Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

sante

Le poids des mots et la connerie des écolos. (Suite et fin)

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Retour à la première partie : https://vecteur-douceur.over-blog.com/2022/11/le-poids-des-mots-et-la-connerie-des-ecolos.partie-1.html

L’économie européenne fait plouf ! Elle entraîne dans sa disparition celle de millions d’emplois et la délocalisation (en Asie essentiellement) des d’entreprises et de savoir-faire pourtant uniques.

Ainsi, les prochaines semaines, ou les prochains mois tout au plus, verront l’aboutissement catastrophique d’années de décisions imbéciles autant que pyromanes.

Devant ces perspectives, il n’est dès lors pas du tout étonnant que tout soit fait en coulisse pour mater les peuples lorsqu’ils en auront assez de ces vexations idiotes. Alors croyez-le ou pas, les prochains mois seront musclés.

Et lorsque les domaine social, le travail, les divertissements ne suffisent pas à vous imposer la doxa réchauffiste, ils veulent également utiliser les organisations caritatives et les institutions religieuses pour contrôler l’esprit des masses.

Nous assistons bel et bien à une guerre contre l’esprit des gens afin d’instaurer la dystopie de la Grande Réinitialisation. Comme je l’indique dans mes derniers articles ci-dessous consacrés au climat, pour l’agenda du Grand Reset, nous sommes aujourd’hui trop sur Terre.

https://vecteur-douceur.over-blog.com/2022/11/on-est-pas-dans-la-merde-partie-1.html

https://vecteur-douceur.over-blog.com/2022/11/on-est-pas-dans-la-merde-suite-et-fin.html 

Nous détruisons Gaïa notre Mère à tous !!! Il convient donc de dépeupler, ne plus faire d’enfants, ce à quoi les injections Covid donnent un sérieux coup de pouce puisqu’elles rendent stériles les hommes et les femmes.

La question est devenue récurrente. À tel point que le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA) affirmait déjà dans son rapport de 2009 sur l’état de la population mondiale, présenté lors de la conférence de Copenhague le 18 novembre 2009, que le réchauffement planétaire ne pouvait être endigué que par une réduction massive de la population mondiale. (Le Monde, 18 janvier 2010).

Depuis, vous le savez, Le Monde a réitéré la chose, en trouvant l’idée assez intéressante afin de venir à bout de cette catastrophe qui menace l’espèce humaine : le réchauffement assorti de la montée des océans.

Le journal nous avait déjà expliqué qu’on était trop, et que la bonne norme c’était un milliard d’habitants sur Terre. Un premier effort devait permettre de réduire la population de 500 millions d’habitants d’ici à 2050.

En 2022, Le Monde récidive : « Réduire la population contribuerait à l’atténuation du réchauffement climatique. » Le pire dans cette horreur, c’est qu’on trouvera toujours des dingues afin de l’appliquer à la lettre tels les Kapos des camps de concentration.

Chez Just Stop Oil et Extinction Rebellion le mal est déjà fait. Ces jeunes écolos de gauche sont tout bonnement intoxiqués par la doxa schwabienne. Ils ne veulent plus de gosses, et quand ils en veulent, c’est un, maximum. Après, c’est trop cher, on peut plus sortir au resto ou s’acheter le dernier smartphone à la mode et de la coke, que diable !

Mais justement, attention les écolos complices ! Avec ce pacte faustien, vous donnez votre aval à une extermination programmée. Elle est pavée de stérilisation psychologique forcée. Pourquoi ? Parce qu’on stérilise aussi en coupant l’envie d’avoir des gosses, par la peur.

C’est machiavélique. Ils ne parlent pas d’élimination physique, ils parlent de « stabilisation ».  Et en fait tout cela tombe très bien. Bizarrement, telle une alerte rouge, les chiffres de l'Insee viennent de tomber.

C’est l’effondrement de la natalité en septembre (-8% en 2021), soit exactement 9 mois après l'obligation vaccinale imposée par le paSS SS.

5000 bébés en moins en France métropolitains sur un seul mois alors que la mortalité s'envole à cause des effets secondaires dus à la vaccination!

Et après cela, certains s’étonneront encore que nos merdias ignorent la surmortalité due aux vaccins ; mais qu’ils éructent de peur à l’idée que la température monte d’un poil de c... On sait d’ailleurs que le réchauffement est plutôt excellent pour la santé et que le refroidissement est plutôt mauvais.

La population n’a augmenté en occident qu’avec l’utilisation des combustibles fossiles : cesser de les utiliser aura une seule conséquence logique sauf pour les plus imbéciles. Mais la presse s’en fout.

Tout comme, génocidaire qu’elle est par principe et par financement, elle ignorera les famines liées au Reset et à l’interdiction religieuse des énergies fossiles, ou les famines et le froid liées aux sanctions antirusses.

D’ailleurs, je le répète, Le Monde fait officiellement l’éloge du dépeuplement maintenant avec des brochettes de signataires. Il y aura Bill le coyote et consort qui pourront continuer à voyager en jet pour participer à des sommets écolos et les gueux qui devront crever sans bagnole, même pas une vieille Peugeot diesel.

C’est le ventre vide et sans chauffage qu’on restera chez soi, cloitré parce que non vacciné pour la énième fois ou parce qu’on aura dépassé son cota carbone.

C’est du Chomsky est sa « victime indigne » : sans valeur et dont on ne parle pas.

Nous jouons tous à la roulette russe concernant les atteintes aux droits de l’homme.

Des victimes comptent là où d’autres ne comptent pas et ne compteront jamais. Pour les élites globalistes qui contrôlent le marché de l’info le petit blanc toujours raciste et déplorable doit disparaitre le premier, à coups de Reset ou de vaccin…

Ensuite, dans un élan de philanthropie, ces mêmes élites vont déboiser l’Afrique ou vacciner à tire-larigot là-bas, mais par humanitarisme et libéralisme ! C’est pas pareil. Comprends-le bien espèce de gueux pollueur, sale réchauffeur de Gaïa notre mère la Terre !

De plus, on ne devient jamais victime par hasard. C’est un honneur que de servir l’agenda génocidaire du Deep State, de tonton Schwab et de leurs agents bureaucratiques mondialistes.

Si l’agenda de dépeuplement via le changement climatique crée des milliards de morts, hélas ! Peu dans mon entourage s’en rendront compte.

Il reste le foot, les séries, les Marseillais à Pétaouchnok, les jeux vidéo, les films X, etc. Les survivants regarderont leur assiette faite de merde recyclée made in Bill Gates, le tout assorti de farine d’insectes avec un truc bizarre et vert en dessert ou en accompagnement suivant les jours.

Puis viendra l’heure du divertissement sur le smartphone ou tablette ultramince, nul besoin de sirène. Non ! Un simple bip qui viendra de la tête du survivant longtemps nourri sauce aigrelette.

Un doux son harmonisé au diapason des synapses graphénisés et entretenus par de multiples réinjections covid et autres chimères antigrippales.

Ils verront alors de somptueux paysages scénarisés en une belle relaxation scénique à la Soleil vert. Un beau paysage, une belle musique classique et … Merde !

J’allais oublier mon devoir de terrien vis-à-vis de ma déesse mère, Gaïa. Je viens d’avoir mes trente ans, l’âge de l’obsolescence programmée par Davos et son empereur pédo-sataniste.

Il est temps. Et hop ! Transformé en soleil vert (en soja humain) après un bon sommeil.

C’est bon pour les entreprises de notre saint canonisé, Bill le coyote sauveur de l’humanité. Et en plus c’est philanthropique ; ça nourri les pauvres. Merci Bill Gates de nous avoir donné les vaccins, les Chemtrails, les OGM, les moustiques modifiés.

Tout ce qui a su contribuer à sauver les 500 millions d’humains que nous sommes actuellement et devons rester pour protéger notre mère la Terre.

Je vous laisse ! Un repas SOMPTUEUX m’attend pour ce trentième anniversaire. Il va m’aider à partir comme un roi. On me sert déjà une belle plâtrée verdâtre assortie d’une farine d’insectes. Pour le dessert, je dois encore remercier notre saint donateur, Bill, pour avoir eu l’intelligence et la charisme de penser à récupérer les excréments humains pour les transformer et en faire de délicieux biscuits protéinés.

Qu’elle est douce cette musique ! Qu’ils sont beaux ces paysages ! Je les vois pour la première fois. Adieu !

L’inféodation sordide de la presse à l’argent, les vaccins, leurs effets secondaires, les politiques migratoires aberrantes, le wokisme, l’agenda antisexuel ou plutôt anti-reproduction.

Tout cela est malthusien autant que génocidaire. Ils ont le pouvoir et l’argent de leur côté, mais il est clair que, du fait qu’ils doivent recourir à des techniques de contrôle de l’esprit, ils n’ont pas la vérité. « À l’époque de la tromperie universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire », a un jour écrit George Orwell.

Je suis donc un REVOLUTIONNAIRE et fier de l’être !

Gaulois, il est donc temps que nous en devenions tous, car la vérité est que ce n’est pas la crise climatique qui constitue la plus grande menace pour notre bien-être, mais les escadrons d’alarmistes fous de la crise climatique.

Ces inquisiteurs aveuglés par une nouvelle religion du désastre et qui veulent supprimer les derniers vestiges de notre liberté et nous plonger dans un âge sombre du fond duquel la chute de Rome ou du Moyen âge nous sembleront des périodes idylliques.

Lecteur, commence donc STP par faire circuler cet article en trois parties. Tu seras alors déjà dans l’action salutaire pour les tiens.

À SUIVRE SI ON ME LAISSE ENCORE ECRIRE.

« Victime de mon succès », je fais l’objet d’un déréférencement Sauvage de la part des GAFAM, si vous désirez m’aider, le minimum que vous puissiez faire, c’est de cliquer sur les liens si dessous afin de faire remonter mon référencement. D’avance merci.

Olivier

Fin

Voir les commentaires

UNE MERVEILLEUSE CREATURE (suite et fin)

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

L’imagination est un chemin. En marchant sur ce chemin suffisamment longtemps, vous trouvez des réponses à toutes les questions que vous ne vous êtes jamais posées. Vous trouvez également le pouvoir dont les gens rêvent.

J’en arrive où la vraie science rejoins Dieu et à l'étonnante découverte effectuée par des savants Russes et qui explique de nombreux phénomènes « paranormaux ». Et pardonnez-moi s’ils sont Russes, mon imagination m’interdit tout russophobie, surtout lorsqu’elle est issue de cervelles imprégnées à l’excès de wokisme et de pensée unique.

Des scientifiques russes ont reprogrammé l'ADN humain en utilisant des mots et des fréquences.

La génétique explique ainsi finalement des phénomènes auparavant mystérieux comme la clairvoyance, l'intuition, la guérison, la lumière «surnaturelle », l’Aura, etc. Ces scientifiques ont osé pénétrer dans le territoire de l'ADN que les chercheurs occidentaux ne pouvaient pas explorer. Les occidentaux se sont limités à 10 % de notre ADN, la partie responsable de la construction des protéines. Ils considèrent les 90% restants comme des « déchets » génétiques.

Le biophysicien et biologiste moléculaire Pyotr Garyaev et son équipe ont au contraire décidé qu'une si grande partie de l'ADN ne pouvait que contenir des informations précieuses.

Pour explorer ce gros morceau, ils se sont associés à des linguistes et à des généticiens pour mener une étude insolite destinée à tester les effets des vibrations et des mots sur l'ADN humain. Et ce qu’ils ont découvert n’est pas de la roupie de sansonnet. Cela pourrait se résumer à cette phrase si célèbre issue de l’Ancien Testament en Genèse « Au commencement était le Verbe… » ou encore ces paroles issues de l’évangile selon Saint Jean au Chapitre 1 « Au commencement était le Verbe, et le Verbe était en Dieu, et le Verbe était Dieu. »

Les données sont stockées dans notre ADN de la même manière qu'elles sont stockées dans la mémoire d'un ordinateur. De plus, il s'avère que notre code génétique utilise des règles de grammaire et de syntaxe d'une manière très proche du langage humain !

Ils ont également découvert que même les structures de paires de bases de l'ADN suivent les règles de la grammaire et de la syntaxe. Il semble que tous nos langages humains ne soient que des verbalisations de notre ADN.

L'ADN humain vivant peut donc être modifié et réorganisé par des mots et des phrases prononcés. La clé pour changer l'ADN avec des mots et des phrases réside dans l'utilisation de la bonne fréquence : la Good Vibration. En utilisant des fréquences radio et lumineuses modulées, les Russes ont pu influencer le métabolisme cellulaire et même corriger des défauts génétiques.

En utilisant les fréquences et le langage, le groupe a obtenu des résultats incroyables. Ils ont, par exemple, réussi à transférer des schémas d'information d'un ensemble d'ADN à un autre.

Finalement, ils ont même pu reprogrammer des cellules pour un génome différent, sans scalpel, sans faire une seule coupe, ils ont transformé des embryons de grenouille en embryons de salamandre.

Le travail des scientifiques russes fournit une explication claire de la raison pour laquelle la suggestion et l'hypnose ont un effet si puissant sur les gens. Notre ADN est naturellement programmé pour « répondre » aux mots.

Les ésotéristes et les chefs spirituels l'ont toujours su, ainsi que les salopards qui dirigent ce monde-démon. Toutes les formes de suggestion et « d'énergie de pensée » sont largement basées sur ce phénomène.

Et en plus d’être friande L'adrénochrome, l’élite l’est également des égrégores dont elle aime se repaitre à satiété.

L'étude menée par des scientifiques russes aide également à expliquer pourquoi ces méthodes mystérieuses ne réussissent pas de la même manière pour tous ceux qui les utilisent.

Étant donné qu'une bonne « communication » avec l'ADN nécessite la bonne fréquence, les personnes ayant des processus internes développés sont plus capables de créer consciemment un canal de « communication » avec l'ADN. Les personnes ayant une conscience bien développée auront besoin de moins d'appareils (pour l'utilisation des fréquences radio ou lumineuses). Les scientifiques pensent qu'avec le développement de la conscience, les gens pourront obtenir des résultats en utilisant uniquement leurs propres mots et pensées.

Des scientifiques russes ont également découvert la base génétique de l'intuition - ou, comme on l'appelle aussi, « l'hyper-communication », terme utilisé pour décrire une situation où une personne reçoit soudainement des informations d'une source externe (intuition), et non de sa base de connaissances personnelle. De nos jours, ce phénomène est devenu de plus en plus rare.

Cela est dû au fait que les trois principaux facteurs qui inhibent l'hyper-communication (tension, anxiété et hyperactivité cérébrale) sont devenus extrêmement courants et font partie des artifices gouvernementaux destinés à nous diriger là où ils désirent nous amener.

Mes lecteurs savent que les gouvernements utilisent la psychologie appliquée et l’hypnose pour créer la peur et l’anxiété dans la population, dans le but de changer leur comportement.

Le concept d’hygiène mentale a été développé, promouvant l’idée que les personnes qui se soumettent aux mentalités de l’élite criminelle sont considérées comme mentalement saines, tandis que celles qui ne sont pas d’accord (comme moi) doivent être réduites au silence et, si possible, éradiquées.

Un système politique criminel qui utilise la psychologie appliquée s’est déchaîné sur le public et les travailleurs de la santé pour changer leur façon de penser et leur comportement. Cela s’est également produit dans l’Allemagne nazie.

Alex Thomson, ancien officier des services secrets britanniques, explique comment le contrôle mental est appliqué de différentes manières pour manipuler la population afin qu’elle accepte les vaccins comme réponse aux pandémies créées.

Ceci est également révélé par le virologue du gouvernement belge Mark van Ranst, qui enseigne aux dirigeants politiques comment manipuler le public par le biais de fausses données, de messages émotionnels et d’hystérie médiatique, afin qu’ils acceptent d’être injectés avec de l’ARN non testée, expérimentale et dangereuse.

Le but profond des programmes de vaccination est d’éditer le génome de l’humanité, et ainsi de créer une nouvelle race transhumaine qui se comportera selon les désirs des oligarques davosiens.

Ce programme de transhumanisme est promu publiquement par le Forum économique mondial, les Nations Unies, Google, Meta et essentiellement toutes les organisations et sociétés qui sont sous le contrôle des élites financières.

Le passage d’une humanité originelle, créée à l’image de notre Créateur, à des cyborgs connectés et contrôlés par le cloud et l’intelligence artificielle, est également décrit en détail par le professeur israélien Yuval Noah Harari, bras droit du vieux Schwab et porte-parole du Forum économique mondial et les Nations Unies.

Dans ses nombreuses vidéos publiques, il fait d’innombrables déclarations comme : « Les humains peuvent être piratés », « L’ère du libre arbitre est révolue », « La plupart des gens sont inutiles », « Les humains seront gouvernés par l’IA », etc.

https://twitter.com/i/status/1548216556902965248

Klaus Schwab, le fondateur du Forum économique mondial, l’explique plus en détail dans son livre « La quatrième révolution industrielle ». Il termine ce livre en déclarant que faire de tous les humains des cyborgs les élèvera dans une seule et même conscience.

Fondamentalement, cela signifie que leur objectif est de s’assurer que tout le monde pensera, croira et ressentira la même chose. Cela éliminera le besoin de censure et de modération du contenu, puisque toute l’humanité sera forcée de ne penser, ressentir et rêver que ce que les oligarques autorisent.

Le programme du transhumanisme, ou transformer les humains en cyborgs entièrement contrôlables et programmables à l’aide d’injections modifiant l’ADN, est expliqué par le médecin le plus interrogé au monde, le Dr Carrie Madej. Une récente tentative d’assassinat contre elle a échoué et elle continue d’avertir l’humanité. Concrètement, ils veulent éliminer ce qui existe déjà à l’état naturel, cette hyper-communication qui constitue un don de Dieu.

Ils veulent la remplacer par des implants neuronaux basés sur des nanotechnologies injectables.

Pour certains êtres vivants, comme les fourmis, l'hyper-communication est étroitement « tissée » dans leur existence quotidienne.

Lorsque leur « reine » est physiquement retirée de la colonie, ses « sujets » continuent de travailler et de construire selon le plan.

Cependant, si elle est tuée, tout travail s'arrête immédiatement. Évidemment, tant que la « reine » des fourmis est vivante, elle a accès à la conscience des membres de sa colonie par hyper-communication.

Maintenant que les scientifiques russes ont découvert les fondements biologiques de l'hyper-communication, les gens pourraient «probablement » récupérer la compétence perdue, ils pourraient réapprendre à l'utiliser.

Les scientifiques ont découvert que notre ADN peut créer ce qu'on appelle des « trous de ver magnétisés ». Ils constituent des versions miniatures des ponts que forment les étoiles presque éteintes (les ponts d'Einstein-Rosen).

C'est-à-dire un objet hypothétique qui relierait deux feuillets distincts ou deux régions distinctes de l'espace-temps et se manifesterait, d'un côté, comme un trou noir et, de l'autre côté, comme un trou blanc, un raccourci à travers l'espace-temps.

Les ponts d'Einstein-Rosen relient différentes régions de l'univers et permettent la transmission d'informations en dehors de l'espace et du temps.

Si nous pouvions consciemment activer et gérer ces connexions, alors nous pourrions utiliser notre ADN pour transmettre et recevoir des informations du réseau de données de l'univers.

Nous pourrions également contacter d'autres membres du réseau. Tout ceci peut vous paraître grotesque, mais j’en parle déjà dans d’autres articles et bien entendu surtout dans mes livres.

Ces FAITS ne reflètent que notre état premier d’avant la Chute.

Ces résultats obtenus par les scientifiques et chercheurs russes sont donc peut-être révolutionnaires pour les déchus que nous sommes, mais ils restent néanmoins la preuve de ce que nous fûmes et seront bientôt à nouveau pour certains.

À l'heure actuelle, nous avons déjà des exemples isolés de personnes utilisant certaines méthodes, au moins à un certain niveau. Par exemple, ceux qui excellent dans la guérison ou la télépathie.

Selon de nombreux scientifiques qui s'intéressent activement à la recherche russe sur l'ADN, les résultats de ces études reflètent les changements importants qui se produisent avec notre Terre, notre Soleil et notre galaxie. Tout comme ils affectent notre climat et nos humeurs, ces changements affectent l'ADN humain et le développement de la conscience humaine.

En conclusion, Dieu nous a fait à son « image ». Il ne permettra jamais à ces lucifériens de modifier la merveilleuse « machine » que constitue l’homme ; Sa création.

D’autre part, Il n'a jamais eu à prouver son existence puisqu'elle est aussi évidente pour les humains objectifs que l'air qu'ils respirent.

À SUIVRE SI ON ME LAISSE ENCORE ECRIRE.

« Victime de mon succès », je fais l’objet d’un déréférencement Sauvage de la part des GAFAM, si vous désirez m’aider, le minimum que vous puissiez faire, c’est de cliquer sur les liens si dessous afin de faire remonter mon référencement. D’avance merci.

Fin

Olivier

Voir les commentaires

UNE MERVEILLEUSE CREATURE (partie 1)

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Cet article en deux parties fait suite à  la série

https://vecteur-douceur.over-blog.com/2022/09/le-beau-pays-des-idees-recues-partie-4-suite-et-fin.html

Il est destiné à vous prouver qu’il n’y a aucun hasard. Nous sommes ce que nous sommes grâce à Dieu et non à cause d’une espèce de sélection naturelle voulue par la judéo-maçonnerie.

 

Quelque part à l’intérieur du cerveau humain sont conservés les souvenirs, toutes les informations qu’il a reçues. La mémoire consciente n’en retient qu’une infime proportion, mais tout et là, et il suffit souvent d’une vague association d’idées pour ramener à la surface un renseignement que le sujet croyait oublié.

On sent quelque chose. On a une « intuition ». Certains y parviennent mieux que d’autres et il existe des individus plus doués et susceptibles de recevoir un entrainement.

Ce thème essentiel constitue un chapitre entier de mon livre en deux parties « Le Centième Gueux ». Dieu s’auto-authentifie. Il n'essaie jamais de prouver son existence parce qu'elle est déjà évidente à travers l'ordre créé.

Puisqu'il est le seul être objectif, tous les autres objets vivants et non vivants émanent de sa parole créatrice. Donc, tout raisonnement (différent de celui de Dieu) est circulaire et subjectif. C'est pourquoi les Écritures déclarent que le fou dit qu'il n'y a pas de Dieu (Ps. 14).

Les preuves de son existence sont si accablantes que les premiers mots du premier livre de la Bible (Genèse) supposent son existence.

Dieu a déjà mis l'éternité dans le cœur de chaque humain. Chaque personne naît avec un sens inné de l'existence de Dieu et de l'éternité (Eccl. 3 :11). Ainsi, dès la naissance, chaque personne est déjà intuitivement consciente que la réalité est bien plus grande que ce monde rationnel.

Les cieux proclament la gloire de Dieu (Ps. 19).

De la même manière, que l'existence d'une machine prouve l'existence de son concepteur, notre vaste et complexe univers démontre la conception intelligente d'un être suprême. On parle souvent de Matrice sur le WEB, pour beaucoup nous vivons dans une matrice. Et pour moi, Chrétien, nous vivons dans celle de Dieu.

En Actes 17 :28, Paul déclare que le temps, l'espace et l'univers entier existent à l'intérieur de la matrice incompréhensible de son créateur. En effet, les Écritures enseignent que Dieu a créé le temps et l'espace et connaît la fin de l’Histoire (Ésaïe 46 :9-11). Par conséquent, penser que Dieu n'existe pas est aussi insensé qu'un poisson rouge qui ne reconnaît pas l'existence de l'eau du bocal dans lequel il nage.

L'une des grandes énigmes philosophiques est d'essayer de comprendre la nature de la logique et de la pensée humaine : est-elle matérielle ou immatérielle ? Pour les naturalistes, les pensées ne sont que le résultat de réactions chimiques et d'impulsions à l'intérieur d'un cerveau physique.

Cependant, si la logique et la raison sont immatérielles, cela prouve l'existence d'un royaume immatériel puissant non visible à l'œil humain. C'est quelque chose qui coïncide avec ce que la Bible appelle le monde spirituel.

L'Écriture dit que Dieu est Esprit. Cela peut expliquer comment le monde invisible peut avoir un impact sur la pensée et la vie humaines, même s'il est immatériel et invisible (Jean 4 : 23-24).

Par conséquent, Dieu influence le monde matériel à travers sa parole et son essence immatérielles, ce qui expliquerait également pourquoi certains ont un sens inné que Dieu et le royaume invisible sont réels (Jean 6 : 63).

Le fait qu'une personne puisse désirer physiquement faire quelque chose dont elle se sentirait ensuite coupable montre la réalité de l'esprit ou de l'âme humaine.

Qui nous a donné cet esprit immatériel, et pourquoi a-t-il un sens intuitif du bien et du mal ? Ce sens du bien et du mal vient de Dieu.

Certains disent et pensent néanmoins que le bien et le mal n'existent pas, et que ces croyances résultent d'une construction psychologique humaine basée sur l'éducation et la culture d'un individu. Si cela est vrai, comment est-il universellement reconnu que certaines choses sont bonnes, comme faire du bien aux gens, et mauvaises, comme voler et tuer ?

Ce sens transcendant du bien et du mal pointe vers un Dieu créateur qui a donné des lois morales pour guider les humains dans leurs relations interpersonnelles.

Le canon biblique est composé de 66 livres, écrits par environ 40 auteurs différents, sur 1600 ans par des personnes de diverses origines ethniques, éducatives, géographiques et économiques. Malgré cette diversité, son écriture possède une unité, une beauté, une complexité et une vérité incroyables qui ne peuvent émaner simplement de l'esprit des hommes.

L'exactitude de ses prophéties d'événements historiques passés et de ses prédictions concernant la venue du Messie montre qu'il s'agit d'un livre d'inspiration divine.

Rien d’étonnant donc que ce livre reste le plus vendu et qu’il ait radicalement changé le monde dans toutes les sphères de la vie. Enfin, la plus grande preuve de la Bible est l'impossibilité du contraire. Le monde n'aurait aucun sens rationnel sans comprendre les concepts bibliques concernant l'origine de la vie, la chute de l'homme, la rédemption et la consommation future.

Tous ces sujets sont vus en détail dans mon dernier livre : « Une autre Histoire : la Vraie ! ».

Les lecteurs qui me suivent depuis un certain temps savent que j’ai beaucoup écrit sur le cerveau et l’imagination. Pourquoi ? Parce que l’imagination-intuition est la qualité qui surpasse la réalité. Toute forme de réalité.

L’imagination est la voie de l’infini. Dans tous les domaines de la vie, et en particulier lorsqu’il s’agit de l’esprit, de la perception, du pouvoir, de l’empathie, et ainsi de suite, il y a toujours un statu quo. C’est le moment, l’endroit où une personne dit : « Je vais me contenter de ce que j’ai. Je m’arrête là. L’explication scientifique humaine me suffit, pas besoin d’un Dieu ! »

Tôt ou tard, cela conduit à l’ennui, à la frustration, aux problèmes et aux conflits.

Cela conduit à un déclin. L’imagination, qui ne connaît pas de limites, est la source des explorations les plus aventureuses : celles qui conduisent vers des royaumes divins. Elle peut avoir un grand impact sur le monde matériel, bien sûr, mais il ne faut pas en conclure qu’elle est composée de matière ou d’énergie.

L’imagination est non matérielle. Penser le contraire revient à utiliser une certaine version de la physique pour représenter l’imagination, puis à lui imposer des limites. C’est une erreur.

L’imagination n’obéit à aucune loi de la physique. Elle crée de nouvelles réalités.

Le plus petit dénominateur commun du consensus implique une absence d’imagination. Tout le monde est d’accord, tout le monde s’ennuie, tout le monde est obéissant (c'est la pensée unique imposée). À l’opposé du spectre, il y a des inondations massives de création individuelle unique, et alors cette chose recherchée appelée abondance est aussi naturelle que le soleil qui se lève le matin.

Si vous étiez un peintre, vous ne décideriez jamais de vivre dans une de vos toiles pour toujours. Vous continueriez à peindre. La recherche incessante et obsessionnelle de toutes ces choses sur lesquelles nous pouvons être d’accord est un aveu de faillite.

Lorsque nous réapprenons à vivre à travers et par l’imagination, nous entrons et inventons un nouvel espace et un nouveau temps, nous transperçons ainsi la matrice pour retrouver Celui qui a créé cet espace et ce temps. L’espace et le temps ne sont pas des forces supérieures. Ils naissent au robinet de l’imagination DIVINE.

Avec l’imagination, on peut résoudre un problème. Plus important encore, on peut aller au-devant du problème et le rendre nul et non avenu. L’imagination n’est pas un système, mais elle peut en inventer, mais elle est non matérielle. C’est une capacité. Elle ne ressent aucune contrainte à imiter la réalité.

Elle crée des réalités. Son champ d’action n’est limité que par l’imagination d’une personne quant à la portée de l’imagination. La race humaine est obsédée par la question : qu’est-ce qui existe ? C’est une question qui semble bien plus facile que : que voulez-vous imaginer ? Cette comparaison explique pourquoi les civilisations déclinent.

À SUIVRE SI ON ME LAISSE ENCORE ECRIRE.

« Victime de mon succès », je fais l’objet d’un déréférencement Sauvage de la part des GAFAM, si vous désirez m’aider, le minimum que vous puissiez faire, c’est de cliquer sur les liens si dessous afin de faire remonter mon référencement. D’avance merci.

Olivier

Suite ici : https://vecteur-douceur.over-blog.com/2022/10/une-merveilleuse-creature-suite-et-fin.html

Voir les commentaires

Le « beau » pays des idées reçues (partie 4, suite et fin).

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Retour au premier articlehttps://vecteur-douceur.over-blog.com/2022/09/le-beau-pays-des-idees-recues-partie-1.html

L’alimentation industrielle est hautement inflammatoire. Les aliments transformés provoquent une inflammation car ils sont très riches en glucides raffinés qui, lorsqu’ils sont consommés en excès, provoquent une résistance à l’insuline, augmentant ainsi la production de cytokines inflammatoires et augmentant massivement votre risque de Covid-19.

Ils sont également chargés d’huiles végétales oméga-6 traitées industriellement, qui sont pro-inflammatoires.

L’idée est que si vous prenez en charge votre santé et abaissez ces marqueurs inflammatoires, alors nous avons cette augmentation normale des cytokines. En d’autres termes, les cytokines sont votre défense. Nous avons cette élévation normale des cytokines qui reste en dessous de ce seuil. Si vous atteignez un certain seuil, la réponse inflammatoire devient trop forte et vous inonder vos poumons. Vous vous noyez dans vos propres fluides, car tout s’enflamme.

Presque toutes les personnes décédées du Covid-19 ont eu un facteur de risque où ce processus inflammatoire devient incontrôlable.

Le nerf vague, le 10e nerf crânien est la partie principale de votre système nerveux parasympathique, il agit comme un frein sur votre système nerveux sympathique.

Votre système nerveux sympathique est activé en réponse aux menaces, tandis que votre système nerveux parasympathique est activé par la réponse de relaxation. Le nerf vague voit toutes ces entrées et décide quoi faire de votre corps.

L'objectif numéro UN reste une bonne respiration non entravée, surtout lorsque l'organisme doit lutter contre un agresseur. Hélas !

Il y a un effet direct sur le métabolisme, le système endocrinien, votre glycémie, les cytokines. Sous la menace, le frein parasympathique se détache… Il y a deux parties dans le nerf vague. La partie ventrale est reliée aux muscles du visage et du cou. Cela permet aux humains de socialiser. (Co régulation).

Instinctivement, nous sommes une espèce compétitive ; nous voulons rester en vie. Nos expressions faciales comptent beaucoup (ami, ennemi), nous faisons ce qu’on appelle la corégulation, qui calme le système nerveux autonome. Le problème avec le Covid-19 est que nous avons dû porter des masques.

Cela a occasionné des troubles très graves chez nos jeunes et plus jeunes en apprentissage. Pourquoi ? Parce que durant cette phase d’apprentissage social, si nous ne pouvons pas voir le visage de l’autre, nous sommes socialement isolés. Cela dérégule le système nerveux autonome.

C’est 20 millions de bits d’information par seconde, contre 40. Le nerf vague est au centre de tout cela. Nous considérons le stress comme une construction psychologique, et ce n’est pas le cas. N’oubliez pas que la gestion du stress est un terme impropre, car le stress le plus stressant est celui que vous ne pouvez pas gérer. C’est un stress chronique.

Sous menace chronique, votre système immunitaire est activé. On devient socialement isolé, ce qui stimule encore plus le système immunitaire. Vous ressentez davantage la douleur, et lorsque cette réponse autonome est maintenue, plus de 30 symptômes physiques surviennent : migraines, bourdonnements d’oreilles, éruptions cutanées, maux d’estomac, de dos, au cou, brûlures aux pieds, etc. Encore une fois, la sensation est l’anxiété, qui n’est pas psychologique, c’est physiologique.

Le stress n’est pas le problème. C’est cette réponse physiologique à la menace qui l’est. Et la façon dont vous calmez l’anxiété consiste simplement à abaisser la chimie du corps.

Lorsque vous pouvez associer des choses comme l’alimentation, la relaxation et l’apaisement du système nerveux à vos cytokines inflammatoires, cela fait une grande différence.

L’antidote à l’anxiété est le contrôle. Si vous perdez le contrôle, votre corps sécrète plus d’hormones de stress, plus de cytokines, ce qui déclenche la colère et l’anxiété. 90% des personnes souffrant de douleur chronique n’ont pas abandonné la situation qui a causé le problème en premier lieu, la personne à laquelle elles n’ont pas pardonné est elle-même.

Dans ce processus de guérison, la colère et le pardon sont toujours un point de basculement.

Lorsque vous êtes en colère ou excité, vous êtes constamment menacé. Lorsque vous êtes piégé par quoi que ce soit, en particulier une douleur chronique ou pris au piège, vous êtes frustré, cela a augmenté vos cytokines inflammatoires.

Le jeûne intermittent ou l’alimentation limitée dans le temps constituent également de bons facteurs contributifs à l’abaissement du taux inflammatoire.

Il existe plusieurs façons de procéder. L’un des plus simples consiste simplement à limiter votre alimentation à une fenêtre de six à huit heures chaque jour, en vous assurant de prendre votre dernier repas au moins trois heures avant le coucher. Une alimentation limitée dans le temps réduira considérablement vos marqueurs inflammatoires.

Bien qu’une alimentation limitée dans le temps et un jeûne intermittent augmentent votre production de cétones, vous pouvez également utiliser un supplément de cétone.

Les cétones se forment dans votre corps lorsqu'il commence à utiliser du gras au lieu de glucides pour créer de l'énergie. Lorsqu'il n'a pas suffisamment d'insuline pour faire passer le glucose (sucre) du sang aux cellules, le corps utilise le gras pour créer de l'énergie.

Les cétones catalysent les voies métaboliques qui réduisent l’inflammation. Par exemple, ils inhibent l’inflammasome NRLP3 et activent le NRF2. C’est un peu technique, mais le facteur de transcription nuclear factor erythroid-2-related factor 2 (NRF2) contrôle l'expression des gènes antioxydants et cytoprotecteurs via la séquence régulatrice appelée élément de réponse antioxydant (ARE).

Un oligomère est une molécule constituée d'un petit nombre d'éléments identiques ou très semblables. Et l'inflammasome est un oligomère multiprotéique responsable de l'activation des réponses inflammatoires. L'inflammasome favorise la maturation et la sécrétion des cytokines pro-inflammatoires Interleukine.

L’inflammasome NLRP3, le plus étudié des inflammasomes, est impliqué dans des pathologies inflammatoires telles que la maladie de Crohn, la polyarthrite rhumatoïde ou l’arthrite goutteuse. Les virus ou ce qu’on considère comme tels semblent ne pas aimer les cétones : ils aiment le sucre. Les cétones peuvent donc aider à réduire la réplication virale.

Les vitamine B et C et D constituent un gros problème. C’est la déficience n ° 1 au monde.

Vous devez également prendre du zinc et du magnésium pour que vos enzymes fonctionnent.

Le zinc est un minéral essentiel que le corps ne fabrique pas. Il aide à la croissance, à la synthèse de l’ADN, à la fonction immunitaire, à la division cellulaires, aux réactions enzymatiques, et à la production de protéines.

Il diminue le stress oxydatif et réduit les niveaux de certaines protéines inflammatoires dans le corps. Ce stress oxydatif entraîne une inflammation chronique, un facteur contribuant à un large éventail de maladies chroniques, telles que les maladies cardiaques, le cancer et le déclin mental auquel nous sommes confrontés.

Le magnésium participe à la transmission de l’influx nerveux et la contraction des muscles, d'où un effet bénéfique sur le stress, la nervosité et la fatigue mentale. Il possède en outre et une action anti-inflammatoire et anti-allergique. Il stimule les défenses immunitaires et lutte contre les radicaux libres.

L’un des messages clés à retenir est que l’anxiété est une réponse physiologique à une menace. Si votre corps est enflammé, vous allez vous sentir anxieux. La réponse, non seulement pour l’anxiété, le stress et la douleur, mais aussi pour la santé générale du système immunitaire, est de mettre en œuvre des stratégies qui réduisent votre réponse au stress, vous permettent de vous sentir à nouveau en sécurité et de réduire l’inflammation.

À SUIVRE SI ON ME LAISSE ENCORE ECRIRE.

« Victime de mon succès », je fais l’objet d’un déréférencement Sauvage de la part des GAFAM, si vous désirez m’aider, le minimum que vous puissiez faire, c’est de cliquer sur les liens si dessous afin de faire remonter mon référencement. D’avance merci.

Olivier

Fin

Voir les commentaires

Le « beau » pays des idées reçues (partie 3).

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Dans ce contexte, la généticienne Barbara McClintock, prix Nobel de 1983, signale que le matériel génétique des êtres vivants peut se modifier (épigénétique) en permanence sous l'effet de « chocs ». Ces chocs peuvent être des toxines, mais aussi d'autres matériaux qui ont produit un stress au sein de l'éprouvette, et peuvent conduire à la formation de nouvelles séquences génétiques, qui étaient auparavant invérifiables (in vivo et in vitro).

Mais notre ADN peut aussi se modifier sous l’action d’un autre facteur décisif, bien connu de nos anciens et que j’évoquerai prochainement dans un autre article.

Revenons pour l’instant à Barbara McClintock. « The Significance of Responses of the Genome to Challenge. » Discours de remise du prix Nobel, 8 décembre 1983)

Et si j’ai souligné les « facteurs de stress », c’est que le stress chronique peut avoir de graves conséquences sur la santé : prise de poids, hypertension artérielle et maladies cardiaques. La réaction de stress doit se dissiper le plus rapidement possible une fois le danger perçu passé. C’est ce qu’on appelle la résilience.

La recherche suggère que votre capacité à écouter votre corps peut influencer votre résilience. Comprenez-vous désormais pourquoi BFM poubelle et consorts vont s’ingénier journellement à instiller peur et stress en vos esprits de Gaulois ?

Aujourd’hui, le grand nombre de situations stressantes auxquelles nous sommes confrontés quotidiennement peut rendre difficile la désactivation de la réponse au stress. Lors d’un épisode de stress aigu (réel ou imaginaire), l’organisme ne pouvant pas faire la différence, il libère des hormones de stress (telles que le cortisol) qui nous préparent à combattre ou à fuir l’événement stressant.

Différents processus entrent alors en action, parmi eux : augmentation de la fréquence cardiaque, de la consommation d’oxygène par les poumons, du flux sanguin, etc. En revanche, certaines parties de votre système immunitaire sont temporairement réprimées, ce qui réduit la réponse inflammatoire face aux agents pathogènes et autres. Lorsque le stress devient chronique, le système immunitaire devient alors de plus en plus désensibilisé au cortisol, et comme l’inflammation est en partie régulée par cette hormone, cette diminution de la sensibilité intensifie la réponse inflammatoire et permet à l’inflammation de devenir incontrôlable.

L’inflammation, à son tour, est une caractéristique de la plupart des maladies, du diabète aux maladies cardiaques et au cancer.

Des taux élevés de cortisol affectent également votre mémoire en provoquant une perte progressive de synapses dans votre cortex préfrontal. Le stress peut même déclencher l’apparition de la démence.

Dans une étude, 72 % (près de trois sur quatre) des patients atteints de la maladie d’Alzheimer avaient subi un stress émotionnel sévère au cours des deux années précédant leur diagnostic.

Le stress peut également être un facteur du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), une maladie causée par des taux d’androgènes élevés, c’est-à-dire des hormones sexuelles mâles, qui peuvent affecter les cycles menstruels, la fertilité, le poids, etc. Le stress incite votre organisme à produire un certain nombre d’hormones, à commencer par l’hormone adrénocorticotrope (ACTH), qui stimule vos glandes surrénales à produire les hormones du stress, comme le cortisol et l’adrénaline.

Le stress modifie la façon dont la graisse est déposée en raison des hormones spécifiques et d’autres produits chimiques que votre organisme produit lorsque vous êtes stressé, style la bêtatrophine, une protéine qui bloque une enzyme qui décompose la graisse corporelle. Le processus normal de combustion des graisses se ralenti alors considérablement.

Bien qu’élément incontournable de la vie, la réaction au stress devrait se dissiper le plus rapidement possible une fois que le danger perçu est passé. Le terme scientifique pour cela est la résilience : c’est-à-dire la capacité de votre organisme à revenir rapidement à la normale, à la fois physiquement et émotionnellement, après un événement. Une spéculation est que les personnes qui sont plus résilientes ont appris à écouter leur corps. Le travail respiratoire peut réduire le stress et vous aider à développer une plus grande résilience.

J’en arrive maintenant à un facteur qui influence nombre d’individus surtout en vieillissant : l’inflammation. L’anxiété est une réponse physiologique à une menace qui augmente vos niveaux de cytokines inflammatoires. Si votre corps est enflammé, vous allez provoquer de l’anxiété. Les cytokines sont de petites protéines qui servent à réguler différents tissus. Il existe à la fois des cytokines pro-inflammatoires et anti-inflammatoires. Les cytokines ont une pertinence spécifique pour le Covid-19, car elles modulent votre système immunitaire et sa fonction.

En réduisant ou en résolvant le stress et l’anxiété, vous abaissez les niveaux de cytokines inflammatoires, permettant ainsi à votre système immunitaire de mieux fonctionner. Les aliments transformés provoquent une inflammation, en partie en augmentant la résistance à l’insuline, ce qui augmente la production de cytokines inflammatoires, et en partie parce qu’ils sont chargés d’huiles végétales oméga-6 pro-inflammatoires transformées industriellement.

Les stratégies qui activent le nerf vague, qui induit la relaxation et abaissent les marqueurs inflammatoires, sont : écriture expressive,  sommeil de qualité, la pratique du pardon, une alimentation limitée dans le temps et des cétones exogènes. Sans oublier la respiration !

En effet, l’un des moyens les plus simples de se protéger contre une infection est de simplement respirer. D'où l'intérêt pour les salopards qui nous dirigent d'avoir confiné les gens chez eux avec un masque sur le museau. C'est toujours le PLAN d'éradication qui opère en douceur.

Cet acte totalement involontaire et naturel au départ, génère des réponses immunitaires qui détruisent les agents pathogènes envahissants. Ce n’est pas moi qui le déclare, mais des scientifiques de l’Université de Harvard.

Nos poumons contiennent des alvéoles, ils aspirent l’oxygène et l’échangent avec le dioxyde de carbone à l’expiration. En respirant simplement, votre corps s’oxygène tout en expulsant les déchets de CO2, ce qui renforce l’immunité et protège contre les maladies.

Seulement voilà, le port d’un masque empêche l’organisme d’être correctement oxygéné. Pourquoi ?

Tout au long de votre vie, vous prendrez plus de 600 millions de respirations. À chaque fois, vos poumons s’étirent, puis se détendent, ce qui maintient votre corps dans un équilibre oxygéné correct. Si quelque chose vient entraver la respiration, comme le port d’un masque, cet équilibre se transforme rapidement en déséquilibre, rendant le corps plus vulnérable aux infections. Dès lors, vous comprendrez bien mieux cet intérêt diabolique porté par nos dirigeants à vouloir nous voir porter des masques. Cela va encore et toujours dans l’intérêt du projet des Georgia Guilstones.

La douleur est en grande partie un symptôme de stress et d’anxiété, qui à leur tour sont davantage fondés sur l’inflammation que sur des facteurs psychologiques. Lorsque vous vous sentez en sécurité, il y a un changement profond dans la chimie de votre corps.  Vous passez de l’adrénaline, du cortisol, des histamines et des cytokines inflammatoires à l’hormone de croissance, la dopamine, la sérotonine et le GABA, toutes ces hormones et ces composés anti-inflammatoires formidables.

Il y a un changement profond dans la chimie du corps, et la douleur des gens disparaît. Vous devez diminuer l’anxiété, diminuer les cytokines, diminuer cette réponse au stress. Si votre corps est enflammé, vous allez vous sentir anxieux.

En réduisant ou en résolvant le stress et l’anxiété, vous abaissez les niveaux de cytokines inflammatoires, permettant ainsi à votre système immunitaire de mieux fonctionner. Les cytokines sont partout. Chaque cellule du corps en possède.

C’est comme ça qu’elles se parlent. Il s’avère que les cellules gliales du cerveau, qui relient les tissus du cerveau, émettent des cytokines. Il en va de même pour les cellules endothéliales, les revêtements des vaisseaux sanguins.

La menace allume le système immunitaire et la « menace », c'est toutes sortes de choses. Ce sont des virus, des bactéries, des cellules cancéreuses, un tyran, un patron difficile, mais aussi vos pensées, vos émotions et vos émotions refoulées. Ces pensées et émotions sont traitées dans le cerveau de la même manière qu’une menace physique.

Il s’avère que chaque maladie dégénérative : cardiaques, vasculaires, le diabète de l’adulte, l’obésité, la maladie de Parkinson et  d’Alzheimer ne sont que des exemples de troubles inflammatoires. Tout est incendiaire.

L’anxiété, la bipolarité, la dépression et la schizophrénie sont tous des processus inflammatoires. C’est incendiaire. Ce n’est pas psychologique. N’oubliez pas que l’anxiété est le résultat d’une menace.

La menace crée une réponse qui inclut votre système immunitaire, et cette sensation générée par l’adrénaline et le cortisol et ces cytokines inflammatoires, c’est la sensation d’anxiété.

Le cerveau inconscient traite environ l'équivalent de 20 millions de bits d’information par seconde.

Le Système nerveux central ne représente que 3% du poids total de l’organisme, mais il consomme 20% de l’énergie de l’organisme. Le cerveau traiterait environ 400 milliards de bits d'informations par seconde. Cependant, seuls 0,000001 % de ces bits parviendraient à la surface consciente.

La solution à la douleur chronique est en fait de changer votre cerveau pour aller dans une direction différente. Si vous parlez du problème, vous le renforcez en fait. Votre corps tout entier est en feu. Vous devez diminuer l’anxiété, diminuer les cytokines, diminuer cette réponse au stress. Si votre corps est enflammé, vous allez vous sentir anxieux.

À SUIVRE SI ON ME LAISSE ENCORE ECRIRE.

« Victime de mon succès », je fais l’objet d’un déréférencement Sauvage de la part des GAFAM, si vous désirez m’aider, le minimum que vous puissiez faire, c’est de cliquer sur les liens si dessous afin de faire remonter mon référencement. D’avance merci.

Olivier

Suite ici : https://vecteur-douceur.over-blog.com/2022/09/le-beau-pays-des-idees-recues-partie-4-suite-et-fin.html

Voir les commentaires

Le « beau » pays des idées reçues (partie 2).

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Dans le seul tube digestif humain, les chercheurs ont découvert environ 100 000 milliards de micro-organismes, dont le poids total peut atteindre un kg et auquel tout traitement antibiotique cause des ravages. Pour les plus anciens qui me lieront, nous avons tous le souvenir de nos mères nous obligeant à manger des yaourts après un traitement antibiotique. Le but étant justement de reconstituer cette flore intestinale utile détruite par le traitement.

Nos écosystèmes sont tous régis par des micro-organismes. Ainsi, l'incidence de la maladie au sein d'une population ou chez un individu lambda est un produit complexe. Il est issu de notre génétique propre interagissant avec moult déclencheurs environnementaux.

On comprend dès lors que chaque individu est particulier avec son groupe sanguin et qu’aucune médication favorable à l’un ne peut automatiquement l’être pour un autre.

On comprend également ici que le vrai thérapeute est celui qui consacrera du temps, beaucoup, à écouter son patient, avant que de lui donner un quelconque remède. Dès lors, l’idée d’une vaccination globale tombe à l’eau !

Tombe à l’eau également cette notion arbitraire d’immunité collective au sein d’individus tous différents ne serait-ce qu’au travers d’un seul facteur : le groupe sanguin. On comprend dès lors que le toubib qui va vous recevoir cinq minutes sans même vous prendre la tension tout en ouvrant son Vidal pour vous prescrire un ou plusieurs agents chimiques, n’est pas un thérapeute, mais un commercial de chez Big Pharma. Pour s’installer, il aura d’ailleurs dû faire allégeance à un repaire de francs-maçons : le Conseil de l’ordre.

Rien que l'alimentation, rendue volontairement insipide et mortifère, exerce une influence significative sur de nombreuses maladies, dans la mesure où elle module la communication complexe entre les 100.000 milliards de micro-organismes présents dans les intestins ! De plus, la production d'une grande partie des aliments qui atterrissent dans nos assiettes dépend de l'activité bactérienne.

Le bébé, nourri au lait maternel, possède une flore intestinale qui contient presque exclusivement une certaine bactérie : la lactobacillus bifidus, qui fera de lui un être au système immunitaire bodybuildé.

Or, qu’a fait notre société moderne ? Elle n’incite plus la mère à allaiter, bien au contraire. Au lieu de cela, le nourrisson sera nourri au lait de vache et sa flore intestinale sera très différente.

Mais pour rester dans l’esprit génocidaire des Georgia Guidestones, c’est beaucoup mieux de tenir les bébés loin, très loin de cette bactérie lactobacillus bifidus qui confère à l'enfant allaité une résistance beaucoup plus forte aux infections intestinales. On préfère lui administrer au passage onze saloperies, pardon ! vaccins, auxquels va bientôt venir s’adjoindre l’indispensable « vaccin » contre couillonavirus.

Vous voyez ? Je vous parle là d’une affaire qui tourne et engendre des milliards de dollars propres à acheter et pervertir tous les gouvernements du monde et même les nouveaux députés de « gauche » NUPES, pour une vaccination obligatoire des Français, sinon pas de chocolat !

Ce monde-démon n’aime pas la paix, tout récit sur la coexistence pacifique n’est pas le bienvenu. Alors, vous pensez bien que lorsqu’un vrai thérapeute ose parler du rôle utile que jouent les bactéries dans l'estomac et les intestins, on lui jette des cailloux, ou pire encore. Le gueux doit avoir PEUR, et en permanence. C’est la raison pour laquelle la peur irrationnelle des microbes a été exploitée de manière agressive par les grandes entreprises pharmaceutiques.

C’est une industrie gigantesque, criminelle, autant qu’hyper lucrative, qui s'est développée autour de notre Roro international et qui aura su nous gratifier d’une Fondation ne nous « voulant que du bien » et à l’édification de laquelle, le grand père de Bill Gates avait travaillé. Voyez-vous ici les connections ?

Le moteur de cette industrie doit être et rester la peur des microbes. Elle permet à cette chiourme luciférienne d’engranger des milliards de dollars de bénéfices grâce à la vente de médicaments et de vaccins.

Ce monde est ainsi fait ! Pendant que le rebouteux des campagnes a été jeté aux orties et depuis longtemps, les vrais parasites de Big Pharma ont pignon sur rue pour empoisonner le monde entier en toute sérénité. Ce sont des gens bien ! Albert Bourla s’est rendu à Davos.

Le PDG de Pfizer y a fait une déclaration fracassante et sans sourciller le moins du monde. Là où vous verriez arriver les gendarmes à la moindre menace proférée contre un voisin emmerdeur, lui a déclaré à l’auditoire s’être bien acquitté de sa mission. Laquelle ? Celle des Georgia Guidestones !

Alors que personne ne gagne autant d'argent en produisant du bio ou en vous conseillant de manger plus sainement, de faire plus d'exercice, de respirer un air plus frais et plus pur, ou de faire plus pour le bien-être émotionnel, cette engeance du Diable s’enrichie à milliards à vous empoisonner à petit feu, et vous en redemandez.

Par exemple : le risque d’inflammation cardiaque chez les jeunes hommes est plus élevé après une vaccination qu’après avoir contracté le Covid. 32 médecins canadiens entièrement vaccinés contre le Covid-19 sont « morts subitement » au cours des 16 derniers mois. Quant au FAIT que l'Assurance maladie (celle qui vous garantit que vous serez toujours malade) lance une campagne de « sensibilisation » car « le nombre de personnes concernées par l'insuffisance cardiaque devrait progresser de +25% tous les quatre ans », tous âges confondus, vous ne pensez-pas qu’il est temps de se poser les bonnes questions ?

Certains vont se les poser pendant que la majorité ira en redemander dès les premiers froids. Que ceux-là se rassurent, le Gouvernement les attend avec un sourire à la commissure des lèvres. Après l'Agence européenne du médicament (EMA), le 20 septembre dernier, la Haute Autorité de santé (HAS) vient d'autoriser les vaccins nouvelles générations contre le Covid-19 « adaptés » au variant Omicron. Une campagne de rappel sera ainsi couplée à la vaccination contre la grippe. Elle devrait commencer le 18 octobre prochain. Elle s’effectuera alors qu’aucun essai clinique sur ces nouveaux vaccins ou sur l’administration concomitante des deux vaccins, n’ait été entrepris ou terminé.

Ça va grincer des dents dans les chaumières et très prochainement, croyez-moi !

Les médicaments et les vaccins n’ont rien à voir avec l’augmentation de la durée de vie, l’hygiène si. Le premier patient traité avec un antibiotique, la pénicilline, ne remonte qu'au 12 février 1941. Les antibiotiques n'ont donc rien à voir avec l'augmentation de l'espérance de vie. Pourquoi ?

Parce qu’elle s'est réellement installée au milieu du 19e siècle (dans les pays industrialisés), soit près d'un siècle avant le développement des antibiotiques. En revanche, de nos jours et depuis un certain temps déjà, d'innombrables bactéries essentielles à la vie sont détruites par l'administration d'antibiotiques.

Quant au sujet qui pourri nos vies depuis plus de deux ans déjà : le « vaccin », le bilan des vaccinations est désastreux. Il n'existe aucune étude solide démontrant que vacciner un organisme sain est plus bénéfique que de ne pas vacciner. En revanche, il existe des études montrant que vacciner est pire que de ne pas vacciner, ainsi que des dizaines d'études montrant que les personnes non vaccinées se portent mieux que les personnes vaccinées. Les décès dus à des maladies infectieuses courantes ont diminué de manière spectaculaire en raison de l'amélioration des conditions environnementales même concernant les maladies pour lesquelles il n'y avait pas de vaccins.

Tout comme un individu bon et gentil peut devenir agressif et dangereux en certaines circonstances provoquées, les microbes ne produisent pas directement la maladie.

En certaines circonstances nécessitant une recherche poussée, une crise produite par le corps provoque la multiplication des bactéries en créant les conditions adéquates pour que ces bactéries en fait inoffensives deviennent des micro-organismes toxiques, producteurs d'infection. Bien entendu, le modèle de pensée médicale dominant formaté depuis longtemps déjà par Roro et ses sbires ne peut pas comprendre qu'un si grand nombre de micro-organismes différents puisse coexister en paix dans notre corps.

Et pourtant, des micro-organismes « très dangereux » comme le bacille de la tuberculose, le streptocoque ou le staphylocoque, peuvent vivre en nous sans provoquer de dommages.

On est ici bien loin de la pensée de Pasteur selon laquelle, il fallait tout aseptiser pour vivre heureux et en bonne santé. Ainsi, tout comme l’homme bon et gentil, ces organismes ne deviennent nuisibles qu’en certaines circonstances précises.

Ils ne deviennent « méchants » qu’à condition de disposer d'une quantité suffisante de substances nutritives appropriées que notre mode de vie moderne se fait un plaisir d’apporter à profusion : toxines, déchets résiduels, etc.

Pasteur finira par en prendre conscience avant de mourir, mais ça personne ne vous le dira.

Paul Ehrlich (1854-1915), connu comme le père de la chimiothérapie, s'en tiendra à l'interprétation de Robert Koch, à savoir que les microbes sont les véritables causes des maladies.

Ehrlich, et sa doctrine ont permis une ruée vers l'or pour l'industrie pharmaceutique de Roro en pleine ascension grâce à sa production de pilules miracles. Quant aux vaccins, ils constituent à eux seuls un pan énorme de cette mascarade mortifère. Un exemple : celui contre la rougeole a été introduit en Allemagne de l'Ouest au milieu des années 1970, à un moment où la « peur de la rougeole » avait essentiellement disparu.

Mais revenons-en à quelque chose qui, selon l’adage « tester-isoler-traiter » nous a perturbé durant deux ans et continu à le faire : j’ai nommé le test PCR. Ces méthodes de dépistage sont fausses et conduisent à des résultats qui n'ont que peu ou pas du tout de signification.  

L'inventeur du test PCR, le Dr Kary Mullis, l’a précisé « le test PCR ne vous dit pas que vous êtes malade. Beaucoup de ces tests brillent sous la lumière UV. Pourquoi d’après vous ?

J’en ai déjà longuement parlé sur ce blog, ces saloperies constituent un moyen radical de nous faire inhaler des nanoparticules qui passent ensuite tranquillement la barrière hémato-encéphalique. Ces tests contiennent en outre de l’oxyde d’éthylène. De nombreux aliments ainsi que les bâtonnets de tests covid ont été traités avec ce pesticide cancérogène.

Ces tests ne peuvent pas du tout détecter les virus libres et infectieux. Un virus aux caractéristiques indéterminées ne peut pas plus être prouvé par PCR qu'il ne peut être déterminé par un petit test d'anticorps. Et même si les scientifiques supposent que les séquences génétiques découvertes en laboratoire appartiennent aux virus mentionnés, on est très loin de pouvoir prouver que ces virus sont les causes des maladies en question, surtout lorsque les patients ou les animaux testés ne sont même pas malades, ce qui est assez souvent le cas. Comprenez-le bien, un virus est une information.

Un virus biologique constitue un message spécifique à une famille de cellules, il n’en attaque que certaines. Un virus informatique ne s’attaque qu’à certains programmes.

Un virus biologique transforme le code héréditaire de la cellule contaminée, là où le virus informatique modifie un programme en lui faisant exécuter des tâches différentes de celles prévues à l’origine.

Un virus biologique se reproduit par réplication de son code génétique dans d’autres cellules, là où le virus informatique se reproduit également par duplication du code viral dans d’autres programmes.

Une cellule qui aura été déjà en contact avec un virus biologique bien précis ne pourra être contaminée une seconde fois, là où un programme qui a déjà été « infecté » ne pourra pas l’être une seconde fois.

Un virus biologique peut se déclencher immédiatement ou après un temps de latence, là où un virus informatique peut se déclencher immédiatement ou après un temps de latence.

La capacité à muter se traduit par une altération du matériel génétique (ADN ou ARN) d’une cellule, là où chez le virus informatique sa capacité à muter, présente dans certains virus polymorphes, rend la détection plus difficile.

Il est donc certain que nous avons là affaire à une histoire d’information et d’antivirus qui auront fait la fortune de Bill le coyote lui permettant désormais de faire mumuse au bal de la virologie biologique et par le biais d’une vaccinologie paranoïaque.

Conclusion : pour la « science », la médecine biologique et beaucoup trop de lecteurs, l'enseignement de la médecine s'en tient aux approches de Pasteur et de Koch, qui consistent à déformer la réalité en se concentrant sur un seul ennemi. C’est oublier un peu vite les pouvoirs du corps humain.

Nos cellules sont capables de produire un message (un virus) de leur propre chef. Comment ? En réaction par exemple à des facteurs de stress. Les experts l'ont découvert il y a longtemps et parlent de « virus endogènes » : des particules qui se forment à l'intérieur même des cellules de l'organisme. Ce qui m’amène à évoquer la partie la plus immergé de l’iceberg du vivant : l’esprit.

À SUIVRE SI ON ME LAISSE ENCORE ECRIRE.

« Victime de mon succès », je fais l’objet d’un déréférencement Sauvage de la part des GAFAM, si vous désirez m’aider, le minimum que vous puissiez faire, c’est de cliquer sur les liens si dessous afin de faire remonter mon référencement. D’avance merci.

Olivier

Suite ici : https://vecteur-douceur.over-blog.com/2022/09/le-beau-pays-des-idees-recues-partie-3.html

Voir les commentaires

Le « beau » pays des idées reçues (partie 1).

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Je suis de retour !

Les épidémiologistes, les virologues et le grand public considèrent que certaines maladies comme la grippe et le Covid-19 se transmettent par contact humain, chose qui n’est pas prouvé. Scientifiquement, on n’a jamais prouvé que les maladies se propagent de cette manière ! Alors pourquoi ?

Bactéries et virus sont deux choses bien différentes. Mieux vaut les identifier clairement. Nous devons au chirurgien français Charles-Emmanuel Sédillot (1804-1883) l’appellation « Microbe » signifiant « petit-petite vie ». Mais désigner ainsi tous les êtres vivants qui ne se voient qu'au microscope et qui provoquent des maladies, n’est pas vraiment scientifique puisque ce terme généralise et les englobe tous (bactéries, virus, protozoaires, algues unicellulaires, champignons). Cela manque de précision !

Mesurant autour de 1 µm (une bactérie est 50 fois plus fine qu'un cheveu) et le plus souvent en forme de bille ou de bâtonnet. Sans l'apparition des bactéries, la vie serait inconcevable. Les bactéries sont microscopiques, donc des microbes. Ce sont des êtres vivants constitués d'une unique cellule entourée d'une paroi et dépourvue de noyau (elles font partie des organismes procaryotes). Beaucoup ne sont pas nocives, certaines s'avèrent même bénéfiques pour l'humain. D'autres sont à l'origine de maladies graves comme la peste, le choléra, la tuberculose. Les antibiotiques empêchent la multiplication des bactéries.

En revanche, les antibiotiques n'ont aucun effet contre les virus. Environ vingt fois plus petit qu'une bactérie, un virus (« poison » en latin) représente un agent infectieux, c’est une information réduite à sa plus simple expression, son strict minimum. C’est une capsule en protéines (capside) protégeant un brin de matériel génétique codant pour lui-même et la capsule, ne mesurant que 20 à 450 nanomètres.

Ainsi, à la fin du 19e siècle, alors que la théorie des microbes s'imposait comme l'enseignement médical de référence, personne ne pouvait réellement les détecter puisque beaucoup plus petits que les bactéries ou les champignons qui peuvent être observés au moyen d'un simple microscope optique. Pour les décrire, ne pouvant pas être classées comme des bactéries, les tenants du dogme de Pasteur utilisaient déjà l'expression « virus » qui signifie simplement « poison » en latin.

Cette expression correspondait parfaitement au concept de l'ennemi invisible. Dans ce contexte, un événement important s'est produit il y a quelque temps, lorsque « la science » a abandonné la voie de l'observation directe des processus naturels pour se tourner vers des « preuves » dites indirectes, à l'aide de moyens tels que les tests d'anticorps et de PCR pourvoyeurs de cas positifs très appréciables pour le tiroir-caisse de Big Pharma et sur lesquels je reviendrai plus bas.

Pour se multiplier, le virus doit rentrer dans la cellule hôte et parasiter ses fonctions de réplication. Les virus sont donc tous à l'origine de maladies : grippe, rage, Sida, variole, polio, etc. Nous entrons là sur un terrain miné, où Big Pharma, par le biais de la pétrochimie d’un Rockefeller a su faire son nid douillet au détriment des peuples désinformés.

Durant longtemps, la théorie des germes a eu la prépondérance sur celle du terrain qui explique néanmoins bien plus la manière dont nous sommes « infectés » par certaines maladies. En effet, une multitude de composants environnementaux et génétiques se combinent pour déterminer l'incidence de la maladie au sein d'une population ou chez un individu. Depuis plus de cent ans, nous sommes très réceptifs à l'idée que certains microbes sont comme des prédateurs qui rodent, comme le Covid-19, dernier arrivant sur le marché juteux de la PEUR.

Mais souvenez-vous que le Sida, l'hépatite C, la grippe aviaire, etc., avaient, bien avant couillonavirus, commencé à préparer le terrain pour les grandes manœuvres vaccinales qui devaient advenir. L’ingénierie sociale a bien étudié son cobaye (nous) avant d’appliquer à la lettre le PLAN des Georgia Guildestones : https://vecteur-douceur.over-blog.com/2020/01/tout-est-prevu-et-depuis-longtemps.html

Bien entendu, comme d’habitude, j’ai conscience qu’en développant de tels propos, j’entre à nouveau sur le terrain des « méchants complotistes fous » ! Néanmoins, le complotisme et ses « théories » ont toujours le mérite d’être faux avant que de devenir vrai, une tendance qui ne fait d’ailleurs que s’accélérer. Pour s’en convaincre, il suffit d’écouter ces journalistes tv qui retournent leur veste au gré du vent politique dominant. Afin de comprendre le PLAN de l’élite laissez-moi vous présenter un sinistre personnage qui fera beaucoup d’émules.

Adam Weishaupt, sera le fondateur de l’Illuminate, le 1er mai 1776, comme mentionné sur le dollar US. L'Ordre des Illuminés de Bavière est plus connu sous celui de l'Ordre des Illuminatis. On dit que Weishaupt serait mort le 18-11-1811 pour les uns, et 18-11-1830 pour les autres. Mais retenez bien que dans les deux cas, il s’agissait du 322e jour de ces deux années. Sachant que les satanistes singent en permanence les écrits biblique : « L’Éternel Dieu dit : Voici, l’homme est devenu comme l’un de nous, pour la connaissance du bien et du mal. Empêchons-le maintenant d’avancer sa main, de prendre de l’arbre de vie, d’en manger, et de vivre éternellement. (Genèse 3-22).

Bref, pour en revenir à mes fameuses Georgia Guidestones qui ont fait « boum ! » récemment, c’est le 22-03-1980 ou 3-22-1980 en format de datation US, ou Nouvelle Atlantide, que ce monument dédié au futur génocide de l’Humanité a été inauguré dans l'État américain de Géorgie. Quatre tablettes de granit contenaient chacune une liste décrivant un monde idéal, en huit langues. Le monument avait été construit de telle manière qu'il s'alignait avec les corps astronomiques à certains moments très précis.

Le plus intéressant dans tout ça, c’est que les acteurs travaillant à l’instauration de ce Nouvel Ordre Mondial génocidaire, sont pour la plupart tous issus de la secte Skull and Bones.  Ce monument avait été placé sur ordre d'une organisation secrète opérant sous un pseudo. Cependant, c'est la date d'ouverture qui le révèle. Réalisé par des kabbalistes, cette stèle dédiée à leur ORDO AB CHAOS avait été placée par ordre de la cabale juive-sioniste œuvrant à l’arrivée de son futur Messie. La description de ce monde POST CHAOS dépeint la dystopie idéale telle que le sionisme mondiale, avide de pouvoir, le voit par lui-même.

Bush père et fils revendiquent tous deux être membres de cette secte Skull and Bones. Retenez- bien que c’est Bush père qui, le premier, un 11-Septembre 1990 (ça ne s’invente pas !), soit 11 années avant le 11-sept fatidique, avait le premier évoquer l’idée d’un N.O.M. Bref, après ces pestes humaines, revenons à nos microbes !

Comme l'ont découvert les ingénieurs sociaux, l’humain a une propension à trouver des solutions simplistes dans un monde de plus en plus compliqué. Ainsi, faire des microbes les seuls et principaux déclencheurs de la maladie amène l’humain à faire table rase d’un schéma environnemental bien plus complexe qu’on ne le croit. Nous construisons ainsi notre malheur en refusant l’évidence : c’est à dire la manière dont les divers facteurs à l'origine de la maladie sont interconnectés.

En effet, à part une catégorie de thérapeutes plus éveillés que les autres, et à laquelle Big Pharma et ses sbires font la guerre, beaucoup oublient que les toxines environnementales, les effets secondaires des médicaments, les problèmes psychologiques comme la dépression et l'anxiété, et la mauvaise alimentation, entrent de plein fouet dans l’équation santé contre maladie.

Dieu l’a voulu ainsi, les microbes, tout comme nous, font partie de ce système cosmologique et écologique. Si nous voulons vivre en harmonie avec la technologie et Sa Nature, nous devons nous engager à comprendre toujours davantage les principes évolutifs qui les sous-tendent et à les appliquer de manière adéquate à notre propre vie. Si, sur une longue période, nous mangeons de la « merde » en buvant trop d’alcool et en ingurgitant ou en respirant toutes sortes de toxines comme des conservateurs et les pesticides, en fumant deux paquets par jour avec des drogues en guise de cerise sur le gâteau, notre santé finira par décliner et nous terminerons prématurément entre quatre planches.

Un autre fait majeur que j’explique dans le second tome du « Centième Gueux », c’est qu’on nous a fait oublier à dessein l’humain dans son intégralité (physique, électrique et spirituelle). Mais dans un monde-démon aux valeurs inversées, on nous fait croire que ces formes de vie dont le but et la tâche biologiques sont de créer la vie, sont en fait les plus grandes et les plus singulières causes de maladie et de mort. Et à travers cet axiome simpliste, de pseudo experts de mon c…, se font un fric fou. Ces allopathes dogmatiques phagocytent le système de santé en prétendant prétentieusement, du haut de leur suffisance de crétin diplômé, qu’une maladie égale une cause, égale une pilule (molécule) miracle.

Pour avoir su faire entrer au burin cette pensée simpliste dans l’esprit de nos universitaires, « nous devons dire merci à Roro » et son complexe pétrochimique qui ont sus phagocyter l’ensemble d’une pensée médicale jusqu’alors seine et faire de Louis Pasteur (1822-1895) et Robert Koch (1843-1910) des héros, alors qu’ils n’ont été tous deux que d’ignobles salopards.

La Fondation Rockefeller et son programme international pour la santé constituent bel et bien l'ancêtre de l'OMS faisant des virus une manne financière considérable ainsi qu’un moyen pervers d’accentuer la peur et nous asservir, alors que notre code ADN est littéralement constitué de séquences virales. En effet, tous les rétrovirus ne sont pas dangereux. Nous cohabitons avec certains d'entre eux de façon pacifique et depuis très longtemps. Dans le monde du parasitisme et de la symbiose, force est de constater que les virus nous hantent depuis tellement longtemps qu'ils sont une partie de nous-même !

Pasteur est considéré comme le « père de la théorie des germes ». Il pensait que le corps humain sain était stérile et qu'il ne tombait malade que lorsqu'il était envahi par de minuscules bactéries trop petites pour être vues par les microscopes de son époque. C'est un peu comme un auditeur radio qui voudrait écouter RTL tout en débranchant son poste à cause des ondes (messagères).

Quant à Robert Koch, il est l'un des fondateurs de la bactériologie moderne. Il a développé la théorie des germes de Pasteur et élaboré les postulats de Koch, longtemps considérés comme la référence pour relier des micro-organismes spécifiques à des maladies spécifiques. Avant cela, l’état d'esprit concernant la maladie était très différent. En Grèce antique, par exemple, on n'attrapait pas une maladie, on la contractait. Selon l’idée de l’époque, il n'y avait rien à attraper, et l'individu était, pour l'essentiel, le seul à pouvoir maintenir sa santé en adoptant un comportement et un mode de vie appropriés. De nos jours, dans le langage commun, contracter une maladie signifie pour beaucoup l'attraper. Cette expression s'emploie plus volontiers pour les maladies contagieuses : contracter un rhume ou la grippe, mais on ne contracte pas le cancer (il y a d'autres expressions pour le dire).

Ces concepts de santé et de maladie, ainsi que les remèdes en découlant, ne changeront pas jusqu’à la fin du 19e siècle et l’arrivée du sieur Roro. Qu’il suffise de savoir et comprendre que quelques heures seulement après la naissance, toute la muqueuse du nouveau-né a déjà été colonisée par des bactéries, qui remplissent d'importantes fonctions de protection. Sans ces colonies de milliards de germes, le nourrisson, tout comme l'adulte, ne pourrait pas survivre.

À SUIVRE SI ON ME LAISSE ENCORE ECRIRE.

« Victime de mon succès », je fais l’objet d’un déréférencement Sauvage de la part des GAFAM, si vous désirez m’aider, le minimum que vous puissiez faire, c’est de cliquer sur les liens si dessous afin de faire remonter mon référencement. D’avance merci.

Olivier

Suite ici : https://vecteur-douceur.over-blog.com/2022/09/le-beau-pays-des-idees-recues-partie-2.html

Voir les commentaires

Préparation de la daube en gelée. (Partie 7, suite et fin)

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Retour à la première partiehttps://vecteur-douceur.over-blog.com/2022/08/preparation-de-la-daube-en-gelee.partie-1.html

Il est unanimement reconnu que les zones bâties sont plus chaudes que les zones rurales, et il a également été constaté que 96 % des stations de température de la NOAA produisent des données corrompues en raison d'un placement délibéré dans lesdits « points chauds ». Ceci n’est qu’un exemple parmi tant d’autres.

En effet, ils nous ont toujours dit que le réchauffement climatique était « d'origine humaine » ... Mais rien que l’étude réalisé sérieusement par le Heartland Institute, un groupe de réflexion sur le marché libre fondé en 1984, prouve que les données utilisées pour faire de nous des réchauffeurs, sont bel et bien alambiquées. Cet organisme est l'une des principales organisations mondiales à promouvoir le travail de scientifiques qui doutent que l'activité humaine soit à l'origine d'une crise climatique.

Un second exemple va me servir à confirmer la fraude.

Il est facile de nous faire prendre des vessies pour des lanternes lorsqu’on contrôle l’information et que l’on constitue « l’œil du ciel » contrôlé par la Franc-maçonnerie.   Ou lorsque la NASA confirme sa triste implication dans la manipulation des données concernant un pseudo réchauffement climatique.

https://realclimatescience.com/2020/01/nasa-confirms-their-own-conspiracy-theory/  

L'activité solaire a été modérée ces derniers temps, avec seulement deux taches solaires actuellement visibles faisant face à la Terre. Il y a cependant une grosse tâche de l'autre côté du soleil, si grosse qu'elle change la façon dont le soleil agit.

C'est ce phénomène contre lequel nos anciens nous mettaient en garde dans leurs pictogrammes et pétroglyphes : des changements et des choses étranges dans ciel. Les observations de tels phénomènes électriques ont augmenté ces dernières années, alors que notre soleil et notre champ magnétique « s'atténuent ». Apparaissent alors des phénomènes étranges dans nos cieux : des lumières rouges et des jets bleus https://t.co/CaKIKKhFzV  

Afin d’échapper à la doxa des réchauffistes, il convient de savoir que notre climat avec ou sans CO2, n’est pas un long fleuve tranquille. Ainsi, alors qu’Al Gore n’était même pas encore dans les couilles de son père, à l'été 1911, l'Europe a connu une intense vague de chaleur qui s'est étalée sur 70 jours, du 5 juillet au 13 septembre, ne s'interrompant que pour de courtes accalmies. C'est aux Etats-Unis que le mercure a commencé à grimper dès le début juillet, frappant durement la côte est, notamment New York.

Les journaux de l’époque se sont rapidement fait écho de cet épisode inhabituel. « Nous souffrons, depuis trois jours, de chaleurs vraiment exceptionnelles à Paris », écrivait le journal La Croix le 9 juillet 1911. Comme en ce qui concerne l’Ukraine, l’économie, ou les pénuries orchestrées artificiellement, les merdias nous disent ce qu’ils veulent ou plutôt la « vérité »  imposée.

Ainsi ne parlent-ils pas de l'étendue de la neige en Amérique du Sud qui, en précurseur du rude hiver à venir dans l'hémisphère nord... atteint des sommets sans précédent. (JE VOUS AURAIS PREVENU!)

La doxa préfère nous rabâcher une vague de chaleur en Europe et une saison des incendies de forêt habituelle l'été. Cette chaleur a été anormalement tirée vers le nord par un flux de courant-jet «méridien ». Mais ce qu’il convient de cacher aux gueux, c’est qu’il est induit par une faible activité solaire, et que l'ensemble de l'hémisphère sud se maintient PLUS FROID que la moyenne de 1979-2000. À partir de l'Antarctique, le continent dans son ensemble a été exceptionnellement FROID au cours des 18 derniers mois et plus, le gel ne semblant que s'intensifier.

Le froid s'y est prolongé jusqu'en mai, juin et juillet également, avec une anomalie régulièrement enregistrée sur tout le continent. Ce refroidissement de l'Antarctique au cours des 18 derniers mois environ est BEL ET BIEN révélateur d'une tendance à plus long terme. Il annonce ce contre quoi je vous mets en garde depuis longtemps dans mes articles et dans « Tonton Malthus est revenu ».

L'Antarctique de l'Est, qui couvre les deux tiers du continent, s'est refroidi de 2,8 °C au cours des 40 dernières années, tandis que l'Antarctique de l'Ouest a refroidi de 1,6°C. Seule la péninsule antarctique (une petite partie du continent) a connu un réchauffement statistiquement insignifiant.

Et cet Antarctique glacial a un impact sur l'hémisphère sud. Son air plus froid que la moyenne est transporté vers le nord, via le courant-jet, exceptionnellement loin au nord, en fait, grâce à ce flux de courant-jet « méridien ». Ainsi, quoi de plus normal que l’Australie et l'Amérique du Sud, les plus grandes masses terrestres de l'hémisphère, aient enregistré des conditions de froid record au cours des dernières semaines et des derniers mois, pendant qu’en Gaule et ailleurs en Europe, on rôtissait.

L'Australie est en fait sur son hiver le plus froid jamais enregistré, après avoir connu son début le plus enneigé de l'histoire enregistrée. Juin et juillet y ont été exceptionnellement froid.

À contrario, bien avant celle de 2003, la canicule de 1976 fut l'une des plus marquantes du 20e siècle. Durant trois semaines, du 22 juin au 15 juillet, les températures se sont envolées, transformant la moitié nord de l'Hexagone en étuve. Je m'en rappelle, j’avais 16 ans et j’ai passé ce temps à la plage en compagnie d’une jolie petite blonde. Les plus accablés auront été sans conteste les agriculteurs. En cause, un anticyclone qui stagnera des mois d'affilée en Europe du Nord. Résultat ? Automne 1975, hiver et printemps 1976 délivreront les averses au compte-gouttes.

En juillet 1976, le Grand Ouest prendra des airs de désert et toute la campagne sera roussie. Partout, le fourrage manquera. Les premiers temps, les éleveurs abattront aussi quelques têtes de bétail. Mais les files d'attente s'allongeront vite devant les abattoirs et le cours de la viande s'effondreront. L'armée sera appelée à la rescousse pour transporter du foin. Les prêtres prieront et comme d’habitude les politiques en profiteront puisqu’un impôt sécheresse sera créé.

Même l'eau potable commencera à manquer et le nettoyage des voitures se verra interdit pour la première fois. Dans le Pas-de-Calais, ma région, des escrocs déguisés en policiers dresseront de vraies-fausses amendes aux contrevenants. Jusqu'à 500 km de rivières seront à sec, et les poissons morts, et non les feuille, se ramasseront à la pelle.

A partir de mi-juillet, la chaleur baissera néanmoins faisant place à une spécialité de l’hexagone : la douloureuse. Un impôt sécheresse se verra acté le 25 août, le jour même où Jacques Chirac, le Premier ministre de l’époque, remettra sa démission.

Statistiquement, « 1976 aura été le 3e été le plus chaud de la période 1900-1976, détaille Michel Schneider, spécialiste du climat à Météo France Toulouse, rattaché à l’équipe EMA (Etudes et Modélisation pour l’Adaptation), mais seulement le 7e plus chaud sur la période 1900-2011, derrière 2006, par exemple. »

Une canicule 2006 que beaucoup ont oubliée. Donc vous voyez, rien de nouveau sous le Soleil, si ce n’est une bande de salopards qui, en coulisses, s’activent encore et toujours afin de nous plumer davantage, tout en faisant disparaître au passage et si c’est faisable, le plus possible d’entre-nous. Et lorsque les éléments en cause ne sont pas naturels(Soleil), l'élite de Davos n'hésite pas un instant à les provoquer (lasers, HAARP, etc.).

Et pour y parvenir les restrictions en tout genre seront les bienvenues. On va crever de faim et se geler les … puisque l'Europe rationne déjà le gaz et conseille de nous laver à l’eau froide et d’aller pisser dehors. Mais qu’on se rassure, c’est une idée de l'establishment pour « sauver la planète ».

Derrière ces « sauveurs » se cachent les bras d'activistes extrêmes, vous savez ceux qui étreignent les arbres, telle une jeunesse hitlérienne endoctrinée au-delà de tout espoir et au-delà de toute réalité par une sainte Greta, elle-même phagocyté du cerveau par le vieux Georges Soros et la bande de psychopathes de Davos.

Bref tous ces cons vont nous apprendre à nous sevrer intelligemment du gaz et de l’électricité. Surtout nous devons nous éloigner du gaz naturel et du pétrole d’une « méchante » Russie avant que l'hiver ne frappe et que les choses ne deviennent sérieuses.

Nous devons nous serrer la ceinture maintenant afin de contrebalancer les conneries sans nom de nos énarques non élus autant que bruxellois.

Ceux qui avaient susurrés à l’oreille de Bruneau Lemaire (un champion), que nous allions mettre l‘économie russe à genoux.

L'enjeu est de taille. Si la Russie rompt les approvisionnements en gaz, déjà considérablement réduits, les autorités craignent que l'Europe ne devienne invivable cet hiver. Son plan est d'économiser le gaz dès maintenant. C'est une folie et tout ce qu'elle permettra, c'est de commencer les souffrances plus tôt.

Le continent devrait se précipiter pour relancer les centrales au charbon déclassées, ainsi que pour augmenter la production des centrales nucléaires. Mais les responsables refusent de prendre ces mesures, du moins pas à l'échelle requise, l'UE, même à une époque aussi grave que celle-ci, est toujours paralysée par des promesses climatiques suicidaires et des contes de fées zéro carbone. Donc nos dirigeants refusent un gaz russe peu cher et se démènent pour obtenir de l'énergie ailleurs, mais à un coût bien plus élevé et à des quantités beaucoup plus faibles.

Vous l’avez compris avec ce que j’ai déjà écrit, cet hiver sera historiquement froid et enneigé. C'est la toile de fond du rationnement. Comment et pourquoi les gouvernements européens se sont-ils contentés de confier leur sécurité énergétique à une superpuissance étrangère ? Qui pensait que l'éolien et le solaire pouvaient remplacer le charbon et le gaz ? Il n'y a évidemment aucun responsable puisque ce sont tous des énarques aux QI « bodybuildés ».

Partout en Europe, les dirigeants se veulent drastiques. En France, le gouvernement vise une réduction de 10% de la consommation d'énergie d'ici 2024, avec une campagne de « sobriété énergétique ». Des amendes sont introduites pour les magasins climatisés ou chauffés qui laissent les portes ouvertes.

Il s'agira bientôt de convaincre les gueux d’accepter des salles de classe moins chauffées. La nourriture, comme l'énergie, pourrait être tout aussi rare cet hiver, car les récoltes autour de la planète sont médiocres pour une myriade de raisons, notamment la réduction des applications d'engrais, d'herbicides et de pesticides, les problèmes généraux de la chaîne d'approvisionnement et les intempéries.

Il s'agit bel et bien d'une démolition contrôlée de la société : pour avoir une grande réinitialisation, vous avez d'abord besoin d'une grande dépression. Voilà pourquoi j’en reviens à mes préceptes de base avec notre tonton SS de Davos.

Dans leur désespoir de malades mentaux, tonton Schwab et sa clique prévoient de rendre nos vies si misérables et si terrifiantes, que la grande majorité des non préparés accepteront le nouveau système (Contrôle et Identification numériques) en un tour de main. Et c’est avec une puce dans le cul qu’ils marcheront toutes et tous en chantant vers les usines de « Soleil Vert ».

À SUIVRE SI ON ME LAISSE ENCORE ECRIRE.

« Victime de mon succès », je fais l’objet d’un déréférencement Sauvage de la part des GAFAM, si vous désirez m’aider, le minimum que vous puissiez faire, c’est de cliquer sur les liens si dessous afin de faire remonter mon référencement. D’avance merci.

Olivier

Fin

Voir les commentaires

Préparation de la daube en gelée. (Partie 6)

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Retour à la première partie : https://vecteur-douceur.over-blog.com/2022/08/preparation-de-la-daube-en-gelee.partie-1.html   

La canicule est liée au grand chasseur Orion (en lien avec Nemrod le Grand chasseur) et à Sirius. En latin Sirius, signifiait «ardent». C’était le nom du chien que possédait le personnage de la mythologie grecque, Orion. La constellation d’Orion est située à proximité immédiate de Sirius, qui lui-même fait partie du Grand Chien. Orion et le Grand Chien qui, mythologiquement, furent placés dans le ciel à la suite du décès du grand chasseur (un décès que j’explique dans mon prochain livre à sortir).

Et d’éponyme, passons aux faux prophètes réchauffistes avec le grand manitou américain du réchauffement climatique, l'ancien vice-président Al Gore. Celui qui compare les « négationnistes du climat » à ces policiers responsables qui ont attendu plus d'une heure pour attaquer le tireur à Uvalde, au Texas, qui a tué 21 étudiants et enseignants. Cependant, lorsque l’on gratte un peu le vernis merdiatique diffusé ad nauseam par tous ces journaleux vendus au système, l’histoire n’est plus la même mais alors, plus du tout !

J’en veux pour preuve une énième étude scientifique réalisée par des professionnels intègres, chose qui a manqué gravement durant la PLANdémie covid orchestrée par des polichinelles de plateaux télé. Heureusement, question climat, un groupe international de près de 1200 des plus grands scientifiques et universitaires a signé un document déclarant « qu'il n'y a pas d'urgence climatique ».

Plus couillus que nos professeurs et docteurs de caniveaux, ils osent dire la Vérité concernant le climat. Le groupe est dirigé par un prix Nobel. Sa déclaration signée vaut son pesant de cacahuètes puisque selon eux, « la science du climat repose davantage sur des convictions personnelles et des agendas politiques que sur des faits scientifiques rigoureux. »

Ils affirment ainsi que : « La science du climat devrait être moins politique, tandis que les politiques climatiques devraient être plus scientifiques … Les scientifiques devraient ouvertement aborder les incertitudes et les exagérations dans leurs prédictions du réchauffement climatique, tandis que les politiciens devraient compter sans passion les coûts réels ainsi que les avantages imaginaires de leurs mesures politiques. »

Ce groupe indépendant fondé en 2019 par le professeur émérite néerlandais de géophysique Guus Berkhout et le journaliste scientifique néerlandais Marcel Crok se nomme « Climate Intelligence ». Le site Web britannique The Daily Skeptic a mentionné que l'un des principaux auteurs de la déclaration, le physicien de l'atmosphère Richard Lindzen, a qualifié le récit climatique actuel « d'absurde ».

Des déclarations comme celle-ci, il en existe pléthore, mais la machine élitiste est emballée. Il est trop tard pour faire marche arrière tant les mensonges proférés ont été GROS, comme ce qui concerne le Covid et les « vaccins » mortifères.

Ainsi, durant ce mois d’août, le président démocrate hypocrite Joe Biden a signé la radicale « Inflation Reduction Act » un projet de loi de 368 milliards de dollars de l'argent des contribuables pour l'énergie « verte » dans le but inutile de réduire les émissions de CO2 de 40% d'ici 2030. Alors qu’il était déjà vice-président sous Barack Obama, l'administration subventionnait déjà l'énergie «verte » avec des subsides fédéraux et des allégements fiscaux.

Ces projets sont des trous sans fond à travers lesquels le Deep State siphonne l’argent public pour réaliser des chimères utiles à sa folie dévastatrice. En 2009 déjà, Biden annonçait une garantie de prêt de 535 millions de dollars pour la société de panneaux solaires Solyndra. Cette garantie accompagnait 700 millions de dollars de financement en capital-risque. Biden déclarait alors que la centrale construite avec cet argent alimenterait plus d'un demi-million de foyers. Mais deux ans plus tard, la société faisait plouf et déposait son bilan cessant ses activités. Par ici la monnaie !

Le groupe de scientifiques honnêtes sur le climat souligne que depuis la sortie du petit âge glaciaire au milieu du 19e siècle, le monde s'est réchauffé beaucoup moins que prévu par les modèles du GIEC sur l'évolution du climat de l'ONU. En effet, comme je le précise dans « Tonton Malthus est revenu », tout comme nos politiques sont hors sol vis-à-vis de la vie réelle et du prix de la baguette de pain, ceux du GIEC sont des modélistes le cul assis face à leurs PC. Et ce monde modélisé est « loin de comprendre les changements climatiques », comme le déclare le groupe.

La déclaration du groupe soutient que « le climat de la Terre a varié, avec des périodes froides et chaudes, depuis que la planète existe, et il n’est pas surprenant que nous connaissions une période de réchauffement. Les modèles climatiques ne sont pas plausibles à distance en tant qu'outils de politique mondiale, ignorant, pour commencer, les avantages du dioxyde de carbone, qui n’est pas un polluant. Il est essentiel à toute vie sur Terre », indique la déclaration.

« La photosynthèse est une bénédiction. Plus de CO2 est bénéfique pour la nature, verdissant la Terre ; le CO2 supplémentaire dans l'air a favorisé la croissance de la biomasse végétale mondiale. C'est aussi bon pour l'agriculture, augmentant le rendement des cultures dans le monde entier. … Il n'y a aucune preuve statistique que le réchauffement climatique intensifie les ouragans, les inondations, les sécheresses et les catastrophes naturelles similaires, ou les rend plus fréquents. … Il n'y a pas d'urgence climatique. … Nous nous opposons fermement à la politique nocive et irréaliste de zéro CO2 proposée pour 2050. »

Toutes les déclarations de ce groupement scientifique intègre sont un baume à mon cœur, puisqu’elles crédibilisent ce que j’ai écrit dans mon livre et mes articles concernant le climat.

Michael Shellenberger (né le 16 juin 1971) est un auteur américain, connu pour ses prises de position en faveur de l'énergie nucléaire. Il est en désaccord avec la plupart des écologistes au sujet de l'impact des menaces environnementales et des politiques pour les résoudre.  En 2020, cet activiste vert de longue haleine a écrit un livre intitulé « Apocalypse Never ». Un bouquin dans lequel il déplore que la conversation sur le changement climatique soit « devenue incontrôlable ». J’y ajoute qu’elle est d’autant plus incontrôlable que son pilote désire nous mener vers son Ordo Ab Chaos. Un désastre uniquement salutaire à cette élite putride que je dénonce du 1er janvier au 31 décembre de chaque année que Dieu fait. Un Dieu qu’ils détestent tous d’ailleurs !

On a beaucoup parlé de la chaleur en Europe occidentale, notamment en France. Je vais y revenir. Nous venons de vivre un mois de juillet très chaud, personne ne le conteste et surtout pas moi. Mais pour mettre les choses en perspective, et pour apaiser la peur sans cesse distillée par nos merdias voulant que cette chaleur soit le symptôme d'un événement climatique cataclysmique, la France a enregistré une température moyenne de « seulement » 23,18°C le mois dernier. Je m’explique ! Juillet 2022 a ainsi égalé juillet 2018 en tant que troisième mois de juillet le plus chaud, derrière juillet 2006 et juillet 1983.

En d'autres termes, rien d’exceptionnel, et il faisait plus chaud en 1983.

Les médias calculateurs ont choisi une région chaude de la planète, en été, et l'ont ciblé à mort. Bien sûr, ils n'ont fait nullement mention du gel simultané d'été en Europe de l'Est, laissant le grand public mal informé, là où ils le souhaitaient.

En même temps, les hautes terres sud-africaines et namibiennes subissaient des nuits anormalement froides, ce qu’ils ont également omis de préciser. Des vagues de chaleur estivales extrêmes ont aggravé les sécheresses et alimenté les incendies de forêt dans l'hémisphère nord, alors que les tempêtes hivernales se sont développées au sud de l'équateur. En juillet, des effets météorologiques consécutifs ont atténué le manque d’eau dans le centre du Chili et ajouté au manteau neigeux au sommet des Andes, une réserve d'eau critique pour l'été à venir.

Comprenez-le bien et je vous le rabâche, on nous dit ce qu’on veut! Ainsi, l’Oncle Sam a récemment dévoilé le site Web heat.gov animé des sentiments les plus « respectables ». En effet, il a soi-disant pour objectif de parvenir à « une nation exempte de maladies et de décès liés à la chaleur ».

Seulement voilà, ce faisant, tonton Sam s’est tiré une balle dans le pied puisqu’il révèle ainsi le réchauffement biaisé dans les zones urbanisées. Depuis des années, des scientifiques honnêtes se demandaient pourquoi et surtout où on implantait les systèmes de contrôle météo. Ils ont désormais la réponse, suggérant au passage que l'augmentation observée des températures aux Etats-Unis, entre les années 1980 et 2000, est, en partie, attribuable au placement inadéquat des stations météorologiques.

Confirmant la chose, une récente étude nationale, publiée par le Heartland Institute, affirme que « les stations de température officielles de la NOAA produisent des données corrompues en raison d'un placement délibéré dans des points chauds artificiels ».

La nouvelle étude, Corrupted Climate Stations : The Official US Surface Temperature Record Remains Fatally Flawed, révèle qu'environ 96% des stations de température américaines utilisées pour mesurer le changement climatique, ne répondent pas à ce que la NOAA considère comme un placement « acceptable » et non corrompu.

La recherche montre que 96% de ces stations sont corrompues par des effets localisés de l'urbanisation produisant un biais thermique en raison de leur proximité avec l'asphalte, les machines et d'autres objets produisant de la chaleur, piégeant la chaleur ou accentuant la chaleur. Les données des stations qui n'ont pas été corrompues par un placement défectueux montrent un taux de réchauffement aux Etats-Unis réduit de près de moitié par rapport à toutes les stations.

En ce qui concerne les 96% restant, on sait depuis longtemps que les villes, modifiant considérablement le paysage local, créent leurs propres microclimats.

À SUIVRE SI ON ME LAISSE ENCORE ECRIRE.

« Victime de mon succès », je fais l’objet d’un déréférencement Sauvage de la part des GAFAM, si vous désirez m’aider, le minimum que vous puissiez faire, c’est de cliquer sur les liens si dessous afin de faire remonter mon référencement. D’avance merci.

Olivier

Suite ici : https://vecteur-douceur.over-blog.com/2022/08/preparation-de-la-daube-en-gelee.partie-7-suite-et-fin.html

Voir les commentaires

Préparation de la daube en gelée. (Partie 5)

Publié le par vecteur-douceur association : site littéraire et historique

Retour à la première partie : https://vecteur-douceur.over-blog.com/2022/08/preparation-de-la-daube-en-gelee.partie-1.html 

La quinzaine de personnes qui sont à l’origine du « Rapport de la Montagne de Fer » n’ont probablement jamais envisagé les conséquences que les mesures préconisées dans la conclusion de ce rapport auraient sur la vie de la population mondiale six décennies plus tard. Sans entrer trop dans le détail, le « complexe militaro-industriel » dénoncé en 1961 par Eisenhower et en 1963 par Kennedy avait probablement très mal vécu la perspective d’un désarmement nucléaire résultant des échanges entre Kennedy et Khrouchtchev après l’affaire des fusées de Cuba.

Il fallait donc trouver des substituts à la guerre qui procurent -pardonnez-moi le terme- les mêmes « avantages » pour l’élite dirigeante.

Les progrès dans l’étude de la psychologie des foules avaient permis de mettre en évidence que la « docilité » des gens croissait lorsqu’ils étaient soumis à la peur.

Ils devenaient plus « malléables » et acceptaient d’autant plus de payer l’impôt qu’ils y voyaient le moyen de se protéger des éventuels dangers. Lorsqu’on fait partie de ceux qui bénéficient de la guerre ou des pandémies, on fait en sorte qu’elles durent le plus longtemps possible. Cependant, la guerre peut s’arrêter si les principaux concernés, les peuples, ne veulent plus la faire.

Cet aspect est particulièrement sensible dans les démocraties. D’où l’intérêt de trouver des substituts dont la cause ne soit pas limitée dans le temps. Il est apparu rapidement que c’était le cas du thème de l’Homme qui détruit sa propre planète, qui fait aujourd’hui l’objet d’un véritable culte.

Voila pourquoi durant les années 1970, on va procéder par tâtonnement avant de trouver la solution. C’est durant ces années, qu’apparurent la couche d’ozone, les pluies acides, les pollutions industrielles qui étaient d’ailleurs réelles pour la plupart, mais si elles ébranlaient les consciences de certains milieux «intellectuels», elles n’atteignaient guère le « grand public » Afin de mieux «frapper les esprits » il fallait trouver un lien de causalité qui devienne évident entre une action imputable uniquement à l’activité humaine et le péril qu’elle allait générer dans le futur.

Une grande peur ancestrale est le feu et chacun peut en constater les effets. Restait à trouver le bon cheminement, ce qui fut fait à partir des années 1980. Alors même que dans les années 70 certains « climatologues » prédisaient une l’arrivée d’une période de glaciation, la tendance s’est inversée en faveur d’un réchauffement dès le début de cette décennie.

Et le coupable était tout trouvé, c’était l’humanité et ses actions néfastes au devenir de la planète. Depuis les années 1900, une théorie s’était développée mais n’avait jamais réellement prospéré, autour de la température du sol et de la basse atmosphère. Cette température était liée à la fois au rayonnement solaire et à « l’effet de serre » de certains gaz présents dans l’atmosphère.

Durant les années 70, on nous parlait, bien-sûr, de la modélisation de l’atmosphère avec des lois de décroissance de la température et de la pression, mais rien au sujet de cet effet de serre, qui semble aujourd’hui prévaloir sur toute autre cause. Cet effet existe, mais de là à dire qu’il résulte uniquement de l’activité humaine (ou animale), permettez-moi d’en douter. Toujours est-il qu’un coupable se profilait au travers de l’effet de serre, et c’était le dioxyde de carbone.

Et ce coupable avait un énorme avantage, c’est qu’il reliait cet effet à l’ère industrielle et par conséquent à l’activité humaine. La boucle est bouclée, et l’Homme est ainsi à l’origine du réchauffement climatique ou, du moins, c’est ce que les gens doivent croire.

Outre la fameuse courbe dite « en crosse de Hockey » de Michael Mann, (laquelle ne prenait pas en compte les époques chaudes et froides du maximum médiéval et du petit âge glaciaire du 18e siècle) un certain nombre de constatations s’imposent : Tout d’abord, la distance Terre-Soleil. Le résultat de ces variations cycliques est que le rayonnement reçu par la surface de la Terre est loin d’être constant. En 2019, la NASA a publié un document qui montre l’effet de ces variations sur la quantité d’énergie reçue. Ces cycles ont été identifiés par un astrophysicien,  Milankovitch, à l’origine de la théorie du climat qui porte son nom publiée en 1941.

Ceux qui désirent en savoir plus peuvent se procurer « Tonton Malthus est revenu » concernant notre climat, et « Nachash » concernant l’astronomie et les réalités de notre Terre.

Pourquoi vouloir faire des gaz à effet de serre la cause unique du réchauffement ? Nous entrons au cœur de l’affaire. Une variation climatique qui échapperait complètement à l’activité humaine ne présente aucun intérêt et vous savez désormais pourquoi.

C’est l’action de l’Homme qui doit être néfaste et pas celle de la Nature.

Le GIEC, souvent appelé à tort « Groupe d’Experts Internationaux en Climatologie », alors que sa dénomination exacte est « Groupe Intergouvernemental d’Etude du Climat », est purement politique puisqu’il ne fait qu’un travail de compilation. Il est écrit en toutes lettres dans ses objectifs que : «Les rapports fournis par le GIEC sont d’ailleurs indispensables pour trouver des solutions contre le réchauffement climatique causé par les GES (gaz à effet de serre) émis par les activités humaines. »

Contre toute attente, les phénomènes évoqués par Milankovitch n’auraient strictement aucune influence sur le climat de la planète. Étonnant, non ? Poussons cependant l’analyse sur ces critères : en toute logique, si le réchauffement est principalement, voire uniquement dû à l’activité humaine, pourquoi la Terre a-t-elle connu de telles variations de climat ?

Les géologues et les géophysiciens démontrent avec suffisamment de preuves que les épisodes de réchauffement et de refroidissement se sont succédés avec plus ou moins d’amplitude depuis longtemps. Il faudrait alors admettre, si l’on suit les conclusions du GIEC, que toutes ces causes naturelles ont disparu dès les premières phases d’industrialisation (environ 1850) et qu’il ne subsiste aujourd’hui que l’action des gaz à effet de serre due à l’activité humaine ?  Cela n’a évidemment aucun sens.

C’est à l’évidence certaines activités humaines qui sont ciblées dans l’unique but de démontrer que l’Homme est nuisible pour la planète. L’ingénierie sociale concoure alors à renforcer cet aspect des choses. On ne parle plus de changement du climat mais de « dérèglement climatique » de façon à introduire subrepticement une sorte d’artificialité, insistant ainsi sur le côté non-naturel de l’événement. Ceci est essentiel si on veut imposer des mesures réputées correctives. Il paraît évident que l’Homme ne peut intervenir que sur les conséquences de ses propres actions et non sur des choses naturelles. Il suffit alors d’éliminer la cause pour ne plus subir l’effet. La cause, c'est nous !!

Tout ce qui précède peut s’éclairer d’un jour nouveau par la parution en 2008 d’un fascicule d’une vingtaine de pages publié quelques mois avant la conférence de Copenhague en 2009, connue sous le terme COP 15. Ce document, intitulé « trading emissions » posait le problème sous un angle différent ; son auteur considérait comme acquis l’origine anthropique du dérèglement climatique dû à l’émission des gaz à effet de serre et, en particulier, le CO2.

Ceci étant clairement posé, ce problème était un problème mondial et seul un gouvernement mondial aurait suffisamment de pouvoir pour le combattre efficacement.

Voici un extrait : « (page 5) La prémisse de cet article est que le large consensus scientifique d’un problème imminent et important dont les gaz à effet de serre (GES) d’origine humaine sont directement responsables, est correct. Cet article concorde avec l’affirmation étayée de Nicolas Stern selon laquelle cette “crise”, principalement causée par les émissions de dioxyde de carbone (CO2), exige que nous agissions maintenant – ou, selon les mots de Stern, que le problème « exige une réponse mondiale urgente ».

Il faut noter que l’auteur de ce texte n’est autre que Simon Linett qui, en 2008, se trouvait être le fondé de pouvoir de la banque Rothschild à la City. Comme par hasard, la proposition faite dans ce texte consiste à trouver un financement pour cette action de portée mondiale, et c’est ainsi qu’apparaît en filigrane la fameuse «taxe carbone ». Elle était dans l’air depuis un certain temps et elle devait se concrétiser. Mais que ce soit fait par un fondé de pouvoir d’une banque de premier plan connue pour son engagement « mondialiste », cela peut ouvrir la réflexion de la finalité de toute la démarche.

L’accélération de l’Histoire vécue ces dernières années peut s’expliquer par la nécessité à agir dans laquelle se trouve l’élite face à la montée en puissance du camp de ceux qui prônent le retour à une vision d’un monde qui s’articulerait autour d’entités plus locales qui pourraient être les continents.

Dans son livre « COVID 19 : la grande réinitialisation » Klaus Schwab évoque très clairement cette possibilité (page 124) : « La COVID 19 ne fera qu’accélérer cette divergence mondiale à mesure que l’Amérique du Nord, l’Europe et l’Asie se concentreront de plus en plus sur leur autosuffisance régionale plutôt que sur les chaînes d’approvisionnement mondiales distantes et complexes qui, autrefois, incarnaient l’essence de la mondialisation. »

On comprends alors mieux l’urgence à laquelle les « globalistes » (partisans d’un monde mono polaire) se trouvent aujourd’hui confrontés. C’est probablement une des raisons pour lesquelles, par médias interposés, il font « feu de tout bois », et l’expression trouve aujourd’hui tout son sens, pour imputer au réchauffement anthropique toutes les calamités présentes et à venir. Il est vrai que parler d’incendies hors de contrôle frappe les esprits plutôt que de parler d’un réchauffement hypothétique d’un à deux degrés dans le siècle qui laisse l’opinion assez indifférente.

Confondre les événements climatiques avec ceux de la météorologie est une pratique devenue courante dont l’usage quasi-généralisé permet de transformer en évidence palpable ce qui n’est qu’une hypothèse non réellement validée, voire contraire aux observations. Simple exemple : tous les médias parlent de la canicule et des incendies causés par le dérèglement climatique, mais aucun ne relate les chutes de neige au Sahara au début de l’année ni les récentes inondations dans la vallée de la mort.

Entrons donc plus avant dans le détail de leurs mensonges grâce à un simple exemple de désinformation.   CNN : "Le climat et le réchauffement climatique seront notre prochaine priorité."

https://twitter.com/i/status/1549862389461520384  

Canicule signifie « chien », en liaison avec Sirius, l'étoile principale de la constellation du Grand Chien. Cela vient du latin Canicula, et ne concerne donc à l’origine que la période allant du 24 juillet au 24 août, période de l'année où cette étoile se couche et se lève en même temps que le Soleil.

Ce qui laisse à penser que nos anciens touchaient « leur bille » question astrologie-astronomie. Pour eux, il existait un lien entre l’apparition de cette étoile et les grandes chaleurs. Tant il est vrai que les effets de cet astre sont les plus puissants sur la Terre. Encadrée car redoutée, la canicule était ainsi fêtée au temps des romains où le début de la Canicule était célébré par la fête de Neptunalia (le 24 juillet), et s’achevait par la fête de Vulcania (le 24 août) ; la saint Barthélémy.

À SUIVRE SI ON ME LAISSE ENCORE ECRIRE.

« Victime de mon succès », je fais l’objet d’un déréférencement Sauvage de la part des GAFAM, si vous désirez m’aider, le minimum que vous puissiez faire, c’est de cliquer sur les liens si dessous afin de faire remonter mon référencement. D’avance merci.

Olivier

Suite ici : https://vecteur-douceur.over-blog.com/2022/08/preparation-de-la-daube-en-gelee.partie-6.html

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>