Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

primordial : Lien entre les taches solaires et épidémies

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Lien entre les taches solaires et épidémies

https://1.bp.blogspot.com/-MMJmVLjbp6U/WHCwQX2EC_I/AAAAAAAAdlg/dmZo3slY9tcvB_cTSK8ABqqTGMs8sTNGQCLcB/s640/2012_5e_soleil.jpg

Dans la continuité de mes deux vidéos concernant l'arnaque climatique et dont vous voudrez bien SVP pardonner la mauvaise qualité sonore, ces quelques lignes sont très intéressantes autant que complémentaires ! J'ai d'ailleur commencé à ébaucher un livre sur le climat qui devrait, je l'espère, paraitre horizon 2019-20.

( mise à jour du jeudi 9 avril 2020 : c'est désormais chose faite avec : Tonton Malthus est revenu ! )

https://www.thebookedition.com/fr/tonton-malthus-est-revenu--p-371412.html 

Six des grandes épidémies de grippe, au moins depuis 1917, étaient synchronisées avec le cycle des taches solaires. En outre, toutes ces épidémies, à l'exception d'une seule, ont entraîné un changement antigénique, dans lequel le virus de la grippe a développé une nouvelle couche de protéines qui l'ont rendue résistante aux immunités que la population avait accumulées au fil des ans. Il n'existe aucun mécanisme connu par lequel l'activité solaire peut favoriser l'évolution du virus, à l'exception du rayonnement pénétrant, qui est intrinsèquement destructeur.

L'abaissement de l'immunité humaine peut également être une conséquence de l'activité solaire, selon Solco W. Tromp, directeur du Centre de recherche biomédicale aux Pays-Bas. Plus de 30 années de recherche, utilisant des données sanguines de 730 000 donneurs mâles, ont conduit Tromp à la conclusion que le taux de sédimentation du sang varie avec le cycle des taches solaires.

Puisque ce taux est parallèle à la quantité d'albumine et de gamma globuline, la résistance à l'infection peut également correspondre à l'activité du soleil.

À suivre.

Olivier
 


 

Voir les commentaires

L’héroïne électronique

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Cet article n'est pas de moi, mais vue l'importance du sujet, je tenais à le faire circuler !

L’héroïne électronique  : comment les écrans transforment les enfants en drogués psychotiques

Je vous propose aujourd’hui la traduction édifiante d’un article du New York Post, un journal parfaitement « sérieux ».

Vous tous ici lisez ces lignes sur un écran, soit celui de votre ordinateur, soit celui de votre smartphone ou de votre tablette. Moi-même, je suis un grand consommateur « d’écran », travail et recherches quotidiennes obligent. Le résultat pragmatique de nos sociétés modernes, c’est que nous voyons des hordes d’abrutis lobotomisés, y compris parmi les plus jeunes, passer des heures et des heures à « tactiler » leurs écrans au détriment évidemment d’une vraie vie qui devrait être vécue de façon réelle.

Cet article vient rappeler utilement que ces outils et ces technologies sont désastreuses pour la construction des enfants et l’idée selon laquelle « offrir » une tablette à tous les élèves pour «améliorer » le niveau est d’une connerie insondable. Pourtant, vos enfants seront bien lobotomisés par l’école et, encore plus grave, chez les adultes encadrant élevés eux-aussi aux écrans, il n’y a rien de plus naturel maintenant que de mettre les enfants devant la télé y compris pendant les récréations parce qu’il pleut, parce qu’il vente, parce que c’est facile…

Refuser les écrans à vos enfants c’est la meilleure façon aujourd’hui de les élever, c’est leur permettre d’atteindre un niveau de concentration et conceptualisation qui fera la différence plus tard avec les milliers d’abrutis que nous sommes collectivement en train de fabriquer.

Pour les adultes « gémiards », refuser les écrans et la télé c’est se libérer un temps considérable pour mener à bien d’autres projets. Combien de gens vous disent « je n’ai pas le temps de reprendre mes études, ou de suivre telle ou telle formation »… Ah bon? Et ces mêmes personnes se précipitent pour coucher leurs gamins à 20h00 le soir, pour vite se mettre devant des séries TV, dont ils oublieront aussi vite l’histoire le lendemain, jusqu’à minuit… Un temps largement utile pour d’autres choses largement plus épanouissantes.

Bref, ce qu’il faut bien avoir à l’esprit, c’est que les écrans sont des voleurs de temps et des voleurs de vie pour le plus grand bénéfice de quelques grandes multinationales et à notre détriment. Nous devons donc en user avec parcimonie, sagesse et raison.

Charles SANNAT

Traduction par le site www.le partage.com d’un article initialement publié (en anglais) sur le site du New York Post, le 27 août 2016, et rédigé par le Dr. Nicholas Kardaras.

Susan* a acheté un iPad à son fils de 6 ans, John, lorsqu’il était au CP. « J’ai pensé : ‘Pourquoi ne pas le laisser prendre de l’avance?’ » m’a-t-elle confié durant une séance de thérapie. L’école de John avait commencé à utiliser ces outils avec des élèves de plus en plus jeunes — et son professeur de technologie ne tarissait pas d’éloges à l’égard de leurs bénéfices éducatifs — Susan voulait donc faire ce qui était le mieux pour sa petite tête blonde qui adorait lire et jouer au baseball.

Elle a commencé par laisser John jouer avec différents jeux éducatifs sur son iPad. Finalement, il a découvert Minecraft, dont l’enseignant en technologie lui a assuré qu’il n’était rien d’autre qu’un « Lego électronique ». Se souvenant du plaisir qu’elle avait, étant enfant, à construire et à s’amuser avec ces blocs de plastiques qui s’emboîtent, elle a laissé son fils jouer à Minecraft des après-midi durant.

Au début, Susan était assez satisfaite. John semblait être engagé dans un amusement créatif, alors qu’il explorait le monde cubique du jeu. Elle n’a pas remarqué que le jeu n’avait rien à voir avec les Lego dont elle se souvenait — après tout, elle n’avait pas à tuer des animaux ni à trouver des minerais rares pour survivre et accéder au niveau suivant lorsqu’elle jouait à son ancien jeu bien aimé. Mais John semblait vraiment apprécier ce jeu et l’école avait même une association Minecraft, alors est-ce que ça pouvait vraiment être néfaste ?

Pourtant, Susan ne pouvait pas nier qu’elle voyait des changements chez John. Il commençait à être de plus en plus concentré sur son jeu, et perdait tout intérêt dans le baseball et la lecture, tandis qu’il refusait d’effectuer ses corvées. Certains matins, il se réveillait et lui disait qu’il pouvait voir les formes cubiques dans ses rêves.

Bien que cela l’inquiétait, elle pensait que son fils faisait peut-être simplement preuve d’une imagination active. Alors que son comportement continuait à se détériorer, elle a essayé de retirer le jeu mais John a commencé à faire des crises de colère épouvantables. Ces crises étaient si intenses qu’elle a abandonné, rationalisant toujours en se répétant encore et encore que « c’est éducatif ».

Puis, une nuit, elle a compris que quelque chose n’allait vraiment pas.

« Je suis entrée dans sa chambre pour le surveiller. Il était censé dormir – et j’ai eu si peur… »

Elle l’a trouvé assis dans son lit le regard fixe, les yeux écarquillés et injectés de sang, perdus dans le vide, l’écran scintillant de son iPad posé près de lui. Il semblait être en transe. Ne pouvant plus contenir sa frayeur, Susan a dû secouer le garçon à plusieurs reprises pour le sortir de cet état. Affolée, elle ne pouvait pas comprendre comment son garçon qui avait autrefois été un enfant sain et heureux soit devenu si accro au jeu qu’il se tordait dans une stupeur catatonique.

Il y a une raison pour laquelle les parents les plus méfiants face à la technologie sont les concepteurs et les ingénieurs en technologie. Steve Jobs était bien connu pour être un parent anti-technologie. Les directeurs techniques et ingénieurs de la Silicon Valley placent leurs enfants dans les écoles Waldorf, non-technologisées. Les fondateurs de Google, Sergey Brin et Larry Page sont issus d’écoles Montessori, non-technologisées, à l’instar du créateur d’Amazon Jeff Bezos et du fondateur de Wikipédia Jimmy Wales.

Bon nombre de parents comprennent intuitivement que les écrans lumineux omniprésents ont un effet négatif sur les enfants. On observe des crises de colère lorsque ces outils leur sont retirés et des périodes de déficit d’attention lorsque les enfants ne sont pas sans arrêt excités par leurs appareils ultra stimulants. Pire, on constate que les enfants s’ennuient, deviennent apathiques, inintéressants et indifférents lorsqu’ils ne sont pas connectés.

Seulement, c’est encore pire que ce que nous pensons.

Nous savons désormais que ces iPads, smartphones et Xbox sont une forme de drogue numérique. Des recherches récentes en imagerie cérébrale montrent qu’ils affectent le cortex frontal — qui contrôle la fonction exécutive, y compris le contrôle des impulsions — exactement de la même façon que la cocaïne. La technologie est tellement stimulante qu’elle augmente les taux de dopamine — le neurotransmetteur du plaisir le plus impliqué dans la dynamique de l’addiction — autant que le sexe.

Cet effet addictif explique pourquoi le Dr Peter Whybrow, directeur du programme de neuroscience à l’Université de Californie de Los Angeles, appelle les écrans la « cocaïne électronique » et pourquoi les chercheurs chinois l’appelle « l’héroïne numérique ». D’ailleurs, le Dr Andrew Doan, à la tête de la recherche sur les addictions pour le Pentagone et la marine américaine — qui a enquêté sur l’addiction aux jeux vidéo — appelle les jeux vidéo et les dispositifs technologiques munis d’écrans des « pharmakeia numériques » (terme grec pour désigner les drogues).

Dans mon travail clinique auprès de plus de 1 000 adolescents au long des 15 dernières années, j’ai compris que le vieil adage “mieux vaut prévenir que guérir” est particulièrement juste lorsqu’il s’agit de dépendance aux technologies. Une fois qu’un enfant a passé le cap de l’addiction technologique, le traitement peut être très difficile. J’ai même trouvé qu’il était plus facile de traiter un patient accro à l’héroïne ou à la méthamphétamine en cristaux que des joueurs invétérés « perdus dans la Matrice » ou que des toxicomanes des réseaux sociaux accros à Facebook.

Selon la Déclaration de Politique de l’Académie Américaine de Pédiatrie de 2013, les enfants de 8 à 10 ans passent 8 heures par jour devant différentes formes de médias numériques, tandis que les adolescents passent 11 heures devant des écrans. Un enfant sur trois utilise des smartphones ou des tablettes avant de savoir parler. Dans le même temps, le manuel de « l’Addiction à Internet » du Dr Kimberly Young affirme que 18 % des jeunes adultes usagers d’Internet aux États-Unis souffrent d’une addiction aux technologies.

Une fois qu’une personne a franchi la limite d’une véritable addiction — que ce soit aux drogues, au numérique, ou autre — elle doit se désintoxiquer avant qu’aucune autre sorte de thérapie puisse avoir la moindre chance d’être efficace. Avec la technologie, cela signifie une désintoxication numérique complète — pas d’ordinateurs, pas de smartphones, pas de tablettes. La désintoxication numérique radicale supprime même la télévision. Le temps préconisé est de 4 à 6 semaines ; c’est le temps généralement requis pour qu’un système nerveux ultra-stimulé se réinitialise. Mais ce n’est pas chose aisée dans notre société remplie de technologie où les écrans sont omniprésents. Une personne peut vivre sans drogue ou sans alcool ; avec une addiction à la technologie, les tentations numériques sont partout.

Dès lors, comment empêcher nos enfants de franchir cette limite ? Ce n’est pas simple.

La clé est d’empêcher vos enfants de 4, 5 ou 8 ans de devenir accros aux écrans, pour commencer. Cela signifie plutôt des Lego que Minecraft ; plutôt des livres que des iPads ; la nature et le sport plutôt que la télé. S’il le faut, demandez à l’école de votre enfant de ne pas lui donner de tablette ou de Chromebook avant qu’il atteigne 10 ans, au moins (d’autres recommandent d’attendre 12 ans).

Ayez des conversations honnêtes avec vos enfants pour leur expliquer pourquoi vous limitez leur accès aux écrans. Dînez avec vos enfants sans aucun objet électronique à table — tout comme Steve Jobs avait l’habitude de dîner sans technologie avec ses enfants. Ne devenez pas victime du « Syndrome d’Inattention Parentale » — comme nous l’avons appris dans la Théorie de l’Apprentissage Social, les enfants ont tendance à imiter, ou au moins à s’imprégner, des actions de leur entourage.

Lorsque je parle à mes jumeaux de 9 ans, j’ai des conversations honnêtes avec eux pour leur expliquer pourquoi je ne veux pas qu’ils aient des tablettes ou qu’ils jouent aux jeux vidéo. Je leur explique que certains enfants aiment tellement jouer avec leurs appareils qu’ils ont du mal à s’arrêter ou à contrôler le temps qu’ils y passent. Je les ai aidés à comprendre que s’ils se laissaient attraper par les écrans et par Minecraft comme certains de leurs amis, d’autres parties de leur vie pourraient en pâtir. Ils ne voudraient plus jouer au baseball aussi souvent ; ni lire de livres aussi souvent ; ils seraient moins intéressés par les projets de science et de nature ; deviendraient plus déconnectés de leurs amis dans la vie réelle. Étonnamment, ils n’ont pas besoin que je sois très persuasive maintenant qu’ils ont vu les changements de certains de leur petits camarades victimes d’un excès de temps devant l’écran.

Les psychologues en développement comprennent que le développement sain d’un enfant implique des interactions sociales, des jeux d’éveil, de l’imagination et de la créativité, et le contact avec le monde réel et naturel. Malheureusement, le monde addictif et immersif des écrans atténue et retarde ces processus de développement.

On sait aussi que les enfants sont plus enclins à la fuite dans l’addiction s’ils se sentent seuls, aliénés, sans but, et s’ils s’ennuient. Par conséquent, la solution est souvent d’aider les enfants à se connecter à des expériences ayant du sens dans la vraie vie et à des relations en chair et en os. L’enfant attaché à des activités créatives et connecté avec sa famille est moins à même de s’évader dans un monde fantastique numérique. Pourtant, même si un enfant a le meilleur soutien et la plus aimante des familles, il ou elle peut tomber dans la Matrice s’il se mettait à utiliser des écrans hypnotiques et à expérimenter leurs effets addictifs. Après tout, environ une personne sur 10 est prédisposée à des tendances à l’addiction.

Finalement, ma patiente Susan a récupéré la tablette de John, mais la guérison fut une dure bataille chaotique et parsemée de coups durs tout au long du chemin.

Quatre ans plus tard, après beaucoup de soutien et de renfort, John va désormais beaucoup mieux. Il a appris à utiliser un ordinateur de bureau de façon saine, et a acquis à nouveau le sens de l’équilibre : il joue dans l’équipe de baseball et à plusieurs amis proches au collège. Mais sa mère est toujours vigilante et reste une force positive et proactive face à son usage des technologies car, comme dans toute forme de dépendance, une rechute peut s’insinuer au moindre moment de faiblesse. S’assurer qu’il possède des exutoires sains, qu’il n’a pas d’ordinateur dans sa chambre, et qu’il dîne à table et sans technologie, tout cela fait partie des solutions à mettre en œuvre.

* Les noms des patients ont été changés.

Le Dr Nicholas Kardaras est le directeur exécutif de The Dunes East Hampton, l’un des meilleurs instituts de réhabilitation et ancien professeur clinicien au Stony Brook Medecine. Son livre “Glow Kids: How Screen Addiction Is Hijacking Our Kids — and How to Break the Trance” ( Les enfants luminescents : comment l’addiction aux écrans dévoie nos enfants – et comment mettre fin à cette transe ) (St. Martin’s) vient de sortir.

Charles Sannat

 

Voir les commentaires

Pépé PIB et Popaul emploi

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Les énormes mensonges de nos gouvernements !

Voir les commentaires

Le poisson rouge face à la pensée globale du bocal.

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

l'orientation du CONcitoyen vers la pensée unique dictée par l'élite apatride !

Voir les commentaires

L'escroquerie démocratique (partie 2) La "bête immonde" du FN face au golem de l'oligarchie..

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Voir les commentaires

À qui profite l’escroquerie démocratique ? Les sophismes des lumières au service de l’argent

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

« Nous sommes en démocratie », EN RIPOUBLIQUE, entend-on souvent dans la bouche du CONcitoyen sûr de ses droits législatifs. Vous en êtes certains !?

https://youtu.be/1SbZ3Iss1aY

Voir les commentaires

À qui profite l’escroquerie démocratique ? (Partie 2) La «bête immonde» du FN face au golem de l’oligarchie

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

À qui profite l’escroquerie démocratique ? (Partie 2)

La «bête immonde» du FN face au golem de l’oligarchie

Je débute cette 2e partie par deux citations : "Ce ne sont pas les votes qui comptent mais ceux qui comptent les votes"

Joseph Staline.

Et c’est vrai qu’on peu s’en poser des questions sur ce vote avec des faux votants (comme en 1793 pour la décapitation du roi Louis XVI). On trouve des scores bien étranges dans des mairies PS (Gérard Collomb et Anne Hidalgo). On a 500 000 cartes de votants en doubles dans la nature, d’autres votants radiés en masse. Chez Collomb, à Lyon, on a 0% de votes blancs ! De même, à Paris on a 35% pour Macron et seulement 4,99% pour Le Pen! Et comme le clame si bien Mélenchon, au moment où les résultats du premier tour furent donnés le dimanche 23 avril à 20 heures, les dépouillements n’avaient pas encore été effectués. Et comme par hasard, les résultats correspondaient fidèlement aux instituts de sondage dont on connait l’impartialité !

"Pour étouffer par avance toute révolte, il ne faut pas s'y prendre de manière violente. Il suffit de créer un conditionnement collectif si puissant que l'idée même de révolte ne viendra même plus à l'esprit des hommes. L'idéal serait de formater les individus dès la naissance en limitant leurs aptitudes biologiques innées. Ensuite, l'on poursuivrait le conditionnement en réduisant de manière drastique l'éducation, pour la ramener à une forme d'insertion professionnelle. Un individu inculte n'a qu'un horizon de pensée limitée et plus sa pensée est bornée à des préoccupations médiocres, moins il peut se révolter. Il faut faire en sorte que l'accès au savoir devienne de plus en plus difficile et élitiste. Que le fossé se creuse entre le peuple et la science, que l'information destinée au grand public soit anesthésiée de tout contenu à caractère subversif."

Aldous Huxley, Le Meilleur des Mondes.

https://www.thebookedition.com/fr/tonton-malthus-est-revenu--p-371412.html

Les lobbys nous leurrent sur des bases d’appréciations qui sont fausses. L’individu ne pense pas nécessairement faux sur des bases justes, il pense vrai sur des bases qui sont fausses. Et ce qui est valable en politique l’est tout autant en histoire, en science, en santé, en justice, etc. C’est d’ailleurs l’essence de mon dernier ouvrage : dernier regard sur un monde corrompu.

http://vecteur-douceur.over-blog.com/2017/02/dernier-regard-sur-un-monde-corrompu-tome-1-520-pages.parce-que-tout-le-monde-a-droit-a-la-verite.html

L’éternel problème des honnêtes gens, c’est qu’ils jugent les autres d’après eux-mêmes, incapables d’imaginer la perversité de nos dirigeants. La plupart d’entre nous sont d’une profonde honnêteté intellectuelle est ne peut imaginer un seul instant le machiavélisme infernal sur lequel repose nos sociétés. Si par un réflexe de bon sens le citoyen ne vote pas dans celui voulu par l’élite, on s’efforcera de lui faire changer d’avis en lui faisant revoter conformément aux attentes du système. On nous fait croire que parce que la société évolue on doit en conséquence créer de nouvelles lois. Alors que c’est l’inverse qui est vrai à savoir : c’est parce qu’ils nous créent de nouvelles lois que la société « involue », elle dégénère en un mariage pour tous, un être unisexe comme le prône Attali.

« Les promesses n’engagent que ceux qui y croit », disait le Gaulliste Charles Pasqua, parrain politique d’un certain Sarkozy. Ainsi comme disait déjà Pétain en son temps : « les peuples ont la mémoire courte ». À un de Gaulle disant je vous ai compris et une Algérie française, nous avons un Sarkozy lui répondant en écho : « je serai le président du pouvoir d’achat des français ; je suis pour une république irréprochable ». Le karcher concernant l’immigration pendant que dans le même temps, il ouvrait grand les vannes par le biais des avantages fiscaux et autres alors que nos nécessiteux n’y ont même pas droit.

Dès la constitution de son gouvernement transitoire en Algérie, De Gaulle s’était empressé de rétablir la maçonnerie et le décret Crémieux tous deux abrogés sous le gouvernement Pétain, alors !?

Le candidat d’En Marche! est le favori des sondages, un mystère qu’il convient d’expliquer car certains faits devraient refroidir une grande partie de ses électeurs. Les médias lui ont taillé un boulevard et se sont assez peu penchés sur la face cachée d’Emmanuel Macron. Il a tous les médias dans sa poche, le rendant intouchable, c’est un pur produit marketing créé uniquement par les grands médias qui l’ont mis en avant sans raison pendant des mois.

La seule émission qui a osé le critiquer a été censurée par LCI sur ordre de son équipe.

En Marche n’est que la résurrection du PS. Sa principale force est de se dire hors des partis. De nombreux cadres de l’ancien gouvernement l’ont rejoint ou le soutiennent comme Manuel Valls, Jean-Yves Le Drian, sans compter un grand nombre de députés socialistes. Même François Hollande le dit: « Emmanuel Macron, c’est moi ! »

Macron a refusé de donner les noms de ses financeurs et c’est un cadre de Goldman Sachs qui a organisé son repas de lever de fonds à Londres. Or, cette banque a l’habitude de placer des proches dans des postes de pouvoir pour servir ses intérêts (voir la Grèce).

Le laboratoire Servier (à l’origine du scandale du Médiator), fait partie de ses financeurs, le programme santé du candidat d’En Marche ! a été écrit par Jean-Jacques Mourad, rémunéré par le laboratoire (1 million€) rien qu’en 2016. Après cette révélation sans écho dans la presse, Mourad a dû quitter l’équipe Macron mais le mal était fait.

Lorsqu’il était ministre de l’économie, il a pris des décisions favorisant son ancien employeur, la banque Rothschild en refusant la séparation des banques de dépôt et d’affaires. Il envisagerait même de diminuer le montant de fonds propres obligatoires des banques, rendant les épargnants encore plus vulnérables en cas de faillite d’une banque tout en permettant aux établissements financiers de gonfler leurs profits.

Son discours est complètement vide. Il lui arrive fréquemment de se contredire dans la même phrase, ce qui constitue une technique marketing très sournoise. Il n’y a aucun fond, aucune idée concrète afin de ne froisser personne. Il change sans arrêt d’avis en fonction de l’auditoire comme lorsqu’il explique que la colonisation est un crime contre l’humanité lorsqu’il est en Algérie alors qu’une semaine plus tôt, dans le Point, il expliquait combien la colonisation avait eu des effets positifs. Il a été au cœur de scandales financiers que la presse s’est bien gardée de promouvoir. L’ancien ministre de l’économie aurait dépensé 120 000 euros de crédits du ministère pour des déjeuners et dîners afin de préparer sa campagne présidentielle, soit 80% de l’enveloppe annuelle. Or, il est totalement illégal d’utiliser l’argent du ministère à des fins électorales. Son responsable des jeunes qui bénéficie d’un emploi illégal au sein de l’Assemblée nationale.

Macron s’est couché devant des musulmans intégristes. Sur Beur FM, alors qu’il croyait être hors antenne, Il a reconnu avoir eu connaissance de la pensée radicale d’un proche collaborateur : « Il a fait des trucs un peu plus radicaux […] C’est un type très bien Mohamed en plus. »

Mohamed Saou était l’un des cadres de sa campagne, le mouvement En Marche! l’a mis à l’écart après la révélation de ses propos tenus sur les réseaux sociaux. Mais, proche des radicaux islamistes du CCIF (Collectif contre l’islamophobie en France), il n’a été mis que temporairement à l’écart. Pourquoi ? Le CCIF a menacé de détourner le vote musulman d’Emmanuel Macron.

La privatisation partielle en avril 2015 de l'aéroport de Toulouse-Blagnac, dont 49,99 % des parts ont été cédées au groupe chinois Casil Europe, pour 308 millions d'euros, par le ministre de l'Économie de l'époque, un certain Macron.

Macron à l’origine du plus gros scandale industriel de ces dernières années. Il a autorisé la vente d’Alsthom au profit du groupe américain General Electric, entraînant ainsi la suppression de 500 postes et surtout la perte d’un fleuron français de l’industrie qui vivait pourtant de la commande publique. Notre argent public ira donc renfloué les caisses du Trésor Américain.

Macron ne parle jamais de son expérience au ministère de l’économie ! C’est normal, son bilan en tant que ministre de l’économie est absolument catastrophique : explosion du chômage, avec des milliards d’aide aux entreprises captées uniquement par les grands groupes du CAC 40, promesses non budgétées avant son départ, une croissance beaucoup plus faible que dans les autres pays de la zone euro… Pire, Macron est à l’origine du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) qui a coûté à l’Etat la bagatelle d’environ 20 milliards d’euros par an pour un résultat nul. Un article publié sur La Tribune parlait même de « scandale d’Etat ».

Pour lui, la culture française n’existe pas, la colonisation a été un crime contre l’humanité ou encore il est difficile de boucler ses fins de mois quand on est un adolescent qui ne touche que 1000 € par mois.

Tout cela nous amène au « fait » que soi-disant 46 millions d’électeurs sont allés voter avec seulement 22% d’abstention devrait-on croire.

  • Macron 23.75%
  • MLP 21.53%
  • Fillon 19.91%
  • Mélenchon 19.64%
  • Hamon 6.35 %
  • Dupont A 4.75%

Donc, près d’un quart des français ont voté pour le poulain d’un Jacques Attali désirant un nouvel ordre mondial avec pour capitale Jérusalem. Pour le chouchou d’un Pierre Berger chantre du lobby LGBT. Près de 20% l’ont fait pour un Mélenchon, grand responsable de la politique subie par les Français durant 5 ans, puisqu’en 2012, du haut de ses 11.1% de voix, il avait appelé à voter socialiste au 2ème tour.

Au soir du 23 avril, nous venons d’assister à une série B avec un Macron, déjà grand gagnant, paradant dans Paris tous gyrophares dehors. Une Brigitte, ex femme de banxter, haranguant la foule du haut de l’estrade. Un Hollande appelant à voter Macron au 2ème tour. Un Pierre Berger qui a remercié le président sortant d’avoir nommer Macron ministre puis futur président. Une Rotonde pleine à craquer avec Daniel Cohn-Bendit, Attali, Line Renaud, Stéphane Bern, un Alain Minc le conseiller la poisse qui se trompe sur tout et fait perdre ceux auxquels il apporte son soutien. « J’ai dit à David Rothschild de prendre Macron à tout prix parce qu’il était extrêmement charmant et intelligent et que ce sont les qualités d’un homme d’affaires, c’est quand même un métier de pute ! »

Des Lemaire, des Valls qui rallient Macron, un Robert Hue (communiste) qui appelle à voter Macron, une grande mosquée de Paris qui appelle, par l’intermédiaire de Dalil Boubakeur, Recteur de cette même Mosquée à voter Macron, avec un Hassen Chalghoumi lui répondant en écho de Drancy. Une histoire de vote utile face à l’horreur du "fascisme". Je vois surtout une programmation mentale, que dire : un contrôle mental visant à crédibiliser une pièce de théâtre avec des personnages flous au programme qui l’est tout autant. Tout ceci vise à entretenir une confusion mentale un dressage de l’électorat une transformation par destruction des parties remplacé par un agrégat d’individus et un Cohn Bandit en Grand architecte d’une nouvelle révolution.

On habitue le peuple, médias aidant, à un désintérêt total de la chose politique. On organise une modification profonde de l’esprit des gens. Attali a clairement déclaré que Macron est sa créature. Il cherche à nous l’imposer face à une soi-disant dictature, un fantôme fasciste, un choix démobilisateur. Avec le Front National, on nous préparerait une dictature.

80 % des Français sont donc devenus fous ? Est-ce un constat logique ? Ou alors, les dès sont-ils désespérément pipés ? Le grand sursaut anti Europe n’était-il que du vent, ou sommes-nous devenus trop cons pour voir les nombreux dangers d’une Europe des marchés. Avons-nous oublié le référendum de 2005 et la trahison de nos élites et d’un Sarkozy (traité de Lisbonne aidant) ?

N’écoutez pas Macron, c’est une perte de temps, écoutez plutôt Attali, c’est lénifiant et c’est pareil, seuls les abrutis ne le verront pas. On ne demande plus un représentant du pays, on est en train d’élire un gouvernement de province comme dans l’Empire romain. La seule différence est que là, on parle de l’Empire étasunien, celui du Libre échange à tout prix (avec un grand L).

On voit des jeunes pleurer parce que Fillon a perdu, on en voit tout autant pleurer parce que Mélenchon a également perdu. Tous ces gens ne comprennent pas qu’ils font le jeu d’une caste bourgeoise minoritaire autant que parasitaire qui œuvre, comme je l’expliquais dans la première partie, à diviser pour mieux régner afin de mettre au pouvoir le pantin servile qui défendra au mieux leurs intérêts. On est passé de la réflexion à l’illusion. Les gens vivent dans l’instant ne voyant que la surface bien lisse des choses, une surface cachant les racines monstrueuses de cette bête républicaine : une Bête 666.

Nous assistons là, à la survie d’une classe politique, elle est désabusée par ses propres frasques, des magouilles dans lesquelles, durant des décennies, elle s’est vautrée (voir les vidéos de Philippe Pasco concernant le sujet). Nous assistons à un spectacle irrationnel de politique fiction dans lequel le public n’est pas invité à écrire le scénario, mais à monter sur une scène totalement improvisé. C’est ça ! Un public anesthésié pour une fin terrible, un futur annoncé contre lequel nos politiques se battent allégrement pour une place au chaud dans les bunkers du N.O.M annoncé d’ailleurs, depuis longtemps, par le même Jacques Attali.

On nous prépare à une tyrannie « nécessaire », elle ne sera pas imposée mais acceptée par une foule rendue bête et servile grâce à une misère intellectuelle voulue. On a décérébré la jeunesse, aseptisé les programmes scolaires. Une foule c’est con ! Avant la TV lobotomisation, lorsqu’un individu rentrait d’un rassemblement, il avait le temps d’effectuer un retour sur soi salutaire. Cette discussion avec soi-même, ce regard auto critique avec l’âme dont parlaient déjà les philosophes grecs n’existe plus.

Cette analyse personnelle est désormais rendu impossible par le biais des réseaux sociaux et de sa psychologie de foule entretenue. N’oubliez jamais que la véritable définition du diable est : celui qui divise : le DIABOL

Avant le président se voulait garant de la souveraineté du pays, mais de quel pays désormais grand remplacement aidant ? Nous allons élire un sous-homme, une espèce de gouverneur de province romaine, car la France n’est plus qu’une petite province de cette mondialisation. Tout se décide pour l’instant à Bruxelles. Il était chef de l’armée, mais de quelle armée désormais puisque nous sommes revenus grâce à Sarkozy sous direction de l’Otan ?

Napoléon (un franc mac) disait : la main qui donne est toujours au dessus de celle qui reçoit, chaque mois juste afin de payer les retraites et les salaires des français, il faut emprunter sur les marchés, où est et où sera la marche de manœuvre d’un président dans tout cela. Macron est un pantin au service des lobbys, un agent de l’anti-français et d’Israël, il devrait être, statistiques aidant, propulsé à l’Élysée pour finir de détruire la nation française et la soumettre au mondialisme.

Macron et Rothschild

Le Golem est, dans la mystique juive, un être artificiel, un humanoïde fait d’argile, incapable de parler et dépourvu de libre-arbitre. Il est conçut afin d’assister et défendre son créateur. Macron, est le golem d’une oligarchie dont la cupidité est responsable du délabrement de notre pays. Elle bafoue allégrement depuis deux siècles la souveraineté du peuple. Elle asservit les médias et détruit les emplois pour se gaver de dividendes à deux chiffres. Elle fait la guerre (avec le sang des autres) pour le fric à des pays qui ne nous ont rien fait. Le golem qu’elle va nous imposer est totalement vide de toute opinion politique, d’accord avec tous (quitte à se contredire) et qui défend de manière inconditionnelle les maitres qui l’ont créés (Rothschild et la finance). Il est soutenu par Hollande, par El Khomri, par Valls (éliminé aux primaires du PS), par Juppé, par Sarkozy (éliminés aux primaires de l‘UMP), et par toutes les personnalités que le peuple français rejette. Honnêtement, on ne pouvait pas choisir pire barrage à la « bête immonde » du FN que le golem de l’oligarchie.

On entend souvent qu’il faut « sauver la démocratie ». Dans le jargon maçonnique, cela signifie qu’il faut sauvegarder ce système démoncratique permettant à la secte d’avoir la mainmise sur la nation française. La solution c’est l’inverse : en finir avec cette démocratie, faux principe issus de 1789.

Le Pen est un moindre mal face à Macron, il faudrait voter Le Pen. Mais dans un cas comme dans l’autre, le peuple aura perdu l'élection. Soit on respecte la volonté de l’oligarchie en acceptant son golem, soit les marchés vont dépecer notre belle France EN NOUS COUPANT LES VIVRES. Mais en fait, Macron ne gagnera pas car, contrairement au FN, son électorat va se dissoudre à force de brasser de l'air. Et c’est d’ailleurs le but : Faire croire au peuple qu’il a gagné face à l’oligarchie mondialiste. On nous demande de voter contre les métastases en votant pour le cancer ! Contre Macron et contre Le Pen, pour moi, ce sera l’abstention. Je ne cautionne pas cette mascarade alors je n’irai pas voter ce 7 Mai.

Nous vivons pour peu de temps encore en utopie, antichambre d’une future tyrannie des marchés voulue par les potes d’Attali. Faites des réserves et retirez votre argent des banques. 

Olivier

Voir les commentaires

À qui profite l’escroquerie démocratique ? Les sophismes des lumières au service de l’argent

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

À qui profite l’escroquerie démocratique ?

Les sophismes des lumières au service de l’argent

« Nous sommes en démocratie », EN RIPOUBLIQUE, entend-on souvent dans la bouche du CONcitoyen sûr de ses droits législatifs. Vous en êtes certains !? Pensez donc à la maladroite consultation du peuple voulue par Jacques Chirac et par référendum en 2005. Le résultat en fut un non à plus de 55% de la part des Français concernant cette constitution européenne qui depuis nous étouffe.

Quel fut donc la première action de Sarkozy dès son arrivée au pouvoir en 2007 ? Sous le nom de traité de Lisbonne, il s'empressa afin de contourner la volonté du peuple de réunir le parlement en totalité à Versailles. Que firent donc les parlementaires ? Ils votèrent massivement contre l’avis du peuple français. Conclusion : les parlementaires, censés représenter la volonté du peuple ne le font pas : ce sont des traitres.

Avant la révolution française, les libéraux qui s’appelaient encore les physiocrates ont réussi à corrompre le roi Louis XV par l’intermédiaire de son ministre de l’économie : Turgot. La physiocratie est alors une école de pensée économique et politique, née en France vers 1750. Elle est rassemblée autour du médecin de Madame de Pompadour François Quesnay, du marquis de Mirabeau et de Pierre-Samuel du Pont de Nemours.

http://vecteur-douceur.over-blog.com/2017/02/dernier-regard-sur-un-monde-corrompu-tome-1-520-pages.parce-que-tout-le-monde-a-droit-a-la-verite.html

Elle contribuera de manière décisive à forger la conception moderne de l'économie et à placer la réflexion et la pratique de la «chose économique » dans un cadre de référence autonome, comme une science à part entière. Elle connaît son apogée au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle, pour devenir caduque face à la montée des échanges commerciaux internationaux et l'apparition du secteur secondaire.

Turgot (1727-1781), est un homme politique et économiste  français. Partisan des théories libérales de Quesnay et de Gournay, il est nommé Secrétaire d’État à la Marine, puis contrôleur général des finances du roi Louis XVI. Sous l’incitation des physiocrates, il va alors déréguler les marchés. En quelques jours, les prix vont flamber provoquant la famine du peuple et la guerre civile. L’état d’esprit propre à l’individu est représenté dans cette anecdote. Dès qu’il sera mis au courant du résultat de ses décisions par le biais de ses émissaires, on lui annoncera que la situation est devenue telle, que tout homme en âge de travailler n’est alors plus capable de nourrir sa famille. Sa réponse sera la suivante : « bien entendu qu’un homme qui travaille seul ne peut nourrir femme et enfant(s), il faut que tous se mettent au travail ».

Ainsi, environ 40 ans avant la Révolution « dite » française, Turgot correspond déjà dans cet état d’esprit propre à un libéralisme exacerbé à ce que nous subissons toujours : la mise en esclavage de toute la société au profit d’une élite souvent apatride. Résultat, le roi et le clergé seront renversés et ceux qui prirent alors la place représentaient à peine 1% du Tiers état, la grande bourgeoisie. Qu’ont-ils alors fait ?

Une première constituante sera rédigée dans laquelle, la procédure sera bien entendu l’élection leur permettant de s’introniser eux-mêmes. Heureusement, dans cette première constitution, Robespierre, présent, réussit à convaincre les constituants qu’ils ne peuvent pas êtres à la foi juge et parti, les hommes au pouvoir ne pouvant pas légitimement écrire les règles de ce même pouvoir. Ils vont donc voter leur inéligibilité dans la prochaine législative ce qui aura pour effet de clairsemer les rangs des penseurs intéressés. Beaucoup sont en effet plus intéressés par l’exercice du pouvoir plutôt que d’écrire des lois devant profiter au bien commun. Ceux pensant au bien du peuple se retrouvant trop peu nombreux afin de constituer une bonne législative, ceux du pouvoir s’en serviront d’argument pour dire : « vous voyez ! C’est idiot de se rendre inéligible ».

Le résultat de la législation révolutionnaire de 1789 sera que les marchands, déjà détenteurs de la richesse économique mobilière, se retrouveront au pouvoir, avec en plus la puissance politique d’écrire des lois qui leur soient amplement profitables. Par ce mécanisme de l’élection, les grands électeurs riches évinceront facilement les gueux du pouvoir. Ce sont les notables qui se partageront allégrement l’argent du peuple et les avantages qui en découlent. Ainsi, depuis 200 ans, les élections conduisent irrémédiablement les riches au pouvoir.

http://vecteur-douceur.over-blog.com/2017/02/dernier-regard-sur-un-monde-corrompu-tome-2-482-pages.parce-que-tout-le-monde-a-droit-a-la-verite.html ​​​​​​​

Dans l’ancien régime, il y avait bien entendu des riches, ils ont toujours été là ! Mais ils n’étaient pas les plus riches, leur fortune était immobilière. Alors que là, nous avons affaire à une richesse mobilière facilement apatride. De fait, le véritable capitalisme va débuter avec les riches se libérant du frein que représentait la loi qu’ils se mettent alors à écrire non pour le bien commun mais pour celui d’une toute petite caste âpre au gain. Leur richesse va vite devenir exponentielle au détriment de celle des peuples qui va subir l’effet inverse. Leur succès sera grandement aidé, information aidant, par la latitude que leur donne l’argent afin d’endoctriner le peuple.

La cause première à ce phénomène qui, tel un cancer, aura tôt fait de métastaser toute notre société, est le fait que les accapareurs ont pris le pouvoir d’écrire des lois que nous subissons de génération en génération. Elles en viennent à s’accumuler telles des strates qui bientôt nous emprisonnent sous une gangue d’argile. Même Karl Mark, dans ses écrits, n’est jamais remonté à la cause première de l’agonie des peuples : leur constitution au service d’une élite ordo ab chaos.

C’est donc parce que les banquiers sont au pouvoir que nous n’arrivons pas à créer une monnaie favorable au bien commun. Le même constat s’effectue au niveau de la pollution, de la santé, de l’alimentation, de l’information. L’empoisonnement alimentaire réalisé par un « Monsanto » pris parmi tant d’autres firmes, n’est rendu possible que grâce au pouvoir pris sur le contrôle législatif de chaque pays puisque pour nous, Français, tout se déroule à Bruxelles où les lobbys internationaux ont toutes latitudes à corrompre des énarques même pas élus par le peuple.

Esclavagisme par le biais de la menace du chômage, affairisme d’état, paradis fiscaux pour les uns, et contrôles fiscaux pour les autres, sont tous le résultat d’un mal commun : ce pouvoir tentaculaire qu’exerce une élite sur le législatif. Ce pouvoir corrompu nous fait plier l’échine parce que nous laissons faire : subjugués, endoctrinés que nous sommes par la doxa journalière subit dès la naissance dans nos écoles républicaines au rythme d’une Liberté, Egalité, Fraternité. Nous sommes tous, pour la plupart, une fraternité de sodomisés ayant la liberté d’élire ses maîtres qui deviendront bientôt nos bourreaux pour les bienfaits d’une économie non égalitaire et apatride.

Voilà comment nous en arrivons à réélire régulièrement ceux qui, depuis des années, font tout le contraire de ce qu’ils promettent. Lorsque vous allez prendre des leçons de natation en piscine, c’est pour que le maître nageur en qui vous faite confiance vous maintienne hors de l’eau, et non pas pour qu’il vous entraine au fond. Et pourtant ! tout laisse croire que mes « CON »citoyens aiment boire la tasse. Nous vivons dans une prison sans porte ni fenêtre et pourtant nous restons là, assis, à attendre une sauveur qui ne viendra jamais. 200 ans de conditionnement idéologique aidant, nous empêchent d’agir en notre âme et conscience. Je ne crois pas au diable mangeur d’âme ; je crois aux satanistes voleurs d’âmes. Nous avons tous, pour la plupart, signé un pacte faustien avec la révolution française et sa république maçonnique.

Bien entendu, il n’est écrit nulle part dans cette constitution garante de « nos libertés », que le peuple n’a aucun pouvoir, tout est écrit de main de maître maçon en une formulation intelligente, faisant dire aux mots le contraire de leur étymologie première. Un simple exemple vous permettra de comprendre la gouaille de ces salauds lettrés : l’article 3 de la constitution. Dans cet article simple on peut lire : « la souveraineté appartient au peuple », jusque là, vous me direz : « plutôt sympa la constitution ! » Oui, en effet ! Mais attendez la suite : « qui l’exerce par le biais de ses représentants ». Tout est dit, nous avons là l’archétype du contrôle absolu, par le biais des mots, écrits par des salauds. Une escroquerie bien écrite par des professionnels patentés vous permettant d’élire sans sourciller le moins du monde un MACRO du système capitalisme. Avec beaucoup de patience et beaucoup de vaseline, un éléphant finira par enculer une mouche, et là, qui est la mouche ??? Buzz, buzz, buzz, elle fait la mouche !!!

Dieu se rit des hommes qui déplorent les conséquences dont ils chérissent les causes, or, les français chérissent depuis longtemps la cause dont nous déplorons ensuite durant 5 ans les graves conséquences : ce fameux processus « démon » cratique, le fameux suffrage universel qui, au préalable, fut censitaire. C'est-à-dire un mode de suffrage dans lequel seuls les citoyens dont le total des impôts directs dépasse un seuil, appelé cens, sont électeurs. Ce qui permet de faire dire aux imbéciles qu’elle est bien là, l’avancée démocratique et républicaine, tous pouvant voter, hourra !!!

En 1789, les pairs fondateurs n’ont pas mis en place une démocratie ou dêmos (le peuple) exerce le kratos (le pouvoir). Ils ont mis en place une anti démocratie qui désigne les futurs maîtres car aucun d’entre nous ne participe, et n’a jamais participé au processus dit : démocratique. Aucun d’entre nous n’a jamais participé à l’élaboration d’une loi. Jusque là, le mode de consultation des citoyens s’effectué par le biais des corporations et des corps constitués que les conjurés s’empressèrent d’abolir dès leur prise du pouvoir en 1789. Une presse dite « d’information » ne va pas tarder à émerger, elle est sensée prendre le relais des corps constitués et remonter les problèmes à des parlementaires sans connaissances des problèmes de terrain. Le citoyen devient l’esclave d’un système qui détourne son vote. Un effroyable sophisme que celui d’un Montesquieu disant que le peuple souverain délègue son pouvoir à des souverains. On ne peut demander l’avis de quelqu’un que concernant quelque chose qu’il connait. Avant la dite révolution les responsables de la corporation des boulangers, par exemple, savaient réclamer au roi une qualité de farine qu’aucun enfariné de la révolution ne saurait plus, dès lors, défendre avec la conscience du professionnel amoureux de son métier.

Pour s’en convaincre, il suffit d’observer ce qui s’est passé en Tunisie (printemps arabe de 2011), ce sont toujours les mêmes causes qui provoquent les mêmes effets. Ce sont les riches qui aident à l’accession au pouvoir de certains d’entre eux. De celui ou celle qui défendra au mieux les intérêts toujours plus exponentiels d’une minorité sûre de son bon droit. Ils sont ainsi élus grâce à une masse de moyens inaccessibles aux pauvres. Si le favori du système passe beaucoup à la TV, la courbe d’audience sera parfaitement en syntonie avec la courbe du pourcentage de votes à son intention. Après 200 ans, les riches ont mis en place un système de conditionnement leur permettant de mettre en place n’importe quel guignol par le biais des : merdias divers en passant par les journaux, la TV, internet, etc., et c’est le leurre total pour les gueux.

Cette ploutocratie nous en sommes les pourvoyeurs serviles par défaut de connaissance.

L’idéologie des lumières à l’origine de la révolution dite française se réclame d’un esprit athénien quant à ses choix démocratiques. Or la petite démocratie athénienne se voulait très attachée au droit du sang comparativement au droit du sol. Seuls pouvaient êtres élus des citoyens de pure lignée athénienne. Lorsque j’écris la révolution « dite » française c’est simplement parce qu’elle fut de part ses principaux instigateurs tout sauf française. J’en veux pour exemple parmi tant d’autres le cas d’un juif prussien qui, à la fin de 1789, s’installe en France et pousse les différents gouvernements à répandre les idées révolutionnaires en Europe.

Le baron Jean-Baptiste de Cloots, dit Anacharsis Cloots (1755-1794), est un penseur et militant politique prussien, qui sera fait citoyen d'honneur de la France le 26 juin 1792. Il était très favorable à la Révolution française et tenant fervent de l'athéisme. Né dans une famille noble prussienne d'origine hollandaise, il est l'héritier d’une grande fortune. En février 1792, il publie son livre République universelle. Cependant, en 1791, il avait défendu contre les jacobins le maintien du système esclavagiste dans les colonies, estimant prématuré d'engager une réforme aussi radicale.

Il sera élu député de l'Oise à la Convention en septembre 1792 où il fait l'apologie des massacres. En janvier 1793, lors du procès du roi, il se rapproche des Montagnards en votant la mort sans appel au peuple et sans sursis. En avril, il vote contre la mise en accusation de Marat. Il est président du club des Jacobins à la fin de 1793, juste avant sa chute. À l’instigation de Robespierre, qui lui reproche son rêve d'une république universelle, et son athéisme militant, encouragé par les remarques acerbes de Camille Desmoulins formulées dans le numéro 2 du Vieux Cordelier, la Convention vote son exclusion (ainsi que celle de l'Américain Thomas Paine), en tant qu’étrangers le 26 décembre 1793. Il est arrêté deux jours plus tard, et, traduit devant le Tribunal révolutionnaire dans le cadre du procès des hébertistes, il est condamné à mort et exécuté le 24 mars 1794.

Cloots préfigurait avec son livre « La république universelle » ce qui, dans la bouche d’un Jacques Attali, signifie de nos jours : une gouvernance mondiale avec Jérusalem pour capitale. Avec la période de la Restauration on reviendra pour un temps au droit du sang.

La Restauration est la période comprise de la première abdication de Napoléon Bonaparte le 6 avril 1814, jusqu'à son retour en mars 1815, et entre la chute du Premier Empire jusqu'à la révolution des Trois Glorieuses du 29 juillet 1830. Elle consiste en un retour à la souveraineté monarchique de la Maison de Bourbon, exercée dans le cadre d'une monarchie constitutionnelle limitée par la Charte de 1814, sous les règnes de Louis XVIII et Charles X, frères cadets de Louis XVI, déchu en 1792 puis exécuté en 1793.

Cette période est entrecoupée par les Cent-Jours du 20 mars au 8 juillet 1815 pendant lesquels l'empereur déchu Napoléon Ier reprit le pouvoir. Cet intermède permet de distinguer la Première Restauration de la Seconde Restauration. Elle est suivie par la monarchie de Juillet de 1830 à 1848, également limitée par la nouvelle Charte de 1830, sous le règne de Louis-Philippe Ier, issu d'une branche cadette, les Orléans (dont descendent les prétendants orléanistes au trône de France depuis 1848 jusqu'à nos jours, et l'actuel « comte de Paris »).

Cette période de restauration de la monarchie fut un temps d'expérimentation des débuts du parlementarisme, en préservant quelques acquis de la Révolution française. La période voit donc l'expérience d'une monarchie constitutionnelle, avec une période relative de paix dans un contexte international troublé. La Révolution industrielle provoque des bouleversements économiques et sociaux profonds. La politique ministérielle s'en ressent. En politique intérieure, c'est un retour monarchique mais sous l'influence d'une vraie vie parlementaire, qui est marquée d'une oscillation entre ultra-royalistes et libéraux.

La Troisième République sera instaurée par l’argent des Rothschild, ce qui va fortement contribuer à un retour au droit du sol, ce, par le biais du décret Crémieux. Alors que les Musulmans d’Algérie venaient de se battre pour le second empire contre la Prusse. Le décret Crémieux octroi des droits du sol aux seuls juifs au détriment des combattants algériens.

Cette Troisième République sera le régime républicain en vigueur en France de 1870 à 1940. C'est le premier régime français à s'imposer dans la durée depuis 1789. En effet, après la chute de la royauté, la France va expérimenter, en quatre-vingts ans, sept régimes politiques : trois monarchies constitutionnelles, deux républiques éphémères (pendant douze et quatre ans) et deux empires. Ces difficultés contribuent à expliquer les hésitations de l'Assemblée nationale, qui met neuf ans, de 1870 à 1879, pour renoncer à la royauté et proposer une troisième constitution républicaine.

Formant une constitution de compromis, les lois constitutionnelles de 1875 établissent une république parlementaire de type bicaméral, de « bi » (deux) et de « camera » (chambre en latin), un système d'organisation politique qui divise le Parlement en deux chambres distinctes, une chambre haute et une chambre basse.

Ce système a pour but de modérer l'action de la Chambre basse, élue au suffrage direct et représentant donc directement le peuple, en soumettant toutes ses décisions à l'examen de la Chambre haute, élue généralement au suffrage indirect et représentant souvent des départements, des régions ou des États. Marqués par le renversement en 1851 de la République par son premier président élu, les républicains vont n'accorder dans la pratique au chef de l'État qu'un rôle représentatif. Cette 3e République va constituer une période marquée par une forte identité démocratique, que les grandes lois sur l'Instruction, la laïcité, les droits de grève, d'association et de réunion illustrent.

La 3e République est aussi une période marquée par toute une série de réformes sociales auxquelles la société aspirait, notamment par l'adoption d'une législation plus favorable pour les salariés. C’est le régime qui a permis à la république de s'installer durablement dans l'histoire politique de la France après l'échec des Première (1792-1804) et Deuxième Républiques (1848-1852), qui n'avaient duré respectivement que douze et quatre ans.

Née dans la défaite, la Troisième République évolue de sa proclamation à sa chute dans un contexte de confrontation avec l'Allemagne. Le 10 juillet 1940, face à la progression allemande, l'Assemblée nationale, délègue les pleins pouvoirs à Pétain. Le lendemain, le 11, Pétain se nomme lui-même « chef de l'État français » (Régime de Vichy), mettant de facto un terme à la Troisième République.

Mais revenons en 1870, les Juifs de France métropolitaine sont citoyens. La citoyenneté leur a été reconnue, au début de la Révolution française, par la loi connue comme le décret d'émancipation des Juifs. Décrétée par la Constituante le 27 septembre 1791 et sanctionnée par Louis XVI le 13 novembre, elle étend aux Juifs dits allemands ou Ashkénazes la citoyenneté reconnue le 28 janvier 1790 aux Juifs dits portugais ou espagnols, d'une part, et avignonnais ou comtadins, d'autre part.

Il en va autrement des Juifs d'Algérie auxquels la jurisprudence n'a reconnu qu'une nationalité sans citoyenneté. Le décret Crémieux (du nom d'Adolphe Crémieux) est le décret n° 136 qui attribue d'office en 1870 la citoyenneté française aux « Israélites indigènes » d'Algérie, c'est-à-dire aux 35 000 « Juifs » du territoire. Il est complété par le décret n° 137 portant « sur la naturalisation des indigènes musulmans et des étrangers résidant en Algérie » : pour ce qui les concerne, la qualité de citoyen français n’est pas automatique puisqu’elle « ne peut être obtenue qu’à l’âge de vingt et un ans accomplis » et sur leur demande. En pratique, la naturalisation n’est que rarement attribuée aux indigènes musulmans qui restent sous le régime de l'indigénat. Une loi similaire de naturalisation massive et automatique, portant cette fois sur les étrangers résidant en Algérie, est promulguée le 26 juin 1889. (fin de la première partie)

Olivier

Voir les commentaires

La Quête, une nourriture pour le coeur et l'esprit

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Voir les commentaires

Ne déconnez pas avec le DECODEX, car le temps presse pour la presse. L'article à lire !!!

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Mes amis, sachez qu’aux yeux de l’élite, nous sommes tous des gueux. Alors gueux et sans dents de tout l’hexagone, sachez que notre emblème : le coq gaulois, a vraiment, mais vraiment, les pattes dans la merde. Oui ! Il est tombé du clocher des cathos, d’où, depuis des lustres, il admirait nos beaux paysages du terroir. Il est tombé les deux pattes dans la fange électorale. Car ça sent vraiment la merde dans le cadre de l’érection de notre futur sauveur, énième pourfendeur de la finance internationale.

Il y a quelques mois, on nous annonçait tout de go la victoire sans complexe de la toussoteuse Hillary la sorcière. Tous en étaient sûrs : experts de mes c…, merdias nationaux et internationaux, et bien entendu ; les sondages. Les sondeurs, ceux qui sont au mensonge ce que la saucisse est à la choucroute.

Avec l’élection de Trump le système mainstream qui sert d’enclume au prêt à penser s’est pris une branlée mémorable. Désormais les journaleux, putains du système dominant, puisque financé par les banksters, on perdu toute crédibilité. Pour le vérifier, pour les quelques crédules récalcitrants, relisez donc mon post d’il y a quelques jours.

 

 

 

 

 

 

Comment ! Nouussss, les biens pensants, qui avons dicté, jusqu’à présent, ce que le gueux devait faire, penser, dire, manger et surtout voter, on ne nous écoute plus !???? C’est un scandale, plus que cela, c’est une conspiration. Il nous faut réagir ! Et la réaction c’est le DECODEX. Comme vous êtes trop con pour savoir orienter vos choix divers et surtout électoraux, on va vous guider, des fois que vous iriez voir des sites pas boonnns, les fameux sites conspiiiii.

C’est la tendance du moment ! La traque aux fake news, ces «fausses nouvelles» qui inonderaient les réseaux sociaux et pour lesquelles vous n’auriez aucun discernement, trop cons que vous êtes. Ces sites ont déjà permis l’élection de Trump et menaceraient désormais les bonnes et vertueuses démocraties de la Vieille Europe. Toute la volaille médiatique, les géants du web et l’establishment politique ont donc sonné une charge transatlantique de manière parfaitement synchrone. Alors bien sûr, les géants du Net, forcément de bons américains du monde libre, eux, ont répondu présents pour participer à la curée. Google a décrété le blocage de quelque 200 sites accusés de «désinformation», de son côté, Facebook planche sur des algorithmes censés trier les « bonnes » infos. Il ne s’agit pas de sauver Willy, mais de tenter de conserver le monopole de la Vérité, la leur. Car, voyez-vous, dans ce monde aux valeurs inversées, ce sont justement ceux qui jouent ici les vierges outragées, qui sont les principaux fournisseurs officiels du fake news planétaire.

Il faut éradiquer toute trace de contestation grâce au développement de technologies sécuritaires et répressives, assorti à un contrôle accru des individus. Pour se faire, et comme je le dénonce dans mes livres, depuis des lustres, il convient de passer à l’offensive contre la Toile dissidente par la multiplication de lois restrictives ; protection des élites prédatrices et, bien sûr, offensive généralisée de la machine à enfumer pour reprendre le contrôle de l’information globale.

https://youtu.be/gmbTryKNaQM

Depuis une décennie, l’accusation de complotisme ou de conspirationnisme mise en place par la caste politico-médiatique a déjà servi à discréditer tout contradicteur et empêcher toute remise en question des thèses officielles les plus farfelues. De la fable du 11 Septembre (deux avions qui abattent... trois tours) en passant par l’arnaque climatique, la fiole de pisse qui permit à Bush junior d’envahir l’Irak au nom de la fameuse DEMONcratie occidentale, c’est à dire celle de l’axe de la Bête américano-sioniste. Ah ! J’allais oublier les fables qui ont justifié l’écrasement de la Lybie, ou le soutien aux coupeurs de têtes «modérés». Vous savez ces gentils rebelles syriens financés par l’Arabie saoudite, et armés par les USA et ses alliés dont la France. Les fake news sont devenues une norme absolue dans le paysage audiovisuel atlantiste, et tout est fait pour nous les faire goulument avaler.

Avec l’élection de Trump et la soi-disant ingérence russe, nous avons atteint des sommets dans le mensonge. À travers the FAKE, l’immense machinerie merdiatique pense avoir trouvé son exutoire. Elle est réglée pour écraser toutes les voix discordantes et trouver un nouveau ressort à même de faire sauter les derniers tabous. Pour tous ces cons, depuis des mois, le danger conspirationniste est bien supérieur, bien au-dessus de Daesh et Kim-Jong-Un sur l’échelle Richter des grands périls menaçant l’humanité.

La France sionsaliste profite même de l’hystérie ambiante pour agir au niveau législatif afin d’éradiquer les « criminels » du Web, les fameux conspirateurs extrêmement dangereux pour une population de décérébrés. Dans cette vaste blague qui ferait presque pisser de rire si elle n’était pas aussi médiocre et dangereuse, l’im-Monde aura battu tous les records d’indécence avec ce torche cul qu’est le MONDE, journal vendu au système, et propriété de milliardaires qui n’ont rien à gagner, mais plutôt tout à perdre, si jamais tous les cons momifiés du pays France venaient à se réveiller. Donc on agit, on légifère avec une intelligence basée au niveau du sphincter anal. Victoire le journal le Monde vous aide avec son fumeux «Décodex», un véritable Ministère de la Vérité, style Orwell et son fameux 1984, que je vous invite à lire ou relire, vu l’état de notre société.

Le procédé est tellement ahurissant qu’on a, naïfs que nous sommes, encore du mal à y croire. Pensez-donc, un journal connu pour son alignement sans faille aux plus grossières opérations de désinformations atlantistes de ces deux dernières décennies qui ressuscite la bonne conscience du peuple, il fallait oser.
Dans cette grande offensive pour empêcher les peuples de penser en dehors des clous, les merdias d’Etat, déjà bien salis par leur honteuse complaisance en faveur du système ,viennent de se couvrir de goudron et de plumes.

Moi qui dénonce déjà depuis près de dix ans ce flicage de nos vies, je m’attendais pourtant à ce que la campagne d’intoxication soit menée avec un peu plus de subtilité, un peu plus de finesse. Il n’en est rien, preuve que notre société titanique a sombré dans la médiocrité à tous les ponts, tous les étages, surtout celui des élites riches mais d’une profonde lâcheté.

Partout dans un vieux monde occidental laminé par l’hystérie d’un capitalisme désormais en phase terminal, la grogne monte et le fossé s’élargit à vue d’œil entre les peuples et l’internationale globaliste-progressiste qui fait semblant de les représenter.


Face aux accents de plus en plus totalitaires du globalisme, il y a urgence et le temps presse pour la presse.

Olivier

La preuve du flicage intensif est là, regardez ces deux minutes de vidéo !!!!

Voir les commentaires