Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

NACHASH

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

NACHASH, mon 13e et dernier livre, vient de paraître.

https://www.thebookedition.com/fr/nachash-p-388763.html

Vous venez d’avoir deux années pour vérifier l’efficacité de la « science » des hommes. Deux années de mensonges éhontés durant lesquelles Big Pharma nous aura emmené toutes et tous au fond du trou du petit lapin blanc, ou plutôt de son Deep State. Leur PLAN se déroule actuellement à la face du monde sans en faire sourciller beaucoup.

Après l’aspect faussement sanitaire des choses, je vous propose donc de découvrir en ma compagnie un autre versant de leur « vérité scientifique » : celui des blackbouleurs du Diable. Avec leur NASA, venez donc vous décrasser les neurones restés trop longtemps encrassés par leur maudite science de menteurs.

Je vous invite donc à vivre UN VOYAGE SPATIAL, SPECIAL AUTANT QU’INITIATIQUE. Vous allez y découvrir d’autres énormités, et pas des moindres. Vous comprendrez bien vite que cette matrice qui nous emprisonne suinte désormais le MENSONGE de partout : celui d’une secte de serpents et de son N.O.M.

L’homme déchu ment comme il respire ! D’un Tchernobyl obéissant, à un 11-Septembre 2001 démolissant, en passant par un Covid-19 déconcertant, les hommes de l’ombre nous embrument l’esprit à n’en plus finir.

Avec ce livre, je vous le garantie, nous n’allons pas alunir mais descendre dans les bas-fonds d’un Deep State volontairement phagocytant pour les intelligences. Laissez-donc Olivier Cape vous inviter à un départ de Cap Canaveral pour un voyage stellaire.

C’est sûr et certain, vous n’en ressortirez pas indemnes ! Bref, ami lecteur, découvres donc le Nachash à travers plus de 440 pages. Tu ne seras pas déçu !

Olivier

Voir les commentaires

« Houston, we have a problem. »

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Ça fait déjà plus d’un an que j’ai expliqué la chose. Regardez-donc :  https://twitter.com/i/status/1488230574250672131

Désormais ça commence à sortir de partout. Jetez donc un œil sur ces deux articles où j’y revenais HISTOIRE DE RAFRAICHIR LES MEMOIRES une dernière fois avant le grand saut.

https://vecteur-douceur.over-blog.com/2022/01/un-avant-gout-du-tueur-de-l-ombre.html  

Le tueur de l’ombre. (Partie une)

https://vecteur-douceur.over-blog.com/2022/01/le-tueur-de-l-ombre.partie-une.html  

Le tueur de l’ombre. (Partie deux)

Mais continuez-donc vos rappels braves gens, comme on dit là-bas il n’y a pas de problème.

À SUIVRE SI ON ME LAISSE ENCORE ECRIRE.

« Victime de mon succès », je fais l’objet d’un déréférencement Sauvage de la part des GAFAM, si vous désirez m’aider, le minimum que vous puissiez faire, c’est de cliquer sur les liens si dessous afin de faire remonter mon référencement. D’avance merci.

Olivier

Voir les commentaires

Lorsque Big Pharma commence à faire caca culotte !

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Juste quelques mots afin de rappeler à toutes et à tous ce que représente ce monstrueux mensonge concernant les médicaments qui soignent VRAIMENT. Après son énorme étude frauduleuse contre l’hydroxychloroquine, The Lancet baisse sa culotte et pour lui, les vaccinés sont des contaminateurs comme les autres.

Le professeur Luc Montagnier qu’on adule en Italie mais qu’on considère pourtant comme sénile en France, nous l’avait pourtant déclaré clairement : « Les autorités gouvernementales effacent les preuves. Si on continue de vacciner à tour de bras, il y aura davantage de disparitions. »

Le Lancet a beau faire profil bas, les dégâts sont là et l’ivermectine absente. Ivan Rioufol, est un journaliste, éditorialiste et essayiste français non vacciné et proche de Pascal Praud (un de ceux qui commence à dire la vérité). Dans cette petite vidéo et en direct de chez lui, il nous annonce : « Un double vacciné m'a refilé son covid, j'ai été traité par l’ivermectine, l'azithromycine, le zinc et la vitamine D et je vais très bien. »

https://twitter.com/i/status/1469251559280283651   

Comprenne que veut !

À SUIVRE SI ON ME LAISSE ENCORE ECRIRE.

« Victime de mon succès », je fais l’objet d’un déréférencement Sauvage de la part des GAFAM, si vous désirez m’aider, le minimum que vous puissiez faire, c’est de cliquer sur les liens si dessous afin de faire remonter mon référencement. D’avance merci.

Olivier

Voir les commentaires

Vous reprendrez-bien une bonne cote à l’os ?

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Pour Big Pharma tout est bon afin de nous empoisonner. Il convient de suivre leur PLAN d’éradication. Il est donc bon de supprimer tout ce qui soigne. Après l’hydroxychloroquine «vénéneuse » et l’homéopathie « inutile », c’est donc au tour de la vitamine D de passer à la moulinette.

Et afin d’aller jusqu’au bout dans leur SINISTRE tâche, nos psychopathes de l’ombre se permettent tout, même de ressortir du placard les vieilles « armes ». Avez-vous oublié l’horrible spectacle de ces animaux atteints de symptômes bizarres et qu’on abattait de sinistres manières ?

Je vous parle ici de poudre, de farines responsables de la crise de la « vache folle » au sein de l’UE dans les années 1990. C’était juste avant un autre simulacre monstrueux : celui du HINI sur lequel couillonavirus est venu se plaquer de manière étrange autant que mimétique.

Tout cela pour vous dire que les farines animales seront de retour dans les élevages industriels avant la fin de l’année, puisque la Commission européenne, antichambre du Deep State américain, vient d’autoriser leur réintroduction dans l’alimentation animale. Il est vrai que dans un monde-démon où l’on vaccine désormais trois fois les femmes enceintes avec une mixture immonde qui aurait fait crier comme des pucelles tous les vrais médecins d’avant, on doit s’attendre à tout et surtout AU PIRE !

Outre plus de 230 victimes officiellement répertoriées à l’époque l’épidémie (une paille face à couillonavirus !), l’encéphalopathie spongiforme bovine provoquée par ces farines de cannibales, avait à l’époque provoqué l’abattage de millions de bovins et suscité la défiance durable des consommateurs vis-à-vis d’une certaine agriculture.

Cette page « glorieuse » de notre histoire et surtout de notre «science » me fait penser à une réflexion de tonton Einstein qui, face à deux questions concernant l’infini : celui de l’univers et celui de la connerie humaine, avait fini par reconnaître que notre univers était fini. Ne restait donc que l’infini de … qui, au travers des farines animales faisant de nos bovins des cannibales, se révèle avec brio.

Ainsi, vingt ans après avoir interdit le recours aux farines animales sous le poids des circonstances, l’UE et ses technocrates qui osent tout et surtout le plus abject, souhaitent à nouveau les voir utilisées massivement dans l’élevage. Comme pour les vaccins qui nous font tomber comme des mouches, la Commission assure donc que toutes les précautions ont été prises pour éviter les dérives, à commencer par l’interdiction de donner cette nourriture aux ruminants, ou de nourrir les porcs et les poulets avec de la farine issue de leurs congénères.

À nouveau, c’est le langage, le « politiquement correct » qui vient au secours de cette belle brochette (avec OGM) de salopards grassement payés par les lobbys de tous poils. La gueusaille aura donc droit à un langage châtié afin de ne pas blesser ses oreilles qui, de toute façon, n’entendent plus grand-chose à part le bruit assourdissant des merdias subventionnés eux-aussi.

Ce beau langage à faire mouiller la p’tite culotte d’une Marlène Chiappa est déjà en place, dans starting-blocks, prêt à ramener moult pognon à une élite de dégénérés. Il est destiné à faire accepter l’inacceptable. À l’expression « farines animales », de sinistre mémoire, il faut désormais substituer l’acronyme PATProtéines Animes Transformées »), rassurant dans sa froide neutralité scientifique.

Mais que la gueusaille veuille bien se rassurer. Tout ceci est fait pour une « noble cause ». Bien avant l’intérêt économique, il convient de mettre en avant l’impact écologique de cette décision : c’est en effet dans le cadre de son « green new deal » que la commission l’a entérinée.  En ligne de mire : la dépendance des éleveurs de l’UE au soja brésilien, dont le transport à longue distance et les conditions de cultures sont peu soucieux d’environnement.

Grace à nos petits chinois qui n’hésitent déjà pas à trafiquer entre autre du lait pour bébé, nul doute que l’autorisation entraînera nécessairement avec elle le retour de la fraude. Quels que soient les engagements formels au sujet de la traçabilité et des contrôles, aucun État ne dispose des bataillons de contrôleurs indispensables à une surveillance générale.

La PEUR menant toujours les intérêts de ce monde, et surtout celui des élites, la méfiance qui découlera du retour des farines animales ne manquera pas de se traduire en défiance à la première fraude médiatiquement révélée. Une fraude qui, comme l’a déjà réalisé un « méchant » couillonavirus, ne manquera pas de profiter à ceux (toujours les mêmes) qui nous ventent leurs viandes artificielles et autres bouillies abjectes à base d’insectes (merci Al Gore et bill Gates). Lorsque je vous dis depuis des lustres que le Green new deal est un autre moyen MEURTRIER de tous nous saigner, vous voyez par là, que j'exagère à peine !

Dans le cadre de cette pure logique financière qui envoie aux orties la santé des peuples, les instances communautaires auront fait preuve d’une remarquable opiniâtreté. En effet, argent aidant, cela fait des années qu’elles plaidaient en faveur de cette mesure. Ajoutons à cela le fait que le CETA (traité de libre-échange entre l’UE et le Canada) rend possible depuis 2017 l’importation dans l’UE de bœufs canadiens nourris aux farines animales, le mythe de « l’Europe -qui -protège » prend vraiment du plomb dans l’aile.

Bon appétit.

À SUIVRE SI ON ME LAISSE ENCORE ECRIRE.

« Victime de mon succès », je fais l’objet d’un déréférencement Sauvage de la part des GAFAM, si vous désirez m’aider, le minimum que vous puissiez faire, c’est de cliquer sur les liens si dessous afin de faire remonter mon référencement. D’avance merci.

Olivier

Voir les commentaires

TIRER LA CHASSE OU SE SOULAGER DANS LES URNES ?

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Je sais qu’un peuple possède les dirigeants qu’il mérite. Mais nous ne méritons certainement pas toutes et tous l’EMMERDEUR !

Allez-vous, pour certains, continuer, tels des constipés du système, à vouloir vous SOULAGER dans les urnes, afin d’élire un nouvel …, ou tirer la chasse afin de réaliser cette purge salvatrice : ce RESET du peuple ?

Choisissez-vite et bien : soit le Reset des peuples, soit celui du davosien tonton Schwab, qui fera de nous-tous des moutons dociles, le porte-monnaie vide et sans domicile ; régulièrement piquouzés, puisque pucés. OUI POUR UN RESET, MAIS LE NÔTRE, CELUI DES GAULOIS REFRACTAIRES :  PAS CELUI DE TONTON SCHWAB !

Pour celles et ceux qui désirent s’armer pour cette PURGE, j’ai concocter un petit paquet cadeau utile à la compréhension des temps qui sont désormais les nôtres. J’y ai mis tout mon cœur de COMPLOTISTE. Pour une bonne compréhension, c'est à lire dans l'ordre.

Lorsque la vaccination constitue l’épidémie.

https://vecteur-douceur.over-blog.com/2022/01/lorsque-la-vaccination-constitue-l-epidemie.html

Une petite histoire de vaccin.

https://vecteur-douceur.over-blog.com/2022/01/une-petite-histoire-de-vaccin.html

Un avant-goût du tueur de l’ombre.

https://vecteur-douceur.over-blog.com/2022/01/un-avant-gout-du-tueur-de-l-ombre.html

Le tueur de l’ombre. (Partie une).

https://vecteur-douceur.over-blog.com/2022/01/le-tueur-de-l-ombre.partie-une.html

Le tueur de l’ombre. (Partie deux).

https://vecteur-douceur.over-blog.com/2022/01/le-tueur-de-l-ombre.partie-deux.html

Bonne lecture.

Olivier

 

Voir les commentaires

Le tueur de l’ombre. (Partie deux)

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

L’oxyde de graphène injecté développe des propriétés magnétiques en contact avec l’hydrogène et les cellules vivantes. Ainsi, beaucoup de vaccinés présentent-ils ensuite ce magnétisme exacerbé au point d’injection et ensuite au plexus solaire et au crâne, et qui fait la joie des réseaux sociaux.

L’oxyde de graphène est détecté dans l’organisme par notre système immunitaire, comme s’il s’agissait d’un agent pathogène. Normal, s’en est un,  et redoutable !

Une fois injecté, il a des affinités pour le système nerveux central, la moelle épinière et le cerveau aux vues de leur grande conductivité électrique. Dans notre système nerveux central, il peut causer l’immobilisation des membres, des AVC, des paraplégies, et l’altération du système nerveux. Et c’est le facteur coagulant du graphène qui explique toutes les pathologies en court.

De part sa structure, il augmente en effet les thromboses dont les conséquences actives sont les accidents cardiovasculaires en tous genres, c'est-à-dire : des embolies, ischémies, crises cardiaques, anévrismes, etc. L’oxyde de graphène a une très forte affinité avec les organes électriques comme le cœur, surtout lorsque son activité augmente ; expliquant ainsi la pandémie à laquelle on assiste parmi les sportifs et sur les terrains.

En effet : augmentation de l’activité sportive égal augmentation électrique du cœur vers lequel l’oxyde de graphène se dirige alors. Il y a inflammation provoquant ainsi une myocardite (Le myocarde forme la masse principale du cœur) ou une péricardite (Membrane qui enveloppe le cœur et l'origine des gros vaisseaux).

Lorsque le cœur se contracte, une partie du péricarde sécrète un liquide qui agit comme un lubrifiant. Lors d'une inflammation du péricarde, ce liquide peut augmenter et empêcher les contractions du cœur ; on parle alors de péricardite.

De plus, l’oxyde de graphène a la capacité d’absorber la radiation électromagnétique ambiante et de la démultiplier par effet transistor bien connu en électronique. De cette façon, il génère de petits décharges qui causent des arythmies dans le cœur, expliquant ainsi pourquoi beaucoup de sportifs souffrent d’arythmies aux moment d’efforts. Conséquences : évanouissements, syncopes, liée ou non à une mort subite.

Ce qui explique également pourquoi beaucoup de vaccinés subissent une mort subite près des foyers produisant des micro-ondes. L’oxyde de graphène est aussi capable de générer de la mutagénèse : c'est-à-dire qu’il produit des mutations sous l'action d'agents physiques ou chimiques. Il produit de l’altération chromosomique expliquant les cancers en recrudescence.

Une altération d'un chromosome ça peut être :  l’absence ou excès de gène, ou du caryotype (absence ou excès de chromosomes). Exemple : La trisomie 21. Si bien que chez les personnes ayant récemment souffert de tumeurs, néoplasies (prolifération cellulaire) … après injection, le nombre des métastases peut ressurgir rapidement. Même les gens sains vaccinés ont de grandes chances de développer des tumeurs.

Comprenez-le bien, l’oxyde de graphène est très toxique, et sa toxicité dépend en plus des radiations électromagnétiques qu’il absorbe goulument. Il génère ainsi l’inflammation des tissus, des inflammations systémiques ou multi organiques … provoquant par ailleurs une cascade de radicaux libres provoquant des maladies et le vieillissement prématuré.

Quand le stress oxydatif causé par ce toxique dans le corps fait pencher la balance de « l’équilibre rédox » : l’équilibre d'oxydo-réduction, ou potentiel redox et atteint un certain seuil, supérieur au niveau antioxydant de notre glutathion endogène, le système immunitaire s’effondre, et favorise le fameux orage de cytokines auquel j’ai déjà consacré des lignes et des lignes. Les cytokines étant une substance élaborée par le système immunitaire, réglant la prolifération de cellules.

Comprenez-vous, dès lors, mes mises en garde et cette longue série consacré au graphène ? 

Comprenez-vous également mon conseil de consommer du glutathion ? Les « antioxydants » sont présents dans notre alimentation. Ils aident à protéger les cellules de notre organisme de l'effet des radicaux libres dont l’excès peut engendrer un vieillissement prématuré des cellules et favoriser le développement de certaines pathologies. Les antioxydants sont donc indispensables et surtout le glutathion, le roi des antioxydants.

Cet oxyde de graphène injecté en tant que matière première des «vaccins » anti-covid est éliminé dans le corps au travers de nos poumons. Mais s’il est irradié alors qu’il s’y trouve, son inflammation des tissus pulmonaires cause la pneumonie bilatérale.

Si les vaccinés survivent aux premières doses de graphène injecté dans leur sang, celui-ci est dégradé dans l’organisme par les anticorps neutralisants, soit les agents responsables de sa dégradations.

Ainsi, lorsque l’oxyde de graphène et sa toxicité disparaissent, ce sera aussi le cas pour nos anticorps qui neutralisent cette substance, et qui, de plus, élèvent fortement nos immunoglobulines : une famille de protéines présentes dans le plasma, ayant des fonctions d'anticorps. C’est pourquoi on vous oblige à vous revacciner tous les 3 mois afin de maintenir dans le corps le niveau de cette substance toxique en prétendant une baisse d’immunité.

En résumé : l’inexistant, non isolé, ni purifié, ni cultivé Sars-Cov2 de la version officielle, et ses variants, sont en réalité l’oxyde de graphène introduit volontairement dans le vaccin contre la grippe de la saison 2019-2020.

C’est lui qui a servi de pied d’estale, de marchepied, à la mise en place de couillonavirus grâce à une hécatombe réalisée chez nos aïeux vaccinés contre la grippe. Comprenez-vous l’astuce, l’horrible hypocrisie ambiante qui caractérise notre époque de MERDE comme dirait Macrouille 1er roi des merdeux ?

Covid-19 ne constitue en sorte qu’une syndrome de radiation sévère renforcé par du graphène.

De ce fait, la première et  l’unique et artificielle « vague », avait comme cibles nos vieux dans les EHPAD, dont le taux de vaccination contre la grippe est proche de 100%. Nos anciens ont d’abord été vaccinés avec cette merde, et ensuite irradiés par les fameuses antennes de téléphonie lesquelles, bizarrement sont, huit fois sur dix, installées à proximité des EHPAD ou des résidences quand ce n’est pas à proximité des crèches ou des maternelles. Je vous invite à vérifier par vous-mêmes.

Le génocide de nos anciens, outre le fait de supprimer des retraites à verser, leur aura servi de prétexte pour annoncer au monde entier que nous étions face à un nouveau coronavirus à cause d’une chauve-souris et d’un pangolin fou qui auraient copulés (je blague !). Ils pourraient ainsi, avec la peur d’une prétendue épidémie, passer à l’inoculation de leur soupe à toute la population mondiale.

Précisons qu’une répétition avait déjà eu lieu, il y a 11 ans. L’ancienne ministre de la santé a été violemment mise en cause en 2009, lors de la crise de la grippe H1N1, pour avoir commandé en masse des masques et des vaccins. Avorté à l’époque, la mère Roselyne Bachelot, la ministre de la santé « qui a eu raison trop tôt », nous avait coûté beaucoup d’argent avec son stock de vaccins massivement refusé par les Français d’alors, beaucoup moins cons que de nos jours. L’élite a appris de ses erreurs et bien préparé son futur coup de maître : couillonavirus.

Leur objectif, leur rêve, est d’éliminer une grande partie de la population et d’utiliser les propriétés de modulation comportementale de l’oxyde de graphène dans le domaine des neurosciences et de l’intelligence artificielle pour laquelle François nous invite à prier. Les survivants seront ainsi aux ordres d’une nouvelle entité.

J’ai l’habitude de dire et d’écrire que l’UE, rêve de tonton Adolf, est l’antichambre du Nouvel Ordre Mondial, la dernière marche de l’escalier devant nous mener à l’enfer de ces mondialistes du Diable. Une initiative majeure financée par l'UE a été consacrée au développement du graphène et de ses applications dans une myriade de nouvelles technologies.

Pour ceux qui l’ignorent, dès 2013, pensez-vous que ce soit le hasard si La Commission européenne a choisi deux projets scientifiques d'envergure, l'un pour développer le graphène, l'autre visant à modéliser entièrement le cerveau humain sur ordinateur comme lauréats d'une bourse qui pouvait leur permettre d'obtenir chacun jusqu'à un milliard d'euros sur dix ans.

Le Human Brain Project, dirigé par le Pr Henry Markram, de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (Suisse), et le projet Graphene, dirigé par Jari Kinaret, de la Chalmers University of Technology, en Suède, avaient alors été choisis parmi vingt et un projets pour bénéficier de cette bourse.

Le Human Brain Project visait à simuler en détail un cerveau humain sur un superordinateur d'ici à 2023. Les connaissances qui seraient alors acquises sur le fonctionnement du cerveau humain devaient permettre d’améliorer les performances des systèmes informatiques.

L'autre projet sélectionné visait à trouver des applications pour le graphène, un matériau aux propriétés innombrables. On parlait alors d'une « Graphene Valley » en Europe, qui succéderait à la Silicon Valley californienne. Le projet fédérait alors cent soixante-seize groupes de recherche, universitaires ou issus du monde de l'industrie, provenant de dix-sept pays européens.

Comprenez bien que leurs recherches ont parfaitement abouties, l’oxyde de graphène possède même une affinité spéciale pour nos neurones. Une fois qu’il s’est confortablement installé dans nos cervelles, il y développe un réseau artificielle qui remplace petit à petit le réseau neuronal naturel.

Lorsque les nanoparticules de graphène ont une taille inférieure à 35 nanomètre (nm), elles traversent facilement notre barrière hémato encéphalique et accèdent ainsi à notre propre réseau neuronal. Pour vous faire une idée : C'est un sous-multiple du mètre, il vaut un milliardième de mètre.

L’oxyde de graphène peut ensuite y casser nos synapses, c'est-à-dire la région de contact entre deux neurones ou entre un neurone et une autre cellule. Il peut ainsi cartographier le cerveau, et y collecter des données, comme des souvenirs … des pensées … émotions … sensations, ou sentiments divers et variés. N’était-ce pas là un des buts des recherches financées par l’Europe ?

Preuve que ce monde est hypocrite ainsi qu’une bonne part des scientifiques qui s’insurge devant toutes ces vidéos montrant des corps magnétisés suite à la vaccination. Puisqu’il est scientifiquement reconnu qu’on utilise des nanoparticules magnétiques pour guider la croissance des axones au sein des neurones, pourquoi refuser de constater le magnétisme chez certains vaccinés ?

Chaque neurone de mammifère est composé d'un corps cellulaire, de dendrites et d'un axone. Le corps cellulaire contient le noyau et le cytoplasme. L'axone part du corps cellulaire et forme souvent de nombreuses petites ramifications avant de se terminer en terminaisons nerveuses.

Bien entendu, et c’est la que le Athéniens s’atteignirent ! Il peut ensuite être stimulé à distance et sans fil, grâce aux techniques 4G, 4G+, 5G, etc. Chaque vacciné transmet ainsi ses données personnelles à un serveur externe contrôlé au travers de l’IA.

Voici donc venir l’humanoïde deux point zéro, transhumanisé et au service d’une élite de psychopathes, de dépravés. Ecoutez donc ces deux minutes d’interview du physicien Philippe Guillemant qui explique clairement que le pass sanitaire SS est une étape vers l'identifiant numérique mobile indispensable au grand reset financier et qu’à ce jeu-là, l’homme risque d’y perdre son âme : https://youtu.be/8CcmHz-J94k  Il ne dit rien d’autre que ce génie disparu qui se nomme Rudolf Steiner qui déclarait :

À SUIVRE SI ON ME LAISSE ENCORE ECRIRE.

« Victime de mon succès », je fais l’objet d’un déréférencement Sauvage de la part des GAFAM, si vous désirez m’aider, le minimum que vous puissiez faire, c’est de cliquer sur les liens si dessous afin de faire remonter mon référencement. D’avance merci.

Olivier

Fin d’un voyage au pays de la Couronne.

Voir les commentaires

Le tueur de l’ombre. (Partie une)

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Dans cet énième et dernier article en deux parties sur le sujet Covid, je tiens à revenir sur le cas de ce prélat allemand qui s’est fait souffler dans les bronches par son « général » : le sieur François PDG de la prostituée de Babylone. Il a mentionné avec raison le fait que l’élite désire réaliser son rêve : un « homme nouveau », qui serait à leur « image et à leur ressemblance ».

C’est avec cet article que je tiens à clôturer le sujet couillonavirus car j’en ai marre. Tout ce qu’il y a à en savoir, je l’ai clairement exprimé dans le cadre de centaines d’articles répartis sur deux années. Considérez donc ces DERNIERS articles comme une synthèse du sujet. Après, je passe à autre chose.

Dans un  précèdent article : « Lorsque la vaccination constitue l’épidémie. », https://vecteur-douceur.over-blog.com/2022/01/lorsque-la-vaccination-constitue-l-epidemie.html

j’évoquais le désir frénétique de l’élite à vouloir tous nous pucer. En fait, beaucoup le sont déjà, mais sans le savoir. Merci Pfizer et les autres !

Observez cette image. Beaucoup de vaccinés possèdent un code alphanumérique spécifique, une adresse MAC Bluetooth unique. Il apparaît à l’écran lorsque le Bluetooth est activé en mode recherche de périphériques. Les adresses ont toutes le même format alphanumérique normalisé (adresse MAC), douze chiffres et lettres, séparés par deux points.

Plus il y a de monde, plus les codes apparaissent, la liste évolue en permanence. Le fait que les codes changent avec les passants n’a de sens que si ces personnes en sont porteuses. Pour information, les GSM et les objets connectés ne renvoient que rarement ce type de code, mais des noms d'appareils ou des références constructeurs.

Ces codes ne sont visibles qu'avec certains smartphones, Samsung, Asus et d'autres, certains téléphones chinois ne les affichent pas, ainsi que les I Phones sur lesquels il n'est pas possible de lire directement les adresses MAC. L'OS les transforme directement en adresse UUID, de ce type-là : 5962C58F-BAD1-65D4-DCAC-06BBB06307C6

Il est nécessaire d'installer l'application « BLE Scanner ».

Quant à UUID, cela signifie Universally Unique IDentifier, littéralement « identifiant unique universel ».

Les smartphones plus anciens sont plus sensibles et sont capables de détecter ces codes alphanumériques uniques sur plus de 20 mètres. Le Docteur Broussalian en parle dans cette vidéo : https://odysee.com/@AgoraTVNEWS:5/Interview_Broussaliant_Astrid:a?t=1008

Pour réaliser l’expérience, inutile de vous rappeler que vous ne devez pas être vous-même vacciné, et être en possession d'un smartphone qui détecte ces codes. Vous ne devez avoir sur vous aucune montre connectée et autre oreillette Bluetooth. Lancez une première recherche de nouveaux périphériques Bluetooth sur votre smartphone. Bonne pêche !

L'identité numérique des vaccinés change tous les jours, selon un algorithme spécifique, afin d'éviter leur copie !

La technologie des micro-puces intelligentes permet de réaliser des puces d'un dixième de millimètre, voire moins, permettant leur injection à travers une aiguille. Les flacons servant à la vaccination contiennent plusieurs doses. Le fait de diluer des puces dans le liquide vaccinal, amènerait le risque d'en aspirer plusieurs en même temps, ce qui ne serait pas nécessairement un problème dans la mesure ou une seule s'activerait, en désactivant les autres.

Pour pouvoir injecter une seule puce, il faudrait probablement la placer à l’intérieur des seringues ou des aiguilles. Mais il existe de nombreux fournisseurs et il deviendrait difficile de garder le secret sur cette pratique. Lors de l'aspiration du liquide vaccinal, la puce située à l'intérieur de la seringue ou de l'aiguille, se diluerait dans le liquide et serait ensuite injectée avec le produit, dans le muscle.

Tant que la micro-puce reste en dehors du corps, elle est inactive, mais dès son injection dans le muscle, il se produit une activation radioélectrique.

J’en arrive au graphène, qui agirait sur la physiologie du corps.

Les propriétés électriques du graphène pourraient justifier sa présence. Le graphène, un fois injecté dans le corps, aurait la propriété d'activer les puces, qui émettraient leur signal Bluetooth, générant un code de marquage. L'élimination progressive du graphène, par les mécanismes naturels du corps, nécessiterait une réinjection régulière de graphène, afin de maintenir la puce active.

Lors d'injections multiples, plusieurs puces se retrouvent donc dans un même corps, et la première puce injectée doit donc désactiver les puces suivantes, tout en mémorisant le nombre d'injections, afin de ne générer qu'un seul code par sujet inoculé.

Les efforts de nos dirigeants à vouloir tous nous « vacciner » s’explique ainsi facilement. Ils agissent tous en bons petits soldats de Davos, afin de mettre en place l'identité numérique et le contrôle total des populations, chaque humain, devant posséder une identité numérique.

Quand la totalité des populations sera vaccinée/pucée, l'ensemble des systèmes de contrôle sera activé, à travers des lecteurs de puces discrets, placés dans tous les lieux publics, des objets connectés et tout autre système permettant de détecter les puces Bluetooth (Smartphones, télévisions, PC, tablettes, électroménager connecté, capteurs divers et variés...).

Ces "détecteurs" renverront l'information de votre présence partout où vous vous rendrez, dans les rues, y compris chez vous. Ces micro-puces ne permettent pas directement le suivi GPS, qui est système gourmand en énergie et nécessitant une antenne conséquente. Votre géolocalisation sera réalisée indirectement, au moyen des informations sur votre présence, communiquées par la multitude des appareils communicants, qui vont envahir votre vie, si ce n'est déjà fait.

Les antennes 5G ont la capacité de balayer une zone, tel un radar, et d'identifier simultanément les propriétaires des GSM présents dans leurs champs

Cette capacité reliée aux informations renvoyées par la détection de votre puce, permettra, en fonction de contraintes qui vous seront imposées (interdiction de se rendre dans tel endroit, de circuler en voiture, d'entrer dans un hôpital ou un supermarché...), de vous localiser avec certitude et précision, et de déclencher une alerte, avec mise de votre identification numérique en liste noire.

Vos comptes en banque, votre permis de conduire, votre carte vitale pourront être immédiatement désactivées et les forces de l'ordre prévenues pour intervention.

Toute personne qui ne possèdera pas de puce valide, ou en fonctionnement, sera facilement localisée, puisque l'antenne 5G essayera de corroborer votre position avec celle renvoyée par les détecteurs locaux. Vous serez donc considérés comme asocial ou terroriste et arrêté, afin d'être inoculé de force, après un séjour de rééducation dans un centre "citoyen".

Et n’allez pas me dire la tête dans le trou et le cul en l’air que : « je rêve, que ce n’est pas pour demain … ». C’est pour maintenant, à moins de vous bouger le cul. Nous y sommes, la chasse aux non-vaccinés est lancée, ils devront céder, de gré ou de force, afin que ce vaste plan de contrôle des populations se mette en place. La technologie est disponible et va rapidement être effective, avant deux ans, les gens découvriront qu'ils se sont faits pucer sans s'en rendre compte.

Ça, c’est pour la partie repérage. Si j’ai appelé cet article « Le tueur de l'ombre », c’est avec raison, car une puce ne tue pas, elle n’infecte pas et ne déclenche pas de multiples pathologies mortifères.

Nous sommes toutes et tous victimes d’une « élite » putride qui, grâce à son argent volé, se prend pour dieu. Des abrutis d’eux-mêmes ; parfaits exemples d'une dérive spirituelle. Ils sont aveuglés par une Fausse Lumière (un égo baleinesque), une fausse illumination par l'esprit qui n'est certainement pas celui qui s'est répandu sur les apôtres à la Pentecôte. Leur rêve ? DOMINER-CONTROLER- TUER.

Le vrai tueur n’est certainement pas millimétrique, il est nanométrique ! Tout monstre a besoin d’énergie pour fonctionner et la puce n’y fait pas exception. Ceux qui se sont fait administrer ces thérapies appartiennent donc à présent à la classe des transhumains, c'est-à-dire des objets connectés en phase de zombification. Ils ont perdu selon le désir de cette élite le statut d'êtres humains...

Parmi les nano particules, le graphène qui circule désormais dans leur réseau sanguin est activable via une passerelle assurée par les smartphones et les émissions d'ondes de type 5G ou 6G pour ne citer que les plus connues du grand public vu le déploiement de la propagande publicitaire en faveur de ces fréquences.

L'activation de ces nano particules de graphène permet de piloter et monitorer un corps humain et de provoquer toutes sortes de défaillances psycho-physiologiques dont certaines se concluent par la mort puisqu'il leur est même possible de stopper la faculté innée et instinctive de respirer.

Tous les vaccins covid contiennent des nanotechnologies. Des routeurs émetteurs d’adresses MAC qui peuvent être enregistrées via la technologie Bluetooth. Des nano-antennes plasmatiques sont destinées à amplifier ces signaux avec des nano-redresseurs qui agissent comme des ponts rectificateurs du courant alternatif/continu.

Des codecs (codeurs-décodeurs) et certaines portes logiques permettent de crypter ces nano-communications entre le vacciné et un serveur à distance. La matière première pour élaborer ces complexes microstructures est l’oxyde de graphène, dont la présence est déterminante pour assurer l’auto assemblage de ces complexes structurés.

PS : concernant ceux que ce sujet passionnent, je vous conseille d’étudier en détail cette série d’articles :

https://vecteur-douceur.over-blog.com/2021/07/la-marque-de-la-bete-partie-une.html

https://vecteur-douceur.over-blog.com/2021/08/de-la-mythologie-a-couillonavirus-partie-une.html

À SUIVRE SI ON ME LAISSE ENCORE ECRIRE.

« Victime de mon succès », je fais l’objet d’un déréférencement Sauvage de la part des GAFAM, si vous désirez m’aider, le minimum que vous puissiez faire, c’est de cliquer sur les liens si dessous afin de faire remonter mon référencement. D’avance merci.

Olivier

Suite ici :

Voir les commentaires

Un avant-goût du tueur de l’ombre.

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Ceux qui ont lu mon livre De Mammon à Corona savent qu’en plus de nous empoisonner avec l’eau, la nourriture industrielle et les vaccins, une élite perfide empoisonne même l’air que nous respirons. Des avions répandent du dioxyde de plomb, de l’iodure d’argent et de la diatomite dans toute l’Espagne et en Europe.

En plus de cela, sachez-le, un sombre prédateur rode même dans ces fichus masques qu’on nous oblige à porter en pure perte, si ce n’est l’intérêt qui consiste à nous intoxiquer avec notre propre CO2 ainsi que nos miasmes. Mais ce n’est pas tout, loin de là !

L'Agence de sécurité sanitaire note en effet un « manque d'information sur le graphène utilisé par les fabricants et sur la toxicité de cette substance, en particulier à long terme ».

Dans un prochain article nous verrons ou reverrons pour certains quel est cet « ami » qui nous veut « du bien ». Mais pour l’instant revenons sur les trainées d’avion.

QU’EST-CE QU’UN « CHEMTRAIL » ?  Durant longtemps ce fut une « théorie du complot » élaboré par des « fous » qui essaient de réveiller la gueusaille. Désormais, les complotistes ayant toujours le tort d’avoir raison avant tout le monde, c’est bel et bien une réalité qu’a fini par reconnaître l’ONU, ce repère de frères la truelle. J’y ai déjà consacré un article : https://vecteur-douceur.over-blog.com/2021/07/lorsque-les-complotistes-sont-portes-aux-nues-par-l-onu.html   

J’y reviens néanmoins tant le sujet est crucial. Les chemtrails sont des traînées chimiques que l’on peut voir dans le ciel. Nombreux sont ceux qui pensent qu’elles ne sont que de la condensation, laissée par les avions à haute altitude. Elles sont en fait des traînées constituées d’agents chimiques ou biologiques, pulvérisés à des fins non divulguées au public.

Jusqu’à ce que l’ONU avoue à moitié le crime, les quelques explications fournies aux peuples allaient surtout dans le sens de la libération de produits chimiques utiles à la gestion du rayonnement solaire. C'est-à-dire à fin d’agir contre cette seconde couillonade que constitue, après le covid-19, le réchauffement climatique.

Je parlerais donc de modification des conditions météorologiques, de manipulation psychologique et de contrôle des populations le tout réalisé par le biais d’une guerre biologique ou chimique. En effets, il y a longtemps déjà que des chercheurs honnêtes mettent en garde contre les retombées des chemtrails, accusées de provoquer des maladies respiratoires et d’autres problèmes de santé.

C’est l’Espagne qui a été le premier gouvernement à inclure officiellement le terme « chemtrail » dans son journal officiel. Son ministère de la santé a autorisé les unités NBQ (nucléaire, biologique et chimique) des forces armées à utiliser des biocides par voie aérienne (Produit qui détruit les êtres vivants, généralement utilisé contre les micro-organismes).

Un mois après l’imposition de l’état d’urgence, le gouvernement a justifié que cette technique est l’une des « plus efficaces » contre le coronavirus car avec « les techniques de nébulisation, thermo nébulisation et micro-nébulisation, toutes les surfaces sont atteintes rapidement ».

De quoi bien rependre dans les airs le véritable responsable de ce marasme covidien.

Mais bien avant cela, le 19 mai 2015, l’eurodéputé Ramon Tremosa avait annoncé au Parlement européen que quatre travailleurs de l’Agence météorologique de l’État avaient avoué que l’Espagne se voyait régulièrement pulvérisée dans sa totalité, par des avions qui répandent dans l’atmosphère du dioxyde de plomb, de l’iodure d’argent et de la diatomite.

Pourquoi ? L’objectif, selon ce député, serait d’éloigner les pluies et de permettre aux températures d’augmenter, ce qui crée un climat estival propice au tourisme et, parallèlement, aide les entreprises du secteur agricole.

Avant dans arriver à l’article final authentifiant définitivement un tueur en série, laissez-moi vous réécrire la scène de crime dans sa totalité. On nous empoisonne donc par le biais de : la nourriture, les ondes, l’eau et diverses boissons, les médicaments, l’air qu’on respire, les masques que l’on porte, et bien entendu, j’allais oublier l’essentiel ; les « vaccins » qu’on nous injecte. Et dans tout cela, partout, le tueur en série est présent.

Ah, j’allais oublier ! On en a également trouvé sur les tests PCR.

À SUIVRE SI ON ME LAISSE ENCORE ECRIRE.

« Victime de mon succès », je fais l’objet d’un déréférencement Sauvage de la part des GAFAM, si vous désirez m’aider, le minimum que vous puissiez faire, c’est de cliquer sur les liens si dessous afin de faire remonter mon référencement. D’avance merci.

Olivier

Voir les commentaires

Une petite histoire de vaccin.

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Cet article pourrait également s’appeler « Une p’tite grippe face à un gros covid ».

J’ai lu « l’expérience du vaccin bactérien de 1918 à 1919, peut avoir tué 50 à 100 millions de personnes », de John M. Barry, Président de First Freedoms, Inc, et du coup, je me suis soudain senti moins seul face à une horrible religion pernicieuse, odieusement menteuse et ravageuse : celle des vaccins.

Ainsi, je ne me pose plus du tout cette fameuse question qui hante ceux qui cherchent : « La grippe espagnole de 1918 était-elle vraiment une attaque bioterroriste contre l’humanité. » ?

On entend souvent dire : « la « grippe espagnole » a tué environ 50 à 100 millions de personnes pendant une pandémie de 1918 à 1919.  Seulement voilà ! comme en ce qui concerne Pearl Arbor, Tchernobyl, le 11-Septembre 2001, et bien d’autres choses encore, des documents analysés récemment révèlent que la « grippe espagnole » n’était qu’une expérience de vaccination militaire qui a mal tourné.

Lors de la Première Guerre mondiale, plus de soldats sont décédés des suites de maladies que par les balles. La pandémie n’était pas espagnole. Les premiers cas de pneumonie bactérienne remontent à une base militaire de Fort Riley, au Kansas.

Tout comme les non-vaccinés actuellement, la grippe n’est coupable de rien. La raison pour laquelle, la science moderne n’est pas en mesure de localiser la souche de la grippe tueuse de cette pandémie, c’est qu’elle n’était pas là. Et c’est là que les Athéniens s’atteignirent puisqu’à chaque fois, et en coulisses, nous retrouvons les mes salopards.

De 21 janvier au 4 juin 1918, un vaccin expérimental contre la méningite bactérienne cultivé sur des chevaux par le Rockefeller Institute for Medical Research (à New York) est injecté à des soldats à Fort Riley. Il va aussi envoyer le sérum « anti-méningococcique » en Angleterre, en France, en Belgique, en Italie, et à d’autres pays, contribuant ainsi à propager l’épidémie dans le monde.

Ceux qui me lisent savent que je ne tarie pas « d’éloges » concernant ces grandes familles de « philanthropes » que constituent les Rothschild, les Rockefeller et bien d’autres.

L’Institut Roro est à l’origine de l’industrie pharmaceutique moderne, et le pionnier des approches que l’industrie pharmaceutique utilise jusqu’à aujourd’hui.

Traduction : c’est le grand-papa de Big Pharma. À l’époque, il trifouille déjà allégrement dans la préparation des sérums vaccinaux. Le vaccin de l’expérience de Fort Riley, sur des soldats, a été produit sur des chevaux. Traduction : Rockefeller ou Bill Gates, c’est choux vert ou vert choux !

Ces soldats vivant et voyageant dans de mauvaises conditions sanitaires sont envoyés en Europe pour combattre. Tout au long du voyage, ils vont propager des bactéries à chaque arrêt entre le Kansas et la France dans les tranchées en première ligne.

À la fin de la Guerre, le 11 novembre 1918, les soldats vont retourner dans leur pays d’origine. Et leurs avant-postes coloniaux vont propager la pneumonie bactérienne meurtrière dans le monde entier.

À cette époque, la grippe était un terme fourre-tout pour une maladie d’origine inconnue. Le premier quart du vingtième siècle est aussi celui où d’énormes efforts sont déployés dans le monde industrialisé pour bâtir une meilleure société. On déploie le plus possible l’eau propre et l’assainissement dans la lutte contre les maladies infectieuses. L’électricité arrive également, permettant la réfrigération, un autre bénéfice pour la santé publique.

Tous combinés, ce sont eux qui ont réduit, efficacement, la mortalité due aux maladies infectieuses, et certainement pas les vaccins qui font le contraire.

Abordons ici et à nouveau la technique ancestrale du bouc émissaire. À l’époque, l’Espagne était l’un des rares pays non impliqués dans le conflit mondial. Et, la plupart des pays participant à la guerre ont censuré leur presse. Sans crainte de censure, les premiers articles de presse de citoyens faisaient état de décès de personnes, qui en majorité, ont attrapé la maladie en provenance d’Espagne.

Comprenez-vous l’astuce, tout comme concernant couillonavirus ou l’on masque l’inefficacité de leur soupe mortifère en accusant les non vaccinés, en 1918, les pays belligérants ne voulaient pas effrayer les troupes, et ils se contentèrent donc du bouc émissaire : l’Espagne.

Preuve que nos dirigeants déjà vendus aux familles richissimes n’ en ont jamais rien eu à faire des peuples, si ce n’est à les amener à toujours s’entretuer afin de s’enrichir toujours plus, l’élite, par le biais de ses généraux francs-maçons à la con, a bel et bien demandé aux soldats de tous les camps de traverser la zone du conflit à tirs de mitrailleuses, sans savoir que les tranchées étaient un terrain propice aux maladies.

Dès lors, pourquoi renommer ensuite « une maladie » qui aura contribuée à masquer l’origine de la pandémie.

Le mythe de « la grippe espagnole » était né. Si l’on venait à savoir que l’origine de la pandémie impliquait une expérience de vaccination sur des soldats américains, s’en était fait de Big Pharma, et Covid-19 n’aurait jamais existé, ni les milliards qui vont avec.

Dès lors, les États-Unis préféreront l’appeler « la grippe espagnole » au lieu des bactéries de Fort Riley. C’était plus sûr pour l’avenir. Un « vaccins sauvant des vies » d’un côté et causant la mort de 50 à 100 millions de personnes de l’autre, ce n’est vraiment pas bon pour les affaires !

Et pourtant, l’histoire commence bel et bien où ce vaccin bactérien expérimental s’est administré. Ce sera le Wuhan de l’époque. Le principal suspect comme source des infections bactériennes qui a tué tant de personnes réside à Fort Riley.

Depuis, l’élite a bien appris de ses erreurs, et le dernier couac, outre le VIH, ce sera la couillonade du H1N1, avec chez nous la mère Bachelot. Au milieu des années 2000, on a beaucoup parlé d’une «préparation à une pandémie ». Aux États-Unis, les fabricants de vaccins antigrippaux ont reçu des milliards de dollars des contribuables pour développer des vaccins avec en toile de fond la terrible grippe espagnole.

Tirer profit de cette « grippe mortelle » a permis à Big Pharma de soutirer des milliard de dollars auprès des gouvernements.

Cependant, à l’époque, et tout comme maintenant avec Covid-19, les scientifiques savaient que la pneumonie bactérienne était le véritable coupable. Des milliers d’autopsies le confirment. Un article publié en 2008, par le National Institute of Health, déclarait que les autopsies révèlent que la pneumonie bactérienne a tué plus de 92% des personnes décédées, entre 1918 et 1919. Les bactéries sont les coupables. Et d’où venaient-elles ? Des vaccins !

Quand les États-Unis ont déclaré la guerre en avril 1917, l’industrie pharmaceutique naissante a reçu un ENORME CADEAU : une grande quantité de cobayes. Avant la guerre en 1917, l’armée américaine comptait 286 000 hommes. Après la guerre en 1920, l’armée américaine se démobilise et compte 296 000. Pendant les années de guerre de 1918 à 1919, l’armée américaine a grimpé à 6000 000 hommes, avec 2 000 000 hommes à l’étranger.

Le Rockefeller Institute for Medical Research en a profité pour mener des expériences vaccinales. Depuis mars 2020, date à laquelle Macrouille 1er a déclaré pas moins de six fois « nous sommes en guerre », ce sont la France et le monde entier qui servent de cobayes à Big Pharma pour ses thérapies géniques.

La similitude des premiers symptômes de la méningite bactérienne, de la pneumonie bactérienne, avec les symptômes de la grippe, peut-être la raison pour laquelle, les expériences vaccinales à Fort Riley ont échappé à l’examen, en tant que cause potentielle de la grippe espagnole. Et ceci pendant plus de 100 ans.

Actuellement, caché sous le label "Secret défense", chez nous, Macrouille et ses sbires nous rejouent le même refrain.

La Première Guerre mondiale s’est terminée seulement 10 mois après les premières injections. Malheureusement pour ces 50 à 100 millions de morts, ces soldats infectés de bactéries infusées, dans des chevaux, se sont déplacés rapidement au cours de ces 10 mois. Pendant plusieurs jours au cours des épidémies locales, en particulier dans des lieux surpeuplés.

En 1918-1919, l’industrie des vaccins a réalisé une expérience sur des soldats ce qui a produit des résultats désastreux

En 2018, l’industrie des vaccins expérimente quotidiennement les nourrissons, sans oublier les femmes enceintes qui, comme par miracle, alors qu'avant ceci était strictement interdit, se voit injecter l'actuelle soupe mortifère de chez Pfizer et les autres.

Depuis 2020, de nouvelles soupes mortifères sont injectés au monde entier, Mais les merdias ne vous en parleront jamais. Pourquoi ? Leurs salaires sont indirectement financés par Big Pharma.  La prochaine fois que vous entendrez quelqu’un dire « les vaccins sauvent des vies » ; n’oubliez pas l’histoire de la « grippe espagnole », de son résultat catastrophique et donc du rapport coût et bénéfice des vaccins.

N’oubliez pas non plus le coup du H1N1, copie conforme de ce que nous vivons depuis plus de deux ans.

Pour vous en convaincre visionnez donc cette vidéo : https://youtu.be/OB_A9UeFyL4 

Vous verrez comme elle  est  édifiante, on se croirait en 2020 ! Prenez 15 minutes de votre vie, croyez-moi, ça vaut son pesant de cacahuètes ! Déjà en 2009 le gouvernement nous mentait pour nous forcer à la vaccination ! Mais les Français (à cette époque) n'avaient pas marché dans la combine, et par effet boomerang il n'y a pas eu de variant.

Mais comme je l’expliquais plus haut, l’élite prédatrice a appris de ses erreurs et en 2020 Wuhan a pris la relève déclenchant panique vaccination etc... La question est : qu’ont-ils donc fait des droits humains individuels et parentaux tels que décrits dans la Déclaration universelle sur la bioéthique et les droits humains ?

À SUIVRE SI ON ME LAISSE ENCORE ECRIRE.

« Victime de mon succès », je fais l’objet d’un déréférencement Sauvage de la part des GAFAM, si vous désirez m’aider, le minimum que vous puissiez faire, c’est de cliquer sur les liens si dessous afin de faire remonter mon référencement. D’avance merci.

Olivier

Voir les commentaires

Lorsque la vaccination constitue l’épidémie.

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Je suis un « complotiste », c’est-à dire un type qui dit la vérité là où nos gouvernants mentent outrageusement. J’assume, j’en suis fier ! Là où ça se complique, c’est lorsque de grosses pointures le deviennent aussi. Sergei Lavrov, le chef de la diplomatie Russe, ne fait que tenir le même discours que moi. Voilà ce qu’il déclare publiquement parlant de dépopulation :

https://twitter.com/i/status/1468658994399092750  

D’autres, sentant le vent tourner, semblent désormais entrer dans le monde réel des complotistes. Lorsque le Pr et infectiologue Eric Caumes, David Pujadas, Cyril Hanouna et son TPMP, Martin Blachier, Ruquier et bien d’autres commencent à réfléchir sur cette couillonade, on se demande si le vent médiatique n’est pas en train de tourner ?

Chez Bourdin, un infectiologue a même osé dire ce que j’ai écrit il y a près de deux ans dans mon livre De Mammon à Corona : à savoir le covid-19 a été fabriqué artificiellement à Wuhan et s’est échappé d’un laboratoire financé par les Américain, avec Fauci en arrière-plan dans le tiroir.

Mieux encore ! Ayant terminés leurs investigations en interrogeant des scientifiques non vendus, les avocats du célèbre Reiner Fuellmich tirent les mêmes conclusions. Les injections sont conçues pour expérimenter sur l’humain et découvrir quel dosage toxique précis est nécessaire afin de tuer les populations.

C’est pourquoi différents lots existent. En résumé, le second Nuremberg aura pour thème central des empoisonnements et des meurtres de masse, réalisés par le biais de soi-disant vaccins Corona.

Je vais encore vous en citer un autre, après j’arrête, la liste serait trop longue. Je me sens moins seul au pays des Réalistes anti-covid. Il s’agit d’un homme d’église plus couillu que les autres. La presse allemande dénonce des propos « complotistes » et bien entendu le sempiternel refrain d’antisémitisme, l’un des accusés, George Soros, étant de confession juive.

En effet, le cardinal allemand Gerhard Ludwig Mueller a accusé « l'élite financière », citant Soros, Gates et le président du Forum économique de Davos, Klaus Schwab, d'instrumentaliser la crise du Covid-19 pour instaurer un « contrôle total » des populations.

Bien entendu, la presse allemande aussi corrompue que la nôtre, puisque nourrie chez un grossiste en infos nommé Reuters, dénonce son « complotisme ». « Cela n'a rien à voir avec la démocratie », s'est insurgé le prélat, pour qui les élites financières voudraient créer un « homme nouveau », qui serait à leur « image et à leur ressemblance ».

Ceux qui me suivent, savent ce que je pense du sieur François et de ses prédispositions à vouloir faire vacciner à tour de bras et inciter à prier pour l’Intelligence artificielle. Alors vous pensez bien … ! Mueller a été entre 2012 et 2017 préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, un organe essentiel de la curie romaine qui a pour mission de « faire connaître et garder la foi », avant d'être démis de ses fonctions par le pape François.

Pendant ce temps, et malgré la Vérité qui gronde à nos portes, les liberticides éructent afin de respecter le plan de Davos et de son tonton Schwab. Un exemple ? Olivier Babeau est Président de l’Institut Sapiens. Dans cette courte vidéo il nous dévoile sa nature hideuse. En bref, pour piquer les 6 millions de résistants, qui sont en réalité bien plus, il déclame : « Ce qu'il faut faire c’est continuer à introduire des clauses de DISCRIMINATION qui font que la vie normale sera réservée aux autres » : https://twitter.com/i/status/1466465371620319240  

Ou encore, François Sauvadet (président du département des Côte-d’Or) qui propose de suspendre le RSA des personnes non vaccinées. Invité de la matinale de Public Sénat jeudi 2 décembre à Bourg-en-Bresse pour le congrès de l'assemblée des départements de France, il a confirmé que son département ne verserait pas le RSA aux salariés non vaccinés : « Je ne verserai pas le RSA à des personnes qui ont refusé de se vacciner. J’ai donné des consignes à mes services. La vraie solidarité nationale c’est de se faire vacciner. »

On se souviendra en temps opportun de tous ces « braves » style Edouard Leclerc qui veillent sur nos santés et nos libertés tout en faisant le jeu de Mammon !

Regardez cette courte vidéo, il y a deux ans, Mammon, c'est-à-dire, Bourla, le PDG de Pfizer expliquait tranquillement qu'on peut pucer les médicaments pour qu'ils émettent un micro-signal, mais là, circulez, il n’y a rien à voir ! Personne n’a vu le rapport. https://twitter.com/i/status/1472079079943938055  

Dès 2020, je l’évoque dans mon livre De Mammon à Corona, Neuralink, la firme d’Elon Musk, faisait la promotion de sa puce d'IA qui transformera les humains en unités programmées par ordinateur. Elle serait disponible pour être insérée dans l’organisme dès 2021, affirmait le PDG de Tesla Motors (TSLA), Elon Musk. Il faut que vous compreniez bien une chose, lorsque ces gens-là vous parlent comme ça, sans voile, en clamant que c’est pour notre bien et que ça va faire avancer l’humanité ; c’est qu’en réalité ils en sont déjà bien loin, très loin dans leurs expérimentations.

Ailleurs, des chercheurs ont mis au point de minuscules robots, de la taille d’un cheveu, qui avancent sur quatre pattes, selon une étude publiée dans la revue Nature. Quatre pattes, qui sont alimentées par des cellules solaires embarquées. « En envoyant une lumière laser sur ces cellules photovoltaïques, nous pouvons faire bouger les jambes, ce qui fait marcher le robot », expliquait à l’AFP Marc Miskin de l’Université de Cornell aux États-Unis.

Chaque robot est constitué d’un simple circuit fabriqué à partir de cellules photovoltaïques en silicium (le corps) et de quatre actionneurs électrochimiques (les pattes). Selon l’étude, ces mini-robots de 0,1 mm sont robustes, et peuvent survivre à des environnements très acides et encaisser des variations de température de plus de 70 degrés Celsius.

Ils peuvent être injectés au moyen d’aiguilles hypodermiques.

Cinquante ans de miniaturisation électronique ont conduit à des technologies remarquablement minuscules : vous pouvez construire des capteurs, des ordinateurs, de la mémoire, le tout dans des espaces très réduits, et bien plus encore nous le verrons.

Quant à ceux, nombreux qui refusent encore la vérité, selon le commandant Jean-Baptiste Colas de la Défense française, le puçage des populations a commencé. Et ce n’est pas moi qui le contredirais, la suite de mon exposé allant totalement dans ce sens. En ce début d’année 2022, et histoire de pimenter un peu nos avenirs incertains, le ministère des Armées a décidé de publier «Ces guerres qui nous attendent, 2030-2060 » pour imaginer les futurs conflits possibles.

Le 11 janvier 2022, le commandant Colas était invité sur le plateau du Quotidien de Yann Barthès. Ecoutez vous-même : il parle de piratage de cerveaux, et, selon le scénario P-nation, pour maîtriser les populations trop mobiles, le puçage va se généraliser, une puce qui contiendra toutes les données médicales, financières… et ceux qui refuseront cette puce deviendront des apatrides et devront se réfugier sur les côtes. Ils seront considérés comme des pirates.

https://www.tf1.fr/tmc/quotidien-avec-yann-barthes/videos/invite-jean-baptiste-colas-la-rockstar-du-ministere-des-armees-16463062.html  

Ces mêmes individus qui rêvent de nous pucer, imposent des injections qui n’ont aucune efficacité sur la contamination, autre que de tuer les plus faibles et faire des autres des « engins » connectés à l’IA pour laquelle le pape François voudrait nous voir prier. Priez en cœur braves gens ! Faite le pour le « booster », cette énième dose qui booste non pas vos défenses, mais l’épidémie !

Bill Gates lui-même admet que les vaccins COVID-19 n’arrêtent pas la transmission virale. Bien qu’il soit l’un des plus grands partisans de ces poisons actuellement disponibles, Gates admet l’échec de l’industrie des vaccins qu’il a travaillé sans relâche pour soutenir.

Cela n’empêche pas cet immonde salopard d’avoir le culot d’exprimé son exaspération envers l'Occident. Gates a blâmé la «liberté » occidentale ; rien que ça ! La Chine, en revanche, a-t-il déclaré, « a fait un très bon travail pour supprimer le virus, grâce à l'approche typique, assez autoritaire et aux droits individuels qui ont été violés. » Rien de plus normal, c’est ce modèle qui fait bander la bande de Davos : celle du crédit social à la chinoise et du revenu généralisé si tu es un bon petit toutou qui remue la queue tout en te faisant injecter tous les 3 mois.

Et ça tombe bien puisque dans un communiqué de presse publié le 3 juin 2021, la Commission européenne expliquait avoir « proposé un cadre pour une identité numérique européenne qui sera disponible pour tous les citoyens, résidents et entreprises de l’UE. » Vous voyez comme toutes les pièces du puzzle mondialiste s’assemblent.

Dans cette courte vidéo, écoutez-donc le sieur Delfraissy https://t.me/Laveritecensure/8537  Voici ce que déclarait le président du Conseil scientifique Jean-François Delfraissy, lors de son audition par la commission des affaires sociales du Sénat le 8 décembre 2021 : « Il est possible que nous ayons besoin à un moment donné d'une quatrième dose ». En parallèle, Pfizer et Moderna annoncent finaliser, d’ici mars, un vaccin adapté au nouveau variant Omicron.

Même l’infectiologue des plateaux télé à la veste pourtant réversible, Martin Blachier, demande la démission du président du conseil scientifique : le pompier pyromane, Jean-François Delfraissy.

Pendant qu’on vaccine, la Vérité diffuse aussi, mais plus lentement. Il faut laisser aux riches le temps de l’être plus encore ! Une étude publiée le 20 novembre dans la revue médicale The Lancet a examiné les taux de cas du nouveau coronavirus chez les individus qui avaient reçu le « vaccin » anti-COVID et ceux qui ne l’avaient pas reçu, découvrant que le groupe « vacciné » n’a eu aucun avantage observable contre l’infection virale par rapport au non vacciné.

De nouveaux documents exigés de Pfizer révèlent une augmentation massive des types d’effets indésirables. Pfizer serait 40 fois moins efficace contre Omicron. Pas grave ! Faisons 40 doses de rappel en plus ! De toute façon tu n’as pas le choix Gaulois, si tu veux continuer à être « libre » tu devras continuer à suivre cette folie. Tu as mis le doigt dans l’engrenage dès la première dose. Citoyen modèle aujourd’hui ou paria demain, choisis !

Je n’exagère en rien car la notion de bouc émissaire est extensible à l’infini. Bientôt, ceux qui refuseront la troisième dose rejoindront les rangs des boucs émissaires de la délinquance sanitaire. Depuis qu'Anthony Fauci, l’équivalent américain de notre véreux national, a déclaré que la définition d’ « entièrement vacciné » allait devoir être revue à la hausse avec l’arrivée de la troisième dose, certains journaux américains posent une question à leurs lecteurs : est-il prudent de se trouver en compagnie de personnes qui n’ont pas reçu leur « booster », leur 3ᵉ dose ? Quant à la quatrième plus les autres, Véran l’a déjà évoqué avec un sourire en coin.

Anthony Fauci a dissimulé au Sénat les origines du COVID et les implications américaines dans la recherche menée au Laboratoire P4 de Wuhan.

Un représentant de l’Institut Pasteur a même déclaré en plateau : «On sait que de vacciner de plus en plus de monde va probablement faire naître d’autres variants résistants à la réponse immunitaire. » Ça n’empêche que depuis deux ans on a traité le Pr. Raoult de charlatan et le Pr. Montagnier a été accusé de sénilité en l'annonçant au début de l'année 2021 !

L'un de mes articles le plus partagé est celui-ci :https://vecteur-douceur.over-blog.com/2020/01/tout-est-prevu-et-depuis-longtemps.html

À titre indicatif, vérifiez SVP la date de sortie de ce magazine électronique Nexus ! C'est avril 2019.

C’est bel et bien l’omerta qui règne comme jamais donnant amplement raison au très décrié mais honnête Pr. Perronne : « Ça dérange de dire la vérité, car cela contrarie des intérêts financiers colossaux ». Et question vérité, certains serrent les fesses, CNews cherchant à faire oublier ces propos-là : https://twitter.com/i/status/1466899817527980035

À SUIVRE SI ON ME LAISSE ENCORE ECRIRE.

« Victime de mon succès », je fais l’objet d’un déréférencement Sauvage de la part des GAFAM, si vous désirez m’aider, le minimum que vous puissiez faire, c’est de cliquer sur les liens si dessous afin de faire remonter mon référencement. D’avance merci.

Olivier

À bientôt, la suite et fin sera CROUSTILLANTE.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>