Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

COPCOPCOP CODE, rock and roll des enculés !

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Si on les écoute tous ces cons, on sera bientôt beaucoup à finir comme ça, et seuls les popcorns sauront remonter en surface !

(COP), c’est pas pop, c’est l’acronyme dont on nous casse régulièrement les oreilles pour « Conferences Of the Parties ». Ce sont ces fameuse réunions annuelles arrosées au champagne et au caviar où nos « braves guerriers » de l’apocalypse s’autorisent à penser « sauvetage » de la terre. Ce sont tous les signataires de l’accord international sur le climat initié par le « Sommet de la Terre » de Rio en 1992. Parmi toutes les COP, la plus célèbre, au niveau burlesque, au point d’en dépasser Les Bronzés font du ski, a été la COP15, une des toute « dernière chance de sauver la planète », à Copenhague, il y a onze ans.

Effectuons donc un p’tit retour en arrière, en 2009 pour être exact. L’instant était grave car la mise en scène avait pour objet principal de dénoncer la croissance des émissions de CO2, qui allait entraîner un réchauffement brutal de la planète, lui-même causant la fonte des glaces polaires, d’où une inexorable montée des eaux qui allait, non moins inexorablement, noyer les Maldives et bien d’autres pays « pauvres ». Il convenait donc d’obtenir des institutions internationales les milliards qui allaient permettre de sauver tous ces pauvres gens de l’engloutissement aux Maldives et dans d’autres États insulaires.

Il y avait eu un immense élan international d’opinion, orchestré par les mouvements écologistes, avec l’appui des médias. Les dirigeants de la « planète en danger » avaient enfin été convaincus de l’imminence de la « catastrophe climatique ». Ils s’étaient ainsi « tous » déplacés pour célébrer l’événement. Cuiller de caviar et coupe de champagne à la main, ils allaient tous pouvoir figurer sur la photo de famille et dire à leurs p’tits enfants : « J’étais là, j’y étais le jour où, ensemble, nous avons terrassé l’hydre et célébré la fin du gaz diabolique et le début d’une nouvelle ère de PAIE et d’amour de l’argent vert. »

Devenu superstar après son show aquatique, le Président des Maldives, lui, premier arrivé à Copenhague, avait galvanisé les foules en formulant, dans un meeting son engagement à faire des Maldives, en dix ans, le premier pays à atteindre l’objectif «zéro carbone ». Afin de lui faire plaisir, lui, Président d’un pays qui coulait et coule encore (mais des jours heureux), on avait invité la star de Titanic, Leonardo Di Caprio : tout un symbole ! Et pour fêter tout cela, il y aurait du caviar à la pelleteuse et du champagne dans les jacuzzi.

Onze années après, les Maldives sont toujours là, et bien là, un fleuron du tourisme international. Pour y aller, nul besoin de bottes en caoutchouc ou de scaphandre autonome, non rien de tout cela, un simple string et beaucoup de pognon suffisent !

Suite de ma chronique.

Dans cette course au « sous-développement durable » qui lui permettrait de faire plus que les meilleurs, les Maldives partaient mieux placés que la France, alors au 149e rang des dégueulasses producteurs de carbone : « salauds de Gaulois ! » Malgré cet avantage certain, le gain de 110 places pour parvenir au premier rang restait une gageure car la compétition était rude tant certains avaient pris d’avance.

Parmi les plus difficiles à déloger figuraient les 5, premiers ex-æquo, qui se livraient et se livrent encore une lutte acharnée pour le podium et dont les émissions étaient déjà réduites à 0,01 tonnes (d’équivalent carbone) par an et par habitant (159 fois mieux que la France, et 90 fois mieux que les Maldives), j’ai nommé : le Burundi, le Tchad, le Mali, le Congo ex-Zaïre et la République Centre Africaine. Ils s’étaient donc « tous » déplacés non pas pour voir mourir la Mama, mais pour COP15, la «dernière chance de sauver la planète », pour y décider des voies et moyens de réduire « l’empreinte carbone » des terriens.

Ce fut beaucoup mieux que le Festival de Cannes, le sommet de la démesure avec 98 chefs d’État, des dizaines de milliers de délégués, et presque autant d’activistes environnementaux. Tous les merdias étaient présents, des milliers de journaleux, moult limousines et avions privés. Bref, tous ces bien-pensants allaient générer en une quinzaine de jours, plus que la quantité totale de CO2 émise par les 10 pays du monde les plus frugaux en cette matière abjecte autant que satanique, voire luciférienne : le CO2, soit 118 millions d’êtres humains, en quatre ans.

À chacun des COP, qui depuis Copenhague se sont déroulés dans un silence médiatique sépulcral, on assiste, pour simplifier, en marge des ripailles et célébrations festives, à une discussion courtoise entre plusieurs camps.

Il a celui qui réclame des milliards par centaines en compensation des dommages qui seraient occasionnés par les conséquences du réchauffement climatique découlant du malfaisant CO2. Le mieux étant de leur donner l’argent, tout de suite, dans des valises en carton recyclable, afin qu’ils puissent se préparer convenablement au désastre. Les plus actifs de ceux-là ne sont pas ceux de l’oasis, mais les membres de l’AOSIS (« Alliance of Small Island States »), un groupe de pression Onusien important, puisque représentant 44 États et 28% des pays en voie de développement.

Parmi eux, ces malheureux menacés d’engloutissement, on sera surpris de découvrir Trinité-et-Tobago, membre de l’OPEP, deuxième rang mondial des émissions de CO2 par habitant (les Yankee n’étant que 2e). Mais mieux encore, prenons de la hauteur, car on sera aussi surpris de découvrir Sainte-Lucie parmi les membres de l’AOSIS cette charmante destination de vacances des caraïbes, culminant à près de 1000 mètres.

De l’autre côté, nous avons les méchants, tous ces salauds de pollueurs des pays développés, les responsables désignés de la « future catastrophe certaine ». Ils sont tristes, il regrettent, et pourraient éventuellement être d’accord sur le principe, à condition qu’on remette à plus tard les modalités pratiques d’évaluation et de paiement de la rançon.

Puis nous avons également l’arbitrage avec lequel il faut compter, ou plutôt qui savent COMPTER. J’ai nommé l’ONU et ses porte flingues, les ONG écologistes, qui soufflent le feux sous la marmite, car ils ont un intérêt commun à ce que la barre soit placée le plus haut possible. En effet, l’argent ne fait peut-être pas le bonheur, mais il assoie le pouvoir. Et là, leur gros cul, pardon, leur pouvoir, est directement fonction de la densité de la pluie de milliards, car ce sont eux qui ont la charge de répartir la rançon ou plutôt le peu qui en restera lorsqu’ils auront prélevé leur part.

Hormis les combattants et l’arbitre, vous avez également les spectateurs qui observent. Parmi eux, certains se marrent vraiment en se frottant les mains. En effet, la Chine et l’Inde ne peuvent ignorer le débat, car cela leur rapporte beaucoup, bien que le développement économique et tout le CO2 qui va avec soit l’absolue priorité. Ils veulent bien accepter les transferts (de votre poche dans la leur) destinés à leur permettre d’améliorer leur efficacité énergétique, mais ils refusent absolument d’accueillir les ONG qui auraient la charge de les contrôler. Le monopole absolu dont dispose la Chine sur le secteur stratégique des terres rares (95% de la demande mondiale) lui donne un intérêt particulier à ce que les pays riches se ruinent à son profit en coûteux jouets, notamment les éoliennes et autres panneaux solaires qu’on ne peut fabriquer sans « terres rares ». La Chine joue donc « gagnant-gagnant » ce qui veut dire ici qu’elle gagne deux fois : l’argent qu’on lui donne pour « améliorer son efficacité énergétique » et l’argent qu’on lui donne pour acheter ces jouets qui font tant plaisir aux écologistes sans pour autant réduire d’un iota nos émissions de CO2.

À chacun des COP, on frôle la catastrophe et la machine menace d’imploser, mais, en final, le fric l’emporte et on arrive toujours à un accord qui sauve l’essentiel : ne pas interrompre les rendez-vous annuels entre copains si propices au tourisme et les bons gueuletons climatiques. L’impératif est que les COPS demeurent VERTES et VERTUEUSES.  On doit rester dans du durable et du renouvelable bordel ! Une belle feuille de route se doit d’être assortie d’un gentil compte rendu final : « Mes chers amis, la conférence internationale sur le réchauffement climatique s’est terminée aujourd’hui avec un bel accord. Il en résulte que nous devons envisager les futures discussions destinées à décider des futures réunions préparatoires à la prochaine réunion plénière concernant une réduction du méchant CO2 dans l’avenir. L’ONU se félicite de nos accords, étape décisive dans la prévention d’un futur réchauffement climatique. »

J’aime ma box, si je rate un épisode de ma série, elle est là afin de palier à mon "inexcusable" manquement. Là c’est pareil, COP aidant, si en bon Zorro vous avez raté la « dernière chance de sauver la planète », ne vous affolez pas bande de zéros, il y en aura plein d’autres. C’est comme à chaque nouvel album d’Astérix, tout commence par une bonne bagarre sans mort, rien de des baffes, et se termine par THE Gueuleton. Là c’est pareil, pendant que se déroule la sarabande des ripailles climatiques, les années s’écoulent, les Romains sont toujours là, et le méchant CO2 aussi. Tel un nouveau fortin, il enserre chaque année un peu plus notre monde voué à mourir sous un nouage de carbone.

Les émissions de « Gaz à Effet de Serre » ont ainsi augmenté de 40% entre 1990 et 2010 et Cop ou pas Cop, rien n’indique que les courbes vont s’infléchir d’un iota dans les décennies qui viennent. Ceux qui craignent d’en manquer peuvent être rassurés. En effet, d’après l’Agence Internationale de l’Énergie (AIE), le charbon redevient la première source d’énergie du monde, alors qu’il est le plus efficace pour produire du CO2. Le « World Resources Institute » (WRI) a décompté pas moins de 1200 centrales à charbon en projet dans le monde, dont près de 500 en Inde et 400 en Chine. Ces centrales s’ajouteront aux 2400 déjà existantes aujourd’hui.

Ne pas construire ces nouvelles centrales, qui représenteront des tas de Gigawatts additionnels, réclamerait soit l’érection de plusieurs millions d’éoliennes très « décoratives » soit, plus simplement, de demander à ceux qui en auraient bénéficié de contribuer à la « sauvegarde de la planète » en renonçant à vivre. Mais de toutes les façons, sachez-le, des Nicolas Hulot hululant autant que faire se peut ou pas, ces centrales seront construites, car elles ont l’appui indirect des potes à Nicolas, les écologistes de mes deux, qui, dans leur infinie modernité, et avec le puissant appui des médias, ont savamment emprunté l’adage de p’tits singes : « tout voir tout entendre mais ne rien dire », en un bel ostracisme de façade vis-à-vis de leurs concurrents plausibles : le nucléaire et les gaz de schistes.

Mais revenons un instant là où les Athéniens s’atteignirent, non pas en Grèce, mais aux Maldives, là où sans doute en application d’un « Principe de Préparation » non explicité, les Maldiviennes et les Maldiviens ont mis en œuvre quelques initiatives intéressantes : La construction du  premier Nightclub sous-marin du monde.

Et là, c'est du gratiné les amis !

Moyennant un billet d’avion au tarif prohibitif, le gueux pourrait y boire un verre en compagnie des DJs les plus célèbres. Mais ce n’est pas tout, en ajoutant au prix du billet quelques milliers d’euros supplémentaires, vous pourriez dormir dans un hôtel sous-marin, le Hilton Maldives Underwater (plus de 9000 € la nuit) Et pour la p’tite faim, pas de problème, l’édification d’un restaurant sous-marin vous permet de dîner avec les poissons.

Tous ces projets ont été mis à l’abri de la submersion. Ont-ils un caractère expérimental ?

Doit-on y voir l’application du principe de précaution chez les dirigeants maldiviens, des esprits supérieurs tendance madame Irma tant l’amorce d’une immersion progressive de l’ensemble des structures hôtelières du pays semble flagrante ? À quand un gouvernement et des administrations qui seront devenus sous-marins ?  J’ai ouï-dire que les Maldives se seraient portées candidates à l’organisation des jeux Olympiques de 2024, date à laquelle leur submersion projetée par le GIEC devrait normalement paradoxalement être terminée.

Concernant ce gouvernement sous-marin, j’aimerais simplement qu’il pense non pas à l’immersion des immenses dépôts d’ordures qui décorent quelques îles telles que Thilafushi, mais à leur disparition pure et définitive. Cette île reçoit chaque jour plus de 350 tonnes de déchets, tandis que des gigantesques panaches de fumée s’en dégagent, c’est pas bien ça !

Mais que l’on se rassure, ces incendies n’utilisent pas ou peu de combustibles fossiles et sont par ailleurs parfaitement durables et renouvelables, donc assurément écologiques.

Métaux lourds, déchets chimiques, batteries, amiante, plomb, mercure, cadmium…sont d’ores et déjà balancés dans le lagon, mais les verts ostracisent encore, car sans attendre la bonne fin du projet d’immersion des installations de traitement des ordures, le gouvernement des Maldives avance avec détermination dans le développement de son économie, essentiellement basée sur le tourisme. Et qui dit tourisme dit infrastructures et plein de p’tits navions et plein de naéroports très apprécié des écologistes. Les Maldives possédaient déjà jusqu’à l’an dernier de cinq aéroports, deux internationaux (Gan et Hulhulé) et trois régionaux (Hanimaadhoo, Kadhdhoo et Kaadedhdhoo).

À titre d’exemple, voici le premier aéroport, celui d’Hulhule, construit en 1960.

Ces aéroports sont tous situés à quelques dizaines de cm au-dessus au niveau de la mer, et qu’aucune trace de travaux de protection contre la montée « irréversible » des eaux n’est visible. C’est bizarre ça ! 

Ces installations finiront donc inéluctablement comme l’Atlantide de Platon : englouties lorsque la montée des eaux planifiée par le GIEC, et tonton Algor, se produira, d’autant que plusieurs de ces réalisations écologiques majeures ont été entreprises récemment, avec la même technologie, et sans plus de précaution contre l’engloutissement.

Le ceriops tagal est un palétuvier présent dans les mangroves des rivages de l'océan Indien. Et la construction de nouveaux aéroports est envisagée, tels que celui de Farukolhu où poussent les derniers exemplaires Maldiviens de ceriops tagal.

Et c’est avec une ferme détermination écologique que tous ces arbres totalement dénués d’utilité pour l’atterrissage des avions ont été éliminés. Mais une rude tâche attend encore les Maldives avec environ 1200 îles à équiper, et un manque cruel de militants écologiques. Étant donné que la France, elle, en a pléthore, ne pourrions-nous pas, dans le cadre de la coopération internationale, en prélever quelques-uns et les prêter aux Maldives pour les aider dans leur entreprise ?

Nous sommes là en présence d’un grand écart à la Jean Claude Vandamme, une contradiction fondamentale. D’un côté nous avons des prédictions apocalyptiques qui rendraient hystérique un moine bouddhiste, et de l’autre, un gouvernement des Maldives qui investit massivement à la construction d’éphémères aéroports ce malgré la perspicacité démontrée, dès 2009 par l’ancien Président des Maldives et son implication personnelle au plus près des réalités écologiques. Ou alors, le gouvernement des Maldives dispose peut-être d’informations ignorées du gueux lambda ?

En effet, on y perd son latin dans ce changement de vocabulaire auquel on a assisté depuis quelques années (« Réchauffement climatique » puis « changement climatique » puis « bouleversement climatique »). Le « réchauffement » ne serait alors plus considéré comme certain, mais seulement « possible » et la montée des eaux qui en est le corollaire ne serait plus inéluctable. Une telle explication serait, en l’espèce, insuffisante. En effet, toutes ces simagrées ont véritablement débuté à Rio, en 1992, avec la conférence des Nations unies sur l’environnement et le développement, plus connue sous le nom de sommet de la Terre de Rio de Janeiro au Brésil du 5 au 30 juin 1992, réunissant 120 chefs d'États et de gouvernements et 189 pays.

Et son 15e principe déclare : « Pour protéger l'environnement, des mesures de précaution doivent être largement appliquées par les Etats selon leurs capacités. En cas de risque de dommages graves ou irréversibles, l'absence de certitude scientifique absolue ne doit pas servir de prétexte pour remettre à plus tard l'adoption de mesures effectives visant à prévenir la dégradation de l'environnement. »

Et en vertu de l’interprétation légale du 15e principe (dit « principe de précaution») énoncé dans la déclaration de RIO, le moindre poil de cul, de pet de mouche de début de commencement de soupçon d’éventualité de l’ombre d’un risque est suffisant pour imposer la mise en œuvre des actions de correction préventives, quel que soit le coût de celles-ci.

Une autre possibilité serai que le gouvernement des Maldives collaborant avec le Mossad israélien disposerait des services d’une équipe de « climatologues » qui, ayant refait les calculs du GIEC, auraient conclu que les prévisions apocalyptiques de celui-ci seraient infondées. La découverte serait tenue secrète afin de préserver intactes les chances de bénéficier de la part la plus grande possible dans la pluie de milliards qui a commencé. Mais rejetons cette éventualité car personne ne peut imaginer un gouvernement faisant preuve d’une telle duplicité.

Mais d’autres cas de comportements étranges auraient été signalés, et pourraient aller dans le sens de cette hypothèse. Ainsi, on sait que le celui qui se comporte depuis des années comme un prédicateur évangéliste, j’ai nommé Al Gore, a accumulé une bonne centaine de millions de dollars en prêchant la montée des eaux et la submersion de toutes les bandes littorales à cause de l’addiction de l’humanité au gaz démoniaque. On sait moins qu’il avait acquis, pour environ 9 millions de dollars, une modeste demeure en bord de mer en Californie : Les prêches de tonton Al Gore relèveraient-ils ainsi d’une habile manœuvre destinée à provoquer une désaffection pour les résidences de bord de mer et à en faire baisser les prix ? Personne ne peut croire une chose pareille.

Et pour tous ceux qui veulent creuser avant de mourir noyer, n’oubliez pas : https://www.thebookedition.com/fr/tonton-malthus-est-revenu--p-371412.html

A la prochaine.

Olivier.

Et bien entendu si vous voulez en apprendre bien plus sur ce qu’ils nous réservent !

Voir les commentaires

LE JOUR D'APRES

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Le 31décembre 2019, à minuit, j’ai eu beaucoup de mal car je n’aime pas jouer les faux cul. Souhaiter plein de bonnes choses alors que je sais pertinemment ce qui nous pend au nez fut pour moi quelque chose d’insupportable. C’est pourquoi j’ai accéléré la parution de mon livre Tonton Malthus est revenu ! où j’explique tout en détail.

https://www.thebookedition.com/fr/tonton-malthus-est-revenu--p-371412.html

http://vecteur-douceur.over-blog.com/2020/01/tout-est-prevu-et-depuis-longtemps.html

Notre calvaire va commencer en 2020, pour une série d’évènements qui vont se poursuivre durant dix ans, jusqu’en 2030. Dans cette fenêtre, des déplacements de températures très importants vont affecter les cultures de plus en plus lourdement du sud au nord avec un point culminant entre 2023 et 2026. En plus de l’effondrement économique global, définitif et voulu par l’élite, de l’appauvrissement des sources de nourriture et d’eau, de l’instabilité climatique grandissante, et des plaies diverses, nous allons devoir affronter des pandémies dont le GAG du coronavirus n’est qu’une répétition. Ça sera la fin du monde connu.

Je l’expose déjà dans mes livres depuis dix ans, mais vous avez déjà entendu cette possibilité que les mers aient été à une époque ancienne plus basse qu’elles ne le sont de nos jours. De grandes civilisations bordaient alors ces terres plus basses, et ma chronique du 19 janvier 2020, ainsi que mon article rédigé en hommage à Fernand Crombette n’en sont qu’un p’tit exemple :

https://www.facebook.com/Pointglobal#Toutnestquecycleslanaturenaquefairedesptitesjérémiadesdeshommes.

http://vecteur-douceur.over-blog.com/2020/01/hommage-a-fernand-crombette.html

Pourquoi nous avoir caché notre véritable Histoire ? Pour une raison de cycles qu’ils sont désormais seuls à connaître et qui les rend plus forts. De plus, Georgia Guide stones aidant, l’idée d’une humanité légèrement en dessous de 500 millions d’individus n’est pas sans leur déplaire.

La chaleur va bientôt cesser d’ici 2022 2023. À partir de là, la pluie va s’intensifier. Elle retombera sous forme de neige qui va stagner sur les continents et diminuer la hauteur des mers, ajoutant au froid, et asséchant les sources. Il faudra alors descendre vers le sud et vers les rivages. Deux vagues de froid vont alors correspondre à deux périples de Jupiter. C’est l’abaissement de la mer qui va occasionner un froid qui va durer. La pression atmosphérique va chuter entrainant le froid comme en montagne. L’eau va disparaître ainsi que la nourriture. Nous allons avoir des étés très secs et très courts, et des hivers très longs et très froids.

Les merdias serviles nous expliquerons alors que ces grands froids ne peuvent pas durer longtemps, car la Terre se réchauffe et que tout cela est dû à des effets de convections.

Beaucoup l’ignorent mais tout n’est que cycles, et deux grandes crises ont lieu par millénaire, une de chaleur extrême et une de froid extrême. La dernière de chaleur s’est déroulée vers 1500. Celle de froid a débuté, n’écoutez-pas les médias menteurs ni les politiques vendus qui ne pensent qu’à brève échéance à sauver leurs misérables peaux.

De grands froids ont affecté le Québec et le reste de l’Amérique depuis Noel dernier, des températures pouvant descendre jusqu'à -50 ont sévit début janvier dans plusieurs provinces. Il a neigé en Egypte et dans le désert. Ailleurs, les feux, les tempêtes et les coulées de boues ne sont qu’une pâle image de ce qui approche. La NASA a avisé TOUT EN DOUCEUR du cycle de froid qui a déjà commencé, mais les zombis conditionnés n’entendent que ce qu’on les autorise à entendre.

Olivier

 

Et bien entendu si vous voulez en apprendre bien plus sur ce qu’ils nous réservent !

Voir les commentaires

Poutine et son avis sur les changements climatiques.

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

En 2017, Vladimir Poutine avait remis en cause la responsabilité de l'homme dans le changement climatique, au moment où Donald Trump promettait de prendre position  sur l'accord de Paris sur le climat qu'il avait critiqué pendant sa campagne présidentielle.

Le réchauffement, il a commencé dans les années 1930, avait déclaré M. Poutine, lors d'un Forum sur l'Arctique à Arkhangelsk, dans le Grand nord russe. À l'époque, il n'y avait pas encore de tels facteurs anthropologiques comme les émissions (de gaz à effet de serre) mais le réchauffement avait déjà commencé, avait-il affirmé.

Selon lui, il est impossible d'empêcher le réchauffement climatique qui pourrait être lié notamment selon lui à des cycles globaux sur Terre. La question est de s'y adapter, avait-il estimé. Ces déclarations intervenaient alors que la Maison-Blanche avait annoncé que Trump prendrait position « d'ici fin mai » sur l'accord de Paris sur le climat, signé fin 2015 par plus de 190 pays, dont les États-Unis. Pendant sa campagne Trump avait en effet promis de se retirer de cet accord et de cesser tout paiement des contribuables américains aux programmes de l'ONU sur le changement climatique.

Les États-Unis sont le deuxième plus gros émetteur de gaz à effet de serre derrière la Chine.

Vladimir Poutine, avait fait, lors de ce déplacement, l'éloge du réchauffement climatique, relevant que la fonte des glaces facilitait notamment la navigation dans cette région, ainsi que son «exploitation à des fins économiques», tout comme l'extraction des ressources naturelles. Ses propos tranchaient avec ses déclarations lors de l'ouverture de la conférence mondiale sur le climat de Paris en novembre 2015 :

La qualité de la vie de tous les habitants de la planète dépend du règlement du problème climatique», avait alors déclaré M. Poutine, en louant les «efforts de la Russie» en matière de réduction des émissions de gaz à l'effet de serre qui «ont permis de freiner d'un an le réchauffement climatique».

Je partage l’avis du Président Poutine sur le fait que l’homme n’y est pour rien. Je partage également, mais en partie, son avis sur, je cite : des cycles globaux sur Terre. La question est de s'y adapter. Je suis parfaitement d’accord sur l’existence de cycles globaux et la suite de mes articles vous en convaincra. Néanmoins, mon rôle est ici de tenter de mettre bien en évidence la dichotomie existante entre nous les gueux et eux les élites. Souvenez-vous de l’Arctique, des réserves de graines et de la mémoire de notre société. Rappelez-vous également des Georgia Guidestones, et de la menace à peine cachée qu’elle fait peser sur la plèbe, ce, à l’échelon planétaire.

http://vecteur-douceur.over-blog.com/2020/01/tout-est-prevu-et-depuis-longtemps.html

Une plèbe qui, pendant qu’eux se préparent à s’enterrer dans des trous bien au chaud, se comporte comme dans la Rome antique avec comme maître mot : paneme et circences : littéralement « pain et jeux du cirque ». Et du pain et des jeux nous en avons et à profusion. Du pain et de la bouffe de très mauvaise qualité certes, mais « dieu soit loué » nous mangeons ou plutôt nous bouffons encore. On n’est pas au Yémen. En plus nous avons les jeux : le foot, les J.O., les séries, le cul, l’alcool, les drogues et Cyril Hanouna. Bref ! De quoi nous faire oublier l’essentiel, bêh bêh bêh ! Tels des mougeons, mélange de mouton et de pigeon, nous nous dirigeons bien sagement vers l’abattoir.

Olivier.

 Et bien entendu si vous voulez en apprendre bien plus sur ce qu’ils nous réservent !

Voir les commentaires

Retour à l’astroclimat.

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Retour à l’astroclimat.

Les climatologues, nous prévoient de drôles de choses très prochainement, et je ne les démentirai pas. Des phénomènes météorologiques intenses sont déjà là, présents, dans notre quotidien. Depuis début 2018, avez-vous déjà oublié les tornades, les sécheresses, les grands froids ou les précipitations violentes de ces dernières semaines !? Les récoltes pourraient et vont devenir de plus en plus aléatoires. Exemple : à cause de la sécheresse, les Etats-Unis n'auraient actuellement en stock que quelques  % du maïs qu'ils consommeront dans l'année.

Conséquence de la diminution des stocks, les prix s'emballent rendant encore plus difficile pour les populations pauvres l'accès à la nourriture. De surcroît, beaucoup d'ONG dénoncent la spéculation financière sur les matières premières, ou encore les agro carburants, puisqu’on a poussé la connerie humaine jusqu’à mettre dans nos voitures des céréales qui pourraient nourrir des humains et des millions d’enfants qui crèvent actuellement dans le déni le plus total.

Conclusion : la punition arrive pour nous, pauvres gueux. Nous avons laissé faire dans l’indifférence la plus totale, trop préoccupés par notre tour de taille, nos futures vacances, les résultats du foot et des J.O., et j’en passe.  Le phénomène d'« accaparement de terres » par des pays étrangers, menace l'alimentation des populations locales dans des régions souvent déjà défavorisées par un modèle agricole dicté par la concurrence mondiale.  Nous allons bientôt tous pleurer !

Pourtant l'Afrique est un continent très riche. Mais la Force est là, elle veille avec Dark Vador. En Afrique, il n’y a pas d’étoile noire afin d’y faire régner la terreur, y règne seulement un esprit bien plus noir encore, celui de l'Empire.

http://vecteur-douceur.over-blog.com/2020/01/tonton-gate-le-bienfaiteur-fait-encore-des-siennes.html

Il est là, et des millions d’enfants en meurent. Ce n’est pas possible ? Jetez donc un œil sur cette carte !

 

Olivier.

Et bien entendu si vous voulez en apprendre bien plus sur ce qu’ils nous réservent !

Voir les commentaires

Liberty, mais vers quoi !?

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

 

C’est le temps qui fait les hommes et l’élite qui instaure la roue des coutumes.

Ces petites notes sont jetées là, pèle mêle, afin que vous compreniez que l’Ennemi instrumentalise le temps pour faire aboutir une Conspiration aux dimensions mondiales. Il existe un trou de 10 jours entre les 4 et le 15 octobre 1582 pour cause de réajustement, lequel ne sera accepté par les gens de la perfide Albion qu'en 1752, entre les 3 et 13 septembre.

La fête catholique de l'Epiphanie tombe le 6 Janvier, à la veille du Noël Orthodoxe, le 7 Janvier. Le calendrier Orthodoxe correspond à l'ancien calendrier Julien, en retard de 13 jours sur notre calendrier Grégorien. À noter qu'à 13h, le soleil indique 12h sur l'horloge astronomique. Et au 15 Août, 153 jours après le 15 mars ou 15/3, la fête de l'Assomption d’une « Dame » correspond donc au 2 Août du calendrier Julien...

Le calendrier musulman ou calendrier hégirien est un calendrier lunaire, basé sur une année de 12 mois lunaires de 29 à 30 jours chacun (29,53 jours solaires). Une année hégirienne est plus courte qu’une année grégorienne d’environ onze jours.

Le solstice est chacune des deux époques où le Soleil atteint son plus grand éloignement de l'équateur. Solstice d'hiver (21 ou 22 décembre), d'été (21 ou 22 juin) jour le plus court et jour le plus long de l'année dans l'hémisphère Nord. Les Saturnales étaient la période de 12 jours depuis le solstice d'hiver jusqu’à l'Epiphanie du 6 janvier, fête catholique commémorant la manifestation de Jésus enfant (et non bébé) aux Rois mages venus l'adorer.

Les chiffres 5 et 6, sont en lien avec le pentagramme (5 pointes) et l'hexagramme (6 pointes). Ils pourraient tous deux évoquer nos mois de Mai et Juin actuels, 5e et 6e mois. Les septième, huitième, neuvième et dixième mois sont directement inscrits dans les noms des mois de Septembre, Octobre, Novembre et Décembre. Cependant, lorsque le Nouvel An se situait au 1er Mars, les 5e et 6e mois devenaient ceux de Juillet et Août long de 31 jours chacun. Cela remonte à l'époque ou César Auguste avait décrété que son oncle Jules César était de nature divine ! Juillet rappelant le nom de Jules et Août (August en Anglais) celui d'Auguste, ces deux noms dédiés à ces faux dieux comportent donc 31 jours chacun pour éviter les jalousies !

La fête de l'Annonciation se célèbre à Rome le 25 mars, en souvenir, dit-on, de la conception miraculeuse de Jésus dans le sein de la Vierge. Mais peu importait pour la Rome catholique car bien avant la naissance de Jésus Christ, ce jour était observé dans la Rome païenne en l'honneur de Cybèle, la mère du « Messie » Babylonien. Il y a en effet une relation évidente entre ce jour de l'Annonciation et Noël. Entre le 25 mars et le 25 décembre, il y a juste 9 mois. Si le faux Messie païen fut conçu en mars et naquit en décembre, il fallait que le VRAI soit conçu et naisse à ces deux dates d'une manière si exacte, non seulement pour le mois, mais même pour le jour, alors que le texte biblique ne donne aucune date pour la naissance du Christ. D’autre part, je ne vois pas des bergers garder leur troupeaux dehors en plein hiver !

Les choses sont bien plus simples que la catholique romaine ne veut l’avouer. Le 25 décembre était le Festival de la Victoire du Dieu du Soleil dans le monde babylonien. Dans l'ancienne Rome, la célébration peut être retracée jusqu'aux Saturnales, qui honoraient Saturne, le dieu de la moisson, et Mithra, le dieu de la lumière ; les deux étaient célébrés pendant ou peu après le solstice d'hiver (entre le 17 et 23 décembre). Pour toutes les anciennes civilisations, ce 25 décembre était le jour de naissance des dieux, le temps où les jours commençaient à allonger. De plus, tous les festivals babyloniens et romains du 25 décembre étaient caractérisés de célébrations par périodes de 5-7 jours de réceptions orgiaques.

Le Festival des Saturnales commençait le 17 Décembre avec celui de Saturne, puis le 19 avec celui de son épouse, une « déesse mère » (qui figure dans le port de New York) au terme duquel, le 25, des jouets conçus en argile étaient offerts aux enfants. Des torches et des objets en cire saluaient la renaissance de la lumière avec la victoire du soleil sur la nuit en cette période de solstice hivernal. Les 5 jours entre Noël et le Nouvel An sont un ajustement théorique d'un temps solaire ajusté sur l'année de (12 x 30 =) 360 jours bibliques.

Les quatre semaines qui précèdent Noël correspondent au temps de l'Avent, une contraction du mot Avènement que l'on retrouve par exemple dans le mot Avenir. Deux dates sont particulières en Décembre, les 12/12 et 24/12. Elles soulignent le fait que deux tours de cadran déterminent une journée en répétant les 12/12 à deux reprises, puisque la tradition babylonienne et son système sexagésimal obligeaient le peuple à saluer à deux reprises les 12 divinités du Zodiaque, selon le modus operandi cité dans l'Epitre de Jude. Ainsi, la messe de minuit en fin de la journée du 24/12 n'est en rien anodine, surtout les années bissextiles puisque le jour de Noël est aussi le 360e de l'année.

Dans le monde orthodoxe, le croyant suit le calendrier Grégorien dans le cadre protocolaire de son activité professionnelle mais vit sa foi selon le calendrier Julien, en phase avec Constantinople/Istanbul, comme acte de résistance permanent envers la Rome hérétique. Le mot Parousie est aussi parfois employé à la place d’Avènement. Et, j’aimerais revenir un instant sur un « double avènement ». Comme je l'ai déjà mentionné dans mes livres aux chapitres consacrés au dollar, l'alpha numérisation de certains versets bibliques révèle le nombre 1776, date de la Déclaration d'Indépendance des Etats-Unis gravée sur une table de pierre portée par Liberty dans la rade de New York.

(Genèse. 1 : 3) Dieu dit: Que la lumière soit!  Et la lumière fut.

(Genèse 1 : 4) Dieu vit que la lumière était bonne ; et Dieu sépara la lumière d'avec les ténèbres.

Maintenant, gardez bien à l’esprit que pour les frères la truelle, la Liberty US est également sensée être une « porteuse de lumière », mais luciférienne.

L’alpha numérisation de la phrase « Dieu dit : que la lumière soit ! et la lumière fut », donne 813. Celle de « Dieu vit que la lumière était bonne », donne 963 ; celle de « Dieu sépara la lumière d'avec les ténèbres. », redonne 813.

Tout ceci vous paraitra peut-être abscons au début, mais dans quelques semaines ou mois, au fil de mes articles et pourquoi pas, de mes livres, ce ne seront plus des propos sibyllins. Mais pour l’instant, appréhender la rhétorique franc-maçonne réclame quelques efforts tant cette parodie maçonnique est issue d’une élite malfaisante qui ne sait que singer. Ainsi, nous constatons que la phrase centrale une fois numérisée donne 963, et ajoutée à l'une des 2 autres donne 963 + 813 = 1776. Ce qui n’est en rien anodin lorsque qu’on se réfère à la fameuse Liberty trônant dans le port de New York.

La statue du franc maçon Bartholdi possédait d'autres noms (Isis aux 10.000 noms). Parmi eux, EUROPE ou LIBERTAS qui était vénérée par les jeunes filles ou femmes esclaves qui rêvaient de liberté et qui, une fois obtenue, devaient se prostituer pour pouvoir survivre. Certaines d'entre elles devenaient même des prostituées sacrées, des prêtresses à son service. De nous jours, Liberty est aussi la plus grande statue au monde ! Elle était déesse de la liberté de religion et était appelée la mère des Immigrants. Mais ce que beaucoup trop ignorent, c’est qu’elle servait aussi et surtout de sablier pour un événement qui, au 9e mois, devait marquer une naissance : celle du Nouvel Ordre Mondial.

Liberty mesure 111 pieds de haut, 151 avec son piédestal. Et 1h 51 valent 111 minutes. Lors des attentats du 11-Septembre 2001, il restait 111 jours avant la fin de l'année. Et New York, une fois alpha numérisé cela donne 111.

 

Suite au prochain épisode.

Olivier

Et bien entendu si vous voulez en apprendre bien plus sur ce qu’ils nous réservent !

Voir les commentaires

Paroles, paroles, rien que des bobards concernant notre Histoire !!! Partie 1.

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Quand la plupart des gens pensent à l'âge de pierre, ils imaginent probablement un presque singe mâle adulte portant un outil en pierre, supposant que seuls les « hommes » adultes fabriquaient et utilisaient des outils en pierre. Des découvertes récentes au Kenya suggèrent que les premiers outils en pierre pourraient avoir plus de 3 millions d'années. Est-il possible que nos ancêtres primates aient créé exclusivement des outils en pierre pendant plus de 3 millions d'années, soi-disant 30 fois plus longtemps qu'ils ne fabriquaient des outils avec des matériaux qui se décomposent, comme l'os, le bois et la fibre ? Une meilleure explication ne pourrait-elle pas résider dans le fait que les matériaux périssables ne se conservent pas bien dans le temps, alors que les outils en pierre restent bien conservés pendant des siècles ?

Cette différence dans ces fameux taux de préservation a longtemps affecté notre compréhension scientifique du passé préhistorique, et c’est voulu. Dans les années 1830, l'archéologue danois Christian Jürgensen Thomsen avait défini son système par couche dit « système des trois âges ». Il a divisé l'histoire humaine (telle qu'il l'a comprise) selon les types d'outils qu'il a trouvés dans les sites archéologiques d'Europe du Nord. Ne disposant d'aucune technique de datation absolue pour guider son analyse (radiocarbone, dendrochronologie, etc.) ; il a utilisé la loi de la superposition, une façon amusante de dire, style éboueur, que le matériau le plus ancien trouvé sur un site archéologique est celui qui, sauf perturbation, est enterré le plus profondément. Pensez à votre poubelle, c’est plus simple !

Thomsen a nommé la période la plus ancienne l'âge de pierre, la suivante l'âge du bronze et la dernière l'âge du fer, toutes basées sur les outils les plus communs trouvés pendant chaque période. Trente ans plus tard, Sir John Lubbock va apporter sa p’tite « pierre » à l’édifice en affinant les catégories de Thomsen pour y inclure les termes Paléolithique (vieil âge de pierre) et Néolithique (nouvel âge de pierre).  C’est ainsi que durant plus de cent cinquante ans, le système à trois âges de Thomsen et les améliorations apportées par Lubbock se sont révélées « utiles » pour l'organisation des expositions dans les musées, instruire des générations de jolies têtes blondes, et la recherche archéologique et les interprétations scientifiques.

Cependant, concernant le savoir-faire de nos soi-disant ancêtres et leurs compétences made in gueule de singe, les données fondamentales restent l'identification d'une tâche qui nécessite de l'aide et l'élaboration d'un matériel pour répondre à ce besoin. Même les animaux utilisent tous les matériaux disponibles afin de se concocter leur casse-croute. Les singes et les corbeaux, fabriquent et utilisent des outils en pierre et en matériaux périssables. L'idée que nos ancêtres hominidés n'ont pas fait la même chose est tout simplement inconcevable.

Et de toute manière cela ne devrait surprendre personne que la période la plus ancienne du système des trois âges de Thomsen se concentre sur les outils en pierre : Ils se conservent le plus longtemps. Ce qui devrait nous surprendre, c'est la supposition étrange que les gens qui ont fabriqué ces outils en pierre bien conservés ont ignoré les propriétés utiles d'autres matériaux.

C'est une erreur logique. L'absence de preuves n'est pas une preuve d'absence, surtout en archéologie ! Ensuite, il y a le deuxième stéréotype qui devrait rendre hystérique les féministes : pourquoi beaucoup de gens supposent que seuls les hommes travaillaient avec des outils en pierre ? C'est simplement parce que l’occident oxydé est attaché à une idée dominante mais réductionniste selon laquelle les hommes étaient des chasseurs, et les femmes des cueilleuses et ces dernières devaient et doivent encore s'occuper de la maison. Ajoutez à cela le fait que, jusqu'à récemment encore, la grande majorité des archéologues étaient des hommes, et nous nous retrouvons dans une situation où le travail des femmes, et plus encore celui des enfants, n'ont pas reçu une attention scientifique adéquate. Les femmes et les enfants sont souvent rendus invisibles dans les reconstructions des sociétés du passé.

En se référant à une époque révolue sous le nom « d'âge de pierre » et en ne remettant pas continuellement en question le stéréotype de « l'homme chasseur », la science moderne nous zombifie le cerveau et rend un mauvais service à l'archéologie et la société. Sur cette terre, de nombreuses communautés humaines n'ont pas de rôles binaires sexospécifiques.

Avec une approche élargie, nous trouverons facilement des preuves que les hommes, les femmes et les enfants, quelle que soit leur définition, ont fait ensemble tout ce qu'il fallait pour accomplir leur travail, non pas pour survivre, mais tout simplement pour vivre.

Nos anciens n’étaient pas plus cons que nous, loin de là. Adorer « les dieux » n’était pas un mouvement populaire, il fut voulu et longtemps entretenu. Cette paléontologie piège que je tente ici brièvement de vous décrire, fait mielleusement alliance à une anthropologie visant à nous dépeindre « l’homme primitif » comme un être dissocié : d’abords un physique nécessitant une longue maturation ; puis longtemps après, l’apparition du besoin spirituel.

C’est là la faille voulue par nos élites castratrices, édulcorer le passé royal de nos aïeux est vital à tout groupement totalitaire visant à faire de nous tous des zombis et rien que cela. C’est là le thème central de tout ma littérature.

Dissocier le physique du spirituel, c’est comme parler d’un fusil à deux coups :  le premier serait l’évolution physique apportant de nouvelles possibilités d’alimentation énergétique, il déboucherait sur un cerveau plus gros car mieux nourri et s’ouvrirait alors sur la fameuse quête spirituelle de nos anciens. C’est alors qui, au fil de son « évolution » invente Dieu, l’évolution de la conscience. Pour certain la conscience c’est la capacité de pouvoir dire « JE SUIS » et l’homme serait, selon eux, le seul « animal » à être doué de conscience et pouvoir dire cela. C’est mettre la charrue avant les bœufs, sachant que les dits bovidés ne sont même pas nécessaires, tant nos aïeux étaient en avance sur bien des points.

Des évènements extrêmement graves ont présidé à une telle culture, aussi globale. Pour détruire notre histoire et les liens culturels qui encombrent le développement de l’homme, des milliers, des centaines de milliers de sites anciens ont été rasés. Les cartes n’existent plus, les textes non plus. D’anciennes cités célèbres sont ramenées au rang de bourgades par les modernes qui, tous assis sur les mêmes dogmes, n’arrivent pas à les retrouver et tentent de ne pas perdre leur superbe.

Il est temps de mettre fin à ce jeu de cons. Quand tu n’arrives pas à tout comprendre, c’est qu’il manque des morceaux au puzzle. Et celui qui concerne l’Egypte est, à mon sens, l’exemple le plus flagrant d’une duplicité de beaucoup trop d’égyptologues vis-à-vis de l’élite qui les finance. En ce sens, l’histoire moderne est une pièce de théâtre préparée depuis des siècles de laquelle sont circonscris les acteurs gênants ainsi que les plans ne cadre pas à la doxa imposée.

L’homme possède quelque chose un outil génial ! Il sait lire et il a maintenant accès aux « livres » ces choses carrées avec des feuilles qui possèdent des signes et des images. N’arrêtez pas de lire, le savoir protège !

Suite au prochain épisode.

Olivier.

Et bien entendu si vous voulez en apprendre bien plus sur ce qu’ils nous réservent !

Voir les commentaires

LE DOIGT D'HONNEUR DU GRAND CAPITAL.

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Pendant que les pauvres serrent les fesses, les riches le deviennent chaque jour un peu plus, et à un train d’ENFER. Ainsi, Bernard Arnault, propriétaire du groupe mondial de l'industrie du luxe LVMH, qui fabrique des produits de luxe sous les marques Dior, Vuitton, Givenchy, Guerlain, Chaumet, etc., a augmenté jeudi 30 janvier sa fortune de près d’un milliard d’euros. Selon le compteur en temps réel du site de Forbes, il pèse dorénavant près de 98 milliards d’euros. À cette date, il occupe la troisième place du classement des hommes les plus riches du monde en 2020, selon le magazine Forbes. Il reste néanmoins derrière le fondateur du groupe Microsoft, tonton Bill Gates avec une fortune estimée à 100 milliards d’euros.

C’est qu’ils ne perdent pas le nord ni l’OR nos oligarques, ils ont de la suite dans les idées, et même leur égérie leur ramène du pognon. Ainsi, les tuteurs de Greta Thunberg, les Soros et compagnie qui veulent tous « décafardiser » la planète, Bill Gates en tête, assurent leurs arrières. Ils lui ont fait annoncer le dépôt de la marque « Fridays For Future », le nom du « mouvement écologiste » fondé autour de Greta. Son nom a aussi été déposé.

La « sainte » a aussi annoncé la création d’une fondation « nécessaire pour gérer l’argent (droits d’auteur, dons, prix, etc.) de manière totalement transparente. »

À mille années lumières des émissions dégoulinantes de complaisance à l’égard des gredins, et bien loin de l’hagiographie mielleuse décrivant trop souvent Bill Gates plus proche de dieu que des hommes, aux vues d’une « Enorme générosité » devant laquelle, tout philanthrope connu et reconnu n’est qu’un freluquet, un baltringue de banlieue, je vais plutôt vous présenter le mètre étalon toutes catégories de la philanthropie business. Son art s’apparente plutôt au philanthrocapitalisme, il y règne en maître au pays du charité-business. Un pays qui permet à toutes ces grandes fortunes de réaliser des affaires au travers de leur « générosité » qui n’est alors, comme le cherchaient les alchimistes, qu’une Pierre de Projection permettant de tout transmuter en or, surtout l’abjecte.

En un gigantesque Ouroboros se mordant la queue, sa Fondation perçoit d’énormes subsides des grandes entreprises et multinationales. Cette philanthropie est bonne pour eux, puisqu’elle vient alimenter ce commerce d’hypocrites qui les rend toujours plus riches. Le financement de la très « vertueuse » Fondation Bill et Mélinda Gates provient donc de ces mêmes multinationales qui appauvrissent la terre et les gens. Entre 2011 et 2019, Bill Gates est passé d’une fortune de 56 à 96 milliards d’euros, soit 40 milliards de plus en 8 ans.  Il est donc très loin de se dépouiller au profit des pauvres, comme certains gogos le pensent encore. Un fond d’investissement adossé à sa Fondation place de l’argent, et seuls les dividendes des placements vont alimenter la fondation. Vous me direz alors que « ça ne pose aucun soucis si ces dividendes reversés à la fondation contribuent à l’économie sociale et solidaire. » C’est vrai ! Mais là où le bât blesse, c’est que le trust Bill et Melinda investi, lui, dans l’armement, les énergie fossiles (dans 35 des 200 sociétés les plus émettrices de CO2), Big pharma, Monsanto et ses OGM, Coca, MC Do, etc.

C’est-à-dire que sous couvert de philanthropie, sa Fondation aide de grands groupes à conquérir toujours plus de marchés quelles qu’en soient les conséquences (eau, déforestations, pollution, empoisonnement des populations, etc.)

Nous nageons en plein conflit d’intérêts et à toutes les échelles. Je m’explique : Ces mêmes entreprises qui reçoivent des investissements de la Fondation font également parties des gentils philanthropes donateurs en même temps que bénéficiaires des dons, la pompe est ainsi amorcée et ne se désamorce plus. Donner de l’argent à une entreprise qui va vous en redonner ne correspond pas du tout à ma vision de la générosité, mais je ne suis qu’un pauvre gueux ignare !

Coca, en 2014, a reçu 518 millions d’euros de placements de la fondation, et bénéficié d’aides dans des programmes destinés à former cinquante milles agriculteurs kényans dans la culture des fruits de la passion. Et si on ajoute que Rob Horsch, ancien vice-président de Monsanto … est actuellement directeur du programme de développement agricole dans la Fondation de Gates, ... Nous sommes là face à une action de marketing bien rodée, et soutenue au plus haut niveau, car la Fondation Gates est également le cheval de Troyes, en Afrique, concernant les OGM de Monsanto.

Loin de l’image que ce couple démoniaque cherche à donner au beau milieu des p’tits africains, nous sommes plutôt là face à des vampires assoiffés, et prêts à toutes les vilénies afin d’atteindre leur but : la captation complète et définitive des richesses de ce monde. Ce sont toutes ces ONG et l’ONU qui façonnent, selon leur bons désirs, les contours et l’avenir de tout ce continent, laissant aux peuples une infime part de manœuvres et de réels subsides. Les choix des programmes qui vont provoquer la création de nouveaux marchés sont donc privilégiés, et grandement financés, au détriment de toute action qui pourrait autonomiser ces gens.

L’exemple le plus flagrant du comportement déviant des Gates revient à un remède local africain contre le paludisme. Il se verra ostracisé comme empêcheur de tourner en rond au motif inavouable que les maladies qui font appels à l’ouverture des marchés et la fabrication de couteux vaccins sont très profitables à Big pharma. L’Artemisia est une plante efficace contre le paludisme. Promue par des associations et personnalités, l'usage de la plante Artemisia Annua sous forme de thé ou de poudre contre le paludisme inquiète l'Académie de médecine. Parmi ses craintes : l’augmentation de la résistance au traitement et le risque d'aggravation de la maladie. Rien que ça !

Bien que de nombreux sujets de thèses soient venus à la rescousse des prétentions de cette plante, le lobby pharmaceutique et les merdias qui appartiennent aux mêmes salauds, sont donc arrivés avec des articles du style : « Des médecins s’inquiètent des affirmations non fondées d’une association qui vante les mérites de tisanes antipaludiques. » Pourquoi ? Parce que le Mosquirix, vaccin antipaludique administré aux enfants au Malawi, au Ghana et au Kenya et bien plus rentable pour Big pharma et ses acolytes.

Conçu en 1987 par le géant pharmaceutique britannique GSK, le vaccin est destiné aux enfants de moins de deux ans les plus vulnérables à la maladie. Et la Fondation Gates a utilisé de son influence auprès de l’OMS pour faire en sorte que ces vaccins soient préférés au détriment de l’Artemisia qu’ils cherchent à interdire.

Pour Gates, le salut du monde viendra donc par la technologie. Ce qui est grave, c’est que ce psychopathe semble sincère dans sa démarche de démiurge au QI bodybuildé. Ce jusqu'au jusqu'au-boutistes obsessionnel de la technologie a su accaparer une technologie gratuite à l’époque, pour la rendre payante par des milliards d’individus. Ce capitaliste froid croit au dieu science, parce qu’à une époque, il a su construire des monopoles incontournables autour de « son » informatique et la rendre obligatoire, tout comme ses idées sur l’orientation dans notre paysage contemporain. Il est persuadé de la direction que doit prendre ce monde.

Sa logique est d’imposer les semences brevetés : les OGM. Son hypocrisie va jusqu’à dire que les cultivateurs peuvent développer leurs semences naturelles pendant que lui booste les recherches concernant les OMG avec un lobbying de corruption des plus intense orchestré autour des dirigeants africains. Ainsi, plus ses OGM sont acceptés en Afrique, et plus la réglementation devient dure vis-à-vis des semences paysannes libres qui se voient marginalisées.

Mais en plus du marteau juridique, sa fondation prétendant aider les petits producteurs de graines les forme à la vente de ses OGM faisant monter à des niveaux exponentiels le développement de cette firme du Diable nommée Monsanto.

S’il est autant adulé par les médias, c’est qu’au même titre que nos médias français sont détenus par les oligarques, il a la main mise sur les médias mondiaux qui, de fait, entretiennent l’image angélique communément admise, à des profondeurs abyssales de ce que je tente de vous expliquer. En 98, il sera attaqué par le Gouvernement américain pour abus de position dominante avec son logiciel internet explorer. C’est tout de même fort de café que le pays où le capitalisme est roi, lui reproche son libéralisme sans scrupules ! Il est ensuite passé de cette image de prédateur économique, qu’il est toujours, à cette hagiographie communément admise. Pourquoi ? Parce qu’en 2000, il va devenir l’homme le plus « généreux » du monde en « donnant toute sa fortune ».

Il achète tous les silences à prix d’OR et l’on ne tue pas la POULE AUX ŒUFS D’OR ! Le budget de sa Fondation est tout simplement colossal, avec une force de persuasion supérieure à bien des pays. Elle est alliée à un vide juridique abyssal, et de FAIT, il a la main sur l’OMS. Voilà comment un milliardaire du top 10 peut prendre le contrôle sur tout ce qui est question environnemental et sponsoriser une égérie, sorte de poupée Chucky !!!

On est donc loin du paradigme prêché à outrance par « sainte » Greta, le Golem de toute cette clique de sombres enculés.

Pour terminer en beauté, j’aimerais vous faire lire une extrait de mon 3e livre, les pages 84 à 86 de J’ai à te parler, paru en janvier 2015. J’y brosse déjà un sombre tableau de notre lascar !

http://vecteur-douceur.over-blog.com/2020/01/bill-gates-un-sacre-philanthrope.html

 

 

Voir les commentaires

BILL GATES, UN SACRE PHILANTHROPE !

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

 Voici une extrait de mon 3e livre, les pages 84 à 86 de J’ai à te parler, paru en janvier 2015. J’y brosse déjà un sombre tableau de notre lascar !

L’arrivée imminente du globalisme sous toutes ses formes

Pendant que nous regardons la mise en place de la nouvelle société globale, nous devons nous rappeler qu’il y a une force derrière elle. L’élite sait qu’afin de faire adhérer le plus possible d’individus à sa cause, elle doit comme le disait souvent l’apôtre : « se déguiser en ange de lumière» Conclusion, elle doit faire ressembler cela à une noble cause. Il y a eu beaucoup de mouvements d’unités à travers l’histoire, surtout au 20ème siècle : les idéologies pangermaniques avec l’Allemagne comme mère-patrie ; celle du panslavisme avec la Russie comme mère-patrie ; et en Extrême-Orient, la Sphère de la Grande Coprospérité de l’Asie orientale.

Le Troisième Reich a été un exemple primordial d’un idéal qui devait souder fermement les gens dans une force d’une puissance stupéfiante. Cet idéal était le concept de Der Vater land, ou la Mère-Patrie, les gens étaient émus dans leurs âmes les conduisant à un engagement total envers la patrie.

La population allemande a été extrêmement exploitée par les banquiers et les conspirateurs des Illuminati, et elle a vu par la suite une occasion de se libérer. En effet, le lieu de naissance des Illuminati était Ingolstadt en Bavière. C’était à cet endroit que le Dr Adam Weishaupt, fils d’un Rabbi qui s’était converti au catholicisme, enseignait la loi canon à l’université de cette ville.

C’était l’homme trié sur le volet par les banquiers Rothschild pour échafauder un échéancier pour la gouvernance mondiale unique, et ce projet a été lancé le 1er mai 1776. L’histoire est remplie des activités de cette organisation secrète qui fonctionne dans les plus hauts niveaux de la franc-maçonnerie. La finalité de ce plan se déroule maintenant sous nos yeux.

Weishaupt et les Rothschild ont créé un monstre travaillant à l’avènement de leurs idéaux globalistes. Mary Shelley a utilisé le sous-titre « The Modern Prométhéum » à son roman «Frankenstein » (1818). Frankenstein n’était qu’une préfiguration du côté obscur du transhumanisme et du génie génétique. Il est d’ailleurs curieux de constater que ce roman de Marie Shelley dépeint en détails toute l’histoire des Illuminati ; un monstre construit à partir de parties de corps de diverses personnes et amené à la vie par l’électricité pour accomplir les folles besognes du malade Dr Frankenstein. Etonnamment, le cadre de toute l’histoire était le secteur d’Ingolstadt, en Bavière.

Désormais, l’argument trompeur utilisé afin de souder les gens ensemble n’est autre que notre bonne vieille Terre, Gaïa comme ils disent ! Nous assistons à un vibrant appel pour sauver ce que les sorcières du Nouvel Age appellent notre Terre-Mère, jusqu’à en faire une religion. C’est une cause beaucoup plus puissante et universelle que celle de la Mère-Patrie d’il y a quelques décennies.

Les Nations Unies demandent continuellement des règlements pour ralentir ou arrêter le réchauffement de l’atmosphère. Les occultistes New Age des hauts niveaux aimeraient nous faire croire que notre planète est une entité femelle vivante qui a des ennuis à cause de la pollution causée par les humains. Peu de gens semblent se rendre compte que certains des plus riches individus du monde partagent les mêmes visions sur la population humaine. Ce sont des hommes comme Bill Gates, Maurice Strong et Ted Turner qui, en raison de leurs grandes richesses, exercent également beaucoup de pouvoir et d’influence. Bill Gates a déclaré lors d’un récent séminaire que « Le monde d’aujourd’hui a 6,8 milliards d’habitants. Or, si nous faisons un très bon travail sur les nouveaux vaccins, les soins de santé, les services de santé génétique, nous pourrions peut-être abaisser ce nombre de dix ou quinze pour cent. »

Depuis, tonton Gates semble rattrapé par la réalité, ou plutôt par l’Inde. Gates fait face à un procès pour avoir testé sans consentement là-bas, un vaccin sur des enfants ; il semble que ses crimes contre l’humanité l’ont finalement cueilli en plein vol. Le gentil tonton qui met ses dizaines de milliards de dollars pour sauver les enfants d’Afrique, n’est qu’un mythe, pire, un mensonge éhonté ! Un rapport de quatre pages a été récemment publié par The Economic Times  en Inde (et aussi sur d’autres supports), c’est du sérieux ! Lisez, c’est édifiant ; ils ont forcé des enfants à se faire vacciner, initié et diffusé des programmes de vaccination « préventifs » nocifs voire mortels, testé des vaccins sur les populations locales, notamment les enfants, et beaucoup en sont morts ou sont tombés malades, en Inde, en Afrique etc.

Ce rapport indique que la Fondation Gates se trouve face à un procès en cours, en raison d’une enquête qui est menée par la Cour suprême de l’Inde.  Health Impact News  déclare : « Bien que la fraude et la corruption soient révélées sur une base quasi quotidienne maintenant dans l’industrie du vaccin, les grands médias US continuent d’ignorer largement ces histoires hors des États-Unis, cependant, les empires de la vaccination commencent à s’effriter, tout comme les informations provenant des versions anglaises des médias grand public qui sont disponibles sur Internet. Un de ces pays est l’Inde, où la Fondation Bill & Melinda Gates et leur empire de vaccins sont sous les feux des projecteurs, une instance contre eux est actuellement en cours d’étude par la Cour suprême de l’Inde. L’article de « Health Impact News » est centré en grande partie sur un rapport de quatre pages qui a été récemment publié par « The Economic Times » en Inde. »

L’Organisation Mondiale de la Santé, la Fondation Gates et deux organismes financés par eux, le PATH (Programme for Appropriate Technology in Health) et l’Alliance GAVI (Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination), se sont retrouvés sous les feux des projecteurs après une pétition à l’origine soumise à la Cour suprême de l’Inde. Les pétitionnaires ont déclaré : "BMGF, PATH et l’OMS ont été criminellement négligents sur des expérimentations de vaccins et leurs effets secondaires, sur une population vulnérable, sans instruction et sous-informée dont les administrateurs scolaires, les étudiants et leurs parents n’ont pas été informés et ont donné leur consentement sans être éclairés ou conseillés sur les effets indésirables potentiels ou qui doivent être surveillés. "

L’Economic Times of India  a publié son rapport en août 2014. Ils ont déclaré qu’en 2009, des tests ont été effectués sur 16 000 enfants des écoles de l’Andhra Pradesh, en Inde, en utilisant le vaccin papillomavirus humain (HPV), le Gardasil. Selon le rapport, dans le mois de la réception du vaccin, de nombreux enfants sont tombés malades et en 2010, cinq d’entre eux étaient morts. Deux autres enfants auraient trouvé la mort à Vadodara, état du Gujarat, où l’on estime à 14 000 les enfants des tribus locales qui ont été vaccinés avec une autre marque du vaccin contre le VPH, Cervarix, fabriqué par Glaxo Smith Kline (GSK).

Ce qui est choquant, c’est que le rapport indique que la plupart des formulaires de consentement utilisés pour vacciner les jeunes filles ont été signés « illégalement », soit par les gardiens des auberges où beaucoup de filles résidaient, ou en utilisant les empreintes digitales de parents analphabètes. Cette parodie a été découverte par une équipe de militants de la santé de l’organisation non gouvernementale SAMA. C’est une organisation spécialisée dans la santé des femmes, qui a décidé d’enquêter sur ce qui s’était passé.

Selon le rapport, ils ont été choqués de découvrir que 120 filles était malades, souffrant d’une variété de symptômes, y compris «des crises d’épilepsie, de graves maux d’estomac, des maux de tête et des sautes d’humeur ». D’autant plus choquant quand vous découvrez que l’organisation qui avait financé l’étude n’était autre que la Fondation Bill et Melinda Gates, qui a déclaré le projet comme étant une réussite totale.

Selon la Fondation Gates, l’OMS, la Fédération internationale de gynécologie et d’obstétrique, et la Fédération des sociétés d’obstétrique et de gynécologie de l’Inde ont tous recommandé la vaccination à titre préventif, éprouvée et très efficace pour le cancer du col utérin. Les vaccins utilisés dans ce projet sont autorisés en Inde et ont été administrés en toute sécurité des dizaines de millions de fois dans le monde, ce qui a empêché d’innombrables cas de maladies, de cancer, et la mort, soutient un porte-parole de BMGF. C’est contraire à l’éthique quand les gens qui défendent la cause des vaccins sont les mêmes que ceux qui investissent dans le développement de vaccins, a déclaré V Rukmini Rao, l’un des militants qui ont déposé une pétition devant la Cour suprême dans le cadre des études sur les vaccins contre le VPH.

De là à en déduire que l’on nous empoisonne délibérément, comme je l’affirmais dans mes deux premiers livres (« La Quête » et « La Promesse »), il n’y a qu’un tout petit, petit pas ! Alors, théorie du complot ?

Maurice Strong est un puissant homme d’affaires et milliardaire canadien qui est fortement impliqué avec l’Organisation des Nations Unies. Il a déclaré : " Les licences pour avoir des enfants incidemment est quelque chose qui me préoccupe depuis de nombreuses années, en suggérant que même au Canada cela pourrait être nécessaire à un moment donné, au moins certaines restrictions pour le droit d’avoir un enfant."

Strong a fait l’éloge de Ted Turner à de nombreuses reprises, et certains avancent même que c’est en fait Ted Turner qui était responsable de l’érection du monumental Georgia Guidestones dont je parle dans mes bouquins.

Dans le roman  Frankenstein, le médecin fou avait un assistant, nommé Igor, qu’il envoie voler un cerveau pour son monstre. Le mouvement moderne pour « Gaïa » n’a pas d’assistant nommé Igor, mais nous en avons un dénommé Al Gore qui vole les esprits des gens en gagnant pour cela des prix Nobel ! Bien qu’il y ait réellement des changements globaux, ils sont toutes proportions gardées de nature exogène. L’humanité y contribue mais à dose homéopathique. Le canular du réchauffement climatique sert à nous cacher le véritable responsable venant tout droit d’outre espace, puisqu’il en arrive à réchauffer également les autres planètes de notre système solaire.

https://www.thebookedition.com/fr/tonton-malthus-est-revenu--p-371412.html

Ce genre de phobie grotesque autant que mensongère contribue à remplir les poches des mêmes salopards tout en bloquant les pays émergents. Nous pouvons comparer le centre de la Terre à un moteur électrique avec deux parties. L’une statique, le stator ; l’autre en mouvement le rotor et son noyau ferreux. Le tout produit son courant électrique et de fait, un champ électromagnétique, le fameux bouclier qui nous protège des particules venant de l’univers et notamment du Soleil. Lorsque celui-ci est bien excité, il nous envoie suffisamment de particules provoquant les fameuses aurores boréales aux pôles. Depuis un certain temps, il est tellement en forme, que des aurores ont été visibles jusqu’au centres des USA.

Le problème est que notre champ faiblit et ses pôles se déplacent. Le nord magnétique s’oriente désormais vers la Sibérie en un mouvement qui depuis des années prend de la vitesse et de l’amplitude. Bien que la NASA le cache, une inversion des pôles terrestres s’est déjà produite par le passé. L’inversion magnétique est d’ailleurs commune chez notre Soleil avec un cycle qui était jusqu’à présent régulier.

Fin de l’extrait.

Et en conclusion, lisez donc ce que déclarait déjà Warren Buffet, le propriétaire de l’usine Lubrizol de Rouen, un pote de Gates.

 

Voir les commentaires

TONTON GATE LE BIENFAITEUR FAIT ENCORE DES SIENNES !

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Voir les commentaires

HOMMAGE À FERNAND CROMBETTE.

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Fernand Crombette (1880-1970), est un monsieur que j’apprécie beaucoup de part l’énorme travail qu’il a réalisé pour le compte de la VRAIE Histoire. Il est né à LOOS lès Lille dans le Nord de la France. À la suite du décès de son père, lui qui avait rêvé de faire Polytechnique, fera sa carrière dans l’Administration des Postes. Elément notable, peu avant son entrée dans l’Administration, il perd la foi vu le comportement particulièrement antisocial de ses premiers patrons, ceux-ci se disant par ailleurs catholiques. Il ne la retrouvera que bien plus tard et providentiellement, durant la 1 ère Guerre Mondiale.

Après un séjour éprouvant en Allemagne, il reprend sa carrière aux Postes où il gravit tous les niveaux.

Bien qu’ayant, par souci de liberté, refusé un poste de directeur, son intégrité le portera à des responsabilités de contrôle où de nombreuses irrégularités l’amèneront à apprécier à sa juste valeur "l’honnêteté" des milieux maçonniques. Cette « douce » rencontre lui vaudra d’être mis à la retraite Manu militari dès l’âge de 57 ans.

Il va donc pouvoir se consacrer aux recherches commencées quelques années auparavant. Il va dès lors rédiger une œuvre considérable (41 volumes et près de 16 000 pages) et deux atlas d’une centaine de cartes sur des sujets aussi divers que la Géographie, la Géologie, l’Astronomie, l’Histoire ancienne, l’Exégèse, etc. Il va les poursuivre jusqu’en 1965 environ. En 1967, il fait publier, à compte d’auteur, toujours sous le pseudonyme de « Un catholique Français » son ouvrage sur «l’Affaire Galilée »; Ce sera ensuite, en 1970, la Révélation de la Révélation en 2 tomes, (par ordre chronologique l’avant-dernier de sa série d’ouvrages), mais cette publication ne rencontra pas le succès qu’il espérait. C’est encore pareil aujourd’hui.

Il décède le 13 novembre 1970, et repose au cimetière du Nord à Tournai. Quelques temps plus tard, le 18 mars 1971, naissait le CESHE (Cercle Scientifique et Historique) créé dans le but de faire connaître son œuvre et surtout de l’étudier.

Ceux qui me lise savent à quel point je n’apprécie pas la Catholique Romaine et toutes ces déviances doctrinales, le dernier pape en étant la parfaite incarnation. Mais il ne faut jamais jeter l’eau du bain avec le bébé. Et ce « bébé » là, croyez-moi, est plus que digne de respect pour son travail effectué au nom de la Vérité qui rend libre.

F. Crombette a été amené providentiellement à consacrer trente-cinq ans de sa vie à la recherche : égyptologie, histoire de la Crète, des Hittites et de la Mésopotamie, travail sur l'Atlantide aussi bien que sur diverses énigmes de l'histoire, de la géographie, de la préhistoire et de l'astronomie, son œuvre est immense et la valeur de ses analyses éminente... Un homme méconnu à découvrir, chose à laquelle j’essaie de palier par cet humble article.

La carte que vous verrez à la fin de l'article représente son travail, une tentative de reconstitution de la Pangée. Les zones en jaunes correspondent, aux déplacements continentaux près, aux surfaces situées dans l'intervalle altimétrique -2000 m. En dépit des déformations tectoniques qui ont suivi « leur séparation », les régions continentales (en marron) sont parfaitement identifiables.

Il va reconstituer complètement (entre 1933 et 1945) le puzzle du continent primitif, avec les bancs et îles aujourd'hui dispersées sur le fond basaltique des mers, et le chemin exact parcouru par chacune des masses continentales. Il est à souligner que son travail a débuté par les îles Falkland et la pointe de l'Amérique du sud. Crombette explique ainsi la formation de la surface, l'orographie du monde (Étude des reliefs montagneux).

Je comprends que cela puisse paraître extraordinaire, mais le continent primitif qu’il reconstitue a la forme d'une fleur à huit pétales, avec JERUSALEM en son centre. Et c’est ce fait troublant qui va lui donner un nouveau regard sur la Bible. L'incompatibilité qui existe aujourd'hui entre les chronologies officielles de l'Histoire de l'Antiquité et la chronologie biblique, est un fait indéniable que la haute maçonnerie s’est évertuée à cacher aux gueux depuis des siècles voire des millénaires. Cela pose question, et j’essaie d’y répondre depuis plus de dix ans au travers de mes ouvrages. C'est en 1830 que Champollion va modifier ses estimations initiales et avancer pour les premières dynasties égyptiennes une date remontant au 6e millénaire avant Jésus-Christ. Or, cela va gonfler les athées mais c’est chose tout à fait incompatible  avec la date de -2348 A.C. admise communément pour le Déluge.

Crombette, habitant depuis 1937 à Tournai (Belgique) se rend alors à la Fondation Egyptologique Reine Elisabeth, à Bruxelles, pour s'initier à la lecture des hiéroglyphes. Champollion assimile les hiéroglyphes à une écriture alphabétique, alors que les signes pictographiques sont antérieurs à tout alphabet. La Pierre de Rosette est le point de départ du travail de Champollion, or cette Pierre de Rosette ne saurait, pour Crombette, servir  au déchiffrement des inscriptions royales des dynasties égyptiennes.

Au lieu d'avoir à reconstituer une langue artificielle imprononçable et incertaine, comme l'ont tenté les égyptologues fidèles à la méthode de Champollion, Crombette parvient à lire directement les hiéroglyphes dans une langue connue qui s'est transmise jusqu'à nous par les écrits des linguistes arabes, comme par la communauté copte qui, en Egypte même, résiste encore à l'islamisation.

Sur cette base il va écrire une Histoire de l'Égypte en 15 volumes, LE LIVRE DES NOMS DES ROIS D'ÉGYPTE, ce travail sera par la suite concentré en 3 volumes, intitulés VÉRIDIQUE HISTOIRE DE L'ÉGYPTE ANTIQUE, et un volume CHRONOLOGIE DE L'ÉGYPTE PHARAONIQUE. Ce travail minutieux de la généalogie réalisé sur toutes les dynasties pharaoniques fait apparaître que Misraïm (Rê), fondateur éponyme de l'Égypte, n'est autre que le fils aîné de Cham (Amon), fils aîné de Noé, et que l'arrivée de Misraïm en Égypte suit aussitôt la dispersion des peuples à Babel, en - 2197 A.C.  Son immense travail rend ainsi hommage au texte biblique. Tant en Histoire qu’en Géographie, la Bible dit vrai !

Fort de son succès, il va ensuite s’intéresser aux peuples voisins de l’Egypte. Il va ainsi écrire CLARTÉS SUR LA CRÈTE en 3 volumes. Et chose extraordinaire que j’explique déjà dans mon second livre : La PROMESSE,

http://vecteur-douceur.over-blog.com/2017/02/olivier-cape-presente-son-deuxieme-ouvrage-la-promesse-paru-en-fevrier-2014.html

le premier roi de Crète n'est autre que le fils du premier roi de la première dynastie égyptienne.

Viendra ensuite l'histoire des Hittites en 2 volumes : LE VRAI VISAGE DES FILS DE HETH. Les Hittites descendent de Heth, second fils de Chanaan (-2321 à -2121). Il explique enn détail l'histoire de chaque souverain hittite, et en particulier ceux qui donneront la 15e dynastie dite HYKSOS, en Egypte. Il découvre l'origine du royaume étrusque et la fondation d'Athènes par Cécrops en -1557, d'Argos par Agénor en -1552 et de Thèbes par Cadmus en 1493 A.C.

L'évhémérisme est une « théorie » pour moi bien réelle. Selon elle, les dieux seraient des personnages réels, sacralisés après leur mort. Et comme répéter revient souvent à déformer, leur légende serait embellie jusqu'à devenir une sorte de symbolisme absolu et universel. Elle tire son nom du mythographe grec Évhémère. On comprend ainsi la présence des souverains des premières dynasties égyptiennes dans la mythologie grecque : Chronos (Nemrod), Héra, Zeus, Poséidon, etc... Lorsque j’ai parcouru pour la première fois avec avidité ses ouvrages sur l'Égypte, ils m’ont donné la clé de l'évhémérisme. Le philosophe grec Évhémère, au 4e siècle avant Jésus-Christ, AVAIT AINSI PARFAITEMENT RAISON.

Les mythes ne sont que des récits imagés d'événements historiques, et les dieux et héros mythiques ne sont que des mortels divinisés après leur mort.

Mais là ou Crombette fait encore plus fort, c’est en allant chatouiller les Darwinistes là où ça fait mal. Il va en effet dénoncer la Préhistoire officielle, horriblement faussée par l'évolutionnisme. L’étude des noms propres de personnes se nomme l’anthroponymie, et celle des lieux, la toponymie. Ainsi sa longue étude de la Géologie, va-telle tout autant se pencher sur les anciens noms de lieux que sur la toponymie antiques. Il va réussir à écrire l'histoire des patriarches antédiluviens puis celle des fils de Noé jusqu'au partage des terres après Babel. Ce long travail portera le nom de SYNTHÈSE PRÉHISTORIQUE ET ESQUISSE ASSYRIOLOGIQUE, en 2 tomes.

Crombette entreprend la traduction de la Genèse, jusqu'au 11e chapitre, ainsi que d'autres passages caractéristiques de la Bible. La traduction qu'il nous offre, dans l'ouvrage qu'il intitula LA RÉVÉLATION DE LA RÉVÉLATION sera édité peu avant sa mort en 1970.

Il est ainsi amené à découvrir une méthode de traduction plus précise de la Bible en supposant que la langue originelle de celle-ci était le copte, langue monosyllabique de Moïse. Les traductions qu'il obtient donnent ainsi des explications plus détaillées sur les faits historiques qu'elle renferme.  Il explique comment, en - 2187 A.C., les Ludim, nom biblique de Thoth-Mercure qui devinrent les Philistins (Palestiniens), envahirent le territoire attribué à Heth, entre Hébron et Gaza. Ils descendent donc de Cham, mais par Misraïm.

Ayant constitué un texte continu de cette traduction, ce travail est devenu LA GENÈSE, CETTE INCOMPRISE.

Mais là où ça commence vraiment à sentir le soufre en déblayant allégrement toute cette pseudo-science dont les pères la truelle nous abreuvent depuis plus de deux siècles, c’est qu’en s'étant ainsi rendu compte à quel point la Révélation, traduite par le copte ancien, éclairait les observations des sciences profanes et donnait une vision cohérente et chrétienne de l'histoire humaine, il se demande si les juges de GALILÉE, qui s'étaient appuyés sur la Bible pour condamner le système héliocentrique, n'avaient pas eu raison contre le savant italien.

Et pan, c’est une grande claque dans la gueule pour les héliocentristes ! Les traductions, par le copte, de plusieurs textes bibliques et des Psaumes, décrivent les différents mouvements de la terre comme étant géocentriques. Crombette va alors reprendre l'expérience de Michelson et Morley, une expérience d'optique qui a tenté de démontrer l'existence de l'éther. Pour y parvenir, Albert Michelson et Edward Morley ont cherché à mettre en évidence la différence de vitesse de la lumière entre deux directions perpendiculaires, et à deux périodes de révolution de la Terre dans l’espace espacées de 6 mois. En fait, il s'agissait de toute une série d'expériences entre 1881 (Michelson seul) et 1887 (ensemble), date à laquelle le résultat est « définitivement admis » mais avec un gros caca, une diarrhée aiguë, pour toute la communauté scientifique de l’époque qui serre les fesse.

J’explique tout cela dans mon 7e ouvrage Naschas, qui devrait paraître courant 2020. Et c’est tonton Einstein qui viendra, tel Zorro, les sortir tous de la merde grâce à ses théories.

MICHELSON, premier prix Nobel américain, avait donc bien difficilement tenté de mettre en évidence l'influence du déplacement de la terre, dans l'espace, se basant sur la vitesse apparente de la lumière. Ces expériences permettaient de conclure CONTRE le mouvement supposé de la terre autour du soleil ; aussi furent-elles occultées, et ses comptes-rendus sont-ils ignorés aujourd'hui par la plupart des physiciens. Le résultat des recherches de Crombette sera un ouvrage en deux tomes : GALILÉE AVAIT-IL TORT OU RAISON ?

Ainsi, pour Crombette, Jérusalem, lieu où s'opéra la Rédemption, n'est pas seulement au centre de la Terre, comme l'indique le Psaume 73, c'est aussi le centre du Monde : l'Univers est véritablement géocentrique, et plus encore, christocentrique par la mort du Christ sur la Croix, ce qui ne devrait pas surprendre les lecteurs du Nouveau Testament. Paul l’affirme en effet (Col. I, 16) : « C'est en Jésus-Christ qu'ont été créées toutes choses... tout a été créé par Lui et pour Lui. »

Fernand Crombette aura su réaliser un merveilleux travail de transmutation spirituelle chez certains, athées ou non. Il a ainsi réussi à rendre à nos intelligences laïcisées et matérialistes cette vision biblique et christocentrique de l'Univers qui permettra seule de rétablir la vérité intégrale des sciences et de l'histoire.

 Olivier.

 

Voir les commentaires