Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Comment Rockefeller a fondé Big Pharma et a fait la guerre aux remèdes naturels. (suite 1)

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Les données sur les taux de mortalité aux États-Unis du début du 20e siècle à 1965 indiquent clairement que l'eau propre, les toilettes à chasse d'eau, les systèmes d'égouts efficaces et les aliments réfrigérés se sont tous combinés pour réduire efficacement la mortalité due aux maladies infectieuses bien AVANT que les vaccins contre ces maladies ne soient disponibles.

L’orgueil de l'Institut Rockefeller en 1918 a conduit à une pandémie qui a tué des millions de personnes, quelles leçons pouvons-nous en tirer et comment pouvons-nous les appliquer à 2020 ?  Comme le déclarait Le sénateur américain Hiram Warren Johnson « La vérité est la première victime de la guerre. » Les Espagnols avaient donc bon dos et la grippe aussi.

Comment est-il possible que l’épisode de Fort Riley, au Kansas, en 1918 ait échappé à l’Histoire ? Ceux qui me lisent ont la réponse ! Repensez-donc à cette phrase de Léon Tolstoï : « L'histoire serait une chose merveilleuse si seulement elle était vraie. »

Si un événement d'importance historique a pu être aussi mal nommé il y a cent ans et ne jamais être corrigé, c’est grâce à l’argent et à la corruption de Big Pharma qui, déjà, il y a plus de cent ans? sévissait et sévit toujours. L'Espagne était l'un des rares pays à ne pas avoir participé à la Première Guerre mondiale. La plupart des pays impliqués dans la guerre ont censuré leur presse.

L’Espagne n’avait pas ce problème et les premiers rapports de presse faisant état de décès de personnes malades en grand nombre provenaient d'Espagne. Les pays en guerre ne voulaient pas effrayer davantage les troupes, ils se sont donc contentés de faire de l'Espagne un bouc émissaire. Les soldats de tous les camps devaient traverser le no man's land sous les tirs des mitrailleuses, ce qui était déjà assez effrayant sans savoir que les tranchées étaient un terrain propice aux maladies.

Croyez-moi ou pas, afin de prévenir de futures catastrophes, le monde devrait examiner attentivement ce qui a réellement causé la pandémie. L'appellation de grippe « espagnole » n'a surement jamais été corrigée parce qu'elle contribue en partie à dissimuler la sombre origine de la pandémie, toujours la même, celle d’une élite richissime, l’ennemi de l’Humanité. Faite donc un parallèle avec ce que nous vivons depuis début 2020 : le Covid-19 est nommé par certains « grippe de Wuhan ».

La grippe dite « espagnole » a bien débuté sur les lieux mêmes où ce vaccin bactérien expérimental a été administré. Mais il fallait une prière, un mantra récité à Mammon le dieu de l’argent de ces lucifériens. Et celui de « les vaccins sauvent des vies » sonnait nettement mieux que : « une expérience vaccinale originaire des États-Unis a causé la mort de cinquante à cent millions de personnes. »

Je l’explique clairement dans le premier chapitre du Centième Gueux Tome 1, si notre médecine occidentale a quelques bons points, et est excellente en cas d’urgence, il est néanmoins plus que nécessaire que les gens réalisent que cette médecine allopathique est axée sur les drogues, les narcotiques, les radiations, la chirurgie et les médicaments qui sont à la base une création de Rockefeller.

John D. Rockefeller (1839-1937) était un magnat du pétrole, le premier milliardaire des États-Unis et un monopoliste de naissance. Au début du 20e siècle, il contrôlait 90% de toutes les raffineries de pétrole des États-Unis par l’intermédiaire de sa compagnie pétrolière, Standard Oil, qui fut plus tard démembrée pour devenir Chevron, Exxon, Mobil, etc.

Vers 1900, les scientifiques découvrent les « pétrochimiques » et la capacité de créer moult produits chimiques à partir du pétrole. Ils découvrent diverses vitamines et devinent alors que de nombreux médicaments peuvent être fabriqués à partir de pétrole. Sur ce, l’ami Roro va se jeter sur l’aubaine comme une tique assoiffé de sang frais. Ce vampire y voit là une formidable opportunité : la capacité de monopoliser les industries pétrolière, chimique et médicale en même temps !

Mais avant de singer la nature et vouloir tout breveter à volo afin de réaliser des profits élevés, il convenait de supprimer les gêneurs. Les médecines à base de plantes étaient très populaires en Amérique à cette époque. Près de la moitié des médecins et des facultés de médecine des États-Unis pratiquaient la médecine holistique.

Roro va trouver SA solution en créant un problème comme viennent de le faire ses coreligionnaires avec le Covid-19. La peur était déjà là le vecteur incitatif.

Abraham Flexner, issu de la prestigieuse Fondation Carnegie, le magna de la sidérurgie, allait être dépêcher à travers tous les Etats Unis. Il voyagerait à travers le pays et ferait son rapport sur l’état des collèges médicaux et des hôpitaux du pays. Et c’est ainsi que sur la base de ce rapport Flexner allait naître la médecine moderne. Plus de la moitié de tous les collèges médicaux seraient fermés et l’homéopathie et les médecines naturelles diabolisées et ses médecins emprisonnés.

Bill Gates n’a rien inventé avec ces subventions à l’OMS. Pour « aider » à la transition et changer l’esprit des scientifiques, Rockefeller donnera plus de 100 millions de dollars aux collèges et hôpitaux. De plus, tout comme Gates, il va fonder un groupe de façade philanthropique appelé « General Education Board » (GEB).

Et croyez-moi, argent faisant, il faudra très peu de temps afin de rationaliser et homogénéiser la nouvelle médecine. Tous les étudiants apprendront la même chose, et la médecine de Roro consistera à utiliser des médicaments brevetés. 100 ans plus tard, cela produit toujours des médecins qui ne connaissent rien aux bienfaits de la nutrition ou des herbes ou à des pratiques holistiques. Nous avons une société entière qui est asservie aux entreprises pour son bien-être.

Il n’y a pas de remède contre le cancer, le diabète, l’autisme, l’asthme ou même la grippe. Il y a des petites pilules. Pourquoi y aurait-il de vrais remèdes contre tout et même ce fichu cancer ? Roro y a bien pensé puisqu’en 1913, il a fondé l’American Cancer Society. Allait donc pouvoir débuter la valse des chimiothérapies, de la radiothérapie et de la chirurgie.

Sacré Roro, ce vampire allait tous nous embarquer dans sa valse mortifère et endiablé.

À suivre.

Olivier

Voir les commentaires

Comment Rockefeller a fondé Big Pharma et a fait la guerre aux remèdes naturels.

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

« L'histoire serait une chose merveilleuse si seulement elle était vraie. » Léon Tolstoï.

C'est également l'adage de ce site !

J’ai déjà de nombreuses fois évoqué le cas Rockefeller, un « grand » ami de l’humanité. La dernière fois, c’était le 29 juillet dernier dans cet article : l’industrie de la peur ; http://vecteur-douceur.over-blog.com/2020/07/l-industrie-de-la-peur.html

J’y dévoilais oh combien « l’ami » Roro et sa Fondation demeurèrent actifs et en lien avec les nazis, avant, pendant et après la Seconde Guerre mondiale. Et croyez-moi depuis ça n’a pas cessé puisqu’en 2010, cette fondation dévoilait le plan d’une pandémie fort opportune lorsqu’il s’agit de mater la gueusaille qui ose se plaindre de sa condition.

La mère des mères de toutes les épidémies récentes reste la grippe « espagnole » qui élimina entre 20 et 50 millions de personnes à la fin de la première guerre mondiale. L'épidémiologie n'était pas encore une science très développée rendant aléatoires les certificats de décès. Beaucoup de décès étaient alors identifiés par leurs plutôt que par identification de l'agent infectieux. C'est pourquoi il est difficile de faire une exacte évaluation du nombre de victimes de cette grippe.

Elle n’avait rien d’espagnole au même titre que Ben Laden n’a jamais été responsable des attentats du 11-Septembre 2001. Ce n’était pas un mauvais coup de mère Nature ; il s’agissait d’un virus de la grippe aviaire, qui fut initialement transmis aux soldats alliés et allemands par le biais d’une campagne de vaccination contre la typhoïde. Ces vaccins tueurs avaient été obtenus à la suite de prélèvements de pus sur des personnes infectées, et produits par la compagnie pharmaceutique ROCKEFELLER. Ce fait resta  bien entendu étouffé jusqu’ici.

En 1918, « grippe » ou « influenza » était un terme fourre-tout pour désigner une maladie d'origine inconnue qui tombait du ciel. Le terme « grippe » vient du latin médiéval influencia au sens astrologique, qui signifie venir de l'influence des étoiles.

La maladie n'a certainement pas commencé en Espagne. Des observations précises datent les premiers cas aux États-Unis au printemps 1918 et des épisodes épidémiques observés au cours de l'année précédente en France dans les hôpitaux militaires font penser à certains à une origine française. Mais cela ne signifie pas pour autant que ces événements étaient les premiers indices de l'apparition d'un nouveau virus. Les virus peuvent circuler sans se faire remarquer pendant quelques mois. L'arrivée régulière de travailleurs chinois en Afrique et en Europe au cours de ces années pourrait, par exemple, avoir été la source d'une introduction antérieure.

Mais plus de 100 ans après, évoquer ce genre de FAIT vous range inexorablement dans la case complotiste. D’autant qu’en tapant les termes : « grippe espagnole Rockefeller » sur Google, on trouve 89 réponses. Ce sont des documents émanant de la fondation Rockefeller ou des documents qui soulignent l'implication de cette fondation mais pour l'éradication de cette maladie.

Cette grippe qui a frappé l'Europe et le monde entier fut identifiée positivement pour la première fois en Espagne. Ce pays n'étant pas en guerre, il était plus facile de reconnaître l'épidémie qui avait été masquée dans les pays en guerre. En effet, les déplacement de populations civiles et militaires et les diverses autres causes de décès : morts violentes, malnutrition, empoisonnements, maladies cardiaques etc. sans compter la difficulté de collecter les données épidémiologiques pendant les conflits étaient un véritable casse-tête fortement propice aux erreurs. Dans les faits, l'Espagne fut moins touchée que les pays voisins.

Il n’empêche que des documents récemment analysés révèlent que la « grippe espagnole » pourrait avoir été une expérience vaccinale militaire qui a mal tourné. Et cette pandémie débuta avec l'expérience brutale de l'Institut Rockefeller sur la vaccination des troupes américaines contre la méningite bactérienne. Cette expérience fut menée en 1918-1919.

Et si des dizaines d’années plus tard on n'a pas pu identifier la souche virale mortelle de cette grippe pandémique, c’est que ce n'était pas la grippe en tant que telle qui était mortelle. Pendant la Première Guerre mondiale, plus de soldats sont morts de maladies que tués par les balles. La pandémie n'était par grippale, car on estime que plus de 95% des décès ont été causés par une pneumonie bactérienne, et non par un virus de la grippe. Les premiers cas de pneumonie bactérienne en 1918 remontent à des bases militaires, la première à Fort Riley, dans le Kansas.

Du 21 janvier au 4 juin 1918, un vaccin expérimental contre la méningite bactérienne cultivé sur des chevaux par l'Institut Rockefeller pour le Medical Research de New York avait été injecté aux soldats à Fort Riley. Ensuite, ces soldats vivant et voyageant dans de mauvaises conditions sanitaires furent envoyés en Europe pour combattre, répandant la bactérie partout sur leur passage jusque dans les tranchées de la ligne de front en France.

Et c’est là que les Athéniens s’atteignirent lorsque dans mon livre GRATUIT De Mammon à Corona comment en est-on arrivé là ?! j’explique sur un chapitre le vrai mode de propagation du Covid-19 ! En effet, une étude décrit des soldats présentant des infections actives propageant par aérosolisation les bactéries qui avaient colonisé leur nez et leur gorge, tandis que d'autres, souvent confinés dans les mêmes espaces étaient extrêmement vulnérables à l'invasion et à la propagation rapide dans leurs poumons de leurs propres bactéries colonisatrices ou de celles des autres.

La pneumonie bactérienne s'attaque aux personnes dans la force de l'âge. La grippe s'attaque aux jeunes, aux personnes âgées et aux personnes immunodéprimées. Lorsque la Première Guerre mondiale a pris fin le 11 novembre 1918, les soldats sont retournés dans leurs pays d'origine et dans les avant-postes coloniaux, propageant la pneumonie bactérienne mortelle dans le monde entier. C’est elle qui fut responsable de cette pandémie, des milliers d'autopsies le confirment. Selon une étude de l'Institut national de la santé de 2008, la pneumonie bactérienne fut la cause des décès dans au moins 92,7 pour cent des autopsies menées en 1918-1919.

Pendant la Première Guerre mondiale, l'Institut Rockefeller a également envoyé son sérum expérimental contre les méningocoques en Angleterre, en France, en Belgique, en Italie et dans d'autres pays, contribuant ainsi à la propagation de l'épidémie dans le monde entier.

Entre 1900 et 1920, d'énormes efforts ont été déployés dans le monde industrialisé par le biais de trois changements majeurs de la société : Eau propre et assainissement, électricité, « L’adolescent » Big Pharma ; c'est-à-dire l'industrie pharmaceutique de Rockefeller. Ces trois vecteurs étaient censés construire une société meilleure avec un impact sur la mortalité due aux maladies infectieuses.  De fait, l’OMS reconnaît l'importance de l'eau propre et de l'assainissement dans la lutte contre ces maladies. Et l'énergie renouvelable bon marché est importante pour de nombreuses raisons, notamment pour lutter contre les maladies infectieuses.

Ainsi en arrivons-nous à la création d’un excellent aide de camp pour la Bête 666 en devenir, celle que nous devons TOUS COMBATTRE AUJOURD’HUI. De la fin du 19e siècle au début du 20e siècle, New York est devenue le siège de l'Institut Rockefeller pour le Medical Research (aujourd'hui l'Université Rockefeller). L'Institut est le lieu où l'industrie pharmaceutique moderne est née et il fut le pionnier de nombreuses approches utilisées aujourd'hui par l'industrie pharmaceutique, y compris la préparation de sérums vaccinaux, pour le meilleur ou pour le pire. Le vaccin utilisé sur les soldats dans l'expérience de Fort Riley avait été cultivé sur les chevaux.

À titre d'exemple, ayant démaré cet article par une déclaration du fiston, voici le genre de maxime dont se targuait le sieur Roro du haut de sa mégalomanie.

À suivre.

Olivier

Voir les commentaires

La Cosa Nostra pharmaceutique.

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Diviser pour mieux régner a toujours constitué l’adage premier de cette sombre élite mondialiste qui dirige ce monde/démon. Ainsi, à ce titre, est-il permis de croire que pour ou contre le masque, l’hydroxychloroquine, Adama Traoré, LA DISTANCIATION SOCIALE, George Floyd, Black Lives Matter, etc., constituent en fait autant de chausse-trapes destinées à diviser les gueux leur faisant oublier la finalité de ce couillonavirus.

Alors que l’OMS elle-même vient de réviser le taux de mortalité du virus à 0,6%, soit 5 fois moins mortel que ce qu’elle annonçait en début de pandémie, elle admet que pour calculer le taux de mortalité du Covid, il faut tenir compte des ASYMPTOMATIQUES. L’institut Pasteur, quant à lui, a estimé ce taux à 0,5% pour le Covid et 0,3% pour la grippe. Conclusion : nous avons eu affaire à une épidémie de grosse grippe et des malades ont néanmoins mis le feu à la planète.

L’OMS a revu les chiffres concernant la mortalité du Covid-19 à la baisse, et aucune pandémie jusqu’ici, même la grippe espagnole, n’a suscité autant d’anxiété, autant de déballage, de dysfonctionnement et surtout d’hypocrisie de la part de l’élite.

Tonton Gates, lui-même, tout en déployant le triple parapluie blindé, reconnait qu’un vaccin ne sera pas efficace à plus de 50 %, soit un véritable placebo, une simple étape dans la recherche du contrôler de cette « monstrueuse pandémie ». Oui, vous lisez bien ! Celui qui veut vacciner 7 milliards de terriens dit qu’un vaccin sera probablement disponible en fin d’année, mais efficace à seulement 50%, et qu’on aura besoin d’un second puis d’un troisième vaccin, etc. D’autres pensent qu’on en a pas fini avec le port du masque et les mesures de distanciation sociale. Mais peu importe, car ce qui compte au yeux de cette engeance luciférienne autant que mondialiste, c’est le contrôle total de la gueusaille. Comment ?

Par le traçage numérique et l’injection de nano particules, il faut donc tous nous VACCINER.

Il est effrayant de voir combien de similitudes il y a entre Big Pharma et la mafia. La mafia gagne des sommes d'argent astronomiques en corrompant les politiciens et autres, tout comme le fait cette industrie pharmaceutique du Diable, servie par des démons. Ainsi, quoi de surprenant à ce que l’audition du démon Buzyn n’ait entraîné ni la chute du gouvernement Macaron ni l’arrêt de cette manipulation, cette couillonnade à large échelle.

Plus surprenant encore est le fait que la plupart continuent à dormir au beau pays des bronze cul pendant que la déliquescence de nos «démocraties » et leur dérive évidente vers une dictature sanitaire à profit capitalistique s’affiche chaque jour un peu plus. Face à une épidémie respiratoire virale d’un ordre de grandeur pourtant habituel, les réactions de nos dirigeants ont pu sembler justifiées dans un premier temps, mais il a vite été évident que ce n’était pas le cas. Les autorités (OMS et gouvernements occidentaux en particulier) ont sur-réagi d’une manière terriblement destructrice à long terme pour nos sociétés.

La mortalité réelle du Covid-19 était du même ordre que ce que l’on connaît année après année avec la grippe, et la plupart des personnes infectées ne s’en rendaient même pas compte.  Il a pourtant fallu que nos menteurs habituels surfent sur la PEUR, seul vecteur vraiment capable de remuer la pulpe du fond chez la gueusaille.

Énorme canular que ce virus alors que les principales victimes avaient une moyenne d’âge alignée sur l’espérance de vie, pays par pays. Il n’y avait donc tout simplement pas de surmortalité particulière en 2020 dans nos sociétés.

Nous avons néanmoins sombré dans un Ordo Ab Chaos VOULU et pour se faire quoi de mieux qu’une cascade de mesures toutes plus arbitraires les unes que les autres. Exemple : alors qu’il est connu que les UV sont des tueurs pour les virus et que la vitamine D est un des piliers de notre système immunitaire, on nous a pourtant cloisonné lors d’une longue période de beau temps. Résultat : les pays ayant connu les plus forts taux de mortalité sont ceux qui ont confiné le plus strictement. Comme je l’ai mentionné dans mon livre GRATUIT De Mammon à Corona, une étude anglaise montre que plus de 60% de la surmortalité pendant la période en question avaient pour causes le Covid-19, en particulier le manque de soins pour les personnes souffrant de maladie grave.

http://vecteur-douceur.over-blog.com/2020/06/de-mamon-a-corona-comment-en-est-on-arrive-la.html

Hélas, tout porte à croire que ces mauvaises réponses sanitaires avaient un but tout droit sorti du puits de l’abîme, celui du Deep State qui vampirise la planète depuis trop longtemps à l’aide de son messianisme démoniaque. Pourquoi ? Afin d’imposer aux peuples zombifiés par 50 ans de mensonges et de consommation débridée leur foutu N.O.M. Comment ? Par le biais de trois vecteurs incitatifs : la dérive autoritaire de nos gouvernements, la chute vertigineuse de tous les PIB (14% en France au second trimestre 2020), et enfin le puçage vaccinal du cheptel humain sous couvert de la TERREUR instaurée artificiellement par le biais des merdias et de leurs incessantes fake news. Et croyez-moi, vu le niveau d’endormissement de la gueusaille, ça va marcher. Les gens seront terrorisés par la précarité qui va désormais s’installer tant tous les domaines de nos vies. Les vagues successives seront facticement instrumentalisées à dessein.

Les faillites de commerces, d’indépendants et de PME sont à prévoir par centaines de milliers.

Et question seconde vague de Covid, voire troisième et plus, les conséquences funestes d’une gestion sanitaire plus que calamiteuse seront adroitement utilisées par le système et Big Pharma. Rien qu’en Albion, le nombre de décès attendus en Grande-Bretagne comme conséquence du confinement est évalué à plus de 200 000 (manque de soins, précarisation et suicides).

Seuls prospèrent de manière presque obscène en ces temps tragiques les noirs archanges du Deep State : les GAFAM et Big pharma ! De quoi suralimenter la besace de tous les « complotistes » du monde qui voient là leurs plus sombres présages se réaliser à la chaîne. Big Brother suintant désormais par tous les pores de cette infame Bête 666.

Depuis deux décennies au moins les politiques sanitaires des états sont nourries par les subsides de Big pharma.

La corruption de nos dirigeants est ainsi devenue systémique. Cette industrie du Diable a corrompu la médecine par son influence sur le développement des médicaments, la manière dont ils sont testés et la création de connaissances médicales. En bête capricieuse, elle a exigé des délais d'examen moyens plus courts et, avec moins de temps pour examiner minutieusement les preuves, il en est résulté une augmentation des hospitalisations et des décès.  Au milieu de tout cela, le patient n’est plus qu’un numéro propice à augmenter les zéros sur les comptes offshore de Big pharma. Il convient ici de détériorer la santé des peuples afin d’engranger toujours plus de dividendes : Mammon.

Allez donc jeter un œil chez tonton Bill et son Gavi, vous verrez combien lui et ses sbires se font la main sur les petits africains avant de venir très PROCHAINEMENT nous plomber. On y apprend la campagne de vaccination rougeole-rubéole au Rwanda : interview avec la Ministre de la Santé Agnès Binagwaho.

Le sale coup d’Agnès Buzyn, ancienne ministre de la santé, entrait parfaitement dans cette logique mortifère. L’inscription soudaine au mois de janvier de l’hydroxychloroquine au tableau des substances vénéneuses, répondait à une demande de son propre fabriquant : le laboratoire Sanofi.

Sa réponse hypocrite « les Français consomment en général trop de médicaments » face à une commission d’enquête parlementaire n’était qu’une pirouette de corrompue, celle de trop. Même s’il est vrai que les Français consomment trop de médicaments, elle avait le choix de supprimer des tas de saloperies vénéneuses que Big Pharma fait ingurgiter aux Gaulois depuis des années. Mais, par le plus grand des hasards, son choix est tombé ce jour-là sur le « joujou » du professeur Raoult, un médoc que j’ai pris durant longtemps au Sénégal, et qui avait déjà fait ses preuves in vitro contre le premier Sars en 2005, et que même le CEO de Novartis considérera à la fin du mois de mars comme le médicament le plus prometteur face au Covid.

On apprit ensuite que ce changement répondait en fait à la requête expresse du laboratoire pharmaceutique Sanofi l’entreprise fabriquant le Plaquenil, seul médicament contenant de l’hydroxychloroquine disponible en France. Comprenez bien qu’à part cela, il n’existe pas de corruption systémique ! Au milieu de toute cette guerre bactériologique digne de La guerre des mondes, l’Union européenne vient de pré-commander 300 millions de doses d’un vaccin anti-Covid-19 à l’efficacité hautement spéculative (lisez mes articles). Un vaccin à ARN messager qui produit une modification du génome des vaccinés, une nouvelle technologie de celles qui font bander de joie Bill Gates. 

On ne l’a encore jamais essayé sur l’homme et bien qu’il présente des risques potentiels élevés ça roule ma poule ! Big pharma a l’autorisation de vendre et d’injecter ses bouillons de culture contenant moult saloperies. Il s’en tape le coquillard vu qu’il est assortie d’ores et déjà de dispositions d’exception garantissant l’impunité en cas d’effets secondaires dommageables ! L’heureux élu à qui cette pré-commande a été adressée n’est autre que Sanofi, ce même laboratoire qui a obtenu d’Agnès Buzyn que l’hydroxychloroquine soit inscrite au tableau des substances vénéneuses au mois de janvier.

La suite nous la connaissons : alors que les premiers essais cliniques à travers le monde commençaient à suggérer fortement l’efficacité de l’hydroxychloroquine avec l’azithromycine en début d’infection, la plupart des gouvernements occidentaux dont la France interdirent sa prescription aux médecins libéraux au motif que l’efficacité du remède n’était pas absolument « prouvée ». Vivons-nous dans le 5e Reich ? En effet, depuis la loi Kouchner, je croyais acquis le FAIT que toute décision médicale de prescription est prise conjointement par un médecin et son patient ?

Mais même si du monde entier nous parvenait un son clair et audible en faveur de l’hydroxychloroquine, les merdias français jouèrent comme d’habitude leur rôle de prostitué du système. Trois campagnes médiatiques insensées vinrent chatouiller les oreilles gauloises en faveur de la « vérité ». La première fut reprise par l’ensemble des médias, faisant croire à une dangerosité soudaine d’un remède après plus de 65 ans de bons et loyaux services. Puis vint la campagne de Russie d’études-bidon, falsifiées, destinées à annihiler ce DANGEREUX MEDOC.  Le comble de l’escroquerie, c’est qu’elles parurent pourtant dans les plus « prestigieuses » revues médicales et faisant croire à l’inefficacité de l’hydroxychloroquine. On eut droit à la valse des crapuleries en tous genres, au bal des vampires de tous les salauds du système drogués aux subsides de Big pharma : données fictives ou invérifiables, prescription tardive alors que, comme l’a claironné le professeur Raoult, le remède n’a plus d’efficacité à ce stade et même (dans le cas de Recovery) doses toxiques données au stade terminal de la maladie, ce qui relève d’une pratique criminelle.

Les gouvernements aux ordres de l’Etat profond, et l’OMS à ceux de Bill Gates (c’est pareil), le vaccinateur fou, sautèrent alors comme une tique sur l’occasion pour entériner la prohibition définitive de l’HQ. Ne restait plus qu’à reconduire le bal des langues de putes en un long monologue, une nuit complète de sabbat des sorciers. Cette « nuit » débuta par un long « Before ». À l’heure où j’écris, l’After de toute cette bande de dégénérés est toujours en cours, ça jacasse chez les drogués en un long monologue diffamatoire. Ils n’ont fait que danser au son du Diable et passer sous silence les nombreux essais cliniques positifs en faveur de l’HQ.

En effet, que cela plaise ou nom à ces suppôts de Big pharma, 65 études (dont 39 « revues par les pairs- peer-reviewed) » concluent pour 75% d’entre elles à une efficacité de l’HQ, dont 100% des études portant sur la prescription précoce comme préconisé à l’IHU de Marseille !

Fait extraordinaire attestant du phagocytage institué par la Maçonnerie luciférienne, on assista même médusé à la censure pure et simple des médecins qui osaient attester de leur expérience clinique positive en faveur de l’HQ.  Cette chasse aux sorcières fut conduite en France par l’Ordre des médecins, poursuivant des praticiens qui avaient osé témoigner que des patients avaient réussi à guérir grâce à l’HQ. Souvenez-vous de ma phrase en début d’article : « Seuls prospèrent de manière presque obscène en ces temps tragiques les noirs archanges du Deep State : les GAFAM et Big pharma ! » À l’international, cette chasse fut complétée par les GAFAM : Facebook, Twitter, YouTube, etc., en une hallucinante prise de pouvoir sans garde-fous. Depuis quand l’audimat remplace-t-il la VERIBABLE connaissance médicale ?

Voilà où nous en sommes au 12 août 2020.

Alors que l’épidémie n’existe plus (au sens que l’on donne à ce terme en épidémiologie) depuis le mois de mai, que le nombre d’hospitalisations et de décès dus au Covid-19 n’a cessé de baisser, que le virus a perdu l’essentiel de sa force, qu’il apparaît que la majorité de la population est déjà naturellement immunisée et que des pays comme la Suède arrivent à une mortalité zéro, les autorités et les médias français continuent leur propagande anxiogène insensée. Et ça donne ceci :

« Je vais demander aux préfets de se rapprocher des élus locaux pour étendre le plus possible l'obligation du port du masque dans les espaces publics extérieur », a annoncé Jean Castex. « Dans 330 communes, l'obligation du port du masque a été édictée dans les zones publiques les plus fréquentées », a-t-il affirmé, rappelant qu'un décret le permet depuis le 1er août. « Il nous faut aller au-delà. » Mais renseignez-vous bien sur qui est ce monsieur avant de devenir Premier ministre, vous comprendrez alors tout l’intérêt de son propos !

Le port du masque est infligé aux Gaulois comme une muselière, jusqu’en plein air, alors qu’au plus fort de l’épidémie, on nous assénait qu’il ne servait à rien ! Qu’on m’explique alors pourquoi la Hollande et les pays scandinaves viennent quant à eux de refuser de l’imposer étant donné l’absence de données scientifiques probantes en faveur de cette mesure.

Et au milieu de tout ce marasme de cette corruption qui pue la merde à tous les étages, on apprend que le centre Gamelei de Moscou enregistre le premier vaccin au monde contre le coronavirus ce jour, le 12 août. Les travailleurs médicaux et les personnes âgées auront la priorité pour la vaccination.

Un programme national de vaccination de masse devrait commencer dès octobre. Les essais cliniques ont commencé à l’université Sechenov de Moscou le 18 juin. Comment expliquer cette rapidité ? Pour les dirigeants russes, c’est leur expérience dans le travail sur les remèdes contre Ebola et le MERS qui a donné leurs scientifiques un avantage pour répondre à la pandémie actuelle. D’autres pays développent également leurs propres vaccins, notamment la Grande-Bretagne et les États-Unis. Le mois dernier, des chercheurs de l’Université d’Oxford ont déclaré que leur formule paraît sûre et semble déclencher une réponse immunitaire. Il est fabriqué à partir d’un virus génétiquement modifié responsable du rhume des chimpanzés. Le gouvernement britannique a déjà commandé 100 millions de doses.

Dans la cette folle course au premier vaccin grand public, la rapidité semble donc être la qualité ultime, quitte à fabriquer n’importe quoi ! Big Pharma le sachant très bien, un haut responsable de la société pharmaceutique Astra Zeneca confirme désormais à Reuters que le géant pharmaceutique britannique s’est vu accorder l’immunité de toute plainte légale, au cas où le vaccin d’Astra Zeneca devait finalement montrer des effets secondaires nocifs.

Ce labo est l’une des 25 sociétés à la recherche de médicaments et/ou d’un vaccin contre le Covid-19. Selon les dirigeants européens du Big Pharma, la responsabilité juridique est « une discussion importante dans la recherche d’un vaccin par Pfizer, Sanofi et Johnson & Johnson ». Aux États-Unis, les sociétés pharmaceutiques sont de toute façon exemptées, la Public Readiness and Emergency Preparedness (PREP) Act de la Food and Drug Administration (FDA). Elle exempte les entreprises de poursuites en cas de problème.

Cette immunité juridique ne vous pose pas de questions ?  Monstrueux profits aidants, n’est-ce pas à ces entreprises de prendre leur temps pour délivrer un vaccin de qualité ?

Sachant que seulement 7 nouveaux vaccins ont été introduits dans le monde au cours des 25 dernières années, d’où peut donc sortir cette accélération soudaine dans la confection d’un nouveau vaccin face à l’arrivée d’un « nouveau » virus ? Ne doit-on pas alors donner raison au professeur Luc Montagnier qui avance que le virus du Covid-19 serait une création chinoise à partir de molécules du VIH, notamment ?

Comprenez bien que dans cette couillonnade, vous vous vaccinerez ou on vous vaccinera à vos risques et périls.

À suivre.

Olivier

 

 

Voir les commentaires

Une loi bioéthique à vous faire gerber

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Quand on est de gauche, on veut pouvoir apparaître comme un grand libérateur du genre humain. Depuis un demi-siècle, la société française est rentrée dans une logique Big Brother de contrôle total de la vie de la naissance à la mort. Avec la PMA et la récente loi sur l’avortement, cette logique est en train de réaliser son but.

Ainsi, dans la nuit du vendredi 31 juillet au samedi 1er août 2020, l’Assemblée a adopté le projet de loi en deuxième lecture concernant la loi bioéthique. Après une semaine d’âpres débats, l’Assemblée nationale a adopté la mesure-phare de cette loi, l’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes. Le texte doit encore repasser devant le Sénat, mais sans doute pas avant janvier 2021.

Adopté lors de l’examen de la loi de bioéthique, un amendement sur l’interruption médicale de grossesse (IMG) est au cœur d'une polémique. L’IMG, ou un avortement thérapeutique, peut être réalisée jusqu’à la fin de la grossesse.

En apparence, le législateur qui vient de voter la PMA et la nouvelle loi sur l’avortement se présente comme Zorro volant au secours des lesbiennes ou des femmes célibataires qui ne peuvent pas avoir d’enfants ou des mères confrontées à un GROS problème médical ou social. Présentée ainsi, il est difficile d’être contre la PMA et l’avortement. Des femmes veulent un enfant mais ne peuvent pas en avoir simplement parce qu’elles sont lesbiennes, comment le leur refuser ? Inversement, des femmes enceintes sont confrontées à une situation médicale et sociale dramatique, comment les obliger à accoucher ?

Derrière cette loi de bioéthique, à qui fera-t-on croire qu’il n’y a aucune arrière-pensée idéologique et politique ? Quand on est de gauche, on veut pouvoir apparaître comme un grand libérateur du genre humain. Avec la PMA et la nouvelle loi sur l’avortement, Emmanuel Macron est sûr de faire plaisir aux socialistes qui ont rejoint la REM et qui rêvaient d’une grande réforme sociétale, ce dans la logique des Georgia Guidestones !

Sous la pression d’un féminisme radical pure égérie d’un Georges Soros, la femme devant pouvoir choisir d’être mère quand elle le veut, l’avortement a cessé d’être considéré comme un drame pour devenir un droit. Aujourd’hui, nous assistons à l’apparition du troisième âge de l’avortement. On s’y donne le droit de tuer ouvertement un enfant qui gêne en un geste purement banalisé.

On avance la détresse et des raisons médicales et sociales, mais derrière le fait de porter secours, il y a un double coup de Jarnac politique : plaire à la gauche de la REM qui rêve d’une grande réforme sociétale tout en satisfaisant à l’appétit de confort du CONsommateur, ce dans tous les domaines de la vie.

En ce monde/démon, l’avortement est devenu un bien. Avec la loi bioéthique qui vient d’être votée sous les applaudissements de l’Assemblée, après la disparition du père et avant celle des notions d’homme et de femme, le législateur animé d’un progressisme forcené a décidé d’organiser le cynisme en lui donnant bonne conscience et ce dans le cadre d’une logique bien précise. L’avortement était jusqu’à présent l’affaire des femmes. Désormais, il est l’affaire de la loi, de la médecine, de la science toute puissante et de la politique toute puissante.

Quand Emmanuel entend défendre un monde de liberté, où tous doivent pouvoir devenir des chefs d’entreprises en traversant simplement la rue, il entend par là permettre non pas à tous, mais à TOUT d’exister, la foi comme le blasphème. On bascule alors dans le nihilisme, l’Ordo Ab Chaos de ses pairs, ceux des loges obscures autant que tentaculaires. Quand, au nom d’une fausse liberté de comptoir, celle d’un troquet de 1789, tout devient équivalent, on n’est plus protégé. ON EST ALORS GRANDEMENT EN DANGER.

Mais c’est normal dans un monde dénué d’amour, un esprit technocratique et global est appelé à y régner d’ici peu d’une manière antichristique. Et chez nous, en Gaule, il convient par le biais d’un Emmanuel, de nous faire oublier L’Emmanuel (Dieu avec nous) venu il y a deux milles ans afin de nous parler d’Amour, Celui d’un Père ÉTERNEL.

Je crois en sa CROIX, et je crois qu’il n’aurait pas aimé du tout, mais pas du tout, ce monde d’hypocrites technocrates lucifériens. Il les aurait traité de sales vipères, ce qu’ils étaient déjà à l’époque et ce qu’ils sont d’ailleurs toujours aujourd’hui. Mais une vipère on lui écrase la tête et croyez moi ou pas, des têtes écrasées, il y en aura BIENTÔT beaucoup !

L’amour est certes une affaire de liberté. C’est cependant une affaire de pensée, de jugement, de valeur et de principe. Et si l’on aime vraiment, on aime parce que, quand on aime, on pense à l’enfant qui va naître au lieu de simplement penser à soi et à son confort. On s’interroge sur la vision d’Emmanuel Macron. Elle SEMBLE sociétale, elle paraît celle d’un adolescent parlant à un monde d’adolescents et non celle d’un adulte en charge d’un monde d’adultes.

Ça n’est là qu’une impression, au-delà du voile il convient d’y discerner les sombres manigances de ses maîtres, ceux qui tirent les ficelles et permettent à cette marionnette d’amener chaque jour davantage les 66 millions "d’adolescents" français au bord de la falaise : celle du N.O.M. Aujourd’hui les jeunes sont majoritairement pour la PMA, la théorie du genre et l’avortement. LA MACONNERIE nationale et la maçonnerie INTERNATIONALE les ont roulé dans cette poudre d’escampette ou de perlimpinpin. Rien de plus normal, mais comme beaucoup de poudres, celle-ci risque d’exploser, comme à Beyrouth, à la face d’une humanité devenue incrédule autant que zombifiée.

Notre monde salue cela comme une victoire de la liberté. Ce n’est pas une victoire de la liberté. C’est une pure et simple capitulation devant la facilité. Pour comprendre l’effet que la loi bioéthique va avoir sur la société, il suffit de voir la façon dont celle-ci a été votée. Tout est dit. Par peur d’un vrai débat, elle a été expédiée par des couards, au milieu de l’été, dans un parlement désert, en profitant d’un monde de bronze cul épuisé par trois mois de confinement et par la chaleur.

En éliminant le père et derrière lui l’homme vivant et réel pour faire un enfant, la science prend la place du père et de l’homme. Elle devient ainsi toute puissante puisque désormais c’est elle qui rend l’enfant possible. Elle IGNORE ainsi la COLÈRE DU PÈRE ÉTERNEL. Mais ignorer une chose n’empêche nullement de la voir arriver. On permet à la détresse d’une femme le recours à l’avortement. Sous prétexte de détresse médicale et sociale désormais c’est elle qui décide du droit de vivre ou pas.

Hier, c’était la vie qui décidait de la vie et de la mort. Désormais, c’est la science et avec elle le médicalement et le socialement correct. J’ai beau vous décrire ce monde au travers de mes articles, il continue néanmoins à me faire froid dans le dos.

Ainsi, dans la continuité de celui du 7 août qui était déjà gratiné : http://vecteur-douceur.over-blog.com/2020/08/ces-maitres-censeurs-qui-ne-nous-veulent-que-du-bien.html , je trouve que cette loi bioéthique votée en catimini par une bande de lâches pue la littérature orwellienne à plein nez. Aujourd’hui, avec le Big Brother médical qui s’est mis en place grâce au Covid-19 et cette loi de merde, l’utopie totalitaire imaginée par Orwell est devenue notre réalité.

À suivre

Olivier

Voir les commentaires

Ces maîtres censeurs qui ne nous veulent que du "bien"

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Les maîtres censeurs agissant sur Twitter, Facebook, Google et autres se doivent d’agir beaucoup plus rapidement, c’est un constat flagrant. Ils se doivent de le faire dès la rédaction de l'information, et de ne pas laisser s'écouler « plusieurs heures » avant de retirer du contenu et aussi, « d’améliorer leurs méthodes de modération du contenu, tant sur le plan technique qu’humain ». Le groupe de médecins américains Frontline Doctors, qui promeut l’utilisation de l'hydroxychloroquine et sur lequel j’ai consacré deux article en a fait les frais.

C’est ainsi que nous nous retrouvons tous bâillonnés au sens propre (masques) comme figuré. Pendant ce temps, des mégalomanes dont Jeffrey Epstein faisait partie n’hésite pas à franchir les lignes rouges de l’étique scientifique, mieux que cela, ils les déplacent toujours plus dans le sens voulu par leur sombre folie de contrôle du cheptel humain. C'est une révolution qui se prépare. Plus de 15 ans après le décodage du génome humain, on dispose aujourd'hui d'un outil qui  permet de cibler un gène, de l'éliminer, de le corriger ou de le remplacer. Perspective à la fois enthousiasmante et effrayante : cette technique est en effet une porte ouverte vers le transhumanisme, c'est-à-dire la transformation à l'aide des connaissances scientifiques et techniques des capacités physiques et mentales des êtres humains.

Cet outil porte d'ailleurs un drôle de nom : CRISPR-Cas9. Il permet de couper une séquence de l'ADN, de la supprimer ou de la modifier avant de la réimplanter. C'est le copier-coller de Windows si cher à tonton Gates qui autorise une réécriture du génome ! Les applications humaines permettraient du traiter en même temps les causes et les effets dans de nombreuses maladies liées à la génétique, les affections mentales, les cancers, etc. Mais ça, c’est pour faire beau !

L'histoire de CRISPR-Cas9 débute par la recherche sur les bactéries d'Escherichia Coli des séquences d'ADN un peu particulières, des palindromes qui, dans un premier temps n'ont intéressé personne ... Jusqu'à ce que l'on découvre en 2005 que les morceaux d'ADN intercalés entre ces palindromes étaient des morceaux d'ADN de virus capables d'infecter des bactéries, les bactéries semblant garder en mémoire dans leurs séquences CRISPR l'ADN des virus les ayant infectées, ce qui permet de les repérer et de les combattre.

Dans la bactérie, si un ARN viral CRISPR associé à la protéine Cas9 croise un virus à l'ADN correspondant, il s'apparie à cet ADN et qu'une fois cet accrochage effectué, la protéine C9 élimine le virus en découpant les deux brins de son ADN. C'est cette étape qui a permis en 2012 de montrer que le système CRISPR-Cas9 permettait à la fois de repérer une séquence d'ADN et de la couper avec précision : la technique des ciseaux génétiques était née !

Alors que cette technique est assez largement utilisée en agronomie ou sur les animaux d'élevage, son application sur l’humain se heurte encore à plusieurs obstacles. Ils sont éthiques, mais aussi liés aux limites de CRISPR-Cas9 en matière de précision et d'efficacité.

Plus de 65 % de la population posséderait des anticorps contre les protéines de type CRISPR-Cas9 et les globules blancs de près d'un humain sur deux seraient spécifiquement dirigés contre ces protéines. Par ailleurs, on ignore si l’utilisation de CRIPR-Cas9 sur une cible spécifique ne pourrait pas entraîner d'autres modifications non désirées en d'autre endroits du génome : des modifications « hors cible ». Chose qui s 'était produit en 2015 lorsqu'une équipe de généticiens chinois avait modifié des embryons humains pour supprimer le gène d'une maladie du sang.

Une fois ces limites dépassées, les scientifiques s'accordent toutefois pour dire que l'on devrait voir apparaître les applications humaines. Elles offrent en effet des perspectives telles que le prélèvement de cellules, leur modification extra-corporelle et leur réintégration dans l'organisme pour prévenir ou corriger les désordres génétiques qui sont à l'origine de certaines maladies ou mieux évaluer des traitements.

Mais certains n’attendent pas les lois éthiques, ils se torchent avec. En 2018, afin de leur « conférer une immunité naturelle » contre le virus du sida, le généticien chinois, He Jiankui, avait effectué des manipulations sur des embryons dans l'objectif de provoquer une mutation de leurs génomes. Les deux jumelles, nommées Lulu et Nana (pseudonymes), étaient donc nées d'embryons génétiquement modifiés par les ciseaux moléculaires «Crispr ». On ignore ce que sont devenues les petites jumelles nées depuis. Mais, selon des informations qu'a obtenues un journaliste, des mutations se sont produites ailleurs dans leur génome et entraîneront des conséquences imprévisibles.

Et c’est la haute finance qui alimente toute cette technologie controversée. Le délinquant sexuel Jeffrey Epstein reconnu coupable et « suicidé » dans sa prison dirigeait un réseau de trafic sexuel de mineurs à destination de la jet set. Je tiens à rappeler ici que

Bill Gates faisait l’éloge du style de vie du pédophile Jeffrey Epstein.

A travers une fondation, Epstein a financé des programmes portants sur la modification du comportement humain : le transhumanisme et l’intelligence artificielle (IA) et les manipulations génétiques.

Il a soutenu des scientifiques tels que Martin A Nowak, un biologiste mathématicien d'origine autrichienne et auteur de plusieurs livres. À la suite de la révélation de son rôle permettant à Jeffrey Epstein d'accéder au campus de l’université d’Harvard, il a été destitué.

Martin Minsky (1927-2016), est a travaillé dans le domaine des sciences cognitives et de l'intelligence artificielle. Il est également cofondateur, avec l'informaticien John McCarthy du Groupe d'intelligence artificielle du Massachusetts Institute of Technology (MIT). Minsky a reçu une aide de Jeffrey Epstein en 2002, quatre ans avant sa première arrestation pour délits sexuels ; c'était la première donation d'Epstein au MIT.

George Church est un chimiste, généticien et ingénieur en biologie moléculaire, notamment connu pour un livre Regenesis, qui présente un futur où le génie génétique aurait amélioré la santé humaine et animale, accru notre intelligence, notre mémoire et allongé notre vie. En 2015, il sera professeur de génétique à la Harvard Medical School, et professeur en sciences et technique de la santé pour le programme conjoint Harvard-MIT (Harvard–MIT Program of Health Sciences and Technology). Lui aussi a eu des réunions et des appels téléphoniques avec le trafiquant sexuel Epstein, même après que le financier a plaidé coupable en 2008 pour avoir sollicité un mineur pour prostitution. Ça ne l’a pas empêché d’obtenir un brevet pour l’utilisation des ciseaux génétiques.

Au moment où je rédige ces lignes, le procès de Ghislaine Maxwell, la principale « aide de camp » d’Epstein, vient de commencer et nous apprenons que Virginia Giuffre principale témoin (victime mineure lors des faits ) a été obligé de s’engager dans des activités sexuelles avec des hommes célèbres parmi lesquels Marvin Minsky faisait partie.

Au passage, aucune poursuite n’a été faite sous la mandat de Barack Obama. Il a fallu attendre l’élection de Donald Trump pour que ces célébrités soient désignées. La victime mineure a demandé en vain au FBI les preuves (photos et vidéos) qu’ils avaient saisies au domicile d’Epstein parmi lesquelles figurait une photo du Prince Andrew avec Ghislaine Maxwell et Virginia Giuffre. Le ministère de la justice américain et le FBI savait tout sur Epstein depuis 2008. Le FBI était au courant. Ils l’ont toujours été, mais le département de la justice sous le mandat d’Obama a laissé libre les associés d’Epstein. Il s’agissait notamment de Ghislaine Maxwell et de Sarah Kellen. Virginia a décrit les abus sexuels commis lors des vols en présence d’Epstein, Maxwell et de Kellen.

Mais l’affaire Epstein ne s’arrête pas là ! En tant que membre actif de l’organisation EDGE, il avait rassemblé des milliardaires et d’autres scientifiques en un but commun. Edge-Organisation frise avec les sciences limites, elle slalome ainsi hors de tout contrôle éthique forte qu’elle est du soutient des richissimes.

Epstein était également membre de l’université Rockefeller et a siégé au haut comité de Harvard concernant : le cerveau, l’esprit et le comportement. On le retrouve également lié à la Trilatérale, un autre think tank voué au bien de l’humanité. En analysant tout ceci on se rend compte d’une chose : on est très loin du portait du pédophile solitaire volontairement dépeint par nos merdias serviles.

Tous ces réseaux veillent à rendre l’humain hautement manipulable par le biais des technologies ici décrites. « Ceux qui utilisent négligemment les miracles de la science en ne les comprenant pas plus qu’une vache ne comprend la botanique des plantes qu’elle broute avec plaisir devraient tous avoir honte », Albert Einstein.

Chaque année à Davos se réunie l’élite qui ne nous veut "que du bien", rappelons-le comme souvent dans mes articles consacrés à ce forum économique. Leur principal leitmotiv se résume à « vouloir améliorer » l’état d’un monde qu’ils ont toutes et tous formidablement contribué à dévaster. Ils veulent repenser, redéfinir et rebâtir grâce à la décroissance verte.

Mondialisation et technologie étant intimement liées, la circulation des personnes, des biens et des idées s’est trouvée accélérée à chaque phase de cette mondialisation, cette marche forcée vers leur N.O.M. La technologie a joué un rôle clé dans la détermination des opportunités et des risques QUE SEULS LES GUEUX ont pu ressentir. La Quatrième révolution industrielle ouvre la voie à une nouvelle étape de la mondialisation :  la « Mondialisation 4.0 » Derrière tout cela, on pourrait penser que de vrais bienfaiteurs de l’humanité sont à l’œuvre. Hors, les crise politiques sociales et économiques se multiplient et s’intensifient d’autant plus rapidement qu’ils veillent à notre « bien-être ».

L’intelligence artificielle (IA) prend de plus en plus le contrôle pendant que des ingénieurs en géni génétique font mumuse avec notre ADN. Les neurotechnologies contrôlent l’esprit humain et cela des milliards vont l’apprendre à leurs dépends lorsque la vaccination obligatoire via Covid-19 entrera en application. Et les agents pathogènes artificiels sont là afin de créer la peur nécessaire au puçage/vaccinale global. N’oublions pas ce qu’a déclaré le professeur Montagnier concernant le Covid-19. Luc Montagnier, Prix Nobel de médecine en 2008, a déclaré en avril dernier que le virus du Covid-19 est un « travail de professionnel ». Selon lui, il a été créé par des chercheurs chinois qui auraient voulu faire un vaccin contre le Sida.

Là où la recherche scientifique parrainée par les plus grands concepteurs du monde semble ne s’intéresser qu’au bonheur de l’humanité, il n’en est rien. Dans mon 3e livre J'ai à te parler j’évoquais déjà l’émergence exponentielle des robots dans nos vies à partir de 2015, fait qui en plus de contribuer fortement à déshumaniser nos existences allait fortement accélérer l’augmentation du chômage. Et là où les humains deviennent trop nombreux et inutiles, les 10 commandements des Georgia Guidestones ne sont pas loin !

http://vecteur-douceur.over-blog.com/2020/01/tout-est-prevu-et-depuis-longtemps.html

L’amour et l’émotion restant des domaines fermés à la robotique, c’est un monde aseptisé de tous sentiments qu’on nous prépare là où l’humain grégaire est pourtant un gros consommateur de ces « choses ». Très bizarrement pourtant ces « choses » essentielles semblent échapper à la conscience de l’élite luciférienne. Les cyborgs du transhumanisme n’appartiennent plus à la science-fiction et s’apprêtent à piétiner allègrement tout ce qui faisait de nos sociétés des lieux grégaires d’échanges sociaux et cordiaux. Bref tout ce qui fait que l’humanité reste humaine !

Améliorer les capacités humaines et vaincre la maladie sont encore une fois les paravents bien pratiques derrières lesquels l’élite cachera ses sombres projets. Les transhumanistes vont jusqu’à déclarer que l’avenir n’appartient pas à l’homme naturel, mais bel et bien à l’homme augmenté, véritable demi-dieu. Quoi de plus naturel dans un monde où 0.1% de l’humanité richissime s’est évertuée à faire disparaître chez les 99,9 autres pourcents, toute trace du mot DIEU. Place à l’hybride, délicat mélange de technologie et d’ADN de ce qui fut l’humain.

Google n’est plus juste un outil internet ! si l’on étudie de plus près cette société, on s’aperçoit que sa stratégie pour le futur va franchir des étapes qu’aujourd’hui encore nous avons du mal à comprendre et à accepter… les neurosciences en font partie. Ils cherchent à comprendre le fonctionnement du cerveau via un certain nombre de programmes, notamment aux Etats-Unis. Comment sont organisés les synapses qui connectent nos neurones constituent des domaines pointus où Google a pris de l’avance…

Le 21e siècle sera celui du neuro-business et Google en est le leader mondial. C’est la science du cerveau qui va primer. Leur défi est de savoir le lire et le comprendre. Nous sommes au début de l’intelligence artificielle. Les dirigeants de google souhaitent transférer notre cerveau sur des machines, c’est ce que l’on appelle le transhumanisme. L’automatisation des métiers intellectuels (ex : un algorithme choisit mieux un candidat à l’embauche qu’un DRH) va être redoutable et risque de faire disparaître de nombreux métiers. La machine fera mieux que l’homme pour moins cher.

Google nous fournit les outils nécessaires pour nous orienter, aussi bien dans le monde réel que sur le web. Nous y stockons des informations, une « mémoire de substitution » en ligne et ce n’est qu’un début. Toutes ces informations stockées serviront plus tard, pour construire notre mémoire virtuelle. La réalité augmenté touche directement nos cerveaux. Elle est déjà là également, grâce aux « Google Glass ». Les informations sont envoyées directement sur la rétine, or les cellules rétiniennes sont des neurones.  Quant aux lentilles de contact « intelligentes » elles existent déjà et sont capables de mesurer la glycémie des personnes diabétiques. Et tout ceci nous amène au gros morceau, un morceau de choix, celui qui pose des problèmes, éthique : le transhumanisme.

Google a créé SEUL un comité spécial pour réfléchir à son éthique sur l’IA. Doivent-ils rester seuls à se poser les questions ? Il y a POURTANT énormément de bio problématiques majeures qui devront être abordées sous l’angle politique par les pays de la planète. Mais n’est-il déjà pas trop tard, car comme je l’écrivais déjà il y a six ans dans J’ai à te parler, en 2013 Google a racheté les 8 plus puissantes sociétés de robotique en 1 mois « en cachette » (sous les yeux de tous, sans que cela n’alerte personne).

– 12 décembre 2013 Schaft.inc Robot humanoïde, JPN Google X

– 3 décembre 2013 Industrial Perception, Robot, USA Google X

– 4 décembre 2013 Redwood Robotics, Robot USA Google X

– 5 décembre 2013 Meka Robotics, Robot USA Google X

– 6 décembre 2013 Holomni, Robot USA Google X

– 7 décembre 2013 Bot & Dolly, Robot USA Google X

– 8 décembre 2013 Autofuss, Robot USA Google X

– 13 décembre 2013 Boston Dynamics, Robotique USA Google X

Actuellement, Google règne en maître dans ce milieu et une bonne partie de leurs robots sont vendus à l’US Army, ce sont donc très souvent des robots militaires (soldats robotisés).

La sélection des embryons, la neurogénétique, les neuroprothèses, sont également au centre des projets de Google. Tout ce qui a un lien avec une amélioration physique et/ou génétique de l’individu LES FAIT SALIVER. Une filiale de google a obtenu le monopole de la sélection des embryons sur la génétique (l’idée est de faire des bébés plus beaux et plus intelligents).

En matière de prothèse, on y parle aussi d’implants intracérébraux : fusion entre intelligence biologique et artificielle.  Serions-nous face à une Bête qui nous connaît mieux que nous, mieux que notre conjoint ? La pensée hybride est dans leurs cartons ainsi que des implants intracérébraux permettant de se connecter plus rapidement à l’IA mondiale. Il y a déjà eu des tests de fabrication de bout de cerveau via des cellules souches, qui ont fonctionné. Google veut d’ailleurs assurer une durée de vie plus longue au cerveau et donc augmenter l’espérance de vie d’ici 2035.

Google veut prendre la place de Dieu, il veut faire reculer la mort (pour les riches). Si le cerveau d’un Soros ou d’un Gates est toujours ok, il lui faudra un véhicule permettant sa survie. C’est pourquoi Google souhaite augmenter rapidement « notre » espérance de vie. Préférerons-nous vivre 80 ans en restant des humains 1.0 ou souhaiterons-nous nous transformer pour vivre 2 ou 300 ans bardés de capteurs et de nanoparticules ? Rassurez-vous le problème ne se présentera pas pour le gueux désargenté style Elysium.

Encore un film ou l’élite nous fait un joli pied de nez par l’entremise de la Mecque de l’endoctrinement : j’ai nommé Hollywood. Au 22e siècle, l’élite, les riches vivent désormais dans une station spatiale baptisée Elysium. En forme de pentagramme, c’est tout dire !

Pendant ce temps, la gueusaille vit sur une terre défiguré et dans des conditions lamentables. Un ouvrier qui a été gravement irradié apprend qu'il ne lui reste plus que quelques jours à vivre. Il met à profit ce court laps de temps pour tenter de se rendre sur Elysium, car des cabines médicales y ont été installées, permettant la guérison de toutes les maladies recensées.

Ça ne vous rappelle rien ?!

L’objectif principal de tout transhumaniste est d’assurer l’immortalité de l’âme en la transférant sur des circuits intégrés, et pouvoir transférer un cerveau viable en cas de problème (toujours conscient après un accident). Deux camps devraient donc s’affronter dans les prochaines années : les Bio-conservateurs et les Transhumanistes, mais ne doutons pas un instant que l’épisode du Covid-19 n’accélère quelque peu les choses et les hommes. Combien cela va coûter ? Tout le monde aura-t-il les mêmes «chances » d’accéder à cette technologie ?

Des questions politiques qui présagent de la neuro-sélection et de la neuro-dictature.

Nous avons pris du retard sur les données de notre ADN (prédisposition à des maladies, mieux adapter les traitements). Plus tard, en cas d’anomalies, on modifiera des fragments de notre ADN. Que ferons-nous de ce pouvoir sur notre destin biologique ?

D’autant que les autres géants ne restent pas inactifs, notamment : Facebook et l’Occulus Rift un casque de réalité virtuelle conçu par l'entreprise Oculus VR. Apple est lui aussi entré dans le domaine de la santé, où il nourrit de grandes ambitions.

Voici quelques vidéos utiles sur le sujet :

https://www.youtube.com/watch?v=O0XVfOIyd2U 

https://www.youtube.com/watch?v=MGfhQTbcqmA

https://www.youtube.com/watch?v=sf6Q0G1iHBI

https://www.youtube.com/watch?v=tw1lEOUWmN8

À suivre.

Olivier

Voir les commentaires

Vous allez pleurer, la remise à zéro du système arrive !

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Elle est là sous notre nez pendant que beaucoup se font bronzer le cul.

La meilleure façon d’aider ceux que vous aimez, c’est de les informer. Faite-donc circuler ces articles SVP. Quant à la meilleure façon de m’aider, c’est de faire connaître mes livres et les acheter.

Merci d’avance.

Lorsque Madame 666, la Directrice Générale du FMI parlait du Grand Reset à coup de 777, il fallait l’entendre et retenir. C’était il y a déjà 6 ans, si mes souvenirs sont bons. Christine Lagarde élue à la Direction du FMI dans son 666e mois d’existence se la jouait alors kabbaliste avec ces multiples allusions au chiffre 7 durant son allocution des vœux, en janvier 2014. Lorsqu’au forum de Davos, on vous parle de Grand Reset, et que ce concept devient le sujet central de travail des « grands » de ce monde, alors il faut écouter. Alors, après cette « remise à 0 » ce sera mieux ou pire ?

Connaissant les âmes damnées qui nous dirigent, c’est à vous de choisir. Cela bouleversera forcément nos vies dans la suite logique du Covid-19. Le monde dans lequel nous avons grandi, vécu depuis plus de 50 ans, sera radicalement balayé. Et devinez qui seront une fois encore les grands perdants ! Ce monde globalisé et interconnecté, ayant pour dieu Mammon, c’est à dire :  profits, bénéfices, libre-échange, sans-frontière etc., s’oppose frontalement aux intérêts des gueux constituants l’écrasante majorité des peuples de cette planète.

Davos (World Economic Forum), fondation à but non lucratif dont le siège est à Genève, je vous en parle depuis le début de la crise du couillonavirus dans mes articles, et depuis des années dans mes livres. Ce forum est surtout connu par sa réunion annuelle en Suisse, il y réunit le gratin mondialiste. Chaque années ces « braves » gens sont censés débattre des problèmes les plus urgents de la planète, y compris dans les domaines de la santé et de l’environnement.

Suivant la logique luciférienne de ces gens-là, le grand Reset est plus que salutaire à leur N.O.M. si chéri. C’est le GRAND remplacement des institutions, des processus et des règles actuelles. Un grand nettoyage s’accompagnant d’une nouvelle «gouvernance » mondiale. Et c’est là que les Athéniens s’atteignirent avec conjointement le GRAND remplacement des idées accompagné d’un masque plaqué sur le visage des gueux infantilisés.

Hors, ceux qui ont du vécu savent que les problèmes graves arrivent quand on laisse cette sombre engeance s’arroger le droit de penser comment nous devons vivre. Lorsque, du haut de ma « MAGNIFICENCE » luciférienne toute droit sortie des loges maçonniques, je commence à « savoir » ce qui est bien pour l’autre et à le lui imposer, alors, les révolutions, les guerres et leurs cortèges mortifères ne sont jamais loin.

Lorsque à la mode stalinienne on vous dit qu’il faut remplacer les idées, il faut comprendre par-là que nos idées, nos pensées (religieuses, philosophiques, culturelles, etc.) sont « mauvaises » et doivent être changées… Cette fois, l’idéologie sera verte et je l’ai annoncé clairement dans Tonton Malthus est revenu ! J’y décrit sur 500 pages tous les pièges à cons que les bobos verts nous tendent depuis les coulisses du pouvoir.

« Sainte » Greta Thunberg est là pour ça et les camps de redressement idéologiques seront médiatiques (dans un premier temps).

Le Grand Reset a déjà commencé, pour comprendre à quelle sauce veut nous manger l’élite de Davos, il faut essayer de comprendre ce qu’ils mijotent dans leur cuisine style Soleil Vert.

Jacques Attali nous en a déjà dévoilé une longue tartine. Préparez-vous, car couillonavirus n’en était que la chambre d’échos, l’antichambre d’un nouveau monde de plaisirs, mais uniquement pour les 0,1% de super riches sur cette planète, les autres, nous, allons en CHIER, sauf si …

À suivre.

Olivier

 

 

Voir les commentaires

Le plan Coudenhove-Kalergi, une conspiration ?

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Si vous êtes sensés, vous connaissez parfaitement les "bienfaits" que nous a apporté cet Europe mortifère dernière marche avant le N.O.M. Sachez alors que Richard Nicklaus de Coudenhove-Kalergi a été élu président d'honneur du Mouvement Européen (avec Winston Churchill, Konrad Adenauer, Robert Schuman, de Alcide de Gasperi et Paul-Henri Spaak).

Si vous regardez sur Wikipédia, « ardant défenseur » de l’info vraie, Coudenhove-Kalergi, n’est qu’une théorie de conspiration nationaliste blanche antisémite d'extrême droite.  Elle ne stipule que des mensonges du style complot visant à mélanger les races afin d’en faire disparaître toute racine ou trace de culture. Que l’idée de vouloir faire des peuples « du hachis parmentier » à destination de l’élite, n’est qu’une énième théorie du complot toute aussi loufoque que les autres.

Voici encore néanmoins un exemple du triste résultat du plan Kalergi que nos élites bien-pensantes ont mis au point et dont le point culminant fut le traité de Marrakech. Normal qu’il fasse des étincelles, il a été mis en place notamment pour cela.  À Berlin, la police enregistre deux viols par jour. En 4 mois, entre mars et début juillet 2020 seulement, la police de cette ville a enregistré 210 cas de « viols communautaires » particulièrement dégradants. Dans près de la moitié des cas, la police criminelle enquête sur des suspects étrangers. Traduction : à Berlin, en moyenne, près de deux femmes sont quotidiennement victimes de violences sexuelles graves. 50 mineurs de moins de 16 ans figurent parmi les personnes concernées, dont 16 enfants.

D’après ces statistiques, 36,6% des auteurs présumés n’avaient pas de passeport allemand. Ce taux comprend toutes les infractions à caractère sexuel. Un accusé sur cinq n’avait pas 21 ans.

Dans une autre ville d’Allemagne, à Dortmund, un jeune migrant afghan qui avait violé une fille de 11 ans a été libéré après 12 jours et a ensuite violé une fille de 13 ans cinq semaines plus tard. Preuve qu’il existe une volonté délibérée de la part des autorités de faire monter la haine interraciale, le jeune homme de 23 ans avait été arrêté une première fois en juin, mais libéré moins de deux semaines plus tard après que les autorités eurent affirmé qu’il n’y avait aucune preuve qu’il était susceptible de récidiver. Hélas, vendredi 24 juillet, l’Afghan, qui possède un titre de séjour temporaire, a violé une jeune fille de 13 ans, un mois après avoir été arrêté pour le viol d’une fille de 11 ans.

Relisez donc mon article sur Adama Traoré et Georges Floyd, vous découvrirez alors encore plus en détail l’étendue du scénario qui cherche à nous rendre raciste alors que la France a toujours constitué une terre d’accueil. http://vecteur-douceur.over-blog.com/2020/07/afin-de-toujours-mieux-diviser-pour-regner-et-pourrir-notre-societe.html

La majorité des Français ne sont certainement pas racistes, moi le PREMIER. Cet article n’est que le CONSTAT objectif d’une situation qui cherche à embraser les pays, et toujours avec le même but pour l’élite luciférienne : leur Ordo Ab Chaos salutaire au N.O.M.

Qu’on se « rassure » la Gaule n’est certainement pas épargnée, mais concernant ce DOULOUREUX sujet, les merdias mettent la pédale douce préférant éructer contre le professeur Raoult et son hydroxychloroquine ou tous les médecins qui se rebellent courageusement contre LA MONSTRUEUSE ARNAQUE DU COUILLONAVIRUS !

http://vecteur-douceur.over-blog.com/2020/06/de-mamon-a-corona-comment-en-est-on-arrive-la.html

Ceux qui, courageusement, tentent de redresser la barre en diffusant de la VRAIE information sont alors taxés de complotistes et de sales propagateurs de fakes news. Ils ne font pourtant souvent que diffuser de VRAIES informations en dénonçant l'influence d'individus censés être d'autant plus dangereux pour l’humanité qu'ils rassurent en se faisant passer pour philanthropes (Bill Gates, Soros, les Bilderberg, etc.) En ce monde/démon aux valeurs inversées, est alors pris qui croyait prendre lorsque enfin, sortant de la marche des Walking Dead, on constate avec effarement que tous ces parangons, ces « vertueux » de la vérité, ne sont que des menteurs patentés aux ordres de l’élite mondialiste.

Triste situation que celle où se trouvent aujourd'hui les médias dominants, qui distillent de fausses informations en dénonçant les individus qui les remettent en question comme d'autant plus dangereux qu'ils rassurent sur l'état sanitaire de ce monde voulu volontairement des plus anxiogènes.

À suivre.

Olivier

Voir les commentaires

Une belle stratégie du choc propice à imposer une société totalitaire (suite 1)

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

À la suite de mon précédent article, ce que vous devez comprendre, c’est que la destruction au niveau mondial, pays par pays, qui se produit actuellement et simultanément n’est nullement une coïncidence. Elle a été planifiée depuis des siècles et j’ai écrit des centaines de pages sur ce sujet. Le rapport Rockefeller 2010 et la réalisation de l’Événement 201 (Event 201) à New York le 18 octobre 2019, dont je parle dans DE MAMMON À CORONA font partie du PLAN. Tout ce cirque a permis à l’OMS de réaliser des «études » afin de présenter le nouveau coronavirus (SARS-2-2019/COVID-19) comme étant une pandémie. Cela a finalement provoqué un verrouillage mondial vers la mi-mars 2020.

Un pays ou une entreprise sont en faillite lorsque les gains sont inférieurs aux dépenses et que la trésorerie est à zéro. Cet exemple est également valable pour votre foyer. Fin du 1er trimestre 2020, avant l'épidémie de coronavirus, les 27 pays de l'Union Européenne avaient déjà une dette publique de plus de 11 000 milliards d'euros, soit environ 80 % du PIB.

Au moment où j'écris,  7 pays européens sont en faillite :

La Grèce avec une dette publique de 329 milliards d'euros, soit 177 % du PIB.

L’Italie avec une dette publique de 2431 milliards d'euros, soit 138 % du PIB.

Le Portugal avec une dette publique de 255 milliards d'euros, soit 120 % du PIB.

La Belgique avec 492 milliards d'euros, soit 104 % du PIB.

La France avec 2438 milliards d'euros, soit 101 % du PIB.

L’Espagne avec 1224 milliards d'euros, soit 99 % du PIB.

Chypre avec 21 milliards d'euros, soit 98 % du PIB.

C’est terrible et on a pourtant affaire à une pandémie dont plus de 97 % des personnes infectées se remettent et où le taux de mortalité par infection est en moyenne d’environ 0,7 %, et très similaire à la grippe saisonnière !

Aujourd’hui, l’État profond (Deep State) a le pouvoir de vie ou de mort sur la gueusaille. Ça n’est ni plus ni moins que le rapport Rockefeller de 2010 (p.18, Le scénario du Lockstep) tel que le confirme l’Événement 201 qui se déroule sous nos yeux.

Ces références de 2010 ainsi que celles qui ont conduit aux décisions de « pandémie » et de « verrouillage » étaient facilement accessibles il y a encore quelques semaines seulement. Aujourd’hui, les GAFA ont largement « épuré » le sujet et fait disparaître les preuves. C’est ainsi que Google censure en déclarant que tout ce qui révèle les intentions de ce « plan diabolique » est une « fausse nouvelle ».

Le Johns Hopkins Center for Health Security, en partenariat avec le Forum économique mondial et la Fondation Bill et Melinda Gates, a accueilli l'événement 201, un exercice de haut niveau sur la pandémie, le 18 octobre 2019 à New York, NY. L'exercice visait à consolider des partenariats public / privé nécessaires pendant la réponse à une pandémie grave afin de réduire les conséquences économiques et sociétales à grande échelle. Ça c’était la version officielle.

Ils ont modélisé une « pandémie fictive » de coronavirus, un exercice de simulation de la pandémie que nous vivons bizarrement point pour point actuellement. Ces « braves » gens, Bill Gates en tête, ont imaginé des scénarios, sur la façon de contrôler l’humanité, réduire la population, l’eugénisme à son meilleur et comment tous nous faire porter un masque, faire de la distanciation sociale, afin d’éviter que nous nous parlions et nous nous réunissions.

Ils utilisent la peur d’un ennemi invisible, un virus qui divise les intelligents d’avec les zombis. Pendant ce temps, l’économie mondiale s’effondre et le chômage qui en découle prend des dimensions sans précédent et ce n’est que le début !  Au plus fort de la crise de 2020 et au-delà, jusqu’à 2 milliards de personnes, soit 58 % de la population active totale du monde pourrait être au chômage ou sous-employée (population active totale du monde 2019 : 3,46 milliards).

Selon le Programme alimentaire mondial, environ 9 millions de personnes meurent chaque année de la famine et de maladies liées à la faim. Ce chiffre  atteindra probablement 1,5 à 2,0 milliards de personnes vulnérables à la famine, dont beaucoup encore pourraient mourir. Imaginez, environ un quart de la population mondiale pourrait mourir de famine. Une mauvaise gestion injustifiée d’une crise, fabriquée de toutes pièces, entraînera inévitablement un changement mangeur dans le monde.

Tous les gouvernements auront du mal à gérer la crise du coronavirus car tel est le but. La dangerosité du Covid-19 a été volontairement surestimée. Les personnes qui en meurent sont essentiellement celles qui, statistiquement, mourraient cette année, car elles sont en fin de vie et affaibli ne peuvent plus faire face à un stress quotidien aléatoire (y compris environ 150 virus actuellement en circulation). Durant le premier trimestre 2020, il n’y a pas eu plus de 250 000 décès dus au Covid-19, contre 1,5 million de décès lors de la vague de grippe 2017-18.

Peu de pays se sont opposés aux ordres de l’Etat profond. Les Suédois n’ont pas fermé leur pays et l’économie, mais ils ont été attentifs aux personnes âgées et aux autres groupes vulnérables. Résultat : Ils n’ont pas eu plus de dégâts que les autres pays européens.

Néanmoins le plan mortifère, tel qu’il se déroule ailleurs, continuera à utiliser les médias pour une propagande anxiogène à l’extrême. Partout Covid-19 est à la une des nouvelles. Après l’assouplissement des restrictions et un déconfinement graduel, les décisions des gouvernements sont inversées sur la base d’une augmentation fantôme, d'une récidive imaginaire des cas. Ils réintroduisent ainsi des mesures radicales comme l’obligation du port du masque.

Et c’est ainsi qu’on en arrive à ce genre d’absurdité dans ma région et ailleurs : « On n'a pas de cas de Covid-19 connu au Touquet, on n'a pas de cluster. Mais pour éviter justement d'arriver à cette situation, il vaut mieux prendre les mesures qui s'imposent. », Daniel Fasquelle, maire du Touquet.

Et à ceux qui refuseraient de respecter ce genre d’ineptie, il reste les menaces et les PV qui vont avec, ainsi qu’un joli contrecoup sur le plan psychologique. Un nouveau sentiment de désespoir. Tout va désormais se dérouler par vagues successives : assouplissement puis renforcement des restrictions imposées par la loi, avec des contrôles de plus en plus sévères et des libertés plus restreintes. Tout cela s’effectuera grâce à une importante propagande de peur.

Toute cette pantomime continuera jusqu’à ce qu’un vaccin soit prêt. Le gueux lambda  aura tellement marre de ce « jeu » qu’il se soumettra alors volontairement au vaccin, même si celui-ci n’a pas été testé et qu’il est dangereux puisque introduisant une protéine altérant l’ADN, et qu’il soit associé à une nano puce pouvant être contrôlée et manipulée à distance. C’est la raison principale de la course aux ondes électromagnétiques 5G, dont les dangers pourraient être bien pires que ceux du Covid-19.

Les vaccins modifiant l’ADN : le génome humain, c’est ce que Monsanto fait aux plantes et aux cultures vivrières, en les transformant en organismes génétiquement modifiés (OGM). GAVI, l’Alliance pour les Vaccins, créée et financée par la Fondation Bill et Melinda Gates et Glaxo-Smith-Klein, l’un des principaux producteurs de vaccins, soutenu par l’OMS, prévoient de modifier notre génome, pour mieux contrôler l’humanité.

Souvenez-vous du TED Talk de Bill Gates en Californie du Sud en février 2010, dont j’ai déjà parlé de nombreuses fois. Tonton Bill a déclaré : « lorsque nous faisons du bon travail (en faisant référence à la vaccination), nous pouvons être en mesure de réduire la population mondiale de 10 à 15 % ».

Qui dit puçage dit numérisation complète de nos vies : une société sans argent liquide, uniquement de l’argent numérique contrôlée par les banques, vos dossiers de santé accessibles à qui veut bien les connaître, vos comptes bancaires vulnérables à toute interférence extérieure. C’est « tellement cool », plus d’argent liquide, plus de contrôle exclusif de votre argent, de vos revenus, de vos économies.

La plupart espèrent qu’avec le vaccin, la « normalité » telle qu’ils la connaissent, reviendra. Elle ne pourrait revenir qu’en sortant du royaume de la peur. Il faudrait éteindre les radios, les télévisions et clouer ainsi le bec aux grands médias menteurs. Il y aurait ainsi une chance que les gens reprennent le contrôle de leur vie et abolissent le rêve psychotique d’une « élite obscure » qui se présente en soi comme les dirigeants d’un Nouvel Ordre Mondial.

IL N'Y A PAS DE RAISON D’AVOIR PEUR. RÉSISTEZ !

C'est l’isolement qui nous rend malades, vivre séparé des nôtres. Vivre derrière un masque nous rend malades. La peur nous rend malades.

Notre ancienne civilisation s’est enlisée au cours des dernières décennies, en particulier depuis la montée du néolibéralisme. Ils le savent puisqu’ils en sont les créateurs, c’est bien pour cela qu’ils nous prêchent désormais une décroissance verte à l’aide de l’égérie des bobos verts : Greta Thunberg.  Voir Tonton Malthus est revenu !

Il y a quelques mois, le FMI a mis en place un fonds de sauvetage monstrueux spécial Covid-19. Au moins 60 pays du Sud avaient déjà demandé de tels « plans de sauvetage », tous assortis des conditions habituelles : privatisation massive des biens et services publics, ainsi que des concessions pour l’exploitation des ressources naturelles : eau, hydrocarbures, minéraux. L’eau qui sera privatisée par les sociétés occidentales, l’eau dont toute vie dépend. La privatisation de l’eau est le coup final porté à une population, en particulier aux segments pauvres d’un pays.

La seule façon de reconstruire une économie nationale autonome SERAIT la démondialisation et la dédollarisation, en se mettant hors de portée de la domination du dollar. Encore faudrait-il arrêter la marche des Walking Dead recouverts de leurs masques.

À suivre.

Olivier.

Voir les commentaires

Une belle stratégie du choc propice à imposer une société totalitaire

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

À l’heure où je rédige cet article, d'après un sondage, près d'un Français sur trois n'accepterait pas un vaccin contre le coronavirus s’il était mis au point. De quoi s’interroger sur la confiance qu’accorde les Gaulois au monde médical et à Big pharma en particulier, alors qu’il s’acharne à trouver un vaccin pour casser la pandémie. Selon ce sondage réalisé par l’institut YouGov pour le HuffPost, entre le 23 et le 24 juillet, 32% des Français affirment qu’ils n’accepteraient certainement pas de se faire vacciner si un vaccin contre le Covid-19 était disponible.

Ce score rassurant pour l’intelligence vient rappeler que les Français sont parmi les peuples les plus méfiants au monde à l’égard des vaccins. Ce qui expliquerait bien l’acharnement du gouvernement à vouloir nous imposer des prescriptions propres à tous nous rendre malades. N’oublions pas les liens de Macron avec Big pharma et tonton Gates.

Ainsi, la peur n’étant que la foi inversée, pour « renforcer l'adhésion à la vaccination » quoi de plus logique que de relancer la peur par de nouvelles mesures contraignantes, visant à réduire encore les libertés des Gaulois, le discours mortifère des merdias perdant progressivement de son efficacité. L'épidémie est terminée depuis plus d'un mois, il n'y a plus de malades et encore moins de morts à présenter au journal de 20h. Le gouvernement utilise donc maintenant les « tests positifs » en les faisant passer pour des « cas », des malades (qui n'existent plus !).

Pour qui possède quelque chose entre les deux oreilles, tout devient alors LOGIQUE ! Il convient d’exercer une pression énorme sur 7 milliards d’humains pour convaincre de la nécessité de se vacciner contre un virus dont on a gonflé artificiellement le taux de mortalité et qu’on dit omniprésent alors qu’il est en train de disparaître, voire a disparu.

Relisez donc mes articles concernant les précédents épisodes épidémiques et notamment l’opération de 2009, avec la fausse pandémie H1N1 ! On y retrouve toujours les mêmes salopards appliquant les mêmes tactiques, les mêmes complicités (médiatiques, politiques, gouvernementales), mêmes « experts », mêmes scénarii, mêmes peur, etc.  H1N1 a servi de répétition, c’est mon avis. Cette fois, en 2020, après 11 ans (nombre significatif pour les kabbalistes) Covid-19 est en passe de transformer l’essai en succès. En effet, malgré des recommandations confuses, contradictoires, inexpliquées, injustifiables, beaucoup continuent de leur obéir, la capacité des mougeons à se soumettre à l’autorité est énorme. D’où ma joie à constater cette réaction négative d’une partie hélas encore trop faible de mes compatriotes à l’égard de cette fièvre vaccinale qui serait pire que le virus.

Lorsque je vois passer des idiots masqués à vélo ou en voiture, je me dis que ce sont des lâches, traitres à leurs congénères, des marchepieds propres à inciter nos dirigeants à relancer la peur. Leur comportement de collabos du système laisse craindre un retour vers le confinement partiel ou total (assignation à résidence) alors qu’aujourd’hui, on sait que cette mesure est inutile et délétère ! À mon sens, et ça n’engage que moi, tout prouve que le Covid-19 sert aux autorités de test grandeur nature pour évaluer le degré de soumission de leur peuple, et voir jusqu’où ils peuvent aller avant de rencontrer une opposition suffisante.

L’utilisation d’experts sert à faire croire à un consensus qui n’existe pas, être expert ne veut pas dire être indépendant, libre de tout conflit d’intérêt, voire même compétent. Si vous en doutez, relisez donc mon article : http://vecteur-douceur.over-blog.com/2020/06/du-conseil-de-l-ordre-a-celui-de-l-or-monseignor.html

Chaque fois qu’un gouvernement dit : « il y a un consensus d’experts sur cette question », c’est un ENORME mensonge. Cela SIGNIFIE SIMPLEMENT que leurs experts se sont mis d’accord sans débat contradictoire, et au profit de l’industrie du crime pharmaceutique. Pendant que d’autres experts aussi valables sur le plan des diplômes, de la réputation ou des activités exercées, dont les avis vont à l’encontre des diktats officiels de Big pharma, avec des arguments honnêtes, des démonstrations solides et des références multiples se trouvent répudiés, humiliés et menacés.

Nos gouvernements sont aux bottes de qui finance leurs déficits devenus monstrueux, ce ne sont plus que des serviteurs, des serviles de l’industrie mondiale. Ils ne servent finalement qu’à faire passer une idéologie, un programme politique. En petits caporaux qu’ils sont devenus, ils ont de plus en plus de comptes à rendre à cette industrie mortifère aux ordres de Mammon.

Ainsi, tous ces scientifiques et auteurs indépendants sont-ils les vrais héros de l’histoire car ils ont plus à perdre qu’à gagner dans ce débat d’avis. Car ce « fameux » Covid-19 n’est une fiction basée sur des faits plausibles : un virus, des morts, une vraie maladie, une épidémie de maladies respiratoires à laquelle sont astucieusement ajoutés, au fur et à mesure, des déformations de la vérité, des distorsions de la réalité et carrément des mensonges.

La famille de ce salopard de virus existe, elle est même bien connue. Ils existent. Deux d’entre eux nous ont déjà menacé d’épidémies meurtrières (SRAS, MERS). H1N1 a préparé le terrain à l’idée que ça ne pouvait que revenir et qu’à nouveau, seule la vaccination pourrait nous sauver. C’était, comme expliqué plus haut, en 2009. Il a contribué à rendre l’histoire « Covid-19 » plausible. Il a contribué à pérenniser ensuite LA peur qui permette la mise en place d’une stratégie du choc à l’échelle d’une population grâce à des capacités hospitalières limitées.

Depuis des lustres, les médias agissent en bons toutous de leurs maîtres et remuent la queue lorsqu’on leur demande. Chaque fois, ils ont bien joué leur rôle, annonçant chaque jour le nombre de morts et les attribuant au Covid-19 sans aucune discrimination. Aujourd’hui, ils entretiennent la peur de LA deuxième voire de la troisième vague, d’un nouveau confinement en faisant passer, à tort, les cas de tests PCR positifs pour de nouveaux cas de Covid-19.

La Suède et d’autres pays, ainsi que certains états fidèles à Trump aux USA, n’ont pas joué le jeu, ou ont suivi leur propre agenda. Ils n’ont pas confiné, ils ont moins traumatisé, ils sont restés plus humains. Ils constituent bel et bien la preuve supplémentaire que l’histoire du couillonavirus telle qu’elle a été instaurée dans nos pays inféodés au Deep State américain (Belgique, France, Espagne, Canada…) est bien un mauvais film de science-fiction de série B, avec des éléments réels, plongeant leurs populations dans un piège psychologique redoutable.

Tout ceci constitue une stratégie du choc et Dieu sait qu’elles sont toujours utilisées par l’élite pour leur profit (Mammon) mais certainement pas pour le bien des gueux !

Comme je l’explique depuis de nombreuses années, leur N.O.M. (Nouvel Ordre Mondial Luciférien) nécessite de réduire à néant le patrimoine des pays, les structures sociales et économiques pour pouvoir y construire une nouvelle société, un nouvel ordre après le chaos planifié et contrôlé : leur fameux Ordo ab Chaos. Une fois les peuples privés de leurs points de repères, mis en état de choc et infantilisés, ils sont alors sans défenses et deviennent facilement manipulables. Le processus passe nécessairement par une grave crise économique (celles de 1929 ou 2008-2009) ou politique, une catastrophe environnementale, un attentat, une guerre ou une crise sanitaire, ce qui est actuellement LE CAS.

Dois-je vous rappeler l’Argentine, la Grèce dans foulée de la crise de 2008, la stratégie du choc appliquée par le biais des moyens de terrorisme aux USA en 2001 et en France en 2015 avec l’instauration d’états d’urgence et de lois d’exception qui n’ont plus jamais été supprimées ? L’hébétude suscitée constitue alors du pain béni pour l’élite luciférienne. Elle engendre une situation où le contrôle peut facilement être obtenu à partir d’une autorité extérieure.

La société doit être infantilisée. Il faut développer un état d’esprit immature (port du masque à vélo, en voiture) chez la population afin de mieux la contrôler. J’ai longuement expliqué ce cheminement psychologique dans plusieurs de mes livres. Ces idées ont été financées et étudiées toujours par les mêmes fondations (Rothschild, Rockefeller, Carnegie, etc.). Celles dont il est ici question furent diffusées par l’Institut Tavistock à Londres, créé au départ d’une clinique psychiatrique fondée en 1920, spécialisée dans le contrôle psychologique et le chaos social organisé.

N’est-ce pas ce qui est à l’œuvre, aujourd’hui ? Vous, le peu d’éveillés qui me lisez, ne trouvez-vous pas que les gens sont infantilisés ? ON NOUS EXPLIQUE COMMENT NOUS MOUCHER, sur quel trottoir on peut marcher, dans quel sens, quand on peut rentrer dans un magasin etc. La peur est omniprésente. Ceux qui refusent les masques sont rançonnés, regardés de travers, exclus, insultés, haïs. Regardez certaines vidéos, elles sont édifiantes ! Réfléchissez-bien qu’il est beaucoup plus facile de diriger une société par le contrôle mental que par le contrôle physique.

Par le biais des jeux, du sport, des séries télé à n’en plus finir, d’Hanouna, etc., on infantilise, on cultive de la confusion, de la désinformation et de la peur.

Ce fameux chaos dont je parle depuis des lustres n’est-il pas là ?!  Des centaines de milliers d’individus voient leur travail menacé, leur vie entière compromise sans possibilité de manifester, de s’opposer. Nos vieux sont abandonnés, euthanasiés, pendant que les plus jeunes se retrouvent emprisonnés dans un monde masqué et confiné, un univers de précarité favorable au chaos institué. On critique Staline ou Hitler alors que nos sociétés cherchent à séparer les membres d’une même famille, sous prétexte de couillonavirus.

Toute cette sombre mécanique bien huilée engendre alors une réflexion paralysée et une contestation sanctionnée. Ne soyez donc pas étonnés que dans les jours et les semaines qui viennent notre gouvernement EN MARCHE, par « experts » et médias interposés, poursuive cette stratégie et nous annonce toujours plus d’infectés, de morts et de vagues de Covid, quelle que soit la réalité des faits. Restez éveillés les amis, IL EST MINUIT MOINS UNE et les démons rodent. Je ne saurais trop vous conseiller la lecture GRATUITE de mon dernier bébé destiné à désinfantiliser mes compatriotes : DE MAMMON À CORONA comment en est-on arrivé là ?!

http://vecteur-douceur.over-blog.com/2020/06/de-mamon-a-corona-comment-en-est-on-arrive-la.html

À suivre.

Olivier

 

 

Voir les commentaires

LE DEEP STATE PREND PEUR (SUITE)

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

suite.

Orateur 7: (25:52)

L'hydroxychloroquine ne serait-elle pas ...

Dr Stella Immanuel: (25:52)

Je vais en parler.

Conférencier 7: (25:52)

Peut-être que le Dr Immanuel peut en parler, ou quelqu'un d'autre.

Dr Bob Hamilton: (25:53)

Eh bien, l'hydroxychloroquine, oui. [diaphonie 00:25:56].

Conférencier 7 : (25:53)

En termes de prophylaxie.

Dr Bob Hamilton : (25:53)

Cela peut être fait. Oui, cela peut être utilisé. [diaphonie 00:26:06]

Dr Stella Immanuel: (26:06)

Nous parlons de, nous ne pouvons pas ouvrir nos entreprises. Nous ne pouvons pas aller à l'école et les parents ont peur d'être traités. Et moi, j'ai mis plus d'une centaine de personnes sous prophylaxie à l'hydroxychloroquine. Les médecins, les enseignants, les professionnels de la santé, mon personnel, moi, je vois plus de 15 à 20, parfois 20, 15, 10 patients par jour. J'utilise un masque chirurgical. Je n'ai pas été infecté. Personne que je connais n'a été infecté autour de moi. Voilà donc la réponse à cette question. Vous voulez ouvrir des écoles, tout le monde prend de l'hydroxychloroquine. C'est la prévention du COVID. Un comprimé toutes les deux semaines suffit. Et c'est ce que nous devons transmettre au peuple américain. Il y a prévention et guérison. Nous n'avons pas à confiner les écoles. Nous n'avons pas à confiner nos entreprises. Il y a de la prévention et il y a un remède. Alors au lieu de parler de masque,

Dr Stella Immanuel: (26:59)

Mettez ceux qui sont à haut risque à l'hydroxychloroquine. Ceux qui le veulent. Si vous voulez attraper COVID, c'est cool, mais vous devriez avoir le droit de le prendre et d'être prévenu. Voilà donc le message. Tous ces trucs que nous mettons ensemble, ce n'est pas nécessaire car l'hydroxychloroquine a une prévention. L'hydroxychloroquine est une prévention du COVID.

Orateur 8: (27:17)

Plus tôt, je vous ai entendu dire que ...

Dr Stella Immanuel: (27:18)

Hydroxychloroquine.

Orateur 8: (27:21)

… l'hydroxychloroquine, que ce médicament était le remède.

Dr Stella Immanuel: (27:22)

Cure, mm-hm (affirmatif).

Orateur 8: (27:25)

Mais vous avez également dit mesuré avec du zinc et d'autres choses.

Dr Stella Immanuel: (27:27)

Oui.

Conférencier 8: (27:27)

Et vous avez également dit que les médecins précédents l'avaient utilisé, mais qu'ils l'avaient utilisé dans le mauvais dosage. Alors je continue d'entendre le médicament, mais alors quel est le bon dosage. Quel est le bon mélange?

Dr Stella Immanuel: (27:39)

Vous allez en discuter avec votre médecin, mais laissez [inaudible 00:03:43] prendre cela.

Orateur 9: (27:45)

Ouais, c'est une excellente question. Parce que toute la situation politique a poussé la peur vers cette drogue. Alors abordons cela. Ce médicament est super sûr. C'est plus sûr que l'aspirine, Motrin, Tylenol. C'est super sûr. D'accord. Alors, quel est le problème dans bon nombre de ces études, c'est qu'ils ont fait des doses très, très élevées, des doses massives dans tout le pays. Ils ont fait l'étude des remaps, l'essai de solidarité. C'était l'essai de l'Organisation mondiale de la santé, ainsi que l'essai de rétablissement. Ils utilisent 2400 milligrammes le premier jour. Tout ce dont vous avez besoin est de 200 deux fois par semaine pour la prophylaxie. Ils ont utilisé des doses toxiques massives. Et devinez ce qu'ils ont découvert? Lorsque vous utilisez des doses toxiques massives, vous obtenez des résultats toxiques. Le médicament ne fonctionne pas lorsque vous donnez des doses toxiques. C'est un médicament très sûr. Il se concentre dans les poumons, 200 à 700 fois plus élevé dans les poumons.

Conférencier 9: (28:38)

C'est un médicament incroyable parce que dans la circulation sanguine, vous n'obtiendrez pas des niveaux élevés, mais vous obtenez des niveaux massifs dans les poumons. Donc, vous allez vous rendre compte, si vous faites une prophylaxie, que dès que le virus arrivera là-bas, il aura du mal à passer parce que l'hydroxychloroquine l'empêche d'entrer. Et puis une fois qu'il est entré, il a gagné ». t laissez le virus se répliquer. Apporter du zinc et du zinc va gâcher la photocopieuse appelée RDRP. Donc, avec la combinaison de médicaments, c'est incroyablement efficace au début de la maladie. En soi, c'est incroyablement efficace comme prophylaxie. Cela répond-il à la question?

Simone Gold: (29:15)

Ouais. Je veux souligner quelque chose que le Dr [inaudible 00:29:20] vient de dire, parce que j'aime la question. Il s'agit d'un régime de traitement très simple, et il devrait être entre les mains du peuple américain. L'aspect difficile de tout cela, c'est qu'en ce moment, à cause de la politique, il est interdit aux médecins de le prescrire, et il est interdit aux pharmaciens de le publier. Ils ont été autorisés à annuler l'opinion du médecin. Pourquoi n'est-ce pas en vente libre? Comme vous pouvez l'obtenir dans une grande partie du monde et presque dans toute l'Amérique latine, en Iran, en Indonésie, en Afrique subsaharienne, vous pouvez simplement aller l'acheter vous-même. Et la dose, mes amis, est de 200 milligrammes deux fois par semaine et de zinc par jour. Voilà la dose. Je suis favorable à ce que ce soit en vente libre. Donnez-le au peuple. Donnez-le au peuple.

Modérateur: (30:06)

Nous en avons deux autres, qui peuvent répondre à cette question et qui connaissent cette information.

Dr James Todaro: (30:12)

Bonjour, Dr James Todaro [inaudible 00:30:13]. Je veux simplement ajouter quelques commentaires à ce que disait le Dr Gold. S'il semble qu'il y ait une attaque orchestrée contre l'hydroxychloroquine, c'est parce qu'il y en a. Quand avez-vous déjà entendu parler d'un médicament générant ce degré de controverse? Un médicament âgé de 65 ans qui figure sur la liste des médicaments essentiels et sûrs de l'Organisation mondiale de la santé depuis des années. C'est en vente libre dans de nombreux pays. Et ce que nous voyons, c'est beaucoup de désinformation. J'ai donc co-rédigé le premier document sur l'hydroxychloroquine comme traitement potentiel du coronavirus. C'est de retour en mars et cela a déclenché toute une série de tempêtes. Et depuis lors, il y a eu une énorme censure sur les médecins comme nous et ce que nous disons. Et plusieurs d'entre nous ont déjà été censurés. Ce document Google que j'ai co-écrit a en fait été supprimé par Google. Et c'est après maintenant, de nombreuses études ont montré qu'il est efficace et sans danger. Vous ne pouvez toujours pas lire cet article. Et il y a aussi cette désinformation là-bas. Et malheureusement, cela a atteint les plus hauts ordres de la médecine. En mai, un article a été publié dans The Lancet. Il s'agit de l'une des revues médicales les plus prestigieuses au monde. L'Organisation mondiale de la santé a arrêté tous ses essais cliniques sur l'hydroxychloroquine à cause de cette étude. Et ce sont des chercheurs indépendants comme nous qui se soucient des patients, qui se soucient de la vérité qui ont creusé dans cette étude et qui ont déterminé qu'il s'agissait en fait de données fabriquées. Les données n'étaient pas réelles. Et nous l'avons fait de manière si convaincante que cette étude a été rétractée par The Lancet moins de deux semaines après sa publication. Ceci est presque inconnu, surtout pour une étude de cette ampleur.

Dr James Todaro: (31:44)

Je m'excuse donc auprès de tout le monde pour le fait qu'il y a tellement de désinformation là-bas, et il est si difficile de trouver la vérité. Et malheureusement, il faudra chercher la vérité dans d'autres endroits. C'est pourquoi nous avons formé des médecins de première ligne ici pour essayer d'aider à diffuser la véritable information.

Conférencier 10: (32:00)

Comment avez-vous dit que votre nom était?

Dr James Todaro: (32:01)

Je suis James Todaro.

Modérateur: (32:02)

Donnez votre site Web.

Dr James Todaro: (32:05)

La plupart de mes pensées, je les publie en fait sur Twitter. Twitter a été génial ces derniers temps. Donc, James Todaro, M D. TODARO MD, mais j'ai aussi un site Web medicineuncensored.com, qui contient beaucoup d'informations sur l'hydroxychloroquine, je pense que c'est beaucoup plus objectif que ce qui se passe dans d'autres canaux médiatiques.

Conférencier 10: (32:28)

Un point, en termes de Twitter. C'est important parce que, comme je le comprends non seulement des médecins, mais aussi d'autres personnes dans les médias, YouTube a bloqué des informations spécifiquement sur l'hydroxychloroquine.

Dr James Todaro: (32:42)

Je vais aller de l'avant et aborder cette question très rapidement. Je dirais que Facebook et YouTube ont pris les mesures les plus draconiennes pour faire taire et censurer les gens. Et cela vient du PDG de YouTube, ainsi que de Mark Zuckerberg, disant que tout ce qui va à l'encontre de ce que l'Organisation mondiale de la santé a déclaré est soumis à la censure. Et nous savons tous que l’Organisation mondiale de la santé a commis un certain nombre d’erreurs au cours de cette pandémie. Ils n'ont en aucun cas été parfaits. Twitter, bien qu'ils aient des défauts et des défauts et signalent certains contenus et choses, ils restent vraiment l'une des plateformes les plus libres pour partager des dialogues, des discussions intelligentes concernant ces informations. Et beaucoup d'entre nous ici aujourd'hui se sont connectés sur des plateformes sociales comme ça.

Conférencier 11: (33:21)

Pourriez-vous parler de ce que vous avez mentionné plus tôt au sujet du médicament et depuis combien de temps il existe?

Dr Joe Ladapo: (33:27)

Chose sûre. Je suis le Dr Joe. Ladapo. Je suis médecin à l'UCLA et je suis également chercheur clinique. Et je parle pour moi et non au nom de l'UCLA. Je veux donc dire que je pense aux gens qui sont derrière les écrans et qui regardent ce que vous diffusiez. Et je veux partager avec vous car il y a tellement de controverse et l'atmosphère est si pleine de conflit en ce moment que ce que ce groupe de médecins essaie de faire fondamentalement, c'est vraiment d'apporter plus de lumière à cette conversation sur la façon dont nous gérons COVID-19 et l'énorme défi. Et c'est ce dont il s'agit en fin de compte. Et faire la lumière sur quelque chose, c'est réfléchir davantage aux compromis, à un de mes collègues a dit sur les conséquences involontaires. Et je pense en fait que ce n'est même pas le bon mot, le bon mot est des conséquences imprévues.

Dr Joe Ladapo: (34:45)

Donc, je suis sûr que les gens écoutent une partie de la discussion sur l'hydroxychloroquine et se demandent de quoi ces médecins parlent-ils? Et, ce sont des médecins qui s'occupent des patients, certifiés par le conseil, une école de médecine, de grandes écoles de médecine, tout cela. Comment pourraient-ils dire cela? Je regarde CNN et NBC, et ils ne disent rien à ce sujet. Et c'est en fait, c'est le point. Il y a des problèmes qui sont d'ordre moral, pour lesquels il devrait vraiment y avoir une voix singulière. Donc, pour moi, les problèmes liés à savoir si les gens sont traités différemment en fonction de leur sexe ou de leur race, ou de leur orientation sexuelle. Personnellement, je pense que ce sont des questions morales et il n'y a qu'une seule position à ce sujet. Mais COVID-19 n'est pas une question morale. Le COVID-19 est une question difficile et complexe sur laquelle nous tirons avantage d'avoir plusieurs points de vue. Ce n'est donc pas bon pour le peuple américain lorsque tout le monde entend un point de vue sur les principales stations. Il n'y a aucun moyen que cela fonctionne. Donc, le point de vue que la plupart des gens ont entendu est que l'hydroxychloroquine ne fonctionne pas. C'est le point de vue que la plupart des gens ont entendu à la télévision grand public.

Dr Joe Ladapo: (36:03)

C'est le point de vue que la plupart des gens ont entendu à la télévision grand public, et je le crois aussi, jusqu'à ce que je commence à parler à des médecins qui regarderaient de plus près que certains des médecins derrière moi ici. , qui examinerait de plus près les données et les études.

Dr Joe Ladapo: (36:17)

C'est donc un fait que plusieurs essais randomisés sont sortis jusqu'à présent, c'est notre plus haut niveau de preuve, et ont montré que l'hydroxychloroquine ... Leurs résultats ont généralement été qu'il n'y a pas d'effet significatif sur la santé avantage. Donc, c'est un fait, que les essais contrôlés randomisés sont sortis… Jusqu'à présent, ils sont sortis. En fait, il y en a eu deux ou trois grands qui ont été publiés au cours des deux dernières semaines, [inaudible 00:36:44] Internal Medicine, New England Journal of Medicine, et je pense qu'un autre journal.

Dr Joe Ladapo: (36:49)

C'est également un fait qu'il y a eu plusieurs études d'observation. Ce ne sont tout simplement pas des essais contrôlés randomisés, mais des patients traités avec ce médicament qui ont constaté que l'hydroxychloroquine améliore les résultats. Donc, ces deux choses sont vraies. Il y a des preuves contre cela et il y a des preuves pour cela. C'est également un fait que nous traversons une période extrêmement difficile. Compte tenu de ces considérations, comment la bonne réponse peut-elle être de limiter l'utilisation du médicament par le médecin? Cela ne peut pas être la bonne réponse. Et quand on considère que ce médicament avant le COVID-19 était utilisé depuis des décennies, par des patients atteints de polyarthrite rhumatoïde, par des patients atteints de lupus, par des patients souffrant d'autres affections, par des patients qui voyageaient en Afrique de l'Ouest et avaient besoin d'une prophylaxie antipaludique, nous je l'utilise depuis longtemps, mais tout d'un coup, il est élevé à ce domaine de ressembler à une drogue toxique. Cela n'a tout simplement pas de sens.

Dr Joe Ladapo: (37:59)

Ensuite, lorsque vous ajoutez à cela le fait que nous avons eu deux des plus grandes revues au monde, New England Journal of Medicine et Lancet, comme mes collègues disent, retirez les études qui ont trouvé , fait intéressant, que l'hydroxychloroquine a nui aux patients. Ces deux études. Ils ont dû retirer ces études, ce qui est vraiment inouï. Cela devrait inquiéter tout le monde quant à ce qui se passe. À tout le moins, nous pouvons vivre dans un monde où il y a des divergences d'opinion sur l'efficacité de l'hydroxychloroquine, mais qui permettent quand même plus de données à venir, permettent toujours aux médecins qui se sentent en mesure d'utiliser ce médicament, et continuent de parler, et apprendre et devenir meilleur pour aider les personnes atteintes du COVID-19.

Dr Joe Ladapo: (38:50)

Alors pourquoi nous ne sommes pas là n'est pas bon. Cela n'a pas de sens, et nous devons sortir de là.

Dr Stella Immanuel: (38:58)

Écoutez, permettez-moi de vous en parler un peu. J'ai vu 350 patients et je compte. Mettez-les sur hydroxychloroquine. Ils se sont tous améliorés. C'est ce que je dirais à toutes ces études, elles avaient des doses élevées, elles ont été données à de mauvais patients. Je les appellerai de la fausse science. Toute étude qui dit que l'hydroxychloroquine ne fonctionne pas est une fausse science et je veux qu'ils me montrent comment cela ne fonctionne pas. Comment cela va-t-il fonctionner pour 350 patients pour moi et ils sont tous vivants, puis quelqu'un dit que ça ne marche pas? Les gars, tous ces études, fausse science.

Simone Gold: (39:30)

Quelle était votre question? Je vous remercie.

Orateur 14: (39:31)

Dernière question.

Simone Gold: (39:31)

Ouais, dernière question.

Conférencier 13: (39:35)

J'ai entendu dire qu'il y avait une augmentation de l'anxiété, des idées suicidaires, de la toxicomanie et de divers problèmes de santé mentale à la suite des fermetures des restaurants et des d'écoles. Recommandez-vous que le financement fédéral [inaudible 00:39:48] des programmes aidera à régler ces problèmes?

Simone Gold: (39:54)

Oui, je ne comprends pas comment vous iriez à cette conclusion. Si le problème est que les écoles sont fermées, et que cela en est la cause, alors nous devons ouvrir les écoles.

Orateur 14: (40:03)

[inaudible 00:40:03] santé mentale [diaphonie 00:40:05].

Simone Gold: (40:06)

Ouais. J'irais à l'école. J'ouvrirais les écoles, parce que la chose la plus importante pour les enfants est de socialiser, d'être avec d'autres enfants et d'apprendre. Ouais. [diaphonie 00:40:14] Ouais. Remettons les enfants à l'école.

Orateur 14: (40:17)

Vous ne croyez pas cela?

Simone Gold: (40:20)

Les enfants sont de retour à l'école. Nous sommes en faveur des enfants qui retournent à l'école.

Conférencier 15: (40:22)

Merci à tous. [diaphonie 00:04:24]. Merci beaucoup. Et nous allons retourner en direct pour continuer notre sommet, afin que vous puissiez continuer à regarder. Une fois de retour, nous courrons peut-être.

Conférencier 16: (40:35)

Merci beaucoup. [inaudible 00:40:45].

Dr Stella Immanuel: (40:38)

C'est de la fausse science. [diaphonie 00:04:50]. C'est de la fausse science.

Simone Gold: (40:50)

C'est vrai. Je te crois. Je te crois. [diaphonie 00:40:52].

Docteur 1: (40:54)

C'est plus spécialisé, donc je dois reporter.

Orateur 18: (40:55)

Vous avez dit que la dépression

Docteur 1: (40:56)

Cette dépression est causée par de faibles niveaux de zinc. De nos jours, lorsque vous allez à l'hôpital, ils ne testent pas ces niveaux de zinc. Les faibles niveaux de zinc se manifestent par une perte de l'odorat, une perte de goût. Pourquoi sont-ils également des symptômes de COVID, n'est-ce pas? COVID, perte de l'odorat, perte du goût, non? Et la raison en est que le zinc est la chose naturelle qui combattait le COVID. Ce qui se passe, c'est que le zinc arrête l'ARN polymérase et l'hydroxy chloroquine permet au zinc de pénétrer dans les cellules.

Orateur 18: (41:33)

Je me demande ...

Docteur 1: (41:33)

Pour arrêter l'ARN polymérase-

Orateur 18: (41:35)

Parce qu'il y avait un-

Docteur 1: (41:36) Attendez, attendez

Orateur 18: (41:36)

Il était sous-entendu que -

Docteur 1: (41:37)

Laissez-moi vous donner la science derrière cela. Donc, si votre laboratoire est [diaphonie 00:41:41]… je comprends.

Orateur 18: (41:43)

Ouais.

Docteur 1: (41:43)

Permettez-moi de vous expliquer un peu mieux. Le zinc arrête l'ARN polymérase et il est utilisé par vos cellules dans le combat normal du COVID. Donc, si vous n'avez jamais pris d'hydroxychloroquine, vous serez toujours appauvri en zinc. Nous sommes dans un état naturel d'épuisement du zinc aux États-Unis, mais le COVID diminue encore plus votre zinc et vous en avez besoin pour lutter contre tout virus. C'est pourquoi ta mère a toujours dit: «Prends ton zinc», n'est-ce pas?

Conférencier 18: (42:04)

Le problème avec les enfants dans les unités psychiatriques est-il qu'ils ont de faibles niveaux de zinc?

Docteur 1: (42:11)

Non, non, non. Nous parlons du COVID et comment cela… [inaudible 00:06:13].

Orateur 18: (42:15)

D'accord. Ma question portait sur la question de savoir si les fonds fédéraux devraient être détournés pour aider les thérapeutes, les travailleurs sociaux et les autres travailleurs de première ligne à faire face aux problèmes psychologiques mentionnés par votre collègue, les fermetures des services du gouvernement et les écoles provoquent une augmentation des idées suicidaires, et la toxicomanie et l'anxiété. Ces facteurs environnementaux sont donc à l'origine de ces problèmes de santé mentale. N'est-il pas logique que les fonds destinés à aider ces institutions à s'attaquer au problème devraient recevoir davantage de financement?

Docteur 1: (42:47)

Je vais m'en remettre à mon collègue psychiatre.

Orateur 18: (42:50)

Il ne m'a pas entendu poser la question. [diaphonie 00:42:51].

Docteur 1: (42:51)

Premièrement, nous devons prendre soin de la base biologique, qui est le zinc, qui est la vitamine D, le manque de vitamine D. Nous déversons notre lait.

Orateur 18: (43:03)

Oui, je n'en sais rien.

Docteur 1: (43:04)

Nous déversons notre lait [diaphonie 00:07:05]. Nous déversons actuellement notre lait dans les fosses à fumier. Si nous nous réunissions

Docteur 2: (43:09)

Oui, c'est difficile à croire.

Docteur 1: (43:10)

Si nous permettions aux enfants de ne pas aller à l'école, ce serait très utile.

Orateur 18: (43:14)

D'accord.

Docteur 1: (43:14)

Je m'en remets donc à mon collègue.

Orateur 18: (43:17)

Donc ma question, je n'ai toujours pas obtenu de réponse claire à ce sujet -

Docteur 2: (43:19)

Je vais essayer de répondre. La politique publique n'est pas mon expertise, mais je peux essayer.

Orateur 18: (43:23)

Oh non, il ne s'agit pas vraiment de… Ce n'est pas non plus mon expertise, en fait. Mais je me demandais, puisque votre collègue a dit qu'à la suite de fermetures d'écoles et de fermetures des services gouvernementaux, qui ont provoqué une augmentation des idées suicidaires, de l'anxiété, de la toxicomanie et de divers autres problèmes, je me demande si le financement fédéral devrait être détourné vers travailleurs de première ligne, travailleurs sociaux, thérapeutes en santé mentale?

Docteur 2: (43:45)

La réponse à votre question est la suivante, je le vois de cette façon, le mal est déjà arrivé, c'est ce que nous disons. La réponse à la question est donc que le mal est déjà survenu. Que devons-nous faire face à ce préjudice? Je ne connais pas le fonctionnement interne du gouvernement, mais dire que le mal est déjà survenu et dire que nous allons faire quelque chose à ce sujet, c'est logique. Pour moi en tant que médecin, je pense que si nous savons que le mal va arriver, si vous et moi savons que nous avons déjà été écrasés par une voiture, je pense qu'il est logique de me laisser aller de l'avant et d'aller à l'hôpital chercher mon-

Conférencier 18: (44:10)

Il y a un réel manque de financement pour que les gens de ma profession puissent aider ces enfants et ces adultes.

Docteur 2: (44:12)

Oui, je pense que cela a beaucoup de sens. Alors je vais simplement me dire que c'est logique, et je pense que c'est juste.

Conférencier 18: (44:20)

J'apprécie la préoccupation bien équilibrée. Cela s'arrête en quelque sorte avec inquiétude et ne continue pas à agir. Le Congrès pourrait ne pas, je ne suis pas sûr de qui il était, peut-être que vous pourriez réellement donner [diaphonie 00:08:31].

La vidéo peut être a été postée sur Facebook et Youtube avant d'être retirée.

https://www.facebook.com/watch/live/?extid=aSAplnpL1IHwjy0S&v=770670327072360&ref=watch_permalink

Je tire toujours à boulets rouges sur la presse, mais là, chapeau bas France Soir pour son courage.Je vous invite également à lire leur dossier complet sur  Professeur Raoult et l'hydroxychloroquine.

http://www.francesoir.fr/societe-science-tech/traitement-du-professeur-raoult-le-point-sur-les-connaissances-actuelles

Olivier

 

Voir les commentaires