant le dernier quart du 19e siècle mais qui se continue aujourd’hui. En niant l’existence du peuple palestinien, le Sionisme cherchait à créer le climat politique nécessaire pour les chasser non seulement de leur terre mais de l’histoire.

Le Sionisme devait rechercher différents appuis pour cette entreprise diabolique : parmi eux, l’Empire Ottoman, l’Allemagne impériale, l’Empire britannique, l’Empire colonialiste français et la Russie tsariste. Les plans sionistes pour le peuple palestinien anticipaient la solution Ottomane (celle des jeunes turques vu plus haut) de la question des Arméniens, qui devaient être massacrés lors du premier grand génocide du 20e siècle.

Moyennant finances, en 1896, Theodor Herzl mit en avant son plan pour pousser l’Empire Ottoman à céder la Palestine au mouvement sioniste. En 1905, lors du 7e Congrès sioniste mondial, ces messieurs durent reconnaître le fait que le peuple palestinien était en train d’organiser un mouvement politique pour l’indépendance nationale à l’égard de l’Empire ottoman. Ceci représentait une menace non seulement pour les Turcs mais également pour les sionistes. En effet, ce mouvement était devenu celui d’une grande partie du peuple arabe.

À SUIVRE SI ON ME LAISSE ENCORE ECRIRE.

« Victime de mon succès », je fais l’objet d’un déréférencement Sauvage de la part des GAFAM, si vous désirez m’aider, le minimum que vous puissiez faire, c’est de cliquer sur les liens si dessous afin de faire remonter mon référencement. D’avance merci.

Olivier

Suite ici :

Voir les commentaires

Les prophètes du Diable. (Partie 20)

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Le Sionisme aux manettes du monde.

Retour à la première partie : https://vecteur-douceur.over-blog.com/2021/10/les-prophetes-du-diable.partie-1.html

"À l’époque, c’était positif, il y avait cette alliance. C’était ça le RPR. " Et aujourd’hui, ajoute Zemmour, le problème c’est que «vous avez les classes populaires qui votent Rassemblement national, vous avez les bourgeois CSP+ et les retraités qui votent LR. L’un et l’autre séparés ne peuvent pas gagner. Donc il faut rassembler, refaire le RPR sociologiquement. »

https://www.youtube.com/watch?v=7LqltbNep_I

Mais cette fois-ci il s’agit de détruire le RN et Marine, et, à partir des ruines du parti fondé par Le Pen père et de LR, construire un parti ou un mouvement de droite, néoconservateur et libéral, enterrant définitivement le gaullisme et toute idée de sortie de l’OTAN, de l’UE et de l’euro. Il ne restera que la lutte verbale contre l’immigration et le discours obsessionnel anti-islam.

Zemmour, favorable à l’euro, à l’Union européenne et au paSS sanitaire SS, ne peut être le candidat des classes populaires. Les laissés pour compte du macro-zemmourisme seront les catégories populaires et les classes moyennes qui n’auront pas d’autre choix que de recourir à la violence pour se faire entendre. D’autant plus que la disparition du RN laisserait les catégories populaires sans parti politique faisant encore mine de les représenter. Il n’y aura plus de soupape.

Zemmour est bel et bien le candidat antisystème soutenu par toute l’oligarchie, de Bolloré-Goldschmidt au New York Times. Lui et ses camarades néoconservateurs travaillaient déjà, depuis 2019, à la réélection d’un nouveau Macron : un caméléon Macron néoconservateur qu’on nous présentera comme néo-souverainiste. Quand bien même Marine serait au second tour face à Macron, Zemmour pourrait appeler à voter pour le président sortant en arguant qu’il l’a influencé et que Marine Le Pen est une incompétente incapable de diriger un État.

Macron/Zemmour, c’est du pareil au même, une poupée Chucky mise en place par les mêmes banxters apatrides. L’équipe de campagne, le pedigree de ceux qui entourent Zemmour valident complètement ma série d’articles. Le candidat Zemmour est soutenu par des macroniens, des sarkozystes et des banquiers de Rothschild.

Libération rapporte que son programme présidentiel serait presque finalisé grâce à certains individus qui lui soufflent à l’oreille, des gens qui veulent rester discrets. Jonathan N., un jeune banquier de chez JP Morgan, proche de Sarah Knafo, est de ceux-là.

Celui dont le journal Libération appartenant à Édouard de Rothschild et Patrick Drahi tait le nom de famille s’appelle Jonathan Nadler, banquier chez JP Morgan qui est passé par la banque Rothschild. L’autre personnage clef est Julien Madar qui vient également de la banque Rothschild et s’occupe de la levée de fonds pour la campagne de Zemmour.

Conclusion : on reprend encore et toujours les mêmes et on recommence jusqu’au bout c'est-à-dire le Grand Reset de tonton Schwab-Rothschild. Le tout sans grande difficulté tant l’inculture générale est grande. En effet, s’intéresser à des sujets comme ceux que je traite depuis plus de dix ans dans mes livres, c’est plus fatigant que de suivre Hanouna ou une série Netflix.

Néanmoins, pendant ce temps, l’élite avance ses pions découvrant chaque jour davantage ce monstrueux clivage fondamental de la société française machiavéliquement instauré, à savoir l’opposition entre peuple et oligarchie. Une oligarchie qui a investi les organes de l’État et l’a transformé en système politique totalitaire, tyrannique ; utilisant la police comme une milice dans sa guerre privée menée contre le peuple.

Derrière cette illusion de la recomposition du clivage politique gauche/droite se cache le loup fabien en embuscade. Beaucoup seront croqués. Débarrassée de l’extrême droite goym et de tout son héritage, la nouvelle droite, appuyée par la finance internationale et représentée par Zemmour, influencera Macron, ramené sur des positions néoconservatrices. C’est la naissance du macro-zemmourisme, qu’on devrait plutôt appeler le macro-sarkozysme.

Cette reconfiguration politique qui consiste à renouveler le bail du Système accentuera l’opposition oligarchie/peuple car les catégories populaires, la France périphérique et les classes moyennes paupérisées n’auront définitivement plus de représentant politique prétendant défendre leurs intérêts.

Zemmour comme Macron valident l’euro, l’Union européenne, l’OTAN, la financiarisation de l’économie, la tyrannie, le paSS sanitaire et tout ce qui s’en suivra. La violence politique augmentera alors en intensité et la désignation de l’ennemi principal (les faux opposants compris) sera facilité.

Voilà globalement le tableau qui se dessine dans cette France qui "résiste" encore et toujours! Revenons à nos moutons ou plutôt à nos morts vivants avec ceux qui trinquent et vont trinquer "grâce" aux  effets secondaires graves du prétendu vaccin et concernant lequel, les salauds sentant le vent tourner : Le Sénat vient de voter l’amnistie des élus, des employeurs et des fonctionnaires !

Souvenez-vous de cette phrase désormais  célèbre : "Responsables mais pas coupables." Elle illustre au mieux l'étique de cette caste de sans couilles.

Si nous prenons la base de données de l'Organisation mondiale de la santé appelée «VigiAccess», qui est de plus est largement sous-estimée, on s'aperçoit qu'en 52 ans, elle a répertorié 847.097 effets indésirables des vaccins de la grippe dans le monde, soit une moyenne de 16.290 par an. En moins d'un an cette même base répertorie..... 5,3 MILLIONS D'EFFETS INDÉSIRABLES des vaccins Covid !!! https://theexpose.uk/2021/10/09/who-database-shows-8-times-more-adverse-reactions-covid-vaccines-than-influenza-vaccines-in-52-years/

De quoi apporter de l'au au moulin Deagel !

Mais entrons plus avant dans l'idéologie de ceux qui ne veulent que notre "bonheur". Beaucoup pensent que l'idéologie sioniste n'est qu'une doctrine politique encourageant la création d'un état juif en Palestine. En fait le Sionisme est une idéologie suprématiste tribale, raciste et coloniale qui trouve son origine dans l'ancien empire des Khazars. Ainsi, la naissance de l’État d’Israël en 1948 n’aura constitué que l’aboutissement d’intrigues politiques massives entre des juifs khazars et leurs coreligionnaires d’Angleterre et des USA.

Le droit de l’État sioniste à cette terre s’appuie sur une loi internationale (une résolution de l’ONU de 1947 sur la répartition de la Palestine). Il ne s’appuie donc aucunement sur une quelconque origine du peuple juif. Cette résolution a été obtenue de force par les Khazars-Ashkénazes. L'État d'Israël moderne n’a donc aucun rapport avec l'ancienne nation d'Israël sous l'Ancienne Alliance. Le Sionisme est ainsi ce faux Messie qui, par substitution, vient calmer d'anciennes aspirations judaïques ou talmudiques qui étaient communes depuis les Pharisiens.

Comme je l’explique en détails dans les deux tomes du Centième Gueux, toute la mythologie millénariste née à partir du milieu du 19e siècle et entretenue par le Congrès sioniste du retour en Palestine tombe donc à plat grâce au travail de certains érudits.

En 2009, Shlomo Sand a publié « Comment le peuple juif fut inventé ». Ce professeur d’histoire à l’université de Tel-Aviv a fait un travail de recherche remarquable et en est arrivé à la conclusion qu’il n’y aurait pas de « peuple juif » descendant des Hébreux de Palestine. En effet, l’Histoire officielle veut que : résultant d’une déportation orchestrée par Rome après la destruction du deuxième temple en 70, par les troupes de l’empereur Titus, les juifs se soient trouvés éparpillés un peu partout (diaspora). Or, l'archéologie et l'historiographie ne corroborent en rien ce récit. Il va de soi que la véracité de son propos remet en question la création même de l’État qui a pris pour nom ISRAËL.

Issu d’une famille juive hongroise, Arthur Koestler (1905-1983) est un romancier, journaliste et essayiste, naturalisé britannique. Notons au passage qu’il en était arrivé aux mêmes conclusions. La treizième tribu est un de ses livre publié en 1976. Il y défend la thèse selon laquelle les Juifs d'Europe de l'Est et leurs descendants, c'est-à-dire les Ashkénazes, ne descendent pas (ou peu) des anciens Israélites, mais principalement des Khazars.

Koestler se réfère aux travaux de l'historien israélien Abraham N. Poliak (1910-1970), un historien israélien, professeur à l'Université de Tel Aviv depuis sa création, professeur d'histoire médiévale et fondateur du département d'histoire du Moyen-Orient.

Mais revenons à Shlomo Sand. Selon lui, on en arrive à cette aberration suprême qu’aujourd’hui plus de 95% des Sémites sont les Arabes. Les juifs sémites sont une part infime. Il affirme que les Ashkénazes descendent du peuple Khazar converti au judaïsme au 8e siècle, eux comme les Séfarades n’ont aucun lien avec la Palestine.

Le Sionisme est un mouvement politique promu depuis la fin du 19ème siècle par des Anglais et des Khazars. On l’associe trop souvent au judaïsme, et aux « juifs ». Il a été promu en Angleterre, pour servir de tête de pont au Proche-Orient (en faisant l’affaire des Rothschild en premier lieu). Dans ce méli-mélo, fort heureusement beaucoup de juifs sont absolument contre l’état d’Israël. Ils sont donc antisionistes, comme beaucoup de GOYM partout dans le monde.

En effet, c’est l’intelligence et l’amour de son pays qui doivent pousser tous les antisémites qui en fait n’en sont pas pour la plupart, à lutter contre des Attali, des BHL et des Zemmour.

Comprenez ainsi l’intérêt qui pousse un BHL à demander à l’ONU de considérer l’antisionisme comme de l’antisémitisme.

Tout s’éclaire rapidement loin de ceux qui sont à l’origine de ces « Lumières » qui ravissent tant un certain Macron lorsqu’il lance ses « Les Lumières à l'ère numérique » avec une commission d'experts chargée d’éradiquer les « vilains complotistes ». Ces gens-là ne doutent vraiment de rien lorsqu’ils vantent la politique israélienne d’ultra-droite, d’apartheid ethnique, tandis qu’en France ils n’ont de cesse de diaboliser toute tendance anti-européiste (donc souverainiste, ou nationaliste).

À SUIVRE SI ON ME LAISSE ENCORE ECRIRE.

« Victime de mon succès », je fais l’objet d’un déréférencement Sauvage de la part des GAFAM, si vous désirez m’aider, le minimum que vous puissiez faire, c’est de cliquer sur les liens si dessous afin de faire remonter mon référencement. D’avance merci.

Olivier

Suite ici : https://vecteur-douceur.over-blog.com/2021/11/les-prophetes-du-diable.partie-21.html

Voir les commentaires

Les prophètes du Diable. (Partie 19)

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Le Sionisme aux manettes du monde.

Retour à la première partie : https://vecteur-douceur.over-blog.com/2021/10/les-prophetes-du-diable.partie-1.html

Pour l’instant, avec ou sans Deagel, avec ou sans covid-19, vaccinés ou pas, en Gaule occupée, où allons-nous ?

Pendant que le paquebot France prend l’eau de partout et que ses passagers sont aux abois, le spectacle pré-électoral a déjà bien commencé, et les grandes manœuvres en coulisse également. Ceux qui tirent encore et toujours les ficelles restent ceux décrits plus haut (La Bête).  Les différents tambouilles qui ont précédé cette couillonade sont occultées par ce brouhaha médiatique.

Depuis septembre 2019, en parallèle avec covid-19, Éric Zemmour est omniprésent dans les médias, tandis que l’on entendait rarement parler de Marine Le Pen. Aujourd’hui les chaînes de télévision, les journaux et les radios ne parlent plus que de lui tandis qu’il se dit censuré. Ce type d’opération promotionnelle et politique est décidée en haut lieu (Macron lui-même). Ainsi, comme en ce qui concerne couillonavirus, tout ça sent le coup préparé longtemps à l’avance.

Tout comme le fut Sarkozy en son temps, celui qui nous disait que nous irions content ou pas vers le NOM, Zemmour est plus que sponsorisé par les milliards de Vincent Bolloré-Goldschmidt, propriétaire du groupe Canal+. Zemmour a même fait sa rentrée sur CNews avec sa propre émission, Face à l’info, le 14 octobre 2019.

Huit mois plus tôt, le 6 février 2019, c’est le grand journal central de la gauche juive américaine : le New York Times qui lui avait consacré 20 pages. Parlons maintenant d’un autre type de propulsion, au diésel celui-là.

Hier propulsée par son père à la tête du Front national au détriment de Bruno Gollnisch et promue par l’appareil médiatique, Marine Le Pen est aujourd’hui marginalisée par ces mêmes médias qui organisent, pour le compte de l’oligarchie, son grand remplacement par Éric Zemmour. Mais ce n’est que la partie émergée d’une vaste opération du Système visant à renouveler son bail et faire réélire le golem attalien, Emmanuel Macron.

Tout doit rester dans l’ombre de la jolie plastique de Sarah Knafo sur laquelle Zemmour semble jeter un regard concupiscent, pendant que la presse donne l’impression de s’acharner sur lui. Jusqu’à présent, Mélenchon jouait à gauche le même rôle que Zemmour à droite. L’union du duo Zemmour/Mélenchon a été officialisé le 23 septembre 2021 par le milliardaire israélien Patrick Drahi, BFM TV, qui a organisé un débat au format «élections présidentielles », minutés. Là encore, cela a été une façon d’exclure Marine Le Pen et de la remplacer par Zemmour.

Voilà ce qu’il en coûte d’avoir voulu se mettre à jour sur la Shoah. Je m’explique ! Comme dans les James Bond, Marine était prévue dès le départ pour imploser. Alors qu’elle s’apprêtait à prendre la tête du Front national, en 2011, les médias et papa l’encensaient, la présentant comme meilleur pour le FN. En réalité, sa mission était de le tuer, de dévaloriser ce que son père incarnait, et vider le Front national de sa substance. Jusqu’alors, le Front national était le réceptacle des électeurs déçus des partis politiques traditionnels.

Marine Le Pen pensait alors que son salut et celui du FN passaient par la dédiabolisation du parti. Et c’est l'avocat Gilles-William Goldnadel, un des représentants d’Israël en France, qui lui a alors conseillé « sinon de tuer le père, au moins de se mettre à jour avec la Shoah. » Ce qu’elle a fait tendant alors la main à cette communauté dont il vaut mieux être l’allié.

Pour ceux qui auraient encore un doute, il suffit de lire un article du 1er avril 2016 publié dans L’Express (propriété de Patrick Drahi) qui vendait la mèche tant son titre désignaient ceux à qui il faut plaire pour être admis dans le sérail républicain : « Comment Marine Le Pen cherche à séduire la communauté juive.

https://www.lexpress.fr/actualite/politique/fn/comment-marine-le-pen-cherche-a-seduire-la-communaute-juive_1777887.html

"Le soutien de la communauté juive, par sa puissance symbolique, est un enjeu majeur de la dédiabolisation du FN. Sa présidente travaille au corps les réseaux pour être un jour reçue avec les honneurs en Israël. " L'Express.

À en croire l’article de L’Express, je n’invente donc rien, il existe bel et bien de puissants réseaux juifs qui exercent une influence sur la politique française. Mais Goldnadel n’était pas le seul représentant de la communauté organisée à avoir des intentions concernant le FN et sa dirigeante en quête de blason. Plus discret était Richard Abitbol, celui qui dirige la Confédération juive de France et amis d’Israël, et une loge du B’nai B’rith (la loge Deborah Sam Hoffenberg).

En effet, dans un texte publié en 2015 sur le site de sa Confédération, Richard Abitbol acclamait le laïus de son coreligionnaire Roger Cukierman sur « l’irréprochabilité de Marine Le Pen ». Nous avons bel et bien là la preuve que la loge des loges : la franc-maçonnerie juive, le B’nai B’rith (« Les fils de l’alliance » en hébreu) était à la manœuvre pour régler son compte au Front national. Ce que n’a pas compris Marine, qui s’est suicidée en voulant se faire plus blanche que blanche devant le « Saint des saints » au point de ressembler à LREM. Mais à ce jeu des chaises musicales, le ripoublique n’a pas besoin d’un Macron bis ; d’où son remplacement par Zemmour.

De plus, le CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France) règne aussi en Maître sur la République française. Son président, Roger Cukierman, avait donc fait momentanément miroiter à Marine Le Pen l’ouverture à une certaine respectabilité.

Et finalement, Roger Cukierman, le Caïphe de la République qui s’est substitué au pape, a changé d’avis. À ce jeu de chaises, Marine a retiré celle de son père, qu’elle a exclu de son propre parti, et Marion celle de sa tante, qu’elle trahie à son tour au profit de Zemmour, et pour finir le patriarche retire la chaises aux deux par son soutien à Zemmour.

Mais où se trouve alors la récompense pour service rendu ? Pourquoi vouloir se débarrasser de la fille et de la petite-fille Le Pen (après utilisation) alors qu’elles sont soumises ? Parce que chez ces gens-là, madame et monsieur, on ne pardonne pas : jamais !

Dans le religion juive, les enfants sont tenus responsables des méfaits de leurs aïeux sur plusieurs générations. Ils ne sont toujours pas sortis de l’archaïsme tribal, la responsabilité individuelle n’existe pas ; une famille, un peuple, un pays, une civilisation est coupable ad vitam æternam des « fautes » et « crimes » de leurs aïeux, de leur concitoyens et coreligionnaires.

J’en parle abondamment dans mes livres et notamment les deux tomes du Centième Gueux. J’y explique la rhétorique des certains rabbins qui, pour la plupart, se réjouissent de ce que les intégristes nous font subir à nous : Edom. Il s’agit donc de détruire la maison Le Pen comme doit l’être celle d’Edom (Rome) ; la communauté juive organisée ne raisonne pas exclusivement en termes de tactique politique mais selon une doctrine religieuse.

Entre alors en lisse celui qui doit pourtant son siège à la mairie de Béziers au FN. Robert Ménard : celui qui, entre les deux tours de la présidentielle de 2017, attaquait, comme le faisait Zemmour, le programme économique de Marine Le Pen.

Le maire de Béziers et ancien secrétaire général de Reporters sans frontières financé par George Soros et la CIA rêve de voir Zemmour à l’Elysée. Voir concernant ce sujet le livre de Pierre-Antoine Plaquevent, Soros et la Société ouverte : Métapolitique du globalisme, Le Retour aux Sources, 2018, pp. 56-59 parue en 2020 aux éditions Culture & Racines.

Ménard contribue, et depuis un moment, à établir une union des droites pour siphonner partiellement l’électorat de Marine Le Pen. L’idée est de réitérer l’exploit de Nicolas Sarkozy qui avait, grâce à Patrick Buisson, attiré à lui une partie de l’électorat du Front national en 2007. Lors d’une interview accordée le 27 septembre 2021 à Sud Radio, Zemmour disait que son objectif était de faire renaître le RPR, c’est-à-dire opérer la jonction entre l’électorat de LR et celui du RN : « Le RPR c’était une synthèse entre les classes populaires de droite, qui ne votaient pas pour les communistes, et la bourgeoisie. Entre le petit artisan, le petit commerçant et les grands commis de l’État, ce qu’on appelle aujourd’hui les technocrates.

À SUIVRE SI ON ME LAISSE ENCORE ECRIRE.

« Victime de mon succès », je fais l’objet d’un déréférencement Sauvage de la part des GAFAM, si vous désirez m’aider, le minimum que vous puissiez faire, c’est de cliquer sur les liens si dessous afin de faire remonter mon référencement. D’avance merci.

Olivier

Suite ici : https://vecteur-douceur.over-blog.com/2021/11/les-prophetes-du-diable.partie-20.html

Voir les commentaires

Les prophètes du Diable. (Partie 18)

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Le Sionisme aux manettes du monde.

Retour à la première partie : https://vecteur-douceur.over-blog.com/2021/10/les-prophetes-du-diable.partie-1.html

Expliquant en partie cette idée de suicide énoncé plus haut, il convient de savoir que bien plus que les Soviétiques lorsque le bloc s’est effondré, le niveau de vie américain est l’un des plus élevés au monde. Au moins, les jeunes peuvent migrer, mais lorsque les vieux voient leur retraite disparaître sous leurs yeux et qu’il n’y a pas ou plus d’emplois de service, vous pouvez imaginer ce qui va se passer ensuite. Ceux qui sont nés juste après la Seconde Guerre Mondiale, sont ceux qui auront vécu le plus longtemps. Jamais dans l’histoire humaine, il n’y a eu autant d’anciens dans la population. Voilà pourquoi la chute de l’Oncle Sam devrait être pire que celle de l’Union soviétique, avec un résultat bien plus dévastateur expliquant cette détresse sans nom.

Comme l’indique le rapport Deagel, nous allons assister au principe des vases communicants. De nombreux pays vont voir augmenter leur population brute en raison de l’immigration tandis que leur population indigène va fortement diminuer. Après deux millénaires d’une civilisation occidentale construite autour de la mer Méditerranée et se déplaçant vers l’Europe du Nord, le milieu du 20e siècle aura vu des populations importantes se déplacer vers un axe atlantique pour finalement se concentrer sur les États-Unis.

La prochaine étape sera sans doute centrée sur l’Asie avec la Russie et la Chine au sommet, les zombies étant en quête d’un « crédit social à la chinoise ».

Historiquement, un changement dans le paradigme économique a entraîné un nombre de morts qui est rarement souligné par les historiens. Lorsque la transition des zones rurales vers les grandes villes s’est produite en Europe, de nombreuses personnes incapables d’accepter le nouveau paradigme se sont suicidées.

Quoi qu'il en soit, retenez bien que Deagel prévoit une dépopulation mondiale massive de 50 à 80% d’ici 2025 et même en Gaule. Et concernant ces chiffres accablants, je vous avais promis une autre piste que l’économique : la voici. Ceux qui me lisent régulièrement la pressante déjà, je réserve donc ce développement aux nouveaux venus.

Je ne suis pas le seul à penser que les « vaccins », ces fameuses thérapies géniques, ont été conçus pour contenir l’élément même qui va contribuer à créditer ces chiffres accablants, en tuant les gens. Sous l’apartheid, en Afrique du Sud (toujours orchestré par les mêmes), des chercheurs avaient conçu des vaccins autoreproducteurs spécifiques à la race. Ils étaient destinés à se répandre dans la population noire d’Afrique du Sud et à exterminer les masses qui représentaient une menace pour l’élite au pouvoir.

Aujourd’hui, c’est nous qui sommes les cibles de cette même élite technocratique. Comment ? Par le biais de ces mêmes armes, car l’élite cherche à nous exterminer à l’échelle mondiale, indépendamment de la couleur de la peau ou du pays d’origine.

Imaginez un système d’armement diabolique où les vaccins à ARNm affaiblissent la réparation de l’ADN, et où l’exposition à la 5G (ou exposition chimique dans l’alimentation) fournit l’arme qui brise les brins d’ADN et empêche le corps de maintenir l’intégrité génétique pendant réplication cellulaire.

L'ion peroxynitrite et l'acide peroxynitreux sont connus depuis le début du 20e siècle. Depuis le milieu des années 1990, ces deux entités prennent une importance croissante dans la compréhension de nombreux phénomènes cellulaires, et en particulier dans l'explication du suicide cellulaire, un processus physiologique de mort cellulaire programmée (ou apoptose).

Or l’exposition à la 5G entraîne la production de peroxynitrite dans le sang, un radical libre extrêmement dangereux qui endommage l’ADN des cellules du cerveau et des tissus du corps.

En début de crise j’expliquais que Wuhan était bardée de milliers d’antennes 5G qui, couplées au graphène, produisent exactement les symptômes du covid-19. La présence de la protéine de pointe (spike) inhibe la réparation de l’ADN à la suite de diverses agressions de l’ADN, telles que les radiations, l’exposition chimique ou l’oxydation. L’exposition à la 5G, aux chemtrails, aux produits chimiques alimentaires, la mammographie et même l’exposition au soleil feront des ravages chez ceux qui ont pris des vaccins à ARNm.

Les personnes qui ont pris des vaccins à ARNm subiront une suppression de la réparation de l’ADN, augmentant les expositions qui étaient autrefois considérées comme des problèmes mineurs par rapport à des menaces importantes pour leur santé. La protéine spike du SRAS-CoV-2 est en fait à l’origine des lésions vasculaires chez les patients atteints de covid et chez les personnes ayant reçu le vaccin covid, favorisant les accidents vasculaires cérébraux, les crises cardiaques, les migraines, les caillots sanguins et autres réactions nocives qui ont déjà tué et tuent chaque jour des milliers d’individus. PIRE, contrairement à ce que déclarent tous ces « docteurs Mengele », les protéines spike générées par les vaccins à ARNm ne restent pas dans le muscle de l’épaule, mais se propagent au cerveau, au cœur, aux ovaires, etc.

Le vaccin covid injecte au patient des protéines de pointe, ces dernières provoquent des lésions vasculaires et l’agrégation des plaquettes sanguines, ce qui entraîne la formation de caillots sanguins qui circulent dans le corps et se logent dans différents organes (le cœur, les poumons, le cerveau, etc.), provoquant des décès qui sont attribués à des « accidents vasculaires cérébraux », des « crises cardiaques » ou des « embolies pulmonaires ».

Tous ces accidents sont dus à de multiples et microscopiques thromboses. Preuve qu’ils savent pertinemment ce qu’ils font et provoquent, en Albion, durant une année normale, l’hôpital public dépense 200 millions £ en anticoagulants. Là, ils ont émis un appel d’offre pour 3.2 milliards £ en anticoagulants !!! 

https://contractsfinder.service.gov.uk/Notice/bbec3a9a-168a-46c5-a71d-990c2a8a8212  

Jonas Edward Salk (1914-1995), est le biologiste américain inventeur du premier vaccin contre la poliomyélite. Le prestigieux Salk Institute, fondé par lui a rédigé et publié un article détonant allant à contre-courant de fausse hypothèse de Big Pharma.

L’industrie du vaccin et ses propagandistes déclarent à qui veut l’entendre que la protéine de pointe est « inerte » et inoffensive. Le Salk Institute prouve le contraire. L’institut a identifié la protéine de pointe des vaccins covid comme cause irréfutable des dommages vasculaires et des événements connexes (tels que les caillots sanguins, qui tuent de nombreuses personnes  vaccinés).

Or, les quatre marques de "vaccins" covid actuellement utilisées à grande échelle injectent aux patients la protéine spike ou, par le biais de la technologie ARNm, demandent à l’organisme du patient de fabriquer des protéines spike et de les libérer dans son propre sang. Cela inonde l’organisme du patient de cette même protéine spike.

De plus en plus de chercheurs constatent également que ces protéines spike semblent être excrétées ou transmises des vaccinées aux non vaccinées, provoquant des réactions indésirables chez des personnes qui n’ont jamais été vaccinées elles-mêmes, mais qui ont passé du temps à proximité d’autres personnes qui l’ont été. Nous allons devoir faire face à la vraie pandémie : celle des « vaccins » Covid.

Ceux qui ne mourront pas juste après les injections vont développer de multiples pathologies mortifères (cancers).

Résultat : conscient du fait que l’hécatombe s’intensifie de jour en jour des bruits circulent comme quoi quelques lots de vaccins seraient à incriminer comme étant défaillants. Parmi les très nombreuses déclarations d’événements indésirables rapportés dans les semaines suivant l’injection d’un vaccin anti-Covid et enregistrés dans la base de pharmacovigilance états-unienne VAERS, les autorités dépassées autant que malveillantes voudraient faire croire au peuple que ces événements indésirables graves, et en particulier les décès, se concentrent sur un très petit nombre de lots de vaccins.

Le problème c’est que ces « lots » concernent autant Moderna que Pfizer ou Janssen. Partout où les gens se font vacciner en masse surviennent des catastrophes en chaine : Israël, Royaume Uni, USA, etc. En Ecosse, 82% de tous les décès du Covid-19 sont vaccinés !

Jeudi 28 octobre dernier, le ministère de la Santé de Singapour a signalé plus de 3 400 nouveaux cas d’infections alors que Singapour se trouve dans la liste des pays où le taux de vaccination est très important mais les « affaires » reprennent avec des infections et des hospitalisations avec plus de 80% de vaccinés.

Chez nous, un clown du nom d’Olivier Véran proclame qu’il n’y a pas de personnes victimes d'effets secondaires, et aux Etats Unis on déclare que cela concernerait quelques lots. Alors, pourquoi L’Europe déclare-t-elle timidement avec des chiffes bien en dessous de la réalité 1.000.000 d’effets secondaires dont 5.000 décès justifiant une « proposition de résolution » du Parlement européen sur la création d’un « Fonds européen d’indemnisation des victimes » ?

Le Parlement européen avoue avoir répertorié plus d'un million d'effets secondaires dont 75000 effets neurologiques sérieux avec Pfizer et plus de 5000 décès.

Concernant les effets secondaires il y en a : 435 779 pour le vaccin Pfizer BioNTech, 373 285 pour le vaccin AstraZeneca, 117 243 pour le vaccin Moderna, 27 694 pour le vaccin Janssen. 75 000 personnes auraient souffert d’effets neurologiques sérieux après le vaccin Pfizer.

Concernant les décès il y en a : 4 198 pour celui de Pfizer, 1 053 pour celui d’AstraZeneca, 392 pour le vaccin Moderna, et 138 pour le vaccin Janssen. Sachant que tous ces chiffres sont LARGEMENT minorés.

Un rapport britannique de surveillance des vaccins PHE montrent que les personnes entièrement vaccinées perdent 5% de leur système immunitaire chaque semaine. Les personnes complètement vaccinées souffrent du syndrome d’immunodéficience, connu sous le nom de SIDA. Le système immunitaire s’affaiblit. « Les personnes âgées de 40 à 69 ans ont déjà perdu 40% de la capacité de leur système immunitaire et le perdent progressivement à raison de 3,3% à 6,4% par semaine », explique The Exposé.

Les plus défavorisés seront les 40 à 49 ans, souffrant d’une perte totale du système immunitaire en 9 semaines. Le meilleur est la population des jeunes, qui atteindra la perte totale pendant environ 44 semaines. « Toute personne de plus de 30 ans aura perdu 100 % de sa capacité immunitaire (contre les virus et certains cancers) en six mois », prévient The Exposé. « Les 30-50 ans l’auront perdu d’ici Noël. Ces personnes auront alors effectivement un syndrome d’immunodéficience acquise à part entière.

Et contrairement à tout ce que ces assassins vaccinolatres proclament haut et fort, une 3e dose ou plus du vaccin « booster » ne fera qu’accélérer le processus de mort.

« La protéine de pointe détourne vos mitochondries… pour toujours », a écrit un rédacteur de The Exposé. Les mitochondries constituent le cœur de notre système immunitaire. Les protéines de pointe sont alors des armes biologiques qui font en sorte que votre propre système immunitaire devienne une arme mortelle se retournant contre vous. C’est le VIH sous stéroïdes.

Mais preuve que rien ne les arrêtent et que le but non avoué est tout sauf sanitaire, on veut nous imposer une 3e dose voire plus et chose abjecte en arriver à la vaccination de nos enfants.

Même BFM poubelle semble effectuer du rétropédalage lui qui déclare dans un tweet que les services pédiatriques de l’hôpital Necker sont dépassés en neuropédiatrie avec plus de six heures d’attente. Tout ça n’empêche pas nos dirigeants de commander par millions d’euros des doses et des doses à la santé du contribuable exsangue. Cette société pu la merde à tous les étages avec un niveau de corruption et d’hypocrisie jamais atteint.

Sachez-le et retenez ce nombre faramineux, rien que Pfizer à réaliser 34 milliards de dollars de bénéfice en vendant sa MERDE à Bruxelles !

Alors qu’un député européen plus courageux que les autres a demandé à voir les contrats signés avec l'industrie pharmaceutique, on lui a présenté un texte presque entièrement noirci. Cette fraude abjecte et de grande ampleur implique Big Pharma dans son ensemble. Néanmoins, la société pharmaceutique Pfizer semble tirer le pompon avec son sous-traitant, la société Ventavia Research Group chargée des essais cliniques.

Les données des essais du Pfizer à l’automne 2020 ont été falsifiées. La Food and Drug Aministration (FDA), a révélé LE SCANDALE par le biais du British Medical Journal.

Il n’empêche que Pfizer et Moderna faisant actuellement des pieds et des mains pour obtenir une autorisation de mise sur le marché de leurs produits pour les enfants de moins de 12 ans. C’EST DESORMAIS CHOSE FAITE. Rien ne semble vouloir arrêter Pfizer qui commercialise désormais son vaccin expérimental auprès des enfants en leur promettant qu'ils développeront des « superpouvoirs » et deviendront des « super-héros » s'ils le prennent. https://twitter.com/i/status/1456159283712864257

Ils ont vacciné les ados et les adultes, maintenant ils s'attaquent aux enfants. Pfizer a soumis des documents à la FDA concernant le vaccin pour enfants. Page 14 figure quelque chose de troublant.

Pfizer utilise la trométhamine (Tris) au lieu de la solution saline tamponnée phosphate (PBS) dans sa substance destinée aux enfants de 5 à 11 ans. Pour rappel, la trométhamine (Tris) est un réducteur d'acide sanguin qui est utilisé pour stabiliser les personnes ayant des crises cardiaques.

Alors, veulent-ils nous amener à ça ? https://youtu.be/gNVqRC4mcSI pour ceux qui résisteront aux nombreuses piquouzes. Quant aux autres, puisque tout est prévu longtemps à l’avance, vous trouvez-là l’explication du rapport Deagel !

À SUIVRE SI ON ME LAISSE ENCORE ECRIRE.

« Victime de mon succès », je fais l’objet d’un déréférencement Sauvage de la part des GAFAM, si vous désirez m’aider, le minimum que vous puissiez faire, c’est de cliquer sur les liens si dessous afin de faire remonter mon référencement. D’avance merci.

Olivier

Suite ici : https://vecteur-douceur.over-blog.com/2021/11/les-prophetes-du-diable.partie-19.html

Voir les commentaires

1 2 > >>